La fabrique d'Andinistes

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

du C. A. B. A. 1 Samedi après-midi à Buenos Aires.

- Allo Ernest? Si on allait s' entraîner un peu demain? Bon, amène des pitons et un marteau, j' ai le reste. On se voit au train.

Cette conversation téléphonique doit sembler fort banale à n' importe quel grimpeur européen. Mais s' il apprend que Buenos Aires se trouve sur une plaine glaciaire plate comme un billard, et que l' une des rares ondulations ( des collines d' une centaine de mètres ) se trouve à 700 kilomètres de la capitale, il s' imaginera tout de même que l' Ernest du coup de téléphone ne va pas faire ce trajet deux fois en une journée pour l' amour de l' art!

Mais alors, où va-t-il, ce montagnard deshérité par la nature? Eh! bien, je vais vous révéler notre grand secret. A deux pas de Buenos Aires ( à peine à 50 kilomètres ), près d' un village qui s' appelle Escobar, se trouve le « Cerro Caba ». « Cerro » veut dire « mont ». Et cette montagne, c' est... une fabrique en ruines... Nous plantons nos pitons dans la brique et nous pouvons, si l' envie nous en prend, passer en pendule à travers les fenêtres!

Le Cerro Caba se compose de quatre murs sans toit, d' une vingtaine de mètres, arborant arcades, portes, fenêtres, corniches, et même, grâce aux restes d' une ancienne gouttière, une Dülfer verticale! A une quinzaine de mètres de là se dresse l' imposante cheminée de 32 mètres de hauteur, dont je supporte avec mon ami François Boucher l' écrasant honneur d' avoir fait la seconde extérieure ( en artificielle évidemment ). L' intérieur se fait au moyen de marches scellées dans la brique, mais ça, c' est pour les touristes.

Pour ce qui est de l' escalade, tout étant vertical, il n' y a pour ainsi dire pas d' adhérence, et ce sont surtout les doigts qui travaillent.

La brique présente une autre particularité: elle peut être travaillée au marteau-piolet. Ainsi il m' est arrivé plus d' une fois de vouloir montrer à un ami un passage d' une difficulté déterminée, et de découvrir qu' un « bleu », le trouvant peut-être impassable, y avait façonné deux ou trois prises à son goût... Notre ami genevois Raymond Jenny, de passage ici pour la Bolivie, nous demanda, en apercevant les murs marqués d' innombrables trous, si c' étaient les marques d' une ancienne révolution!

L' escalade artificielle se fait au moyen de pitons spéciaux: section carrée 15x15 mm ., à barbes, longs de 5 à 6 cm ., ou bien horizontaux larges. Comme les murs sont recouverts d' une épaisse couche de plâtre, il faut d' abord déblayer la brique pour pouvoir placer un piton, car un trou antérieur ne sert plus. On m' a plusieurs fois demandé à quel degré de difficulté on arrive dans la brique. Comme nos conditions sont quelque peu spéciales, il m' a 1 Centro Andino Buenos Aires. Avec l' autorisation de l' Echo Montagnard ( Genève ).

fallu créer une nouvelle terminologie technique. Nous faisons donc dé l' App I et de l' App H, ce qui veut dire « artificielle pluie-de-plâtre I, ou II », selon que l' épaisseur du plâtre est de 1 ou de 2 centimètres.

La cheminée est en briques nues et sa base carrée présente quelques-uns des passages plus difficiles, dont l' un a été inauguré en 1952 par Magnone et Terray, au retour du Fitz Roy. Plus récemment, nos murs purent s' enorgueillir de la présence d' Adrien Dagory et d' Edmond Denis, de l' équipe qui fit la face sud de l' Aconcagua.

Je prévois pourtant le jour où, nos enfants ayant détruit les restes branlants où nous nous exerçons, nos petits-enfants se verront obligés de construire une nouvelle fabrique en ruines...

Feedback