Impact des pistes de ski sur les lacs alpins (Aletsch)

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Un exemple de la région d' Aletsch ( VS ) Claude Béguin et Jean-Paul Theurillat, Neuchâtel RÉSUMÉ Les auteurs décrivent les causes de la disparition d' un petit lac alpin dans la région de Kiihboden/Fiesch ( Valais ), effet indirect de l' aplanissement d' une piste de ski au bulldozer. Ils donnent un aperçu de la végétation disparue par analogie avec un milieu semblable avoisinant. Ils terminent par des considérations générales sur les menaces, les valeurs et mesures de protection des milieux humides de haute altitude.

INTRODUCTION Dans le cadre du projet MAB-Aletsch ( Man and Biosphere ) du Fonds national de la recherche scientifique, dont un des aspects porte sur l' ana de la végétation et du paysage ', nous avons fait quelques observations sur la « zonation » et la dynamique de la végétation des lieux humides en montagne. Nous avons été particulièrement sur- 1 Par la méthode symphytosociologique.

pris par le mode de disparition d' un petit lac alpin, résultat indirect de l' aménagement d' une piste de ski au bulldozer dans les abords immédiats du lac.

DISPARITION DU LAC PAR LA DÉGRADATION DES SOLS AVOISINANTS ET PAR L' ACCÉLÉRATION DES PROCESSUS D' ATTERRI SSEME NT.

A côté du téléski qui monte de Kühboden ( Fiesch ) en direction de l' Eggishorn, nous avons trouvé un petit lac alpin ( fig. 1, photo 150 ) comblé de boues minérales blanchâtres et exempt de toute végétation2.

C' est un étrange spectacle, plutôt triste, et à première vue incompréhensible. Une observation plus attentive montre cependant que les rives du lac situées du côté de la moraine sont partiellement mises à nu et ravinées par les ruissellements diffus et concentré ( fig. 2 ). Très spectaculaire, cette érosion n' a pu s' amorcer et s' accentuer qu' à la suite d' un rajeunissement brusque des versants. En effet, les sols du type ranker des moraines latérales exposées ( à cette altitude ) au sud sont généralement bien fixes par les strates herbacée et arbustive. Il a donc fallu un impact dur et brutal pour que le processus de dégradation l' emporte sur celui de stabilisation. Il est bien évident, dans notre cas, que c' est l' aménagement au bulldozer de la piste de ski qui rejoint et suit le sommet de la moraine latérale ( photo 2 ) qui est la cause de la rupture d' équilibre et qui a fourni le matériel nécessaire au comblement. L' érosion éolienne et l' éro fluviale ( essentiellement ) maintiennent le terrain ouvert et empêchent toute « cautérisation » par la végétation. En outre, la piste de ski longeant la partie supérieure de la moraine sert également de chemin pour de nombreux touristes et occasionnellement pour différents véhicules motorisés. Leur action rend encore plus difficile toute tentative de recolonisation du sol par les plantes Coordonnées: 650, 850/140, 800, P. 2326.

650 fVan de situation.

alpines. Enfin, la construction d' un pylône et d' un muret de soutènement, servant à l' aménagement Reproduit avec l' autorisation au service topographique fédéra] du ,4 avril 1981. jje la piste de remontée à l' extrémité sud-ouest du Carklac, augmente encore la surface d' abrasion et la Carte nationale Aletschgletscher 1269,1:25 000. Service topo- prise en charge de matériaux fins de comblement, graphique fédéral, Wabern, 1975.Quant au versant structural nord-est, il n' a pas été autant « éventré » par les engins mécaniques. Tout au plus, les aspérités les plus convexes du talus subissent-elles l' action des arêtes affûtées des skis de descente; ce « fauchage » paraît pourtant négligeable dans notre cas et n' intervient pour ainsi dire pas. D' une manière générale, c' est donc bien la préparation d' aires skiables par de puissants moyens mécaniques et souvent à l' aide d' explosifs qui détériorent les sols alpins fragiles. Les particules, entraînées par divers modes de transport, s' ac dans les dépressions qu' elles remplissent en modifiant radicalement la faune et la végétation. L' exemple de comblement de ce petit lac n' apparaît pas seulement comme un révélateur spectaculaire de modifications profondes des écosystèmes alpins, mais c' est aussi une atteinte à l' es du paysage. On ne remplace pas avantageusement une surface d' eau par un champ de boue!

ANALYSE DE LA VÉGÉTATION A côté du petit lac disparu, nous avons trouvé, dans le même dispositif géomorphologique, un milieu très probablement analogue abritant une population dense de linaigrettes à feuilles étroites ( Eriophorum angustifolium ssp. alpinum ) ( photo 3 ). Etant donne la grande rareté de ce type de végétation dans la région, un relevé seulement constitue le tableau ci-dessous. Il a été effectué le 16 septembre 1980.

Piste de remontée Lac comblé Processus d' atterrissementMoraine latérale dégradée. Piste de descente Bloc-diagramme expliquant le mode de comblement du petit lac par ruissellement.

)'73 Groupement à Eriophorum angustifolium Relevé Altitude ( en mètres ) Surface ( en m2 ) Recouvrement en % Nombre d' espèces MAB 530 2345 m 80 5° 1 Eriophorum angustifolium Honck. ssp. alpinum ( Gaud. ) Asch. & Graeb.

4.4 Ce relevé correspond à un petit lac colonisé, dans sa partie centrale uniquement, par Eriophorum angustifolium ssp. alpinum qui forme ainsi une population dense et impressionnante, surtout par l' abondance de sa rhizomasse. Lorsqu' elle peut croître dans son terrain de prédilection et atteindre ainsi son optimum de développement dans la nature, cette espèce ne laisse plus de place à la concurrence. Nous sommes ici en présence d' un de ces nombreux cas où les conditions d' existence extrêmes suppriment toute diversité au maximum, ne permettant qu' à une seule espèce de s' instal 3.

.'Si le niveau d' eau était plus élevé, on aurait la présence de la laîche renflée ( Carex rostrata ) ainsi que nous avons pu le constater dans la région. Il n' est d' ailleurs pas impossible que la végétation du petit lac comblé se soit rapprochée davantage du Caricetum rostratae que du groupement à Eriophorum angustifolium, car le niveau d' eau devait être plus élevé. Le groupement ä linaigrettes à feuilles étroites appartient incontestablement à l' alliance du Caricionfuscae qui comprend la végétation des marais acides. On le rencontre en contact soit avec le groupement à laîches brunes en touradons ( Caricetum fuscae ), soit avec le groupement à laîches brunes avec des sphaignes ( Caricetum fuscae sphagnetosum ). La situation du groupement à linaigrettes dans le profil n' est pas sans rappeler celle de certains groupements à vulpin fauve ( Alopemrus aequahs ) ( Béguin et Theurillat, 1980 ). La zonation et la dynamique des différentes associations végétales de petits lacs alpins formés sur les versants par le placage des moraines latérales méritent encore une étude plus approfondie. Nous constatons pour l' instant que le groupement à linaigrettes se développe dans des zones humides plus riches en matière organique et moins facilement asséchées que les groupements à vulpin fauve, dont la vase minérale peut durcir et se craqueler facilement. Le milieu à Eriophorum se présente plutôt comme une ébauche de tourbière bombée très peu active, la croissance de la tourbe étant extrêmement lente à cette altitude et sous ce climat.

MENACES Dans le cas particulier, on ne peut plus guère parler de menaces, puisque le petit lac a été complètement bouché et qu' il ressemble actuellement à une zone désertique. Mais il est vrai que d' autres lacs, d' autres zones humides dans les Alpes sont sérieusement menaces non seulement dans la région-test d' Aletsch, mais dans toutes les montagnes où se développe un certain tourisme industriel et mécanisé. La construction des téléskis et de toutes leurs annexes ( stations principales, stations intermédiaires, relais, pylônes, etc. ) est généralement réalisée sur des replats favorables à ce genre de travaux. On a donc tendance dans la pratique à construire malheureusement à proximité immédiate des endroits plus ou moins humides, qui représentent le plus souvent en montagne un potentiel biologique de haute valeur. C' est ainsi que le plateau qui s' étend de Riederalp aux lacs de Märjelen en passant par Bettmeralp et Kühboden apparaît déjà très dégradé.

D' ailleurs, les dangers que représente pour la nature un tourisme hivernal ( qui ne se préoccupe pas suffisamment de son environnement ) ne concernent pas uniquement les petits lacs alpins, mais aussi les étangs et toute zone marécageuse de montagne. Les travaux remarquables de Pauli ( 1974 ) et Zettel ( 1974 ) sur l' écologie hivernale du petit tétras ( Tetrao tetrix ) dans la forêt d' Aletsch ne font que souligner les menaces que constitue une certaine expansion des stations de sports d' hiver. A ce sujet, de nombreux auteurs ont déjà attire l' atten du public sur ces questions4.

VALEURS ET MESURES DE PROTECTION La linaigrette à feuilles étroites ( Eriophorum angustifolium ) n' est pas une plante rare. En revanche, le groupement à Eriophorum, que nous venons de signaler, est très rare dans la région.

4 Richard et Geissler, 1979; Oggier et al., 1981; Luder, 1980; Baumgartner, 1980 D' une manière générale, les milieux humides à linaigrettes ( Eriophorum ), à vulpin ( Alopecurus ), à rubanier ( Sparganium ), à laîches renflées ( Carex rostrata ) et toute la végétation des sources constituent, avec la grande forêt d' aroles ( Pinus cembra ), les biotopes les plus intéressants de l' étage subalpin. Précieux et spectaculaires, ils appartiennent aussi à des unités de paysage rares et d' une extrême beauté. Ces complexes paysagers ( sig-massociations dans la nomenclature symphytoso-ciologique ) et leurs constituants ( associations et espèces végétales ) représentent d' ores et déjà de grandes valeurs de protection pour la région, avant même qu' un système de cotation ad hoc puisse en fixer les qualités et les quantités biologiques. Ces estimations sont d' autant plus élevées qu' elles sont généralement rehaussées par des données zoologiques dont les échelles de valeurs coïncident avec celles de la botanique. Très appréciées par l' homme, tant pour leur côté utilitaire que pour leur côté sentimental, ces biocoeno-ses sont actuellement très menacées, et des mesures de protection s' imposent. Dans le cas particulier du petit lac disparu au-dessus de Kühboden, on ne peut plus parler de protection ou de retour à des conditions primitives. Tout au plus pourra-t-on suivre la zonation et la dynamique de la végétation en s' efforçant de protéger des carrés permanents installés à cet endroit. En revanche, il reste heureusement quelques surfaces marécageuses dignes d' intérêt, notamment celle située immédiatement au sud-ouest, à quelques centaines de mètres Groupement à Eriophorum angustifolium Laîches brunesLaîches brunes et sphaignesen touradon NardaieNardaie Profil topographique semi-schématique du groupement à linaigrettes à feuilles étroites ( Eriophorum angustifolium ssp. alpinum ).

du lac disparu ( fig. I et 3, photo 1 ) s qui devrait pouvoir bénéficier d' un statut de protection permettant d' éviter toute influence anthropo-zoogène, ne serait-ce que comme compensation aux dégâts irréversibles, causes à la nature dans la ceinture des petits lacs morainiques d' Aletsch.

r DISCUSSION - CONCLUSION L' étude de l' aire MAB-Aletsch fait ressortir notamment les menaces qui planent sur les zones humides et les replats en haute montagne. Que l' impact de l' homme se marque directement par diverses constructions ou qu' il se manifeste indirectement par la dégradation des sols et de la végétation, les dégâts s' avèrent de toute manière plus importants que prévu.

Sportifs, nous ne pouvons pas assez dire les bienfaits du ski alpin. Biologistes, nous souhaitons une collaboration fructueuse avec les responsables de l' aménagement du territoire pour promouvoir un développement touristique harmonieux. C' est ainsi qu' il aurait été facile de préparer une piste de ski au même endroit pour que le petit lac de Kühboden figure encore à ce jour sur nos cartes topographiques. Les conséquences du travail au bulldozer et à l' explosif5 dans la zone alpine sont particulièrement néfastes. Le maintien et l' évolution des sols en montagne sont très difficiles et très lents; il faut plusieurs centaines d' années pour former un sol mûr. Les écosystèmes alpins sont fragiles et en équilibre instable dans un milieu où tous les êtres vivants croissent dans des conditions d' existence extrêmes, aux limites possibles de la vie. Il s' agit donc de concevoir un tourisme d' alti intégrant certaines règles écologiques. Le touriste ne vient pas en station pour observer les réactions secondaires de l' homme sur la nature, mais plutôt pour contempler les beautés naturel- s Coordonnées 650, 750/140, 675.

h L' utilisation de bulldozers et d' explosifs en zone alpine devrait toujours être accompagnée d' un préavis écologique favorable.

les du monde des Alpes. L' aspect biologique d' une région ne devrait-il pas être aussi pris en considération dans l' intérêt général de la population? L' épanouissement de l' homme peut-il se faire sans un certain respect de la nature?

Les choses étant ce qu' elles sont, puisse la disparition du lac de Kühboden faire réfléchir l' opinion publique et les autorités responsables sur la nécessité d' aménager à l' avenir une région touristique avec la nature, pour une exploitation rationnelle du territoire alpin!

Bibliographie Baumgartner, R. ( 1980 ): Ski Heil. Schweiz. Naturschutz 46 ( 6 ), 2-3.

Becherer, A. ( 1956 ): Florae Vallesiacae Supplementum. Denkschr. Schweiz. Naturf. Ges. 81, 87. Béguin, C. et Theurillat,J.P. ( 1980 ): Contribution floristique et phytosociologique à l' étude de la région d' Aletsch. Bull.

Murithienne 97. Jaccard, H. ( 1895 ): Catalogue de la Flore Valaisanne. Neue Denkschr. Allg. Schweiz. Ges. Gesamten Naturwiss. 34, 361. Luder, P. ( 1980 ): Plaisir du ski. Schweiz. Naturschutz 46 ( 6 ), 2-3- Oberdorfer, E. ( 1979 ): Pflanzensoziologische Exkursions-flora, ed. 4, 1-997. Ulmer. Stuttgart.

Oggier, P.A., Gay-Balmaz, H. et Gard, F. ( 1981: Ski-pistes -avalanches. Schweiz. Naturschutz 47 ( 2 ), 24-26.

Pauli, H.R. ( 1974 ): Zur Winterökologie des Birkhuhns, Tetrao tetrix, in den Schweizer Alpen. Ornithologische Beobachter 7/, 247-278.

Richard, J.L. et Geissler, P. ( 1979 ): A la découverte de la végétation des cours d' eau de l' étage alpin du Valais ( Suisse ). Phytocoenol. 6, 183-201.

Zettel, J. ( 1974 ): Nährungsökologische Untersuchungen am Birkhuhn, Tetrao tetrix, in den Schweizer Alpen. Ornithologische Beobachter 71, 186-246.

Feedback