Le sentier panoramique Saas Fee – Grächen. Le chemin du silence

Le chemin du silence

Le sentier panoramique Saas Fee – Grächen

Le long chemin en balcon qui relie Saas Fee à Grächen existe depuis 50 ans déjà. Né paradoxalement à l' époque du boom de la motorisation et reliant deux stations renommées, il est devenu le modèle même du sentier panoramique.

En décembre 1950, le journal Walliser Bote écrivait: « Grächen/Saas Fee. Les deux stations veulent se donner la main par-dessus le Hannig. Un vieux rêve qui date des temps anciens va devenir réalité: un chemin piétonnier facilement praticable reliant Grächen à Saas Fee. » Ce projet était d' autant plus original qu' à l' époque, c' étaient plutôt les nouveaux moyens de remontées mécaniques qui faisaient la une des journaux. Les localités dotées d' un potentiel touristique s' ef d' attirer les vacanciers en construisant à tour de bras des routes, des télésièges et des téléskis. L' idée d' un sentier alpin était en avance sur son temps. Ce n' est que ces dernières années que d' autres réalisations comparables ont vu le jour ( par exemple le chemin de l' Europe ), au moment où l'on s' est rendu compte que les raids d' une certaine longueur et les boucles autour d' un massif répondaient à un authentique besoin des hôtes de nos montagnes.

La communauté de travail du Balfrin Le projet de faire un chemin d' altitude de seize kilomètres, le « Balfrin-Höhenweg », du nom d' un sommet situé à l' extrémité nord de la chaîne des Mischabel, reçut un accueil favorable à Grächen comme à Saas Fee. En 1952 fut fondé le « groupe de travail du Balfrin », responsable de la planification et de la construction du chemin. Le but était de tracer le chemin le plus direct possible, à la limite supérieure de la forêt, pour relier ces deux villages de montagne. Il s' agissait d' utili le réseau de sentiers existant, entre autres les sentiers de chasseurs, ainsi que de réaliser les tronçons manquants. Les travaux s' avérèrent difficiles en raison de la configuration du terrain; ils se poursuivirent durant plusieurs étés. En 1954, le chemin déclaré « praticable par les personnes non sujettes au vertige » fut ouvert au public. Quelques améliorations furent encore apportées et c' est en 1956 qu' eut lieu son inauguration. jourd' hui, ce parcours est bien connu et très apprécié. Il peut se faire dans les deux sens. C' est aussi l' une des étapes de

Jeux d' ombre et de lumière à Bärenfalle A Lammugrabe. On chemine facilement à travers les blocs rocheux grâce au bon marquage de l' itinéraire De Balmiboden, on aperçoit le Weissmies et le Triftgletscher Pho to s:

Be rnh ar d Ru dolf Ba nz ha f LES ALPES 2/2004

la randonnée alpine « tour du Mont Rose ».

Un grand silence Les pionniers ont baptisé ce parcours le « chemin du silence ». Ce nom poétique paraît bien romantique si l'on songe que le « silence » ne peut plus vraiment être pris au sens propre. Aujourd'hui, on l' appellerait plus prosaïquement le « chemin de la soif ». Car, dans les Alpes, rares sont les sentiers balisés qu' on peut suivre durant sept heures sans rencontrer ni refuge, ni restaurant. De plus, sur le versant de Grächen, le soleil valaisan tape sans pitié dès le matin. Enfin, le sentier franchit plusieurs gradins rocheux où des thermiques locaux réchauffent encore l' atmosphère.

L' ancienneté de ce chemin fait une partie de son charme: la nature a complètement recouvert les cicatrices d' an et se présente dans toute sa vigueur. De très vieux mélèzes et des arolles bordent le chemin, le parfum de la résine et des aiguilles sèches flatte le nez, les lichens et les mousses qui tapissent les blocs de gneiss enchantent les yeux, tout comme la flore très riche. A l' heure du crépuscule, on peut observer des bouquetins, des chamois et quelquefois même des chevreuils et des cerfs. Le gazouillis des oiseaux accompagne le randonneur

Stock: après une courte mais rude montée, le chemin nous ramène à la forêt. Au fond de la vallée, on aperçoit la ville de Visp Rote Biel, à l' orée de la forêt. Le Bietschhorn domine l' horizon A mi-parcours environ. Vue du Rote Biel sur le Balfrin, 3796 m, et le Gr. Bigerhorn, 3626 m Dans la vallée du Schweibbach. Vue vers l' ouest en direction du Färichlicke ( tout à gauche ) Photo: Markus Lehmann Photo: Markus Lehmann LES ALPES 2/2004

à chaque pas. Et surtout, la vue sur les sommets et sur les glaciers est superbe.. " " .Voici le Weissmies, le Lagginhorn, le Fletschhorn, le Balfrin et le Bietschhorn. Peu avant la fin du parcours surgissent les tout grands: de la Hannigalp, on voit le Bishorn, le Brunegghorn, le Weisshorn et le Cervin, tandis que juste avant Saas Fee apparaissent les Mischabel et leurs nombreux vassaux. Sommes-nous encore sur un sentier? On se croirait en plein ciel!

Itinéraire Saas Fee–Grächen Départ à la première heure! De Saas Fee, 1798 m, prendre la direction d' Oberi Wildi puis, dans la forêt, celle de Bärenfalle, 1886 m. Tourner à gauche pour monter, via le Senggboden, dans une forêt de montagne digne du Parc national et atteindre le Balmiboden. Le chemin continue à plat sous le puissant Bidergletscher vers Biderbach, 2173 m, et franchit deux tunnels. On remonte ensuite les splendides pairies de l' alpage Stafelälpji et on gagne le ravin profond du Lammugrabe. Par des rochers exposés, on arrive à une pente de blocs puis, à son extrémité, au point de vue de Bockwang, 2259 m. Le chemin mène alors à gauche à la vallée du Scheibbach, ruisseau qu' on franchit sur une passerelle vers 2101 m. Vient ensuite une belle montée jusqu' à Rote Biel, 2280 m environ. On y trouve la bifurcation pour le Seetalhorn et un très beau panorama. Nous sommes ici à mi-parcours! Le terrain se fait toujours plus rocheux et plus raide, et le chemin franchit deux autres ravins pour arriver sur le belvédère de Stock. On passe très haut au-dessus du village d' Eisten pour rejoindre Brandgäscha, où on change de vallée, passant de celle de Saas à celle de Zermatt. Peu après, on voit paraître une chapelle, puis la Hannigalp, 2121 m, équipée d' un restaurant, d' une auberge de montagne et d' une télécabine. Descendre à Grächen, 1619 m, en télécabine – attention à l' horaire, en été dernière course juste après 17 h – ou à pied par une jolie promenade à l' ombre dans la forêt de mélèzes. a

Bernhard Rudolf Banzhaf, Saas Fee ( trad. )

Informations

Horaire: 7 heures jusqu' à la Hannigalp ou 8 heures jusqu' à Grächen Difficulté: T 4 Dénivellation: 788 m de montée et 615 m de descente Cartes: CN 1: 25 000 feuilles 1329 Saas, 1328 Randa, 1308 St. Niklaus Guide: Bernhard Rudolf Banzhaf, Alpinwandern Wallis, éditions du CAS 2003, 2 e édition Grächen, point d' arrivée de ce chemin du silence, bénéficie d' un grand ensoleillement La chapelle sur le Hannigalp – dans le Mattertal – est la première maison depuis Saas Fee Pho to s: Be rnh ar d Ru dolf Ba nz ha f

Feedback