L'attention à la montagne

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

La principale source de danger ( à la montagne ) est la nécessité d' une attention incessante, l' invariable promptitude de la glace, de la neige et du rocher à punir sans répit un instant d' oubli ou la plus légère négligence. La première leçon que doit apprendre le novice est d' être toujours sur ses gardes, et c' en est une sur laquelle les plus vieux grimpeurs sont rarement passés maîtres. Malheureusement, c' est un enseignement que le commençant doit apprendre par lui-même, c' est une habitude qu' il doit acquérir et que rien ne lui donna, sinon une pratique constante. Il faut une longue expérience pour imprimer dans son esprit que le danger principal d' une ascension extrêmement difficile se trouve aux endroits faciles qui la suivent, qu' il se trouve moins dans le plein d' une lutte désespérée avec les plus mauvais rochers que dans l' attention relâchée à laquelle vous êtes amené à votre retour sur un terrain comparativement facile. On entend continuellement dire après une formidable escalade que dans telle ascension, certains rochers préliminaires ont paru nettement difficiles, qui, à la descente, après une lutte terrible dans les murailles supérieures, ont été ensuite trouvés « ridiculement faciles ». C' est cette apparence trompeuse de sécurité présentée par ces « rochers ridiculement faciles » qui augmente la liste des victimes alpines. Il y a peu de grimpeurs même parmi les plus anciens et les plus fins, qui n' aient pas à lutter contre ce sentiment que les difficultés sont finies et qu' il n' est plus nécessaire de faire attention.

A. F. Mummery. ( Mes escalades dans les Alpes et le Caucase. )

Feedback