II. Quatorzième compte-rendu du Comité central du C. A. S

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Notre premier devoir, cette fois, quelque pénible qu' il soit, est de commencer notre compte-rendu en rappelant les trois catastrophes qui ont si tristement assombri l' année 1877: tout d' abord la perte si douloureuse de notre cher et estimable collègue, M. le professeur Morf, président de la section des Diablerets, par suite d' une fatale chute au Blanchard, le 29 avril; puis, peu de semaines après, celle de M. Henri Cordier, de Paris, à la fois membre des Clubs alpins français et suisse, tombé dans une crevasse d' un glacier du Dauphiné; enfin la mort de trois des meilleurs guides, valaisans, estimables pères de famille, les frères Knubel, précipités- du haut de l' arête du Lyskamm le 6 septembre, avec leurs deux voyageurs anglais, MM. Lewis et Paterson. Nous avons à payer ici de nouveau un légitime tribut de regrets et de sympathie à ces malheureuses victimes de leur intrépidité, mais nous ne pouvons nous défendre de solliciter' tous les membres des Clubs alpins de tirer de ces trois fatales journées de deuil et de larmes pour les familles et les amis, une leçon de plus de prudence et de modération dans la réalisation future de leurs projets alpestres.

La catastrophe du Lyskamm provoqua aussitôt, en Suisse et à l' étranger, une vive commisération en faveur des pauvres veuves et des orphelins des trois frères Knubel. Le Comité central vota de suite un subside de 500 fr. et invita toutes les sections par une circulaire spéciale à ouvrir une souscription dans leur sein: Valais, Bàie et Zurich avaient déjà devancé son appel. Voici, jusqu' à ce jour, les sommes recueillies par nos sections et versées en mains du comité de celle du Valais qui a bien voulu servir d' intermédiaire entre les donateurs et les intéressés, et suivre à la formation d' un conseil judiciaire ainsi qu' au placement de l' argent avec toutes les garanties désirables.

Section de.Bâlefr. 250.Berne« 311..

« Berner-Oberland .«50.Blümlisalp... .«25.« Genevoise « 430.« Tödi«60.« du Moléson ...«50..« Pilatus « 270. 50 « Aargau«50.Neuchâteloise ...«132. 50 S'-Ga11300.« Mythen«27.« Zofingen«100. Section Monte-Eosa.. .fr. 200.des Diablerets.. .« 300.«Uto 200.«Bachtel« 100.«Titlis«83.Nous avons aussi reçu, avec cette même destination, de nos collègues de l' étranger, de précieux témoignages de sympathie; la Direction centrale du Club alpin français nous a adressé 1835 fr., la section de Lyon 50, et nous savons que beaucoup de membres du Club alpin italien et surtout du généreux Club alpin anglais ont envoyé directement leurs offrandes à M. Seiler de Zermatt ou au comité valaisan. Nous adressons ici à tous l' expression de notre plus sincère reconnaissance.

A propos de cette collecte Knubel, le Comité central a été sollicité par les comités de deux de nos sections de provoquer, si possible, l' organisation d' une société d' assurance mutuelle entre les guides et porteurs contre les risques d' accidents auxquels ils sont exposés. Le Comité central a en effet sérieusement étudié cette question, en s' entourant, de côté et d' autre, de toutes les informations nécessaires, mais il n' a pu arriver à la solution désirée, aussi renonce-t-il à faire aucune proposition à cet égard à la conférence des délégués. D' abord, les guides et porteurs de maintes localités ne veulent pas entendre parler de débourser annuellement la moindre prime d' assurance; puis, la plupart des compagnies refusent d' assurer guides et porteurs vu leur témérité trop fréquente: l' une d' elles n' y consentirait, en vertu de ses statuts, que jusqu' à la limite 40 de la végétation, ce qui équivaut tout à fait à une fin de non-recevoir.

Le Club alpin suisse compte aujourd'hui 22 sections. Dans la chronique du précédent Jahrbuch, nous annoncions la fondation, depuis l' entrée en charge du Comité central actuel, des sections de Neuchâtel, de Bachtel ( Oberland zuricois ) et » du Titlis ( canton d' Unterwald ). Depuis lors, le 16 juillet 1877, se constituait une 22e section, celle des Mythen, dans le canton de Schwyz, avec 30 membres, sous la présidence de M. le commandant Anton Bettschart. Cette section ainsi que les trois mentionnées ci-dessus, se sont empressées de soumettre leurs règlements spéciaux au Comité central qui a répondu par une pleine et entière approbation. Ajoutons ici que les clubistes de la Chaux-de-Fonds ont formé, avec l' agrément de la section centrale Neuchâteloise, une sous-section qui se montre pleine d' en et de vie; que la sous-section vaudoise de Jaman, constituée déjà antérieurement à Vevey, déploie une activité remarquable; enfin, que la section de Bachtel, une des dernières fondées, nous semble pouvoir être proposée en salutaire exemple, tant pour son zèle à l' intérieur que pour son activité extérieure. Plusieurs de ses membres sont des grimpeurs infatigables. Presque tous ont dernièrement gravi le Bachtel, en compagnie de 20 de leurs collègues de Zurich, et l' ascension de la Rautispitz avait été fixée pour la première journée favorable du printemps. Les séances ont lieu l' après du premier dimanche de chaque mois, alternativement à Wald, à Rüti, à Wetzikon ou à Rapperswyl, les membres de cette section étant domiciliés a plu- sieurs lieues les uns des autres: le chiffre des assistants n' est cependant jamais inférieur à 30 ou 35.

Si nous avons cru devoir signaler ce qui précède, nous renvoyons, comme d' habitude, le lecteur, pour ce qui concerne plus particulièrement chaque section, au chapitre suivant. Détachons cependant encore cet intéressant détail du rapport bernois: les dernières tentatives faites pour fixer d' une manière solide un thermomètre à un endroit propice du Schreckhorn ont enfin parfaitement réussi; aussi cet instrument a-t-il déjà fourni des résultats scientifiques très utiles, et les savants de la section bernoise s' en promettent-ils d' im et exactes observations.

A l' occasion des rapports annuels nous devons exprimer deux vifs regrets: le premier nous est suscité par les lignes si écourtées, si sèches, si peu dignes d' intérêt que nous avons reçues, sous le titre peu légi-timé de Jahresbericht, des comités de trois ou quatre sections; le second est dicté par le retard prolongé de plusieurs comités à nous faire parvenir ces rapports annuels, censés devoir être lus par leurs auteurs, comme c' est le cas pour les trois quarts des sections, dans l' une des premières séances du nouvel -exercice, et pouvoir par conséquent être expédiés au président central beaucoup plus tôt: c' est d' ailleurs ce qu' exigent les statuts et règlements, en vue de l' examen et de l' analyse de ces rapports, ainsi que de la rédaction de la chronique pour le Jahrbuch qui s' imprime dès février.et mars.

Le nombre des membres du Club alpin suisse au 31 décembre dernier était de 2042 membres; voici comment ce chiffre se répartit entre les 22 sections:

Sections.Membres.

Argo vie ( Aargau)23 « ( Zofingen)44 Appenzell Rh. Ext. ( Sentis ). .49 Bâle105 Berne167 « ( Oberland)56 ( Blümlisalp)44 Fribourg ( Moléson ) 99 Genève308 Glaris ( Tödi)96 Grisons ( Rhätia ) 96 Lucerne ( Pilatus)84 Neuchâte148 S*-Ga11110 « ( Toggenbourg ) 24 « ( Alvier)24 Schwyz ( Mythen)29 Unterwald ( Titlis)18 Valais ( Monte-Rosa ) 96 Vaud ( Diablerets)231 Zurich ( Uto)283 ( Bachtel)35 Nous avons eu à regretter à la fin de l' année la démission d' un assez grand nombre de membres, diminution déjà heureusement compensée, depuis le 1er janvier dernier, par plus de 80 nouvelles admissions.

Au printemps de 1876, nous avons publié un catalogue complet de tous les membres du Club alpin suisse. En 1877, conformément à un vœu de la con- férence des délégués de Fribourg, nous avons seulement fait paraître la liste des membres des comités des sections. Ce printemps, nous avons publié un nouveau catalogue complet, en l' accompagnant de renseignements historiques d' un grand intérêt pour tous les clubistes.

Grâce à la prompte vérification de notre comptabilité pour l' exercice de 1877 par MM. Urbain Schaller, banquier à Fribourg, trésorier de la section du Moléson, et Carì Offenhœuser, président de la section de Zofingen, comptabilité qui a reçu leur pleine et entière approbation, nous pouvons' mentionner ici, en résumé, le bilan de cet exercice, en renvoyant pour les détails aux dernières pages du Jahrbuch.

Le capital du Club alpin suisse, au 31 décembre 1877, était de fr. 25,310. 05; au 31 décembre 1876, il était de fr. 24,299. 25: augmentation, fr. 1010. 80. Les dépenses de 1877 se sont élevées à fr. 12,628. 35 et les recettes à fr. 13,639. 15.

Le montant du fonds spécial au crédit des enfants du. guide Eugène Imfanger était, au 31 décembre dernier, de fr. 1665. 20.

Le champ officiel d' excursion des années 1876 et 1877 n' a pas eu la chance d' un temps propice, aussi a-t-il reçu moins de visiteurs que nous ne l' aurions voulu. La section du Tödi, qui avait eu l' obligeance de convoquer le Club alpin suisse à la réunion libre de Grlaris de l' année dernière, en vue de faciliter de son côté cette exploration, avait élaboré un programme avec le plus grand soin: quelques-unes seulement des courses projetées ont été couronnées de succès, le fœhn et les neiges fraîches ont plus ou moins fait échouer les autres. On peut voir toutefois, par le contenu de ce Yolume-ci, que ces deux dernières années ne sont pas restées sans heureux résultats en fait d' études et de travaux relatifs au alpes glaronaises.

Le nouveau champ officiel d' excursion, arrêté pour les années 1878 et 1879, comprend la portion du canton des Grisons que représentent les feuilles de la carte Dufour réparties entre les cinq sections de Bivio ( 5.17 ), S'-Moritz ( 518 ), Maloja ( 520 ), Bernina ( .521 ) et Castasegna.(523 ). Le rédacteur du Jahrbuch, M. Wäber-Lindt, nous a fait observer avec raison que l' adjonction de cette dernière feuille était indispensable pour les courses dans le val voisin de Bregaglia, et que, sans cela, cette feuille demeurant isolée, elle risquait de ne jamais figurer sur nos cartes officielles d' excursion; nous en avons donc voté l' ad au tirage des quatre premières. M. le colonel Siegfried, chef du bureau topographique fédéral, a de suite agréé notre demande avec son obligeance habituelle et il a pris les dispositions nécessaires. Ainsi que cela a déjà été fait ces deux dernières années, en vertu de la décision de la conférence des délégués de Fribourg, les cartes du nouveau champ d' excursion que le Comité central a fait tirer à 600 exemplaires, ont été adressées aux comités des sections au prorata du chiffre des membres de chacune d' elles.

Quant à l' itinéraire, tous les clubistes doivent l' avoir en mains, nous avons déjà pu le faire parvenir dans le courant de mai aux sections romandes, en langue française, et en allemand aux sections allemandes: la traduction en a été faite avec beaucoup de- soin par notre collègue, M. Albert Petitpierre, de Genève. Chacun peut donc aujourd'hui se réjouir avec nous de ce que M. Binet-Hentsch, vice-président de notre comité, a bien voulu céder aux instantes sollicitations que nous lui avions adressées l' année dernière de se charger de ce travail, car nous possédons là un de nos itinéraires les plus pratiques, les plus consciencieux et les mieux rédigés. Avec un si excellent guide et nos bonnes cartes fédérales, il ne nous reste qu' à faire des vœux sincères pour que la belle saison soit cette année plus propice que les précédentes à l' ex du nouveau champ d' excursion.

Cette exploration sera d' ailleurs considérablement facilitée par la construction de la cabane de Boval, près du glacier de Morteratsch, et celle de Murtel sur le bord du glacier de Roseg. Le premier de ces abris est entièrement terminé depuis l' automne passé, le second le sera très-prochainement, tous deux ne tarderont pas à être officiellement inaugurés.

Dans notre précédente chronique, nous accusions 23 cabanes ( Clubhütten ) comme ayant été élevées, le pavillon Dollfus seul excepté, aux frais de notre société, la plupart par les soins de diverses sections, avec l' aide d' un subside plus ou moins fort de la caisse centrale, et nous en avons donné la nomenclature. Deux d' entr, en Valais, n' étaient encore qu' en projet: celle de la Concordiaplatz, près du glacier d' Aletsch, ouverte dès l' automne dernier, et celle du Hohsaas dans la vallée du Simplon, qui sera achevée en juillet. La construction de la première est due au laborieux et actif hôtelier de l' Eggischhorn, M. Kathrein; M. Simon Theuer, propriétaire de l' hôtel du Fletschhorn, au Simplon, s' est chargé de la construction de la seconde.

Le nombre des cabanes du Club alpin suisse s' est élevé depuis lors à 26, par le fait que le Comité central a reconnu très-utiles trois nouveaux abris et a Voté pour chacun d' eux un subside; ce sont: la Schwarzegghütte, au pied du Finsteraarhorn, celle au' Weisshorn et celle de Hohwitzeh sur le Bietschhorn; les deux premières sont déjà en état de service, la troisième sera construite pour le mois d' août, une lieue et demie plus haut que l' ancienne Nesthütte, par les frères Siegen, guides, et par l' aubergiste de l' hôtel du Nesthorn, Joh. Lehner, tous trois domiciliés en été à Ried ( vallée de Lœtschen ).

Nous attendons qu' une demande nous soit adressée pour l' érection d' une cabane au pied du Wildhorn; la société des bains de la Lenk, par l' entremise de M. le docteur Treichler, et M. le pasteur Hürner, d' Erlenbach dans le Simmenthal, au nom des grimpeurs de cette contrée, nous ont déjà fait des ouvertures à cet égard; la proposition devra émaner officiellement d' une des sections bernoises les plus intéressées à cette construction dont nous avons nous-mêmes reconnu sur place la nécessité.

En réponse à notre appel et à l' article 7 des statuts, toutes les sections qui ont des cabanes sur leur territoire et sous leur surveillance nous ont renseignés dans le courant de l' hiver sur l' état dans lequel elles se trouvent; plusieurs d' entr exigent des réparations, d' autres de notables améliorations. Nous avens accordé un subside pour la pose d' un câble en fer destiné à faciliter la descente depuis la cabane du Grünhorn sur le glacier du Tödi. Au-dessus de la cabane du Cervin, les anneaux des chaînes de fer sont devenus cassants, le froid excessif et la foudre ont altéré la consistance du métal: il y aura vraisemblablement lieu à remplacer ces chaînes par de solides cordes.

Comme on le voit, et comme le prouve surtout le travail de M. Binet-Hentsch sur les cabanes, inséré dans ce volume-ci, le Comité central a continué vouer une sollicitude toute particulière et un intérêt actif à cette branche de son mandat. Le règlement élaboré par ses soins, puis voté par la Conférence des délégués de Glaris, moyennant deux ou trois légères modifications, a été distribué en français et en allemand à tous les clubistes. Plusieurs sections ont fait, depuis lors, ainsi que nous les y avions engagées, un règlement spécial pour l' intérieur des cabanes, ayant surtout en vue l' entretien de l' ordre et de la propreté; ce règlement devra y être affiché ainsi que dans les hôtels du voisinage.

Mentionnons à ce propos la publication, par les soins du comité de la section Monte-Rosa, d' une deuxième édition, revue et notablement améliorée, du travail de M. Antoine de Torrente, manuel-tarif des plus utiles pour. les voyageurs et les guides. Il s' ouvre par le règlement intérieur des cabanes et par un chapitre d' instructions excellentes pour les guides. Les €34Chronique.

pages affectées au tarif et à la tabelle de toutes les excursions et ascensions qu' on peut faire à partir des différentes localités du Valais, indiquent, à côté du prix de chaque course, la distance en heures et la hauteur métrique des montagnes.

Notre ex-archiviste, rédacteur du livre des glaciers, M. Siegfried, de Hottingen-Zürich, n' a pas eu à nous adresser de rapport, il nous a néanmoins fait savoir dernièrement sa ferme intention de poursuivre le travail entrepris et de s' entendre à nouveau dans ce but avec la commission glaciaire: il nous ferait ensuite ses propositions que nous soumettrions à la Conférence des délégués.

Selon la décision prise à Glaris, les quelques volumes et brochures composant la bibliothèque centrale ont été expédiés à Genève. Notre secrétaire a procédé au triage de ce qui devra être conservé au siège du Comité central, le surplus a été réparti entre les bibliothèques des sections; plusieurs de ces dernières se sont beaucoup enrichies, par des dons ou des achats, pendant le dernier exercice. Quelques sections possèdent aussi de précieuses collections de minéraux, de plantes, de cartes, vues et panoramas.

En 1875, la Conférence des délégués à Thoune s' était occupée de la question importante de la conservation des chamois, et M. le pasteur de Steiger, de Gsteig, avait fait entrevoir une solution favorable.Voici ce que nous lisons à ce sujet dans son dernier rapport: La section Berner-Oberland, de concert avec la section Blümlisalp et le Club alpin du Simmenthal-Saanen, a présenté au Conseil d' Etat bernois une pétition " Si* en faveur des chamois de nos Alpes. Il s' en est suivi, dans le sein du Grand-Conseil, une délibération qui a eu pour heureux résultat d' élever à 80 fr. les frais de patente pour la chasse aux chamois. Mais cette mesure est insuffisante, ajoute M. de Steiger. Il faudrait que les aubergistes et les maîtres d' hôtels n' achetassent plus de chamois; déjà plusieurs d' entr, à Interlaken, ont commencé à donner en cela le bon exemple. Mais voici: toutes les sections du Club alpin suisse devraient s' associer à la démarche de celle des Grisons et de la Société helvétique des sciences naturelles de Coire, qui ont demandé au Conseil fédéral que le ban contre cette chasse ne fût plus établi tous les cinq ans seulement dans telle ou telle portion de nos alpes suisses, mais sur toutes et d' une manière permanente, ou sinon, tout au moins, qu' au lieu du système de patentes, on introduisit celui du fermage par districts. Une preuve de l' avantage de ce dernier système, quelque restreint qu' il soit, c' est que, grâce à sa mise à exécution dans le vaste territoire qui s' étend de la Lütschine noire à l' Aar, les chamois s' y sont ces dernières années considérablement multipliés, tellement qu' il n' est plus rare aujourd'hui d' en apercevoir des groupes de 15 à 25. Mais si le ban venait à y être levé, quand les impitoyables chasseurs l' envahiront de nouveau, quel affreux et déplorable massacre peut-on déjà malheureusement prévoir à l' avance! Le mieux serait donc, incontestablement, d' appuyer la démarche de nos Confédérés grisons, ayant pour but l' établissement, de par l' Autorité fédérale, d' un ban permanent, ce qu' ils désignent d' une manière plus originale sous cette dénomination de unsere eidgenössischen bleibenden Freiberge.

En janvier dernier, M. le professeur Eugène Rambert, au nom de la commission suisse chargée d' or le groupe Instruction-Education, pour l' Ex universelle de Paris, nous a demandé si le Club alpin suisse ne se proposait pas de prendre part à cette exposition: le Comite central n' a pas cru devoir agréer cette invitation. Notre société a déjà pris part à plusieurs expositions précédentes, notamment à celle du Congrès géographique de Paris où sa collection d' annuaires, de cartes et de panoramas a été jugée digne d' une lettre-récompense de première distinction: en conséquence il nous a paru plus sage qu' elle s' abstînt jusqu' à nouvel ordre.

Sur la demande de plusieurs clubistes, le Comité central a fait confectionner de nouveaux diplômes en forme de petit carnet, sur le modèle en usage dans le Club alpin français et quelques autres sociétés. Ce carnet, au milieu duquel se place la photographie du titulaire, peut ainsi lui servir à constater son identité en pays étranger et le dispenser d' un passeport. Le prix est de 1 fr. 25. ( S' adresser au caissier central. ) Avec le 31 décembre prochain expire le contrat passé pour trois ans entre le Club alpin suisse et la librairie Dalp relativement à la publication du Jahrbuch. La prochaine Conférence des délégués sera appelée par nous à s' occuper de cet important objet. En attendant, vu les rapports faciles et agréables que Chronique..637 nous avons soutenus pendant ces trois années de notre mandat avec notre collègue, M. Schmid, chef de cette librairie, nous lui exprimons ici nos remerciements officiels et sincères; mais nous devons tout particulièrement au rédacteur du Jahrbuch, M. Wäber-Lindt, ce clubiste infatigable au travail comme à la marche, le témoignage bien mérité de notre vive reconnaissance pour son persévérant dévouement. Une preuve éloquente, d' ailleurs, de notre appréciation de ses efforts, c' est le vote du Comité central, en mars dernier, d' un subside extra qui lui a permis de donner, dans le Jahrbuch de cette année, une place supérieure et plus étendue à la partie artistique, exigence légitime réclamée depuis longtemps par un. très-grand nombre de clubistes et à laquelle le Comité central a cru de son devoir de satisfaire.

Au mois de mars, M. le professeur Albert Heim, de Zurich, notre savant collègue géologue, soumettait au Comité central " une proposition ayant pour objet l' étude d' un problème scientifique intéressant, à savoir la mensuration de l' ablation des montagnes par l' érosion des cours d' eau. Il y a environ 40 ans, les terrains d' alluvion de la Reuss, à son embouchure dans le lac des Quatre-Cantons, ont été exactement mesurés surtout au moyen de sondages pratiqués à front du Delta de cette rivière au fond du lac. Or, si l'on renouvelait aujourd'hui cette opération, on pourrait aisément évaluer la masse de débris accumulés durant cette période et, par conséquent, la moyenne annuelle de leur importance, laquelle correspondrait à l' ablation des matériaux enlevés par la décomposition aux cimes, aux crêtes et aux pentes de la région de la Reuss. Ce travail permettrait de trouver une norme pour déterminer la durée des érosions encore possibles dans les vallées et celle nécessaire pour produire un abaissement dans le niveau des Alpes. La science pourrait retirer un grand profit de cette étude, de même queles géologues et les ingénieurs qui s' occupent de la correction des eaux des montagnes. En conséquence, M. le professeur Heim a demandé au Comité central de coopérer à ce précieux résultat en lui ouvrant un modeste crédit de frs. 600 pour procéder aux opérations nécessaires, en s' engageant d' avance à prendre à sa charge l' excédant de la dépense. Convaincus de l' importance de cette question et certains d' avance de l' approbation du Club entier, nous avons de grand cœur accédé à sa demande. M. Heim a de suite appelé à l' œuvre deux habiles ingénieurs, le travail devant se faire sous sa direction pendant les mois d' avril et de mai, avant la fonte des neiges. Aussitôt la mensuration faite, M. Heim nous donnera connaissance des résultats obtenus.

Nos relations avec nos collègues étrangers se sont multipliées, à notre grande satisfaction, soit par correspondances, par échange réciproque de publications — ainsi, depuis peu de mois, avec l' intéressant bulletin périodique de la section de Lyon, avec le Club alpin des Karpathes,, avec la Société royale hongroise des sciences naturelles, soit par délégations aux fêtes des Clubs alpins français et italien, soit encore par le fait de deux excursions avec des alpinistes du Faucigny et du Chablais. M. Moïse Briquet a représenté le Club alpin suisse à la fête alpine du Petit St-Bernard, organisée par la section d' Aoste du Club alpin italien,, les 30, 31 juillet et ler août; M. Baumann-Zürrer, de Zurich, à la réunion internationale des alpinistes à Gressonay, les 4, 5 et 6 août, ainsi qu' au 10e congrès italien, à Auronzo, les 26 et 27 août; et enfin M. Binet-Hentsch au 2e congrès international, convoqué par le Club alpin français à Grenoble, le 12 août et jours suivants. Partout nos amis ont reçu l' accueil le plus empressé et le plus sympathique et ils sont revenus convaincus une fois de plus des avantages multiples de ces rendez-vous internationaux.

Quant aux clubistes anglais, si nous avons la fréquente et agréable occasion d' en rencontrer chaque année un très-grand nombre en Suisse, et même parfois le plaisir de faire avec plusieurs d' entre eux quelque excursion, par contre les rapports officiels entre les Clubs anglais et suisse sont tout-à-fait nuls, ce que nous regrettons beaucoup. Nous désirons vivement que tels ou tels membresde Y English Alpine Club, notre devancier et notre maître en alpinisme, veuillent bien honorer de leur présence notre prochaine fête. M. Henri Pasteur, à la fois membre de la section genevoise et du Club alpin anglais, lors du banquet de cette société en décembre dernier à Londres, a, éloquemment représenté le Club alpin suisse en réponse au toast porté à ce dernier par le président.

Quant au congrès du Club alpin allemand et autrichien à Traunstein, en Bavière, vers la fin d' août, nous avons eu le vif regret qu' aucun clubiste suisse n' ait pu s' y rendre; aussi espérons-nous que, cette année, le Club €40Chronique.

alpin suisse ne manquera pas d' être représenté au congrès d' Ischi, dans le Salzkammergut.

C' est ici le lieu de faire connaître publiquement la haute preuve d' estime et de sympathie que nous a donnée l' année dernière le Club alpin italien, en conférant le titre de membre honoraire de cette société à nos illustres collègues et confédérés, MM. Bernard et Gottlieb Studer, de Berne, pour leurs remarquables travaux sur les Alpes.

La mention de ce témoignage honorifique du Club alpin italien nous rappelle qu' à la date du 10 janvier, M. Cesare Isaia, président de la section de Turin, nous informait de la perte subite et immense que venait de faire l' Italie entière, et le Club alpin italien en particulier, par la mort de Victor-Emmanuel, président honoraire et dévoué de cette société. Nous avons de suite assuré M. Isaia de la part sympathique et profonde que nous prenions comme Suisses et comme alpinistes à ce deuil national.

Le prochain rendez-vous du Club alpin suisse aura lieu les premiers jours de septembre, à Interlaken, où nous convie aimablement la section Berner-Oberland. A l' occasion de cette fête et en vue de lui assurer un attrait de plus, le comité de cette section avait eu l' idée d' organiser une exposition de tous les objets rentrant dans le domaine alpin. Dans ce but, il avait élaboré un programme très-consciencieusement minuté, mais qui, par son étendue, par le concours officiel et la responsabilité qu' il réclamait de toutes les sections, souleva chez la plupart un très-grand nombre d' ob. Ces objections se sont fait jour par corres- pondance et surtont dans le sein de la Conférence spéciale convoquée à Berne, le 24 janvier, par le comité de la section Berner-Oberland et présidée par son président, M. le pasteur v. Steiger de Gsteig. Si 3 ou 4 sections se sont déclarées favorables au projet et plusieurs autres fort peu sympathiques, le plus grand nombre d' entr l' a trouvé beaucoup trop vaste, compliqué et d' une exécution onéreuse. Le Comité central était tout-à-fait de l' avis de ces dernières. Aussi la Conférence des délégués des sections présents à Berne s' est terminée par ce vœu formulé par la grande majorité d' entr: à savoir que le comité d' initiative modifiât et sim' plifiât considérablement le projet dans plusieurs branches du programme. C' est sous cette condition que le Comité central promit un subside fixe et modéré de frs. 500. Quinze jours plus tard, après mûres réflexions et délibérations, le comité de la section Berner-Oberland nous informait qu' il venait de décider, quoique bien à regret, de renoncer entièrement à son projet d' exposition, tout en ajoutant très-aimablement à sa circulaire que, malgré- cette déception, cette section ne ferait pas moins tout son possible pour assurer aux clubistes qui répondront à l' invitation de septembre prochain l' accueil le plus cordial et le plus de jouissance possible.

A ce propos, profitons de l' occasion pour dire un mot de la dernière réunion libre du Club à Glaris: d' abord, pour remercier une fois de plus officiellement et bien sincèrement la section du Tödi pour sa bonne et généreuse réception, et avant tout son comité pour la préparation laborieuse de son programme et la 41 peine qu' il s' est donnée en vue d' en faciliter l' exécution; nous ajoutons ensuite quelques rapides observations sur la nature même de ces réunions libres.

Nous ne croyons pas du tout cette innovation heureuse. La proposition en avait déjà été souvent faite, toujours sans succès, jusqu' à ce qu' enfin elle fut votée à Thoune, il y a deux ans, mais à une seule voix de majorité. L' expérience a dû se faire, elle s' est faite, mais nous pensons que les promoteurs de cette innovation n' ont pas eu lieu de s' en applaudir; en tout cas, nous avons su nos impressions négatives partagées par le plus grand nombre des clubistes présents à Glaris. Yoici nos principales observations: 1° Malgré la quote-part de la caisse centrale aux frais généraux de la réunion de Glaris, les dépenses de la section du Tödi n' ont pas été de beaucoup inférieures à celles de mainte autre section, dans les réunions antérieures où chaque clubiste payait de 5 à 10 fr. sa carte de fête; 2° les clubistes venus à Glaris n' ont pu, pour la plupart, que s' entrevoir de loin, et seulement pendant le banquet, car dès le lendemain de bonne heure, ils se dispersaient de tous côtés; 3° vu l' absence d' une assemblée générale, ainsi que la prescrit formellement l' art. 11 de nos statuts, la Conférence des délégués aurait pu se voir obligée, si elle eût pris quelque décision grave, dans le domaine pécuniaire ou dans tel autre, ou de la mettre elle-même à exécution, ou d' attendre une année entière pour soumettre sa proposition à l' approbation de la prochaine assemblée générale; 4° à défaut d' assemblée il n' y a point eu de travaux présentés sur aucun sujet, lacune très-regrettable qui, en se renouvelant tous les deux ans, serait très-nuisible à la vie intellectuelle et aux progrès du Club alpin suisse; 5° maintenant que le nombre des sections est de 22, même en tenant compte des difficultés de réception de plusieurs d' entre elles, le tour de chacune ne reviendrait qu' après une longue série d' années; 6° avec le nouveau système, les modestes excursions en masse du second jour de fête disparaissent, et pourtant, que de nombreux et agréables souvenirs n' ont pas laissés les journées des Mayens, des Avents, de Charmey, du Beatenberg, de Weissbad, d' Urnœsch, de Rotzloch, du Salève etc.; à tous ceux qui y ont pris part! 7° Enfiny les sections vivant toute l' année de leur vie propre et particulière, n' est pas un devoir impérieux de donner le plus de temps et de soins possibles à la seule occasion qui s' offre annuellement de resserrer entr' elles le lien fédéral? Aussi voulons-nous espérer que le Club reviendra, dans sa prochaine conférence, sur la décision prise à Thoune!

En tout cas, à Interlaken, l' automne prochain, tout se passera selon nos anciens us et coutumes, et tout nous promet une belle fête, le programme du comité de la section Berner-Oberland étant des plus souriants.

Au moment de clore cette chronique, nous tenons à reproduire ici les lignes suivantes du dernier rapport annuel de M. le pasteur de Steiger, de Gsteig, président de la section Berner-Oberland. Elles sont l' ex éloquente et fidèle d' un regret légitime que nous partageons avec lui et d' un vœu auquel nous nous associons de cœur, à l' endroit de la jeunesse suisse et du Club alpin. Nos lecteurs de langue française nous pardonneront de ne pas traduire ces lignes et de leur laisser le cachet original de la plume de leur auteur:

«... Doch eine Klage — oder wenigstens eine Frage — muss hier doch heraus: Wo bleiben die Jünglinge und jungen Männer, die Zwanziger — und Fünfundzwanziger, bei denen vorab man jugendliches Feuer und frischen Muth erwartet, noch nicht gelähmt durch des Lebens Sorgen, noch nicht abgeblasst durch die kalte Spekulation, welche, in spätem Jahren eher verzeihlich, bei jedem idealen Streben fragt: Was nützt das? Ja, wie kommt es, dass wir gerade aus der jüngsten Generation uns fast gar nicht rekrutiren? Sind wir Alpenclubisten Schuld daran oder sie selbst, ihr Mangel an vaterländischem und idealem Geist? Ohne uns selber von Schuld frei zu sprechen ( wir könnten uns in dieser Hinsicht vielleicht mehr Mühe geben ), können wir doch nicht umhin, in dem Wegbleiben mancher jungen Männer ein fatales Symptom des blasirten, kalten, bequemen Zeitgeistes zu erkennen, der bei Bier und Kartenspiel sich genügen lässt, wobei uns gerade die Worte jenes Selbstzufriedenen einfallen, welcher rühmte:

« Ein schönes Loos ist mir beschieden, mein Freund: ich bin mir selbst genug! » Mit des Freundes Antwort:

« Das find ich löblich und auch klug: du bist mit Wenigem zufrieden. » Halten wir jedoch mit der Kritik der Nichtclubisten, welche eigentlich solche sein sollten, ein; wären doch unser genug, wenn wir sie nur hie und da wenigstens zur Hälfte zusammenbrächten! Aber dieses ist uns auch im verflossenen Jahre nicht gelungen ».

En terminant ces pages, nous ne pouvons que renouveler nos souhaits les plus ardents pour que notre cher Club alpin suisse remplisse toujours plus fidèlement son noble et beau mandat et qu' il occupe une place de plus en plus importante au milieu des associations fédérales si utiles à notre bien-aimée patrie!

Genève, le 30 avril 1878.

Le Président central: Albert Freundler, pasteur.

P. S. Notre chronique était sous presse lorsque nous avons reçu la bonne nouvelle de la fondation d' une nouvelle section, la 23 me, celle du Wildhorn, ce sera la 4 m° dans le canton de Berne. Depuis quatre ans déjà, une société alpine particulière, locale, connue sous le nom de Simmenthal-Saanen-Alpenclub, poursuivant sur son territoire le même but que le C.A.S. dans la Suisse tout entière, était en pleine activité et comptait un très grand nombre de membres. C' est dans son sein que, le 19 avril dernier, s' est constituée la section ci-dessus, du nom de la principale sommité de la contrée. Le Comité central l' a aussitôt admise avec empressement et nous lui avons souhaité une fraternelle bienvenue an nom du C.A.S. tout entier. Son champ d' activité s' étend de Wimmis, à la porte du Simmenthal, jusqu' à Gessenay ( Saanen ). Il se divise en trois districts, ceux du Bas- et du Haut-Simmenthal, avec celui de Gessenay: toute la partie occidentale des Alpes bernoises vient ainsi se ranger sous le drapeau fédéral du C.A.S.

La section Wildhorn compte aujourd'hui onze membres, son centre principal est Zweisimmen. Cette section a inauguré sa vie clubistique en décidant la construction, depuis si longtemps reconnue nécessaire, d' une cabane au pied du glacier inférieur du Wildhorn. Elle a sollicité du Comité central un subside, en accompagnant sa demande des plans et devis. Ainsi que le faisait pressentir un passage de notre chronique, cette demande a été de suite agréée. Le Comité csntral a voté fr. 600, soit la moitié approximative des frais prévus. La société des Bains de la Lenk fournira gratis le bois nécessaire et le possesseur du terrain en fera vraisemblablement la cession gratuite. Un membre de la nouvelle section, M. Joh. Zahler, maître-charpentier, s' est chargé de la construction. La cabane sera déjà en état de service, espère-t-on, dans le courant de juillet prochain. Le nombre total des cabanes du C' A. S. sera donc cet été de 2.7.

Feedback