Le jardin de roses du roi Laurin. Randonnée dans les Dolomites

Le jardin de roses du roi Laurin

Les flancs du Rosengarten – Catinaccio en italien – restent illuminés d' un rouge profond jusque bien après le coucher du soleil. Les Germains ne pouvaient se l' expliquer que par un miracle. Aujourd'hui, même si l'on a sans doute trouvé la clé du mystère, faire le tour de ce massif reste un grand plaisir pour les yeux.

Le Rosengarten reluisant dans le soleil couchant s' offre au regard du voyageur avant qu' il parvienne à Bozen, la ville principale du Tyrol du Sud. Mais ce massif est longtemps resté inaccessible au commun des mortels. En effet, pour atteindre le Karer Pass, au pied du massif, depuis Bozen, il faut traverser une vallée très encaissée, l' Eggental. Jusqu' au milieu du XIX e siècle, construire une route dans ces gorges sauvages traversées par un ruisseau grondant paraissait tout bonnement impossible. A certains endroits, seuls quelques mètres séparent les falaises abruptes l' une de l' autre; lorsque le ruisseau était en crue, les gorges devenaient infranchissables. Finalement, pour ce tronçon, le plus ancien de la route des Dolomites, on procéda à la construction d' une série de viaducs disposés suffisamment haut pour que le ruisseau ne puisse pas les atteindre, même en période de crue. Ainsi, en 1860, la localité de Welschnofen était enfin desservie par une route directe, mais le voyage restait très ardu. L' accès ne devint plus aisé qu' après la construction de la route du Karer Pass, au tournant du siècle. Celle-ci permettait enfin aux gens de l' extérieur, même dépourvus de talents d' alpiniste, de se rendre au pied du légendaire massif du Rosengarten.

Le flamboiement du jardin de roses

Le Grand Hotel Carezza, qui accueillait régulièrement Sissi l' Impératrice, fut construit en 1893 à proximité du Karer See. Ses eaux vert émeraude reflètent les falaises abruptes et les pyramides élancées du Rosengarten et du Latemar. A la vue des rochers déchiquetés qui marquent la limite entre les provinces italiennes du Tyrol du Sud et du Trentin, une question se pose d' emblée: d' où peut bien provenir le doux nom de « jardin de roses »?

Les sommets de la région furent baptisés par des tribus germaniques qui Le val del Vaiolet, qui longe le Rosengarten à l' est, est une vallée latérale du val di Fassa. Le rifugio Preuss se situe sur une hauteur à l' extrémité de la vallée Photo: F rançoise F unk-Salamí transitaient à travers l' Etschtal. Décou-vrant les falaises du sud des Dolomites, illuminées de rouge jusqu' après le coucher du soleil, ils conclurent à un mys - tère. La légende veut qu' en ces lieux où, aujourd'hui, ne se trouvent que des rochers arides, Laurin, le roi des nains, possédait un château et un merveilleux jardin de roses rouges fleurissant toute l' année. Laurin s' éprit de la princesse Simhild; l' ayant enlevée à sa famille, il l' épousa et l' emmena dans son château. Le frère de la princesse prit d' assaut la montagne avec ses chevaliers. Simhild fut délivrée mais, dépité, le roi Laurin transforma son royaume en un amoncellement de roches. Pourtant le crépuscule rappelle, jusqu' à ce jour, le flamboiement des roses de son jardin...

Couleurs contrastées tout au long du circuit

Un circuit autour de ce massif ne manque pas d' attrait. Il s' agit d' une longue journée de marche – et c' est tant mieux car à l' heure du couchant, le marcheur moyen a bien des chances d' être en route vers le Karer Pass, avec une vue imprenable sur les parois teintées de rouge. L' automne est d' une beauté particulière dans les Dolomites. Bien sûr, les matins se font frais et en altitude, on risque de trouver de la neige. Il peut aussi y avoir du brouillard ou des nuages. Mais souvent, une haute pression stable s' ins sur la région, qui offre alors des contrastes saisissants: la blancheur des rochers, le vert des conifères, le jaune des mélèzes, le bleu du ciel. La vue s' étend Le Hirzlweg longe le Rosengarten au sud. A l' arrière, le Latemar L' imposant massif du Rosengarten reflété dans les eaux claires du Karer See Photos: F rançoise F unk-Salamí Informations générales Carte: 1: 25 000 Val di Fassa e Dolomiti fassane, feuille 06 Point de départ: Karer Pass ( station de villégiature ), télésiège jusqu' au rifugio Paolina Itinéraire: rifugio Paolina ( 2125 m)–rifu-gio Roda ( 2280 m)–passo delle Zigolade ( 2550 m)–rifugio Preuss/Vajolet ( 2243 m)–Gartlhütte ( 2621 m)–Santner-pass-Hütte ( 2734 m)–Rosengartenhütte ( 2339 m)–rifugio Paolina. Cabanes ouvertes de juillet à septembre Difficulté/ Longueur: T3-T4/6-8 h Saison: du début de l' été à la fin de l' automne ( juin à octobre ). En fin de saison, on risque de trouver de la neige en altitude. Equipement: matériel de randonnée et de via ferrata presque à l' infini et dans cette clarté, le rouge du jardin du roi des nains gagne la toundra alpine alentour, qui se teinte également de rouge.

Deux variantes possibles

Plusieurs itinéraires font le tour du massif. Pour rester sur des chemins faciles Le rifugio Roda de Vaèl invite à faire une pause bien méritée avant d' attaquer la montée au passo delle Zigolade Le rifugio Stella Alpina, dans le val del Vaiolet, est le point de départ de plusieurs randonnées et escalades dans le massif La descente du Santnerpass à la Rosengartenhütte passe par une via ferrata assez abordable tout au long du parcours, il faut compter quatorze heures de marche. Les randonneurs bien rôdés peuvent se lancer dans une course plus brève, mais plus difficile; cette solution est particulièrement adaptée en automne, lorsque les jours sont plus courts et que de nombreux chalets et auberges sont fermés. On passe alors par une via ferrata, formant un tronçon relativement technique. En sept heures, on relie le rifugio Paolina au rifugio Vajolet par le passo delle Zigolade, puis on franchit le Santnerpass pour gagner la Rosengartenhütte et revenir au Karer Pass. En octobre, les flancs ombragés qui mènent au Santnerpass, ainsi que la via ferrata qui redescend sur le chemin, sont le plus souvent couverts de neige. Mais tout au long de la journée, les coups d' œil magnifiques s' enchaînent: la vue sur le val di Fassa avec la Marmolada au loin, le chemin qui passe près des imposantes Vajolettürme, le panorama inoubliable depuis le Santnerpass sur la plaine de Bozen et enfin, le flamboiement du « jardin de roses » au crépus-cule. a Françoise Funk-Salamí, Zurich ( trad. ) En octobre, il arrive que le chemin du Santnerpass à la Rosengartenhütte soit déjà enneigé Aujourd'hui encore, dans les dernières lueurs du crépuscule, le jardin de roses du roi Laurin est illuminé de rouge Depuis le Hirzlweg, lorsqu' on longe le Rosengarten à l' ouest, la vue s' étend sur toute la plaine de Bozen Photos: F rançoise F unk-Salamí

Sécurité, médecine, sauvetage

Sicurezza, medicina, soccorso in montagna

Sicherheit, Medizin, Rettungswesen

Feedback