Il y a prises et prises

Dans les salles d’escalade, il y a plastique et plastique. Depuis quelques années, les prises en polyester cèdent la place à celles en polyuréthane. Eclairage.

Les aviez-vous déjà repérées? Les prises en polyuréthane se distinguent par leurs couleurs plus vives. «Celles en polyester sont plus ternes en raison de leur teneur en sables de quartz», nous apprend Mathieu Achermann, cofondateur de l’entreprise biennoise Flathold, spécialisée dans la fabrication de prises de nouvelle génération. Mais la différence essentielle n’est pas là. Le polyuréthane, certes plus difficile à fabriquer, et donc plus onéreux, permet d’obtenir des prises plus souples et plus solides. Le graal pour les ouvreurs de voies professionnels, qui ne peuvent pas se permettre des prises qui cassent lors de compétitions. De même, le renouvellement régulier des voies dans les grandes salles exige des prises résistant aux manipulations fréquentes.

«Le polyuréthane a permis l’émergence de prises plus grandes, mais aussi de formes plus complexes et plus fines, impensables avec le polyester», ajoute Mathieu Achermann. S’il en garde précieusement le secret de fabrication, le Biennois assure que les prototypes des formes sont réalisés à la main. «C’est le seul moyen d’obtenir des prises ‹vivantes› et ergonomiques.»

Feedback