Là-haut, à la Pointe d'Ireuse. Randonnée hivernale au pays du silence

Randonnée hivernale au pays du silence

A 15 km à vol d' oiseau au sud d' Evian, la région de Nifflon et Ireuse ne fut longtemps connue que de quelques initiés, car ici la présence de remontées mécaniques est inexistante! Le caractère originel de ce paysage de montagne et sa valeur unique vont de pair avec une pratique écologique et durable de la randonnée à raquettes ou à peau de phoque.

Après un automne quasiment dénué de neige fraîche, voici qu' aux premiers jours de l' hiver une bonne couche de poudreuse vient à recouvrir les sommets du Chablais. Il est alors temps de mettre les sacs à dos et de chausser nos raquettes pour entreprendre une course facile, mais ô combien belle, en suivant le chemin des cimes qui conduit aux alpages de Nifflon 1 et à la Pointe d' Ireuse ( 1891 m ).

Couleurs froides irisées de mille feux Sous le timide soleil de la mi-décembre et dans le silence enveloppant du petit matin, nous commençons notre randonnée au départ de l' Ermont ( 1013 m ) dans la vallée du Brevon ( Haut-Chablais ). Une longue et rude ascension nous attend sous le couvert forestier. Les lacets que fait le sentier s' enchaînent rapidement les uns après les autres et ils nous permettent de prendre peu à peu un rythme de marche régulier parfaitement adapté pour la progression avec des raquettes aux pieds. Le paysage qui nous entoure s' apparente au grand nord canadien: les couleurs froides de l' hiver s' irisent de mille feux, la neige scintille comme si elle était recouverte d' innom diamants et la température plus basse qu' à l' ordinaire s' en prend maintenant à l' extrémité de nos doigts. La première pause au lieudit « La Pierre Plate » nous donne l' occasion d' admirer la vallée en contrebas. Quel spectacle! Pas un

1 « Nifflon »: mot dérivé du latin « nec fluere » signifiant « lieu où l' eau ne ruisselle pas ».

A 15 km à vol d' oiseau d' Evian! Un paysage aux allures de grand nord: Nifflon dans le Haut Chablais L' ascension de la Pointe d' Ireuse ( 1891 m ) à raquettes: une course facile qui demande toutefois un certain sens de la montagne. Elle débute par une longue ascension sous le couvert forestier Pho to s:

Di die r Ca ss an y LES ALPES 3/2004

champ, pas un toit de chalet, pas un arbre qui ne soient recouverts d' une bonne épaisseur de neige.

Nifflon et ses chalets Poursuivant notre ascension dans la forêt voici qu' au sortir de la lisière, nous apercevons au-dessus de nous les chalets d' alpage de Nifflon d' en Bas. Une de leurs caractéristiques, c' est qu' ils possèdent ( juste sur l' avant du bâtiment ) ce que l'on appelle en patois « une toene » ( un grand tonneau de bois ) servant à recueillir l' eau du toit lorsque l' été est pluvieux. Jadis, ces réservoirs procuraient de l' eau une bonne partie de la saison estivale. Toutefois si l' été était sec, les paysans devaient aller chercher de la neige dans les tannes 2 avoisinantes afin de pouvoir abreuver leur troupeau. A l' époque, cette tâche était dévolue aux hommes, les femmes allant « en champs » ou restant au chalet pour faire la tomme et le beurre. Autre caractéristique de l' endroit: le beurre d' alpage était autrefois fabriqué avec des barattes à bâtons puis, chaque semaine, descendu à dos d' homme dans des hottes de bois jusqu' à Bellevaux d' où il prenait le chemin de Thonon, d' Evian et de Genève pour y être mis en vente.

Les chalets d' alpage de Nifflon d' en Bas et de Nifflon d' en Haut ont aussi comme particularité d' avoir été

2 Nifflon et Ireuse, c' est la région des « tannes », mot patois désignant les trous, les gouffres, les tan-nières. Ce sont des gouffres aux à-pics impressionnants où, autrefois, durant les mois d' été, les gens du pays allaient chercher de la neige pour obtenir de l' eau. Car sur ce relief karstique, il n' y a pas d' eau, sauf celle qui est recueillie dans les citernes les jours de pluie! A ce jour, plus de 65 gouffres ont été découverts à Nifflon et la profondeur de ces gouffres varie entre 10 et 220 mètres, mais la plupart ne dépassent pas les 50 mètres.

Au début de la course, la montée est rude, mais elle permet au randonneur de prendre un rythme de marche régulier Le village de Bellevaux et ses toits couverts de neige Vue sur le Mont Billiat. Son sommet est ourlé de magnifiques corniches qui font penser à de gigantesques meringues glacées. Au fond, le bleu intense du Léman Pho to s: Di die r Ca ss an y LES ALPES 3/2004

construits sur place: à l' époque, il était possible de couper sur l' alpage tout le bois nécessaire à la construction. La charpente préparée sur place était coupée avec une « bambânne », sorte de grande scie qui se manœuvrait à trois personnes. Pour l' assemblage de ce bois, les chevilles remplaçaient les clous, et les moises, les tenons et les mortaises faisaient partie d' un travail d' art, exécuté avec minutie à l' aide d' outils tels l' her ou la bisaiguë, que l'on peut encore trouver de nos jours chez les bro-canteurs. Vue splendide sur le Mont Billiat et le Léman A l' approche des chalets de Nifflon d' en Bas, la bise se rappelle à notre bon souvenir. Elle souffle maintenant avec force et de manière continue, ce qui fait que la sensation de froid s' accentue encore, nous obligeant à nous abriter le temps d' une courte pause de ravitaillement. Sur le haut des chalets, la vue s' ouvre largement sur les vertigineux couloirs de la face sud du Mont Billiat. Son sommet est ourlé de magnifiques corniches qui font penser à de gigantesques meringues glacées. Plus au nord, c' est le Léman avec une couleur d' un bleu intense: quel superbe contraste!

Nous abordons alors la seconde partie de la randonnée. Tout d' abord nous devons rejoindre l' alpage et les chalets de Nifflon d' en Haut ( 1783 m ) puis, par une traversée en oblique et de nombreux raidillons, gagner le sommet de la Pointe d' Ireuse ( 1891 m ).

Sens de la montagne requis Dès les premiers mètres, le ton est donné. Nous cheminons dans un large vallon où, à cause de l' épaisseur de la couche de

Nifflon d' en Bas et ses fameux chalets construits sur place avec le bois de l' alpage Une pause bien méritée. L' auteur devant l' un des chalets de Nifflon d' en Bas LES ALPES 3/2004 Derrière les épicéas aux branches surchargées de neige, le panorama sur les sommets du Haut-Chablais LES ALPES 3/2004 Photo: Didier Cassany LES ALPES 3/2004

neige, nous devons faire la trace chacun notre tour. Malgré l' excellente portance de nos raquettes, la tâche devient vite éreintante: la neige est partout, rendant la progression un peu plus lente et l' iti moins facile à trouver! C' est dans ce genre de situation que le randonneur se doit ( en plus de la carte, de la boussole et de l' altimètre ) d' avoir le sens de la montagne, celui qui permet de dénicher rapidement le cheminement idéal. Le sommet s' approche, encore quelques lacets sous le couvert d' épicéas aux branches surchargées de neige, une ou deux traversées à flanc de pente, puis ce sont les derniers mètres du raidillon qui nous permet d' atteindre le point culminant de cette randonnée. Du sommet, le point de vue est absolument époustouflant! Dans un froid sibérien, nous sommes immergés dans un monde de cimes majestueuses et le regard ne sait où se poser. Un 360 degrés nous permet d' apprécier, malgré la force du vent et le froid du moment, de magnifiques montagnes: on découvre les sommets du Chablais ( Dent d' Oche, Cornette, Chauffé, Mt de Grange, Roc d' Enfer, les Hauts Forts, etc. ), puis là, dans une petite échancrure, on aperçoit très nettement le Grand Muveran, suivi en enfilade par la longue perspective – reconnaissable parmi tant d' autres – des Dents du Midi entièrement recouvertes de neige. Quel plaisir d' avoir grimpé jusqu' ici dans cette tranquille vallée du Brevon!

Conseils pratiques Accès routier: De Thonon ou d' Evian, prendre la D26 direction Armoy, Reyvroz, Vailly, Le Lavouet pour aller jusqu' à Bellevaux ( 903 m ). Du centre du village, suivre la route communale jusqu' à L' Ermont ( 1013 m ), le point de départ.

Dénivelée: 849 m Horaire global: 5 à 6 h Cartes: CN 1: 50 000, feuille 271 Chablais, IGN Top 25 1: 25 000, feuille 3428 ET.

Difficulté: Peu difficile si l'on prend le même itinéraire pour la descente. Si, par contre, vous choisissez de faire une boucle pour revenir à votre point de départ ( par le col de Seytrouset ), la course devient assez difficile ( longueur de l' itiné et pente soutenue dans la descente sur le col de Seytrouset ).

Pour plus de renseignements, Office du tourisme de Bellevaux: +33 450 73 71 53, www.alpesduleman.com, www.bellevaux.com a

Didier Cassany, Abondance ( F ) C' est là-haut que nous conduit notre randonnée: la Pointe d' Ireuse ( 1891 ) Pho to s: Di die r Ca ss an y LES ALPES 3/2004 Le chemin du retour: à Nifflon d' en Bas, la neige scintille au soleil couchant Nifflon d' en Bas: bientôt, la nuit enveloppera les chalets et les montagnes alentour

Feedback