Le parc national du Val Grande. Promenades solitaires à proximité de la frontière italo-suisse

de la frontière italo-suisse

Le parc national du Val Grande

La réserve naturelle italienne du Val Grande s' étend au voisinage immédiat de la frontière méridionale de la Suisse, entre le lac Majeur, la vallée d' Ossola, le Val Vigezzo et les Centovalli. Depuis que le dernier alpage de Serena a été abandonné en 1969, la région retourne lentement à l' état sauvage. Elle offre de merveilleuses promenades dans la solitude qui exigent toutefois une bonne condition physique, un pied sûr et le sens de l' orientation.

Notre trio féminin avait conçu le projet d' une grande randonnée dans le parc national du Val Grande et nous étions curieuses de savoir quels chemins reportés sur notre ancienne carte 1: 50 000, feuille 285 Domodossola, étaient encore praticables. Ainsi que nous l' avons appris plus tard en consultant la carte locale au 1: 30 000, l' itinéraire que nous avions choisi était, à vrai dire, le seul correctement reconnaissable.

« Poverine! »

Nous prenons tôt le matin à la gare de Berne le train direct pour Domodossola. Là, un petit tortillard local nous conduit jusqu' à Premosello, point de départ de notre randonnée de cinq jours. Arrivées, nous nous chargeons de nos sacs à dos dans la chaleur matinale déjà vive, pour nous attaquer à une dénivellation de taille. Nous croisons une vieille dame du village qui nous questionne sur notre destination. Lorsqu' elle apprend que nous nous rendons à l' Alpe della Colma, elle nous répond par un bref commentaire: « Poverine! » ( Ah, mes pauvres !).

Bivouacs et nuits à la dure

Au refuge de pierre de l' Alpe della Colma, nous réalisons que nous aurions dû emporter des nattes en plus de nos sacs de couchage. Nous ne savons pas encore, heureusement peut-être, que les autres bivouacs ne disposent pas non plus de paillasse! Les nuits se révèlent donc assez pénibles, à l' exception de celle passée au refuge de l' Alpe Pian di Boit. A cette occasion, nous nous transformons en « faneuses » dès le début de l' après pour nous préparer une moelleuse et odorante couche de foin. Chacun des refuges que nous avons visités possède ses propres caractéristiques. Ainsi l' un d' en eux est habité par des écureuils qui nous montrent clairement durant toute la nuit qu' ils sont les maîtres du logis. A proximité d' un autre, une retenue d' eau sur un ruisseau nous offre un cadre idéal pour la baignade. Quant au troisième, nous bénéficions d' une vue imprenable sur le massif du Mont Rose depuis sa terrasse. Partout nous avons trouvé du bois et de l' eau en suffisance pour préparer d' excellentes pâtes à foyer ouvert devant la cabane ou à l' intérieur, sur la cuisinière. Alpe La Piana sur le chemin qui mène de Premosella à l' entrée du Val Grande L' Alpe La Motta, 1136 m, audessus de la Valle d' Ossola, est une station intermédiaire avant le dernier raidillon menant à l' Alpe della Colma Photos: Daniel Anker

Chemins plus ou moins bien tracés

Les principaux chemins du Val Grande sont, en règle générale, bien indiqués, mais sans carte, nous aurions perdu à plusieurs reprises passablement de temps à chercher les signalisations. Les itinéraires ne sont pas toujours reconnaissables de prime abord, surtout dans les zones escarpées où la sûreté du pied et l' insensibilité au vertige sont indispensables. Les moutons ont d' ailleurs souvent marqué le paysage de leurs propres itinéraires. La solitude des lieux est vraiment impressionnante; pendant des heures, voire un jour entier, nous ne rencontrons âme qui vive. La localité la plus proche se trouve à environ huit heures de marche du centre géographique du parc.

Itinéraire

Premier jour: Premosello, 228 m–Alpe Lut, 804 m–Alpe La Piana–Alpe La Motta, 1077 m–Alpe della Colma, 1728 m–Alpe Serena, 1320 m–Bivacco Alpe Val Gabbio, 960 m; 1500 m de montée, 770 m de descente; 9 h; T2 A Premosello, emprunter le chemin montant fortement à travers le village jusqu' à la localité de Colloro, puis suivre la route carrossable jusqu' à l' Alpe La Piana ou prendre à droite dans le village l' itinéraire de randonnée qui rejoint plus haut la même route. Des arbres offrent une ombre bienvenue contre la chaleur grandissante jusqu' à l' Alpe La Piana. Continuer par un sentier en terre battue jusqu' à l' Alpe della Colma. Redescendre ensuite sur le refuge Bivacco Alpe Val Gabbio, où une baignade dans l' eau fraîche d' un torrent conclut agréablement la journée. Deuxième jour: Bivacco Alpe Val Gabbio, 960 m–In La Piana–Alpe Portaiola, 1293 m–Alpe Boschelli, 1420 m–Bivacco Alpe Scaredi, 1841 m; 1000 m de montée, 115 m de descente; 5 h; T2 Des chemins étroits, en bon état et bien signalés, serpentent à travers les cytises en fleurs et les rhododendrons. Plusieurs ruisseaux barrés par de petites digues offrent des occasions de se rafraîchir. Quelques raidillons assez ardus. On reconnaîtra de loin l' échancrure dans laquelle est bâti le Bivacco Alpe Scaredi, d' où l'on bénéficie d' un grandiose panorama sur le massif du Mont Rose.

Troisième jour: Bivacco Alpe Scaredi, 1841 m–P. 2183 m–P. 1836 m ( Bochetta di Terza)–Alpe Terza, 1428 m–Bivacco Alpe Pian di Boit, 1122 m; 1100 m de montée, 340 m de descente; 7 h; T3/T4 Du refuge, le chemin monte constamment, puis traverse une pente à flanc de coteau. Déposer les sacs à dos sur un pe- Alpe La Motta. Il est recommandé d' entreprendre cette randonnée en juin, car les genêts en fleurs rendent le paysage particulièrement enchanteur Une nuit tourmentée dans le bivouac du Val Gabbio, 960 m, a montré que les écureuils étaient les véritables maîtres des lieux, au grand dam des randonneurs Au Steinbivacco sur l' Alpe della Colma, il devient clair que, en plus du sac de couchage, il aurait été judicieux d' emporter une petite « mousse » En chemin entre l' Alpe Val Gabbio et le bivouac de l' Alpe Scaredi Photos: Annette Ber ger tit replat, avant la montée au Cimone di Cortechiuso ( P. 2183 m ). Magnifique vue plongeante sur les forêts de la Valle Loana et sur le Val Vigezzo, en direction de Malesco et de Finero. Puis, pour la première fois, le cheminement est moins évident, car les moutons ont aussi tracé leurs propres pistes. Un pas assuré est indispensable sur l' arête, par endroits très escarpée. Au bout de deux heures de marche, le terrain devient plus facile. Après une abrupte descente de plus de 1000 m de dénivellation, le plan d' eau devant le refuge de l' Alpe Pian di Boit nous souhaite la bienvenue.

Quatrième jour: Bivacco Alpe Pian di Boit, 1122 m–Alpe Aura, 1343 m–Pizzo Marona, 2051 m–Monte Zeda, 2156 m– Rif. Pian Cavallone, 1528 m; 1040 m de montée, 630 m de descente; 7 h; T3 Suivre tout d' abord un chemin bien signalé à l' ombre de la forêt. Puis entamer une rude grimpée en plein soleil par un sentier partiellement effacé et ne comportant tout à coup aucun point de repère. Mais, grâce à la carte de Domodossola, nous retrouvons sa trace à l' ouest du Pizzo Marona ( 2051 m ). Un couloir très incliné conduit au sommet de celui-ci où une chapelle a été érigée en souvenir des partisans tombés au combat. En cas d' urgence, elle peut servir de refuge. Déposer les sacs près de cet édifice et monter sur la cime du Monte Zeda ( 2156 m ). De retour à la chapelle, continuer plein sud sur 2,5 km à travers un terrain au relief moins accidenté, et franchir le Colle della Forcola, pour parvenir au Rifugio Pian Cavallone ( 1528 m ), où l' accueil est chaleureux. Cinquième jour: Rif. Pian Cavallone, 1528 m–Pian Cavallone, 1564 m– P. 1410 m–Alpe Cavalotti–Capp. Fina, 1102 m–P. 1002 m–Miazzina, 736 m790 m de descente; 3 h; T2 Descendre par un bon chemin en direction de Miazzina. Nous y croisons inopinément de nombreux randonneurs montant au refuge. De Miazzina, prendre l' autocar pour Verbania, d' où le bateau conduit à Stresa. De là, retour en Suisse par le train.

Informations générales

Renseignements: administration du parc du Val Grande, tél. 0039 0323 557 960, www.parks.it/parco.nazionale.valgrande; offre de tours guidés auprès de info@guidewilderness.com.

Cartes: CN 1: 50 000, feuille 285 Domodossola. Plusieurs chemins reportés sur cette carte n' existent plus ou ne sont pas signalés sur le terrain. Nous recommandons la carte au 1: 30 000 Parco Nazionale Val Grande 54 de Cartine Zanetti, Ed. Danilo Zanetti, Via dei Martini, Montebelluna, tél. 0039 0423 609 608. Guides: Paolo Crosa Lenz, Val Grande – escursioni storia natura, Ed. Grossi, Domodossola 1996; Erminio Ferrari, Angelo Cavalli, Valgrande – frontiera verde, Ed. Tararà, Verbania 2001.

Hébergement: dans les refuges, la provision de bois est renouvelée deux fois par an, pour autant que ce combustible ne puisse être trouvé dans les environs. La plupart d' entre eux disposent de foyers en bon état à l' intérieur et à l' exté ainsi que, à proximité immédiate, d' eau potable provenant de ruisseaux ou de fontaines. Une exception: la Bochetta di Campo. Apporter ses propres couverts. Des marmites sont à disposition. Le refuge de Pian Cavallone est ouvert en fin de semaine de mai à octobre, et tous les jours, de la dernière semaine de juillet à fin août. Pas de local d' hiver dans cette cabane.

Saison idéale: de mai à octobre; les meilleures périodes sont fin juin, avec la floraison des genêts et des rhododendrons, et l' automne, avant la chute des feuilles. a Annette Berger, Wabern ( trad. ) Alpe Scaredi, 1841 m, avec sa piscine naturelle juste à côté du bivouac. Situé sur la frontière du parc national, ce col permet d' atteindre la Valle Vigezzo via la Valle Loana Randonner dans le parc national du Val Grande demande une bonne condition et un pas sûr. Sur le chemin menant de la Cimone di Cortechiuso, 2183 m, à la Cima Marsicce, 2135 m Le massif du Mont Rose dans la lueur de l' aube vu depuis le bivouac de l' Alpe Scaredi

Feedback