La montagne rassemble

Samedi matin, rendez-vous à la gare. Météo : grand beau. But : l’Ochsen dans la région du Gantrisch. Nous sommes 15 personnes, dont deux chefs de courses du CAS. Il y a deux jours, l’un d’eux est déjà venu reconnaıˆtre les conditions sur place, bénévolement. Voyage en bus de location. Quelques-uns se connaissent déjà. Le même jour, des milliers de personnes convergent vers Wengen, théâtre de la Coupe du monde de ski, tels des atomes s’agitant dans la matière. De notre côté, nous traçons notre propre ligne en direction de l’Ochsen, passant par sa selle et son abrupt flanc sud. Dépôt des skis. Tout à la fin, le passage exposé éprouve les nerfs de quelques-uns. Mais, unis les uns aux autres, nous sommes plus forts et avons tôt fait de nous retrouver tous au sommet. Depuis le début, nos liens n’ont cessé de croıˆtre. Pour quelques heures, certes. Mais nous en conservons une expérience qui nous a unis en tant que communauté. Pour le futur aussi.

Jeudi matin, rendez-vous à la gare. Météo : gris en plaine, bleu en altitude. But : traversée de la Schrattenflue depuis le Kemmeriboden. Aujourd’hui, je suis accompagné d’Irina, rencontrée cinq jours plus tôt à l’Ochsen. Depuis, nous avons décidé de faire équipe pour les courses. Montée sous le Böli en contournant le Schibengütsch. Nous traçons notre ligne à travers le paysage karstique enneigé. Sur le Hengst, nous renonçons. Trop de monde là-haut. Descente dans une neige légèrement cartonnée jusqu’à la buvette d’alpage de Schlund. Là se pose la question de l’horaire de départ des bus de Sörenberg. Mais voilà que les personnes assises à la longue table au soleil ont de la place pour nous dans leur voiture. Ils se font un plaisir de nous emmener jusqu’à Langnau. Au fil de la discussion, nous nous découvrons des amis communs au CAS, avec lesquels nous partageons régulièrement des courses. Une fois de plus, c’est la grande famille de la montagne qui nous unit et règle élégamment nos problèmes.

Partout, on se plaint de la solitude et de l’atomisation de la société. Cela ne saurait nous arriver. Nous nous rendons ensemble en montagne, cela crée des liens.

Feedback