JO 2022: le CAS incohérent

Lorsque je me suis inscrit au CAS voici dix ans, j’étais très fier de participer à la défense de l’environnement alpin. Aujourd’hui, les enjeux sont peut-être différents, les pressions plus fortes. Toujours est-il que le CAS ne me semble pas toujours au clair avec ses Lignes directrices. Dans «Les Alpes» 1/2013, il se prétend avocat des montagnes et exige d’être consulté lors de constructions liées à l’énergie. Mais dans ce même magazine, il s’annonce favorable aux JO 2022 aux Grisons, à condition d’une réalisation écologique. Paradoxal, non?

Si le partenariat avec AXPO ou la publicité omniprésente du magazine peut s’expliquer par des besoins financiers (même si incohérents avec la défense de l’environnement), il en va autrement de constructions dans notre paysage alpin. Des JO qui sont respectueux de l’environnement, c’est une farce au goût amer. J’attendais du CAS une position plus ferme en faveur de notre patrimoine naturel. Si les Grisons sont choisis pour 2022, j’aurais préféré que notre CAS n’y soit aucunement associé.

Feedback