La Pierre à Voir

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Marcel Michelet, Volleges

J' en veux à la science qui rebaptise nos sommets.

Saura-t-on pourquoi, dans nos cartes nationales au 5Ooooe, la Pierre à Voir devient la Pierre Avoi?* S' il y a une raison plausible, elle ne parle qu' aux initiés. Pour moi qui n' ai jamais fini de la regarder à toutes les heures et toutes les saisons, elle reste, comme un bei ostensoir, la Pierre ä Voir.

Je la contemple, ce soir du 27 octobre 1970, du train qui, vers les cinq heures, me ramène de Sion ä Martigny.

Assis dans le sens inverse de la marche, je regarde se déplacer les panneaux de la montagne.

Je suis au fond de la mer, où s' est précipite tout le miel de la saison.

Je regarde fuir le paysage proche, le verger de pampre, le coteau avec ses coups de pinceau en ocre jaune, en ocre rouge, en vermeil; la foret, plus unie, comme un large banc d' algues vertes que la lumière a déjà decolorees; et tout à coup, comme si, du fond de la mer, je la tirais avec moi, au ras des eaux et projetée dans le ciel bleu, une arche avec ses grands mäts et ses vergues et sa haute cheminée en feu:

la Pierre à Voir majestueusement s' avance, avec tous ses contreforts illumines!

Et je vous jure qu' elle ne serait pas aussi belle si elle s' appelait la Pierre Avoi.

* Voir à ce sujet l' article de A. Favarger dans le Bulletin des Alpes 196g, page 68. L' auteur y explique que le terme Avoi signifie aigu ( Pierre Avoi = Pierre aigue ). Note du red.

Feedback