La loi protège les randonneurs

En réponse au courrier de lecteur «Pas de vélos sur les sentiers», paru dans «Les Alpes» 11/2017

Je ne comprends pas bien pourquoi le CAS, dans sa prise de position par rapport au courrier de lecteur d’Alain Rouget, ne dit rien pour protéger les randonneurs, qui constituent la majorité de ses membres. En effet, la loi stipule également que personne n’est autorisé à circuler sur des chemins d’une largeur inférieure à 2,5 mètres. En outre, si un cycliste me fait tomber d’une paroi sur un sentier de 1 mètre de large, je me demande si son assurance responsabilité civile couvrirait les dommages. Quand je pense à la prolifération non réglementée et toujours plus importante des vélos (en ville, je les rencontre souvent sur les trottoirs), j’estime qu’une lutte résolue est certainement plus indiquée que de la tolérance.

Feedback