Le tour des Ruans (VS). Traces de dinosaures et chemins de contrebande

Le tour des Ruans, randonnée sauvage entre le Valais et le Haut-Giffre qui emprunte les chemins de contrebande ou de chasse, est un formidable livre ouvert sur la nature. Si vous êtes un randonneur alpin, à l' aise sur les sentiers mouvementés, vous y suivrez toute l' histoire du monde, au travers de simples pierres...

Une ancienne plage peuplée de dinosaures

Même si le lac bleu lagon d' Emosson est clos par l' un des plus grands barrages de Suisse, c' est aujourd'hui grâce aux traces de dinosaures que le site est connu.

L' été 1976 fut particulièrement sec. Le géologue Georges Bronner, alors en vacances, se promenait sous la Pointe à Corbeaux lorsqu' il découvrit, sous un névé spécialement bas, plus de huit cents empreintes. Quarante individus, issus de neuf espèces, avaient déambulé sur ce qui était autrefois une plage. Une plage désormais située à

Traces de dinosaures et chemins de contrebande

Le ToUr des rUans

(

)

L

Photo: Mario Colonel T E X T E / P H o T o s Mario Colonel, servoz/F

plus de 2400 mètres d' altitude. Difficile d' imaginer qu' il y avait eu une mer et un climat presque tropical ici. Si la chaîne du Mont-Blanc et une partie des Aiguilles Rouges sont formées de couches cristallines, en périphérie, c' est le calcaire qui règne vraiment en maître. Au lac du Plan du Buet, on est au pays du karst. Sur les Frêtes du Grenier, où les bouquetins ont élu domicile, des blocs donnent l' im qu' un géant s' est amusé à sculpter de la dentelle. Sur ce balcon ouest, on découvre aussi un des versants les plus sauvages des Alpes, celui du Buet. Plongeant de presque 1700 m sur le chalet des Fonds à travers de multiples barres rocheuses, c' est le royaume des bêtes sauvages. S' il n' y avait ce calcaire qui rappelle le Vercors, on se croirait dans le Hoggar ou dans un désert du bout du monde.

« La vallée des belles horreurs »

Au siècle dernier, Louis Duboin faisait ainsi la publicité de son établissement avec vue sur le pic de Tenneverge: « Venez visiter la vallée des mille cascades, la vallée des belles horreurs. » Le spectacle est toujours suffocant, cette véritable muraille avec ses escarpements de roches sédimentaires de 2000 m de haut, ne laisse pas indifférent. J' ai beau chercher un cheminement naturel, il n' y a que l' eau pour se frayer un passage. Et là-haut, le pic de Tenneverge reste inaccessible, sauf à quelques chasseurs de chamois. Jean-Luc, l' un de mes compagnons de voyage, m' apprendra que le côté suisse du vallon de Tenneverge fut longtemps

Traces de dinosaures et chemins de contrebande

Le ToUr des rUans

(

)

au Cheval Blanc: en plein cœur des structures géologiques, sur fond de Mont-Blanc au niveau du col des Corbeaux, vue saisissante sur la ligne de crête qui court du Cheval Blanc à l' Œil de Bœuf départ de la randonnée, au niveau du lac du Vieux emosson: vue sur la crête du Cheval Blanc

exploité par les gens de Salvan 1. Les bergers passaient alors par-dessus les cols sans jamais redescendre en fond de vallée. Abandonné depuis, c' est un paradis pour les chamois...

En montant au pas du Boret, je n' ai pas souvent l' occa de regarder ce relief extraordinaire qui fait de Sixt l' un des grands sites des Alpes françaises. Le sentier qui louvoie au-dessus des barres rocheuses est à l' image de ce coin de pays. Rude et parfois technique, il ne se donne qu' aux randonneurs avertis. Je n' aimerais pas me promener le long de ces pentes vertigineuses en plein orage. Curieusement, la montagne se montre sous son meilleur jour en ce début de septembre. Pas une goutte de pluie, et le Grand Ruan, avec ses 3057 m, daigne enfin se laisser approcher.

Traces de dinosaures en montant au Cheval Blanc. Cette étape constitue également une belle Photos: Mario Colonel balade familiale pour les parents qui veulent faire découvrir ces traces à leurs enfants en rouge, le tracé du tour des ruans avec, en jaune, la variante par les dents Blanches 1 Voir l' article sur la vallon de Tenneverge p. 44

La contrebande, un sport à la mode

Dans un des chalets de la Vogealle, nous décidons de prolonger notre périple en suivant, sur une étape, le tour des Dents Blanches. Si nous butons parfois contre la pierre sur le sentier, il n' en est pas de même avec les gens d' ici. Chaque étape est un ravissement. Gardiens comme élus locaux nous font goûter les plats régionaux, généralement bien arrosés. En franchissant la Corne au Taureau, ils me raconteront des histoires de contrebande. C' était le sport à la mode. Les contrebandiers faisaient l' aller entre Champéry et Samoëns dans la nuit avec des charges atteignant 30 kilos. Ils passaient du tabac, du papier à cigarettes, du sucre, du beurre, des souliers, des munitions et même des troupeaux. Quand on voit aujourd'hui les cols qu' ils empruntaient – comme le pas de la Bide – lourdement chargés, sur des prises instables et dans l' obscurité la plus totale, on ne peut qu' être admiratif.

arrivée sur le Cheval Blanc, dans un terrain particulièrement raide sommet du Cheval Blanc, avec vue sur le Mont-Blanc arrivée au Cheval Blanc avec vue sur le barrage du Vieux emosson Photos: Mario Colonel

A cette époque, il y avait jusqu' à onze douaniers affectés en permanence au poste du col du Cou, à deux pas d' ici. Mais alors que je franchis à mon tour ce fameux pas avec des précautions de chamois, je découvre au détour du sentier la plaque à la mémoire d' un de ces anonymes qui a basculé dans le vide avec sa charge. Cette randonnée mérite ses galons, elle est alpine, un point c' est tout. De fréquentes barres rocheuses, des névés raides, des combes qui n' aboutissent pas, tout cela rend le parcours hasardeux. Avec Willy, François et Jean-Luc, je descendrai sur Barme avant de remonter par le pas d' Encel; encore un endroit aérien. Nous retrouverons sous la cabane de Susanfe notre circuit initial, qui passe habituellement par les échelles du col des Ottans. Le Ruan et son glacier en plein déclin ( 1,. " " .2 km de long ) laissent peu à peu la place à la Tour Salière. Salanfe n' est plus loin, les mines d' or non plus. Au début du siècle, des dizaines d' hommes tentèrent d' ex des tonnes d' arsenic et d' or de la montagne. De 1904 à 1907, ils sortirent ainsi 331,. " " .8 tonnes d' arsenic et seulement 23,. " " .8 kg d' or. Une compagnie envisagea même de reprendre cette activité au début des années 1980. Mais, peu rentable, le projet avorta. Restent donc les galeries disséminées le long du chemin.

Sous le col de Fenestral, un gypaète nous survole. D' un coup sec, il jette ses os sur un bout de caillou. Une fois de plus, la pierre se retrouve au cœur de la vie en montagne...

Itinéraires

1 ère étape: barrage d' emosson ( 1932 m)–Cheval Blanc ( 2831 m)–refuge de Grenairon ( 1974 m )

Dénivelé: 900 m; horaire: 7 h; difficulté: T2; carte: CN 1: 25 000, feuille 1324 Barberine

Traverser le barrage, puis suivre le chemin jusqu' au lac du Vieux Emosson ( 2205 m ). Contourner le lac puis suivre au sud un sentier qui se dirige vers le col des Corbeaux. C' est sur la droite de la combe, vers 2370 m, que l'on découvre dans des dalles blanches les traces de dinosaures. Par un sentier soutenu, rejoindre le sommet NE du Cheval Blanc. Traverser sur la ligne de crêtes puis, sous le sommet ouest, prendre à flanc pour passer au col du Genévrier. Bien suivre le balisage, à l' aplomb de la ligne de haute tension, pour atteindre le lac du Plan du Buet

en balade autour du refuge de Grenairon Photo: Mario Colonel

( 2543 m ). Traverser de nombreux lapiaz et rejoindre les Frêtes du Grenier. Longer la Cathédrale puis louvoyer entre de gros blocs, souvent le long de l' arête, avant d' at le refuge de Grenairon, appelé aussi Chalet-Hôtel du Buet. Magnifique vue sur la face ouest du Buet

2 e étape: refuge de Grenairon ( 1974 m)–Les Vagnys ( 1334 m)–Les Praz de Commune ( 1673 m)–Plan des Lacs ( 950 m)–chalets de la Vogealle ( 1900 m )

Dénivelé: 1300 m; horaire: 7 h; difficulté: T3; carte: CN 1: 25 000, feuille 1324 Barberine

Du refuge, commencer par descendre jusqu' au P. 1334 au-dessus des Vagnys. Les Vagnys se trouvent juste en dehors de la CN 1324, que l'on rejoint néanmoins dès Verduize. 2 On traverse quelques pistes de ski avant de reprendre une bonne piste qui passe par les hameaux de Verduize et des Mouillettes. Juste avant les Praz de Commune ( 1673 m ), rejoindre une piste forestière. Contourner la Croix de la Frête et descendre au Plan des Lacs. Repartir en direction du Bout du Monde.. " " .Vers le P. 1019, traverser le torrent du Giffre avant d' aborder le pas du Boret. Quelques cordes fixes aident à franchir ces dalles calcaires. Puis un sentier raide et aérien mène aux chalets du Boret ( 1388 m ). Monter à la Pierre du Dard et, par une longue zone d' éboulis, rejoindre le plateau où se situent les chalets de la Vogealle.

En cas de fortes pluies, il est préférable d' éviter le pas du Boret et de passer par le Bout du Monde ( compter une heure de plus ).

3 e étape: chalets de la Vogealle ( 1900 m)–col de sagerou ( 2395 m)–col des ottans ( 2496 m)–cabane de susanfe ( 2102 m)–col de susanfe ( 2494 m)–auberge de salanfe ( 1942 m )

Dénivelé: 1200 m; horaire: 6 à 7 h; difficulté: T3; cartes: CN 1: 25 000, feuilles 1324 Barberine et 1304 Val d' Illiez Du refuge, monter en direction du lac du même nom. Bien avant le lac, prendre à droite pour atteindre la Tête de Perua ( 2295 m ), puis effectuer une longue traversée pour rejoindre le col de Sagerou ( 2395 m ). De là, rejoindre la Tête des Ottans ( 2549 m ) puis le col du même nom ( 2496 m ). Prendre pied sur un névé et suivre vers le nord-ouest un chemin bien marqué et équipé de chaînes avant d' aborder le pas des Ottans ( pas indiqué sur la carte ) et ses

2 Remarque: cette zone est par ailleurs couverte par la carte au 1: 25 000 française 3530 ET Samoëns Haut-Giffre.

80 mètres d' échelles. Ensuite, en restant sur la droite, descendre une succession de névés et de moraines jusqu' à ce que le chemin traverse une petite barre de rochers vers 2160 m. Suivre alors la moraine plein nord jusqu' à un petit replat. Prendre à droite dans une petite vire schisteuse ( P. 2026 ) et traverser ainsi deux torrents en direction de la station de pompage ( 1905 m ). On rejoint le sentier venant du pas d' Encel. Remonter vers la cabane CAS de Susanfe ( 2102 m ), puis par un chemin en fond de vallon, on atteint le col de Susanfe. Descendre dans des dalles schisteuses en zigzaguant. Un passage plus délicat est équipé de chaînes sur 50 m. Arriver aux replats de Lan-vouisset ( 1940 m ), puis à l' auberge de Salanfe, au bout du lac

4 e étape: auberge de salanfe ( 1942 m)–col d' emaney ( 2462 m)–col de Fenestral ( 2451 m)–barrage d' emosson ( 1932 m )

Dénivelé: 1300 m; horaire: 7 h; difficulté: T2; carte: CN 1: 25 000, feuilles 1304 Val d' Illiez et 1324 Barberine

De l' auberge, traverser le barrage et bifurquer vers le col de la Golette. On peut ainsi découvrir les fameuses mines d' or. Vers 2300 m, quitter le chemin pour rejoindre la combe du Col en passant au milieu de petites barres rocheuses. Monter au col d' Emaney puis descendre par une pente raide vers Belle Combe et s' engager dans le vallon d' Emaney. Rejoindre l' alpage d' Emaney ( 1856 m ). Partir au sud par un sentier raide vers le lac de Blantsin

3 e étape de la randonnée: lac de susanfe, juste avant la cabane Les chalets du Boret, avec une vue sur le versant nord du cirque du Fer à Cheval départ de l' auberge de salanfe avec vue sur les vallées valaisannes arrivée à la cabane de susanfe: petite discussion entre randonneurs et gardien Vers le col de susanfe, dans un décor digne des grands déserts Photos: Mario Colonel

( 2148 m ). Le sentier se perd dans des vires, avant de déboucher sur une combe qui conduit au col de Fenestral. Descendre sur l' alpage de Fenestral ( 1801 m ). Prendre alors au sud un chemin en balcon qui ramène à Emosson.

Remarque: depuis Belle Combe, on peut remonter vers le col de Barberine pour basculer sur Emosson et gagner une heure.

Variante par les dents Blanches

Si vous disposez d' une journée de plus, il est intéressant de coupler tours des Ruans et des Dents Blanches au départ des chalets de la Vogealle.

Chalets de la Vogealle ( 1900 m)–Corne au Taureau ( 2630 m)–col de Bossetan ( 2288 m)–cantine de Barme ( 1492 m )

Dénivelé: 700 m; horaire: 4 à 5 h; difficulté: T3; carte: CN 1: 25 000, feuilles 1304 Val d' Illiez et 1324 Barberine

Du refuge, passer par le lac de la Vogealle ( 1999 m ), puis venir prendre un sentier raide dans un terrain schisteux ( dangereux par mauvais temps ) qui conduit à la Corne au Taureau. Descendre une première pente soutenue au NNW en suivant des chaînes avant de prendre pied sur un névé raide ( 35-40° ). En le longeant à droite, on atteint le col de Bossetan. Suivre une combe à gauche de la

en descendant sur salanfe, rencontre avec une sorte de monolithe, reste de cet univers géologique Photos: Mario Colonel

Tête de la Lanche, et traverser par un sentier très aérien une série de barres rocheuses. Passer ainsi le pas de la Bide. Quelques derniers lacets raides mènent dans une grande combe. Un large sentier conduit à Barme.

Cantine de Barme ( 1492 m)–Bonavau ( 1550 m)– pas d' encel ( 1798 m)–cabane de susanfe ( 2102 m )

Dénivelé: 800 m; horaire: 3 h; difficulté: T3; carte: CN 1: 25 000, feuilles 1304 Val d' Illiez et 1324 Barberine

De Barme, gagner l' extrémité est du plateau et suivre un sentier en zigzag qui se dirige vers le Signal de Bonavau. Le sentier passe à proximité du chalet de Sous la Dent, traverse le torrent du couloir de Barme, puis s' élève sur la droite jusqu' au pas de Bonavau ( P. 1794, au pied du Signal ). Descendre alors jusqu' à Bonavau ( 1550 m ) et poursuivre à flanc de coteau vers la droite. S' engager au plus profond des gorges par un bon sentier qui remonte vers le pas d' Encel ( passage aérien avec marches taillées dans le rocher ). Traverser ensuite la Soufla au pied d' un petit barrage et monter sur la gauche ( pierrailles ) pour accéder au vallon de Susanfe. Un bon sentier mène à la cabane. Ra-jouter alors 400 m de dénivelé et environ 3 heures de marche pour atteindre l' auberge de Salanfe ( 1942 m ) a

Passage du col d' emaney en descendant sur l' alpage de Fenestral a la cantine de Barme, un accueil à la valaisanne pour une ambiance typique!

Informations pratiques Adresses utiles: www.tourduruan.com contient une multitude d' informations office du tourisme de Finhaut, tél. 027 768 12 78; office du tourisme de sixt – Fer à Cheval, tél. +33 ( 0 ). " " .4 50 34 49 36; office du tourisme de salvan – Les Marécottes, tél. 027 761 13 59; commune d' Evionnaz, tél. 027 767 11 13; maison de la réserve naturelle de sixt – Fer à Cheval, tél. +33 ( 0 ). " " .4 50 34 91 90; alpage d' Emaney, tél. 027 761 13 59; petite buvette du Vieux Emosson, tél. 027 768 14 21association des accompagnateurs en moyenne montagne en Valais, Régis Héritier, 1941 Vollège, tél. 027 785 20 21 Hébergement: le tour étant peu fréquenté dans son intégralité, les gardiens restent disponibles, profitez donc de leur accueil! Restaurant-dortoir du barrage d' Emosson, 60 places, tél. 027 768 12 74; cabane du Vieux Emosson ( 16 places ), tél. 027 722 91 55 ( réservation indispensablerefuge de Grenairon ( 70 places ), tél. +33 ( 0 ). " " .4 50 34 47 31; camping de Pelley, tél. +33 ( 0 ). " " .4 50 34 12 17; chalets de la Vogealle, 50 places, tél. +33 ( 0 ). " " .4 50 34 11 87; cabane CAs de susanfe ( 120 places ), tél. 024 479 16 46; auberge-hôtel de salanfe ( 90 places ), tél. 027 761 14 38; si vous décidez de faire l' étape supplémentaire par le tour des Dents Blanches, refuge-cantine de Barme, tél. 024 479 11 63 Période: la meilleure période semble être de début juillet à fin septembre. Matériel: de bonnes chaussures de trek, un piolet ou un bâton télescopique et éventuellement 10 à 20 mètres de corde Difficulté: selon les conditions ( plus particulièrement la quantité de neige ), les difficultés peuvent être supérieures aux niveaux indiqués. Accès: on peut rejoindre le barrage d' Emosson en voiture. En transports publics, un funiculaire conduit au barrage depuis la gare du Châtelard ( train de Chamonix ou de Martigny ).

Feedback