Le déjeuner sur le Monte Ferro et le Scheibenkofel

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

( Monte Lastroni )

PAR S. WALCHER, VIENNE

Avec 3 illustrations ( 15-17 ) Le dimanche, 9 septembre, nous étions arrivés de Collina à l' îlot de langue allemande de Bladen-Sappada, après une ascension de la Hohe Warte' faite de la cabane Mannelli, avec descente sur le refuge Lambertenghi Romanin par l' intéressant sentier Spinotti, du côté sud du Wolayer Pass. Nous lisons au sujet de la fondation de cette commune que les comtes de Heimfels, lors de l' érection de leur forteresse à l' embouchure du Villgratental dans le Pustertal, arrosé par la Drave, opprimèrent les paysans de telle manière que ces derniers cherchèrent refuge auprès du patriarche d' Aquileja, prince d' Empire2. En 1078, une nouvelle patrie avait été concédée aux premières familles dans la vallée supérieure de la Piave, inhabitée jusque-là. D' autres familles s' ajoutèrent dans les siècles suivants. Au 14e siècle, quatorze hameaux de la commune étaient fondés, qui tinrent leurs noms des premiers colons: Lerpa, soit Lerchbach avec Plotta, Grossdorf ou Granvilla, le centre de la colonie, Moos ou Palù, Pill, Milchbach ou Mühlbach, Cottern, Hoffer, Brunn ou Fontana, Kratten, Oberweger ou Soravia, Ecche de Ecker, Puiche de Bûcher avec Cretta et Oberbladen ou Cima-sappada. Chaque hameau possède sa chapelle et son calvaire, ses fontaines et ses auberges.

Une route mène à Bladen de Comelico, à travers le Sextner Kreuzbergsattel. Plusieurs cols passables franchissent les Alpes Carniques vers le Lesachtal. Au-dessus d' Oberbladen, la route entre dans le Frioul. Des sentiers traversent le haut pays carnique jusqu' à l' îlot linguistique très écarté de Zahre ( Sauris)3. « La plaine élevée de Bladen, verte, peu accidentée, est magnifique. A peu près triangulaire, elle est cernée de trois côtés par des pinèdes, entourée de pâturages superbes au pied desquels s' échappent de laiteux torrents glaciaires. » C' est ainsi qu' un écrivain italien décrit ces îlots linguistiques allemands qui doivent à leur isolement la conservation de leur originalité. Les noms des torrents, des pâtures, des montagnes sont restés allemands en majorité; les noms de famille ne furent latinisés qu' en partie4. Dans presque tous les foyers la langue familiale est l' allemand.

Economie forestière et champêtre, quelques céréales, travaux à l' Eisenberg ( aujourd'hui Monte Ferro ), plus tard aussi travaux ambulants comme maçons, staffeurs et colporteurs ont donné à la population de Bladen ses moyens d' existence. Le développement du tourisme et des sports d' hiver a ouvert de nouvelles possibilités économiques. La création de lignes d' autobus entre Innsbruck, Brixen, Munich, Udine, Trieste, Görz et autres villes a beaucoup favorisé ce développement. La bonne orientation des pentes de neige et les environs propices aux hôtes estivaux et aux alpinistes ont permis la fondation d' environ 30 hôtels et auberges, de 300 villas et logements locatifs ainsi que de deux télésièges et de quatre téléfériques.

L' alpiniste s' intéresse surtout aux montagnes à escalader de Sappada et ce que l'on en sait. Que leur soit chaudement recommandée la brochure un peu vieillie, mais excellente tout de même, du Dr Carl Diener: Die Sappada-Gruppe5.

1 Hohe Warte ( Monte Cogitano ), 2780 m, chaîne principale des Alpes Carniques.

.'Die deutschen Sprachinseln im Trentino und Oberitalien. Edition Athesia, Bozen, 1959.

8 Voir: Les Alpes, IVe trimestre, 1962.

* Sur les pierres tombales du cimetière de Grossdorf ( Granvilla ) se trouvent presque partout des noms allemands.

5 Dr. Carl Diener, Die Sappada-Gruppe, Revue du D.u.ÖAV 1890.

Il était 11 heures du matin, quand nous descendîmes de l' autobus à Grossdorf. Le brouillard avait été notre comparse sur la Hohe Warte, mais aujourd'hui le soleil automnal nous réchauffait et le ciel était pur. Nous nous trouvions à la station inférieure du télésiège du Monte Ferro et admirions les merveilleuses silhouettes rocheuses qui se dressaient devant nous, particulièrement notre but principal, la Terza Grande, le Plichenkofel des gens de Bladen. Les pentes herbeuses récemment fauchées s' étalaient devant nous comme un tapis tondu ras. Les mélèzes lumineux se profilaient sur l' or du soleil, et le bleu du ciel étendait un voile léger sur toute la tranquille vallée de Bladen.

En principe ce jour-là devait être consacré au repos, car nous voulions gravir la Terza Grande le lendemain. Mais alors que nous flânions vers le télésiège et admirions la splendeur environnante, il ne fallut pas beaucoup d' efforts à ma compagne pour me persuader de déjeuner à la station alpestre du Monte Ferro au lieu du Gasthof zur Post. Rapidement saucisson, vin et pain furent achetés à l' épicerie et nous nous balançâmes ensuite confortablement dans les sièges rouges par-dessus les pâturages veloutés, les couronnes rutilantes des mélèzes jusqu' à la station Monte Ferro.

Lorsque, après une longue montée, nous quittâmes les sièges commodes, le monde qui nous environnait était devenu plus beau encore et nos regards allaient d' un sommet à l' autre, se fixant toujours sur le Plichenkofel.

- Alors, où déjeune-t-on?

Giovanna me regarda un peu offensée par cette question prosaïque.

- Montons donc encore un peu jusqu' à ce que nous trouvions un joli coin. Ainsi fut fait.

Une petite montée? Un joli coin de repos? Hem, pas mal. Mais en somme pourquoi pas tout de suite jusqu' au Monte Ferro? Un sourire heureux passa sur le visage bronze de ma compagne.

- Enchantée, dit-elle, et nous partîmes. Le soleil de midi était devenu plus chaud pendant ce temps, et le sentier que nous suivions grimpait lestement. Grâce à lui nous gravîmes une paroi rocheuse de hauteur respectable, passant devant la plaque posée en mémoire de la chute d' un porteur de foin. Au-dessus de la forêt nous accueillit un pays de grandes pâtures, d' où une pente gazonnée rapide montait à l' arête rocheuse du Monte Ferro.

- C' est là qu' il faut aller, dis-je, et ma compagne accepta gentiment. Mais comme nous nous tournions pour regarder en arrière, un même cri nous échappa:

- Oh! le Plichenkofel! En vérité, j' avais rarement vu image aussi magnifique. Une aiguille fine, d' une sveltesse presque exagérée, la Terza Grande, dominait toutes les montagnes environnantes et s' élançait dans le ciel clair, ensoleillé.

Sous un buisson de pins nous cachâmes le petit sac qui contenait le repas, complètement oublié momentanément, et commençâmes à remonter la pente gazonnée. Bientôt celle-ci devint si raide que les longues herbes dures nous chatouillaient le nez, n' offrant en revanche aucun point d' appui aux semelles de caoutchouc. Après avoir essayé notre « gazon de VIe degré » à divers endroits me paraissant un peu moins raides, le but réel de notre décision du jour me revint à l' esprit. Rebroussant chemin, nous sortîmes le sac de sa cachette sous les buissons et descendîmes vers le sentier par lequel nous étions montés. Mais comme il arrive souvent lors d' ascensions, un sommet seul me paraissait maintenant propice au repos.

- Montons encore un peu, nous aurons une plus belle vue, dis-je en passant, et j' accrochai le sac à provisions à une épaule. Nous ne songions qu' à nous élever encore un peu, et je me mis en route.

Tout en escaladant gazon après gazon, mes pensées rôdaient une fois de plus autour de notre comportement d' alpiniste. Comme nous poursuivons tous des buts différents, et comme nos vues et nos projets sont donc variés! Je songe aux spécialistes du rocher, aux glaciéristes, aux collectionneurs de quatre mille, aux extrémistes et sur-extrémistes qui errent infatigablement au milieu de l' existence aussi longtemps qu' ils n' ont pas réussi à atteindre une fois encore et définitivement la limite des possibilités humaines, à mener à bien l' ascension la plus difficile et la plus dangereuse des Alpes; aux promeneurs confortables, aux amateurs de pure beauté, aux ratiocineurs, aux systématiques et tant d' autres encore qui, au fond, sont possédés de la même passion en tant qu' alpi, et sont mus cependant par d' autres motifs, d' autres désirs, d' autres sentiments. Ne sont-ils pas tous plus ou moins un peu fous? Evidemment, des fous pacifiques, aimables, dignes d' estime. Ou bien les fous sont-ils de l' autre côté? Qui sait? Laissez les donc tous aller leurs chemins sans les regarder de travers, sans les critiquer âprement, sans attirer leur attention sur des règles écrites ou non écrites, aussi longtemps qu' ils ne contreviennent pas aux lois humaines ou ne se rendent coupables de quelque méfait. Ce que chacun doit devenir, il faudra bien qu' il le devienne, et beaucoup de « grands problèmes » perdront de leur importance devant la porte dorée de la tolérance.

Une heure déjà que nous cheminions, quand nous atteignîmes enfin la dernière terrasse herbeuse. Subitement s' étendit devant nous un petit lac charmant: le Lago d' Olbe. Dans ses eaux calmes et limpides jouait le reflet d' une gentille maisonnette, d' une arête rocheuse riche en gendarmes. Une montagne en forme de quille dominait tous les environs. Sur ses flancs je découvris une trace et sous l' arête les vestiges aisément reconnaissables de fortifications de la première guerre mondiale.

- Vois, quel joli petit lac! s' écria mon épouse enthousiasmée. Ne veux-tu pas t' arrêter? Mais l' homme affreux hocha négativement la tête, accrocha l' autre bretelle à sa seconde épaule, montra de la main le sommet de la montagne et aborda d' un pas ferme le vieux sentier militaire. Oui, on pourrait conter derechef les exploits des soldats dans la haute montagne en 1914-1918, cette fois cependant nous ne voulons que leur dédier une pensée silencieuse mais venant du fond du cœur.

Sous les meurtrières, les galeries, les cavernes, d' œuvre des pionniers italiens, escaladant finalement une courte arête, nous atteignîmes - il était 3 heures - la cime de la montagne que nous ne pûmes identifier que le soir, au Gasthof zur Post, grâce à la carte qui s' y trouvait. Maintenant nous étions enfin arrivés au coin du déjeuner, mais...

- Regarde là-bas la grande montagne blanchea doit être le Monte Peralba. Et tout là-bas, tout à l' est, la Hohe Warte.

- Et le Monte Ferro?

- Le Monte Ferro? C' est la grande arête rocheuse qui, en dessous de nous, s' étend vers l' ouest. Ainsi nous cherchions sommet après sommet, oubliant une fois de plus saucisson, vin et pain. Oui, ce que l'on peut voir du Scheibenkofel est grand et beau. Carl Diener en décrit la vue en détail. Que ce qu' il dit de la Terza Grande, ou Plichenkofel, soit transcrit ici: Dans ce panorama du groupe du Sappada, aucun sommet ne peut s' égaler à la Terza Grande, au noble élan de ses contours, à l' audace de sa structure. Alors que, de la vallée, le dos large de I' arête Est porte notoirement préjudice à la cime proprement dite, ici elle s' érige en aiguille svelte, acérée, bien haut au-dessus de ce qui l' entoure.

Le repos du sommet dura dix minutes. Vint enfin le déjeuner, en bas, près du petit lac. Nous nous installâmes confortablement devant la cabane bien entretenue, mais complètement vide. Le soleil était encore très chaud; ses rayons vibraient sur le miroir sombre des eaux qui, lorsqu' aucun souffle ne l' agitait, reflétait le ciel, le soleil et les montagnes environnantes.

Quand les derniers rayons du soleil fusèrent en flèches d' or vers le ciel au-dessus de l' arête du Monte Ferro, nous commençâmes à descendre. Passant devant une petite chapelle commemorative dédiée aux soldats tués sur le front, nous suivîmes un sentier marqué de traces rouges et du numéro 135 vers le Mühlbachtal, que Diener employa lors de son ascension du Scheibenkofel et dont il dit: Le chemin offre de nombreuses images charmantes et pittoresques. Les superbes mélèzes, dans les alpages savoureux que l'on parcourt pendant la première moitié, ne le cèdent en rien à ceux de l' Innerfeldtal. Pendant la montée de la gorge rocheuse du Mühlbach, la vue s' étend en arrière et ne cesse de se développer sur les montagnes encadrant au sud le fond de la vallée de Sappada: Monte Ghéu, Siéra, Hinterkärlspitz et Terza Grande. Comme nous parcourions ce chemin à la descente, nous ne cessâmes d' avoir ces splendeurs devant les yeux jusqu' au moment où, trouvant en bas la route bien entretenue, nous la suivîmes tranquillement jusqu' à Grossdorf, quitté le matin pour aller déjeuner sur le Monte Ferro, et d' où nous comptions partir le lendemain pour la Terza Grande.

( Traduit de l' allemand par E.A.C. )

Feedback