Le massif des Dolomites. Au cœur des plus belles pierres

T E X T E / P H O T O S Mario Colonel, Servoz/F

Au cœur des plus belles pierres

me ». Pour lui, les Dolomites sont les plus belles montagnes du monde. Et il pourrait bien avoir raison. Car ces tours de dolomie plantées au-dessus des alpages, laissant la lumière pénétrer en mille rayons diaphragmés, associant les verts mordorés et les blancs minéraux, sont le meilleur trait d' union entre les montagnes, celles d' en haut et d' en bas. Le jour s' en allait par-delà les crêtes et dans le couchant qui s' abattait, dégageant des vertiges insoupçonnés et des passages incroyables, la nature intacte semblait chanter sa liberté.

Des montagnes qui jaillissent comme un cri

Par journées claires, on peut les voir depuis les toits de Venise, à plus de 200 km de là. Selon l' inclinaison, cette grande barrière de montagnes prend des refl ets gris, argentés, roses, jaunes, pourpres, sépia. C' est une destination

Photo: Mario Colonel Vue du versant nord des Tre Cime sur la boucle qui vient du parking

LE MASSIF DES DOLO MITES

Au cœur des plus belles pierres

courue depuis bien longtemps. Les Dolomites attirent chaque année des millions de visiteurs pour la plupart germanophones. Pierre Loti fut fasciné par « ce pays où tout devient spectacle imprévu pour les yeux, fantasmagorie, changeant mirage ». Un seul nuage et ces bastions inexpugnables, ces tourelles, clochetons, ces flèches aux formes torturées, engendrent des reliefs ruiniformes, des tours de Babel. L' impression d' étrangeté est alors poussée à son paroxysme. Et ces montagnes, qui jaillissent comme un cri, ne laissent jamais indifférent. Pourtant, contrairement aux grandes montagnes que nous connaissons dans les Alpes occidentales, nous ne ressentons aucune crainte. Pas de sérac, ni de grosses crevasses à l' horizon, juste un bouquet d' edelweiss accroché à deux pierres posées en rond. Même si notre regard s' élève comme un aigle, nous restons bien en moyenne montagne.

Cortina, la station des élégants

Le couchant qui embrase l' horizon nous ramène à la réalité. Il est temps de redescendre dans la vallée; Cortina d' Ampezzo, la capitale des Dolomites, nous attend. Nous dégustons une platée de pâtes dans le restaurant de Christian Ghedina, le célèbre champion de ski. La digestion se fera dans la rue principale de Cortina, l' une des stations les plus connues des Alpes. En hiver, elle regorge de célébrités, et a même la réputation d' être snob. En été, ce n' est pas tout à fait le cas. Autrefois autrichienne, mais abandonnée par ses habitants en 1915, elle est passée dans le giron italien. Mais contrairement à d' autres vallées et villages, ici, la plupart des habitants d' origine ne sont jamais revenus. L' esprit latin s' y sent plus qu' ailleurs. C' est vrai que c' est la station des élégants, mais une simple phrase, un rire qui s' échappe d' un café et vous sentez déjà que c' est bien l' Italie. Lové le long du torrent, le village, le Boite, s' étend tranquillement sans qu' un seul immeuble disgracieux nuise au panorama, d' ailleurs exceptionnel. Encerclée par le massif des Tofane, le Monte Cristallo et la

Photos: Mario Colonel Cortina d' Ampezzo, au pied du Monte Cristallo La rue principale de Cortina d' Ampezzo qui mène au campanile de l' église

Ponta del Sorapìs˘, tous les ingrédients des Dolomites réunis. Verticalité, beaux ensembles architecturaux, alpages préservés composent le décor. Ici le foncier est bloqué depuis vingt ans, et contrairement à d' autres stations comme Chamonix, les espaces préservés sont encore légions. Il n' est pas rare de croiser un paysan fauchant son champ à l' ancienne, à deux pas d' un restaurant.

Randonner au pays du bonheur

L' ambiance montagnarde règne donc sans partage. On peut suivre les processions qui se rendent vers les grandes classiques ( le tour des Tre Cime attire chaque jour des centaines de randonneurs... ), mais aussi se perdre. Se perdre et sentir une nature intacte qui vibre et occupe sans concession les grands vallons, les forêts suspendues, les parois oubliées ou les zones karstiques. Rejoignez ainsi le soir l' immense lapiaz du val Formin. Ces écailles de calcaire qui jaillissent du sol ramènent sur le désert. Descendez tranquillement le val Travenanzes pour redonner une dimension à l' homme face aux grandes parois. Ou remontez du côté du Lago del Sorapìs˘, si celui-ci est encore plein, vous voyagerez. Simplement par l' imaginaire, celui qui conduit encore plus au nord, vers les Grandes Rocheuses. La couleur de ce lac est extraordinaire. Ce bleu

Façade typique de la maison communale de Cortina Lago de Federa sur le tour de Croda da Lago, au pied de ce sommet Croda da Lago Gruppo del Sorapì˘s Tre Cime di Lavaredo 1 2 3 1 2 3

diaphane dû à des alluvions en suspension renvoie aux grands lacs canadiens. En l' espace de quelques minutes, vous vous retrouverez immergé dans la nature. Un casse-noix viendra se poser sur un arolle, un chamois traversera sur la crête, une mésange huppée passera de branche en branche et à chaque fois, la rivière chantera, le vent cares-sera une arête, l' émerveillement sera au rendez-vous. Chaque panorama vaudra le coup d' œil. Chaque rencontre aura son charme.

Dino Buzzati, l' auteur du Désert des Tartares, l' enfant du pays qui fut aussi un alpiniste passionné, trouva les mots pour décrire ces cathédrales de pierres: « En l' espace de quelques kilomètres, les Dolomites explosent vraiment de toutes parts, blanches au-dessus des croupes vertes et, si le soleil brille, elles vous apparaissent comme l' image d' un bonheur grave et sans mélange. » Et si finalement randonner dans les Dolomites, c' était tout simplement randonner au pays du bonheur...

Les itinéraires

1 ) Tour du Croda da Lago

Dénivelé positif: 700 m; dénivelé négatif: 700 m; horaire: 4 à 5 h; point de départ: Ponte de Rucurto ( 1708 m ) sur la route du Giaupass, 5 km de Pocol ( 1530 m )

Montée en partant du Ponte de Rucurto ( 1708 m ), en suivant le chemin 437, qui traverse la forêt. Traverser le Ra Cos˘teana et un de ses affluents et poursuivre jusqu' au Cason de Formin. Emprunter le chemin de randonnée 434 jusqu' au Lago de Federa, où se trouve le rifugo Croda da Lago, G. Palmieri. Depuis la rive sud du lac, traverser à

flanc jusqu' à Forcellla Ambrizzola ( 2277 m ). Dans le col, prendre à droite le chemin 436 puis partir tout droit sur le sentier 435 qui traverse une combe très verte sous la Cima d' Ambrizzola. Le chemin remonte ensuite jusqu' à la Forcella de Formin ( 2462 m ), le point culminant du tour, offrant un joli panorama sur le massif des Tofane. Descente vers le val Formin d' où l'on peut apercevoir les rochers du Croda da Lago. Le chemin traverse une zone d' éboulis en descendant dans la vallée, qui nécessite parfois l' usage des mains. Ensuite la descente s' adoucit, on retrouve la forêt et au croisement, prendre le chemin de 437 jusqu' à notre point de départ, le Ponte de Rucurto. Remarque: magnifique tour permettant de découvrir la géologie particulière des lieux avec un lapiaz gigantesque au pied duquel on passe en descendant la Forcella de Formin

Photos: Mario Colonel Croda da Lago Dans la descente du val Formin, face à la chaîne des Tofane Dans la grande casse de débris calcaires dans le tour de Croda da Lago

sure qu' il monte dans la vallée. Traverser le Rio Sorapìs˘ pour arriver au Rifugio A. Vandelli ( 1928 m ) au bord du Lago del Sorapìs˘, à la magnifique couleur turquoise. Reprendre le sentier le long de la moraine du glacier ouest de Sorapìs˘. La Tonde di Sorapìs˘, avec ses bosses et ses gros blocs d' éboulis, offre un paysage lunaire. A la bifurcation, prendre à droite, toujours sur le sentier 215, sur une banquette très raide avec des câbles qui mènent à la Sela di Punta Nera. Passer sur des rochers, suivre le pierrier à droite puis descendre jusqu' à la Forcella Faloria. Suivre ensuite un chemin traversant ( le sentier 213 ) qui descend doucement jusqu' à une zone d' alpage pour finir dans un vallon étroit. Traverser la forêt de mélèzes qui ramène au point de départ

3 ) Tour des Tre Cime

Dénivelé: 250 m environ; horaire: 3 à 4 h en boucle; difficulté: facile, à la portée de tous; départ: Rifugio Auronzo ( 2320 m ) au bout de la route des Tre Cime, 8 km de Misurina, grand parking. Route à péage: 18 euros. Depuis ce

2 ) Gruppo del Sorapìs˘, Punta Nera ( 1: 50 000 )

Dénivelé positif: 1000 mhoraire: 4 à 6 h en boucledifficulté: pour randonneurs avertis, quelques passages aériens; départ: Passo Tre Croci ( 1805 m ) sur la route de Cortina à Misurina, à 8 km de Cortina

A Passo Tre Croci, partir à droite sur le sentier 215, une piste forestière qui descend en pente douce dans les prés. Après le fossé de In Po Taméi, remonter quelques pas en forêt sur le dos du col Coco pour ensuite longer les imposantes faces est des Cime di Malquoira ( 2421 m ). Poursuivre dans un terrain rocheux en s' aidant parfois des mains courantes pour franchir des raidillons et une banquette horizontale. Le chemin s' aplatit au fur et à me-

Photos: Mario Colonel Un passage technique dans la montée vers le refuge A. Vandelli Lago del Sorapìs˘, un monde à part

parking, prendre une route en contrebas de la face sud des Tre Cime, passant à la Capella degli Alpini pour mener jusqu' au Rifugio Lavaredo ( 2344 m ), belle vue par-dessus le val d' Ansiei jusqu' au massif solitaire delle Marmarole; au sud on distingue les aiguilles effilées des Cadini. Rejoindre par quelques lacets la Forcella Lavaredo, vue extraordinaire sur les Tre Cime. Ne pas prendre la sente qui se dirige sous la face nord ( risque de chutes de pierres ) Poursuivre en descendant sur le Rifugio Locatelli. Notre regard se lève vers la droite sur la face ouest du Monte Paterno ( 2744 m ) et juste au-dessus du col, on aperçoit une structure rocheuse osée: la saucisse de Francfort. Continuer la descente en quelques lacets jusqu' au Pian da Rin puis longer la face nord sur l' alpage de la Grava Lon-gia ). Après le col Forcellina ( 2232 m ) et ses petits lacs, nous remontons sur un dôme herbeux d' où la vue est saisissante sur les Tre Cime. Reprendre le chemin qui traverse vers la Forcella del col de Mèdo ( 2315 m ) pour arriver au refuge Auronzo. Remarque: beaucoup de monde en journée, essayez de partir tôt ou tard pour être décalé par rapport aux hordes de randonneurs.

Pratique

Situation: au cœur des Dolomites, non loin de la frontière autrichienne, dans la partie orientale. Cortina d' Ampezzo est un site idéal pour celui qui souhaite avoir une première vision de ce massif calcaire si particulier. Entourée par le Monte Cristallo, la chaîne des Tofane et le Gruppo del Sorapìs˘, cette cuvette verte offre aux visiteurs un raccourci étonnant et esthétique entre la montagne des alpages et celle des grandes verticales. Les trois randonnées que nous vous proposons partent toutes de la station ou de ses environs. On peut se déplacer soit avec sa propre voiture, soit en bus ou en taxi.

Renseignements, hébergements: Cortina est le rendez-vous de la jet-set italienne, tout particulièrement en hiver. En été, cette belle station est beaucoup plus tranquille. On y trouve tout type d' hébergement, des palaces au cam-

ping. Attention toutefois pour les réservations entre le 15 juillet et le 15 août. La station est l' un des fiefs des montagnards allemands. Office du tourisme A.P.T. ( Azienda di Promozione Turistica ), piazzetta S. Francesco, 8 ( Cap: 32043 ), tél. +39 043 63 23 12, fax +39 043 63 235, www.apt-dolomiti-cortina.it, e-mail: apt1(at)mail.regione.veneto.it

Langue: italien et allemand pour Cortina, anglais pour les jeunes générations et les gens en rapport avec le tourisme, et français de temps à autre...

Encadrement sur place: guide Alpine, Cortina d' Ampezzo, tél. +39 0436 86 8505, www.guidecortina. com

Période: essentiellement entre fin juin et fin septembre. En été, nombreux et violents orages dans le courant de l' après, en tenir compte pour l' organisation de vos randonnées. Fin juin/début juillet, se méfier des névés qui peuvent être gênants au passage de cols mais faciliter la descente. La meilleure période est peut-être la seconde quinzaine de juillet ( pour la flore ) ou l' automne ( pour les lumières et le temps plus stable ). Un bon site pour préparer son séjour: www.provinz. bz.it/meteo/satellite.htm

Guides: Gino Buscaïni et Silvia Metzeltin, Les Dolomites Occidentales, les 100 plus belles courses et randonnées, Denoël 1987, la bible des grimpeurs et des autres; Gino Buscaïni et Silvia Metzeltin, Les Dolomites Orientales, les 100 plus belles courses et randonnées, Denoël 1987, pour l' autre partie de cet immense massif; Pascal Sombardier, Dolomites, les 100 plus belles Via Ferrata, Glénat 1999, la référence actuelle pour cette nouvelle pratique; Catherine et Michel Mestre, Randonnée Al-

Photos: Mario Colonel Forcella Lavaredo, la première vue saisissante sur les Tre Cime Le grand pierrier sous la face nord des Tre Cime

pine dans les Dolomites, Arthaud 1985, pour une bonne approche des plus beaux sentiers; 100 itinéraires dans les Dolomites, Voies Ferrées, excursions, promenades, Editions Publigraf 1985, que l'on trouve sur place dans diverses langues

Cartes: 1: 50 000, feuille n° 1, Cadore-Cortina, Dolomiti di Sesto, Tabacco Editeurs, on y retrouve l' ensemble des randonnées. Pour être plus précis, cartes au 1: 25 000, feuille n° 03, Cortina d' Ampezzo e Dolomiti Ampezzane et feuille n° 010, Dolomiti di Sesto

Quelques règles: bivouac et camping sauvage sont interdits dans les parcs ( la majeure partie des Dolomites ). Les refuges sont plus des hôtels que des abris pour les montagnards. Le coucher, dîner et petit-déjeuner coûtent environ 30 à 40 euros. Pas de possibilité de se ravitailler soi-même a

Face nord des Tre Cime au soleil couchant

Nouvelles des ALPES

Il notiziario delle ALPI

ALPEN-Nachrichten

Feedback