Le mélèze

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

II est dentelle du silence, vie intime du ciel de lin. Sans lui, saurais-je l' apparence menteuse d' un trop pur matin?

Au jeu preste de la sitelle au pic qui rôde sur son tronc, aux cires plus molles, à celles que pleurent tous ses rameaux blonds, je lis le dessein de la nue, la colère sourde du jour gorgé de lumière étendue, je vois l' orage et son parcours.

Vert baromètre de l' espace, calendrier du temps alpin, le mélèze sensible trace en moi la couleur de demain.

Vio Martin

Feedback