Le Grand Combin (4314 m) à ski

Juliette Dro.z.T.ramelan

PENTECOTE I 977 On peut lire dans Ski alpin. Alpes valaisannes ':

Le Grand Combin est une belle montagne qui tente l' al par sa structure,parson altitude et par sa situation favorable en ce qui concerne le panorama.

Il faut toujours vivre avec un rêve au fond du cœur... et parfois ce rêve se concrétise sous la forme de skis sur l' épaule, d' un sac à dos bien dodu et de crampons pour un mur « pas comme d' habi ».

Gritli, Albrecht et moi montons le sentier qui de Fionnay va nous conduire à la cabane de Panossière ( 2671 m ). Le temps est maussade, et maintenant nous sommes dans le brouillard, mais enfin avec les skis aux pieds. A Plan Goli la visibilité devient meilleure, et la montée sur la moraine nous fait bientôt apercevoir la cabane. Le gardien, Max Dumoulin, qui est là depuis mars, nous accueille avec le sourire. Nous serons sept ce soir à dormir dans le dortoir « Grand Combin », mais demain samedi la cabane sera pleine! En atten- 1 Editions du CAS, 1977.

dant, mangeons tranquillement pour ensuite passer aux préparatifs et dormir quelques heures.

2 heures: diane! debout! 3 heures: départ à la lueur des lampes de poche. Dans la nuit, les skis résonnent sur le glacier gelé. Des étoiles au ciel nous promettent le beau temps.

Le jour vient, éclairant notre route et le merveilleux paysage qui nous entoure. Il fait froid! juste ce qu' il faut pour apprécier le coquin bonnet et les gants finlandais. Le grand mari de la petite Gritli nous conduit, par la rive droite du glacier de Corbassière, vers le grand plateau des Maisons Blanches, d' où nous bifurquons à gauche pour arrive? au Plateau du Déjeuner ( 3455 m )... cjui n' était pas sur un plateau... mais sur notre dos! Pause -pique-nique-relaxe. Il est 5 h 45. Dans le soleil rose, qui teinte les montagnes autour de nous, entourant leur roi, tous les autres Combins n' en sont pas moins beaux, et leurs noms chantent ce coin de pays si attachant: Corbassière, Valsorey, Grafeneire, Chessette, Boveyre, Meitin...

6 h 15. Albrecht, notre guide saint-gallois, vient aussi au Grand Combin pour la première fois. Il nous engage à tenir les distances dans le Corridor aux « dangers suspendus ». J' ai voulu partir la dernière, aimant être seule... peut-être pour penser... « mais ils ne savaient pas que le seuil du refuge avait été leur dernier seuil, que ce village au fond de la vallée était le dentier village avant les solitudes, que cette lueur unique au Jond de la vallée était un adieu de la vallée... » ( Poème de Samivel ). C' était ici même, il y a une semaine, ils étaient trois ...je ne les connaissais pas... mais ils ravivent en moi des souvenirs...

Les conditions de neige sont excellentes. La trace s' élève et traverse deux puissantes coulées d' avalanches. D' énormes crevasses s' ouvrent plus bas, et les séracs bleus au-dessus de moi sont très himalayens... Je sors de cette zone fascinante et rejoins mes compagnons au pied du Mur de la Côte ( 4090 m ). Pause-équipement! Les skis ôtés des pieds, les peaux ôtées des skis, les crampons mis aux chaussures, la corde au baudrier, et le bronzage soigné! Ouf! on peut « faire le mur »! Il y a beaucoup de neige, les marches vont bien, mais au 24Un couple d' antilopes à l' époque du rut Photos Walter Schiili-r. Johannesburg 25 Paysage gigantesque de fjords et de montagnes à plateau avec ses sommets arrondis dont les flancs sont striés par l' érosion 26 Paysage glaciaire au sud du glacier de Wallershausen. Les sommets arrondis sont la preuve que le Groenland ( comme le Spit-berg d' ailleurs ) était primitivement beaucoup plus englacé que maintenant.Photos F.mil Rrunuer, Braunwald passage qui va nous conduire sur l' arête, Albrecht doit tailler. Notre marche est ralentie... Nous ne nous en plaignons pas! Sous nos crampons, maintenant, c' est l' arête de ï' Aiguille du Croissant, et ça monte... Je pense à Grauen Volluz et à sa prière du pèlerin... Qjie je monte vers les sommets, vers toi, avec toute ma me, avec toute la Création, dans l' audace et l' adoration. Un sommet nous fait croire au point culminant, mais ça redescend! puis c' est plat, et enfin la dernière pente est là, avec le sommet où sont plantés deux piquets. Tous les trois nous sommes un peu émus, mais surtout comblés de joie. Nous nous tassons une petite place, et nous baignons dans cette nature grandiose. A 2500 mètres environ une mer de brouillard, d' où sort une étendue prodigieuse de montagnes. Toute la région du Mont Blanc, les Alpes italiennes, le massif dauphinois, nos quatre mille valaisans, bien d' autres encore et, tout près, au-dessous de nous, le Vélan.

Ouvrons le sac! Evidemment nous mangeons « nos spécialités »! mais nos yeux reviennent souvent sur un sommet déjà « fait » ou sur celui que nous voudrions gravir. Moment présent, infiniment précieux... que nous vivons intensément. Nos skis doivent s' impatienter, l' heure du retour est là, et le Grand Combin nous fait un signe amical... il doit deviner combien nous sommes heureux!

Nous plongeons nos pieds dans la trace profonde et arrivons bientôt sur le haut du mur que nous descendons à reculons, avec tout l' assurage qui s' impose. Maintenant nous pouvons délicatement nous remettre en position de face et finir la descente jusqu' au dépôt des skis.

Du sommet nous comptons 2 heures de ski qu' à la cabane. La descente du Corridor se fera dans d' excellentes conditions ( 30 à 40 cm de poudreuse ) et nous ouvrons des traces... kl un réseau inexplicable de formules géométriques, symbole éphémère d' un jeu moderne ( A. Lunn ). Dans les avalanches plus de prudence s' impose, car les morceaux de glace sont mélangés à la neige.

Plateau du Déjeuner... en carton! et pas moyen de skier « dru bas »! ce n' est pas le terrain! alors ce fut 25 27 Camp de base établi sur la côte est du Greenland. Vue sur le fjord de Qjoqé 28 Le Mont Asca: c' est une belle course à plus de 2000 mètres d' altitude, comparable, au point de rue technique, à la voie normale du Chardonnet

Feedback