Kiteskiing. Les proies du vent | Club Alpin Suisse CAS

Kiteskiing. Les proies du vent

Les proies du vent

Gravir une montagne sans peine à la seule force du vent et redescendre une belle pente de poudreuse dans une nature intacte, c' est possible grâce au kiteskiing. En Suisse, les terrains qui se prêtent à ce sport sont malheureusement rares: la région des lacs de Haute-Engadine et quelques glaciers. Mais en Scandinavie, c' est autre chose...

Ce nouveau sport, nommé kiteskiingski cerf-volant ) ou sailskiing, fait toujours plus d' adeptes. Vous vous laissez tirer par le vent, sous un cerf-volant attaché par quatre suspentes, et vous glissez sans dépenser votre propre énergie, avec des skis ou un snowboard, sur des lacs gelés ou des glaciers. Le kiteskiing en est encore à ses débuts dans notre pays, où les possibilités sont insuffisantes pour en faire un sport de masse. Cependant, depuis quelques années, les cerfs-volants multicolores de 12 m 2 au maximum présentent leur ballet chaque hiver au lac de Silvaplana. Mais sur les glaciers ou les pentes qui s' y prêtent, les kiters font encore figure d' extraterrestres.

La scène du kite s' agrandit Le développement technique du kite progresse très rapidement. Alors qu' au début, les rares bricoleurs ou fanatiques de deltaplane qui s' adonnaient à ce sport devaient fabriquer eux-mêmes leur voile, ce sont désormais de grands producteurs qui se chargent de les construire. A part un kite et du vent ( au moins 7 km/h ou 12 km/h env. dans la haute neige ), se lancer dans l' aventure ne requiert qu' un trapèze ( comparable à un surf ) et quelques heures d' entraînement pour apprendre à diriger l' engin. Mais il ne faut pas sous-estimer la force du vent: il est donc recommandé de prendre un cours d' initiation avant de se lancer. La scène suisse du kite 1, qui compte environ 500 passionnés de cerf-volant, confirmés ou plus jeunes, n' a que peu d' expérience des terrains glaciaires bénéficiant de bonnes conditions de vent. En Scandinavie en revanche, spécialement en Norvège, le kiteskiing a une longue tradition. Si, chez nous, le tempo et la dynamique jouent le premier rôle, les Norvégiens utilisent plutôt le skisailing pour progresser tranquillement. A cause de la force du vent, ils utilisent des suspentes plus courtes, de 5 m maximum, alors qu' elles peuvent mesurer jusqu' à 42 m. La longueur, ainsi que la surface de la voile – de 3 à 12 m 2 – ont une influence sur la vitesse. Et, bien sûr, plus les suspentes sont longues, plus il est difficile de diriger le kite.

On distingue deux types de kite: les matelas et les tubes. Les matelas sont rectangulaires ou, parfois, en forme de banane, et présentent des ouvertures ( fentes ) sur le devant. Ils sont maintenus en forme aussi bien par la suspension ( balance ) que par l' air stable contenu à l' intérieur du matelas. Les tubes au contraire, utilisés principalement en été, sur l' eau, consistent en une seule couche de tissu et comportent des stabilisateurs remplis d' air que l'on gonfle comme un matelas.

Jouets du vent Le centre de skisailing de Norvège se situe dans la région de Finse 2, sur la ligne de train Oslo-Bergen, à 1222 m d' altitude. Cette région, qui accueille la plus haute gare de Norvège, offre des conditions idéales pour le kiteskiing grâce au glacier Hardangerjokulen, qui s' étend sur 80 km 2, à 1800 m d' altitude. Ce paysage de chaînes de collines aux pentes douces

1 Cf. www.kitesailing.ch 2 Cf. www.finse.com Pho to s:

St ef an Ke rn

Le livre anniversaire

Hilfe am Berg, Hundert Jahre Alpine Rettung SAC in der Schweiz. Edité par la commission de sauvetage alpin du CAS, Peter Donatsch/ Richard Elsener, AS-Verlag, Zürich 2001. ISBN 3-905111-64-0 Disponible auprès des Editions du CAS à prix préférentiel pour les membres du CAS ( 44 fr. 80 ) ou en librairie ( 49 fr. 80 ) LES ALPES 12/2001

et de vallées permet de faire des excursions d' une journée sur une distance de 100 km. De nombreux lacs gelés, l' absence de forêts et de lignes électriques à haute tension complètent ce tableau. La neige et le vent y sont garantis... du moins, le pensions-nous!

Mais que faire lorsque, sur deux semaines, le vent ne souffle que tous les quatre jours? Nous avons dû renoncer aux longues excursions en kite projetées, pour étudier les prévisions du temps, guetter le vent et les précipitations et attendre, encore et toujours. Et plus le temps était au beau, plus le vent était faible.

Une progression qui économise des forces Lorsque le vent se lève, il souffle tout de suite en rafales. Si nous volons souvent sur le lac de Silvaplana avec des voiles de 10 m 2 et davantage, dans le Grand Nord, 3 m 2 suffisent. Le paysage blanc, uniforme, offre peu de points de repère pour s' orienter: pas de rocher proéminent ni de falaise, aucune trace de civilisation... Il est donc impératif d' emporter un GPS et un équipement de secours pour de longues excursions.

Seul celui qui s' adonne à ce sport peut goûter le sentiment unique que procure le fait d' être soulevé dans les airs et de laisser derrière soi les skieurs en train de monter la pente! Arrivés au point le plus haut du glacier, nous replions nos kites sous le regard curieux des randonneurs à ski, puis nous inscrivons notre trace dans la neige vierge, alors que les autres descendent dans leur trace de montée.

Les expéditions dans les régions polaires utilisent toujours davantage le skisailing ou kiteskiing pour avancer en économisant des forces, pour autant, bien sûr, que le vent souffle dans la bonne direction. Les skisails norvégiens conviennent très bien pour progresser dans le vent. L' idéal est de prendre le vent de travers, mais il est également possible d' avancer contre le vent, selon un angle jusqu' à 30°.

Pour pratiquer ce sport, il faut se munir de patience, car le vent est imprévisible. Mais les accros de kiteskiing acceptent cette contrainte et partent volontiers à l' aventure pour découvrir de nouveaux terrains d' action a

Stefan Kern, Zurich ( trad. ) Grâce à ses deux cordes de freinage et de pilotage, le kite se manie aisément, quelle que soit la position de la voile. L' énergie se transmet par le trapèze. En cas d' urgence, il est à tout instant possible d' enlever l' accrochage Le Freestyle est maintenant une discipline de championnats, suisses et européens De vastes étendues glaciaires, intactes, s' étendent à perte de vue. Qui pourrait résister à l' appel de la poudreuse?

Feedback