Les courses à ski en mutation

Albert Schmidt, Engi ( GL )

D' hier à aujourd'hui Nous formions un groupe assez important de mordus de la montagne et de moniteurs OJ, et nous choisissions nos buts de courses dans les massifs proches de chez nous, car nous n' avions ni motos ni autos.

La grande majorité des skieurs s' adonnaient au ski de piste et nous étions donc des marginaux du tourisme d' hiver. Nous offrions, à l' époque, le tableau suivant: vêtements de montagne simples et amples, à peine différents de ceux que nous portions en été; sacs à dos mal adaptés à la pratique du ski; chaussures de cuir assez basses, non doublées, dans lesquelles nous gelions cruellement par temps froid; pas de fixations de sécurité, mais des fixations à câbles avec butée fixe. Quel-ques-uns d' entre nous disposaient de skis métalliques - la grande nouveauté - mais ils étaient encore trop lourds et trop longs. Pour la plupart, nous avions des skis en bois traditionnels à arêtes vissées et des peaux de phoque épaisses sous lesquelles les sabots se re-formaient constamment; ou alors les peaux Trima, plus récentes, qui se grippaient souvent sans espoir dans les rails prévus sous les semelles des skis. Laisser traîner derrière nous le fil rouge de la cordelette d' avalanche nous paraissait peu sportif, et c' est ainsi que la pelote restait au fond du sac d' où nous ne la sortions que dans les situations très critiques.

Mais tous ces défauts dans notre équipement ne nous gênaient pas particulièrement. Nous étions de libres coureurs des cimes qui parcourions la montagne avec une assurance tranquille, l' humeur joyeuse, dans remettre en question notre passion et sans y réfléchir. Probablement parce que notre image du monde était encore intacte, que l' alpinisme et le sport étaient encore liés à la nature et que, pour nous, il n' y avait pas encore de faille.

Double page suivante: en montant à la cabane des Grands Mulets ( Mont Blanc ) Par un jour pluvieux du printemps 1987, je suis assis à mon bureau et j' entreprends d' écrire un article sur les courses à ski durant ces vingt-cinq dernières années - donc à partir du centième anniversaire du CAS. On m' a demandé de m' exprimer personnellement, mais aussi en tant que chef de courses. J' es donc de me reporter au temps où j' étais à l' OJ, au début des années soixante.

Un jour d' hiver 1987: je me repose sur un sommet de la Suisse centrale ( un but assez couru ), et je regarde les nombreux groupes de skieurs qui montent. Tous arborent un équipement nec plus ultra: vêtements multicolores à la mode, coupés dans les textiles les plus modernes; sacs à dos colorés parfaitement adaptés à l' anatomie; chaussures de plastique à tige haute; skis de couleur vive, légers, spécialement conçus pour la randonnée; fixations sophistiquées; bâtons télescopiques; peaux de phoque autocollantes qui restent bien en place.

Si, en 1963, nous avions été confrontés à cette image, nous n' en aurions pas cru nos yeux et nous nous serions moqués d' un pareil défilé de mode! Et l' existence des appareils jaunes de détection des victimes d' avalanche que chaque randonneur porte maintenant en bandoulière, nous l' aurions à l' époque renvoyée au royaume de l' utopie. Aujourd'hui, où qu' on regarde, tout est fonctionnel, bien pensé techniquement et à la pointe de la mode! Et par-dessus le marché, la publicité est du voyage! Si on fait le calcul, on arrive en gros à une somme de deux à trois mille francs par personne pour le seul équipement de randonnée. L' argent ne joue visiblement plus de rôle aujourd'hui: on en a, et c' est tout. Et cette perfection de l' apparence extérieure se retrouve dans tous les groupes: la section CAS comme l' OJ, l' école d' alpinisme ou les touristes individuels. Faire la distinction entre eux n' est possible que par une observation plus attentive de leur comportement et de leurs relations mutuelles.

Les raisons du changement Mais vous décrivez là l' image du randonneur actuel, diront les lecteurs. Et il est normal qu' en un laps de temps de vingt-cinq ans, cette image change. Je crois qu' une telle façon de voir est trop superficielle. Le changement d' aspect que j' ai décrit me semble être le reflet d' une évolution beaucoup plus profonde, qui a ses racines dans un changement d' opinion au sujet de l' alpinisme et du ski et qui ne peut être comprise que dans le contexte de la culture et de la société actuelles dans leur rapport avec la nature. Et c' est cet aspect-là, l' aspect socioculturel des choses, qui m' intéresse - davantage que les problèmes pratiques que rencontre un chef de course. Afin de juger la situation d' il y a vingt-cinq ans à partir d' un autre point de vue et non pas seulement à partir de ce que j' ai vécu, et que j' ai peut-être idéalisé dans mes souvenirs, je citerai ici ce que nos prédécesseurs écrivaient dans LES ALPES lors du centième anniversaire du CAS.

Le choix des lieux que Hugo Wanner propose pour les semaines clubistiques à pied et à ski souligne le niveau technique élevé que les sections avaient atteint, mais il manque une allusion aux problèmes de l' environne. Le monde de l' alpiniste de 1963 était-il donc intact? Pas tout à fait, à en croire l' article de J. Eschenmoser, qui en tant que constructeur de cabanes, sentait mieux les problèmes de l' avenir: « Les problèmes actuels proviennent au contraire - et paradoxalement - d' une suroccupation de notre espace alpin, et les questions les plus fréquentes que nous devons résoudre sont dus à la nécessité d' agran les cabanes existantes et de rénover les plus anciennes (... ) La montagne est toujours d' un accès plus facile grâce aux routes et aux téléphériques dont le nombre est en rapide augmentation (... ) Beaucoup de nos cabanes sont désormais plus accessibles (... ) Mais il y a aussi le développement énorme du ski, et dans une certaine mesure l' augmentation du tourisme de masse et du tourisme social. Le niveau de vie de larges couches de la population s' est élevé et, avec lui, les exigences de confort et d' hygiène - autant de raisons de rénover vingt-neuf cabanes déjà anciennes. » Et le président du CC, E. Wyss-Dunant, concluait son article par cet impératif: « L' ob que le CAS s' est fixé il y a cent ans, lors de sa fondation, a été atteint entièrement. Nous arrivons aujourd'hui à l' âge d' un nouveau défi: il s' agit de protéger la montagne contre la marée de la commercialisation. » En considérant la situation actuelle dans l' espace alpin, il est légitime de se demander si le CAS a réussi dans cette dernière entreprise. Je crois que non, car la commercialisation n' a pas seulement envahi la montagne de l' extérieur ( comme l' envisageait E. Wyss ), mais elle a submergé, de l' intérieur aussi, bien des domaines de l' activité alpinistique. Elle al- lait forcément de pair avec le développement social qui a fait de l' alpinisme et du ski des sports très répandus, qui sont déjà devenus, en certains points, des sports de masse. La question des courses à ski au CAS ne devrait donc pas être considérée en elle-même, mais être replacée dans le contexte général du tourisme lié au ski. Nous autres, membres du CAS, nous ne pouvons plus entreprendre nos randonnées à ski dans la solitude d' un monde intact, d' autant moins que nous-mêmes, avec toutes nos exigences et nos objectifs, nous sommes un produit et un reflet de notre temps.

Descente du Piz Tambo ( Grisons ) Les conséquences du ( sur)équipement de l' espace alpin Si la randonnée à ski est devenue toujours plus populaire au cours des dix à quinze dernières années, il faut s' interroger d' abord sur les causes de cet engouement. On doit alors constater que le CAS n' a pas joué ici un rôle prépondérant, bien que l' encouragement de l' alpinisme figure au premier plan de ses préoccupations. La vraie impulsion de ce courant qui submerge les Alpes en hiver vient de l' ex térieur: du développement du ski et de la technique qui, dès les années soixante, a permis d' équiper et de rendre accessibles de nombreux sites de montagne encore intacts et naturels. On peut illustrer cette évolution rapide par l' image du lac dans lequel on jette des cailloux. Les ondes concentriques gagnent rapidement, à chaque jet de pierrechaque nouvel équipement ), les surfaces encore calmes et pénètrent l' une dans l' autre lorsqu' elles se rencontrent. Ce modèle s' appli aux conséquences de l' équipement et de la commercialisation des paysages alpins, ainsi qu' à la pression constante exercée ainsi sur le ski de randonnée qui jusque-là, n' avait que très peu d' impact sur l' environnement. Par cette évolution, les randonneurs ont été chassés, de plus en plus souvent, de nombreux sites excellents et sûrs, ce qui a contribué à créer une grande concentration dans les régions restantes.

Une autre conséquence s' y ajoute: beaucoup d' individualistes parmi nous, mais aussi les participants à des courses de section, commencent à éviter les buts trop courus et à fuir dans des régions plus calmes et moins connues, mais qui souvent présentent un terrain plus dangereux. Par là même, les skieurs pénètrent davantage dans les quartiers d' hiver Coucher de soleil à la cabane Pianura des animaux sauvages et dans les forêts écartées. Bien des skieurs pensent qu' ils respectent parfaitement la région qu' ils traversent à ski et refusent de reconnaître qu' il y a là une atteinte possible à la forêt et à la faune. Cette erreur d' appréciation vient de ce qu' ils ne prennent en considération que leur propre passage, très bref, et non l' atteinte globale pendant toute la saison d' hiver. Il est vrai qu' aucun randonneur digne de ce nom ne gênera volontairement des animaux. Mais cela signifie qu' il dispose au moins des rudiments de connaissance nécessaires sur les animaux vivant en terrain alpin. Une telle volonté doit donc s' exprimer durant la course, et tout doit être fait pour éviter de déranger les animaux ( voir numéro spécial sur la faune, III, 1984 ).

La mode qui veut que tout le monde fasse du ski ( de piste ) a encore d' autres implications pour le randonneur à ski. Beaucoup de skieurs ont perdu le goût du ski à cause du brouhaha, de la cohue, des queues d' attente et de la réglementation toujours plus stricte. Dans les années septante, le ski de fond offrait une alternative ( et pas seulement pour les aînés ). Mais ici aussi, il y a eu un boom avec toutes les suites fâcheuses que cela entraîne. Dans cette situation, bien des sportifs ont découvert ces dernières années la randonnée à ski et l' alpinisme comme dernières possibilités de pratiquer le ski sous sa forme originelle.

Evolution rapide dans le domaine des courses à ski - Le CAS a-t-il manqué sa chance?

Peut-être bien qu' il nous faut constater aujourd'hui que le CAS et ses sections sont restés trop souvent dans l' expectative, face à ce défi, à ce potentiel de nouveaux alpinistes. Ceux qui, en revanche, ont réagi rapidement, ce sont les écoles d' alpinisme, dont le succès commercial repose principalement sur la clientèle qui a besoin d' une instruction alpine. Ces nouveaux adeptes des courses à ski - Descente du Kärpf ( Glaris ) dans la mesure où ils suivent vraiment une instruction - ont visiblement une plus grande confiance dans une formation à caractère commercial que dans celle du CAS. Il est vrai que les sections n' offrent en général pas de programme de courses qui mette l' accent sur une formation de base, tandis que les cours du CC s' adressent à des personnes déjà membres du CAS et désireuses de parfaire leur formation. Il s' agira de voir si ces nouveaux skieurs sont définitivement perdus pour le CAS ou s' ils s' y affilieront tout de même plus tard. Ce ralliement ne devrait toutefois pas se faire uniquement pour des raisons financières ( taxes de cabanes moins élevées ), mais bien pour les valeurs spirituelles que le CAS incarne depuis sa fondation. La jeune génération devrait pourtant faire le pas plus facilement par le fait que depuis 1970, Jeunesse et Sport ( J + S ) et Y Organisation de jeunesse du CAS ( OJ ) travaillent en étroite collaboration, tant pour la formation des jeunes que pour les programmes de courses.

Un autre indice de la nouvelle popularité de la randonnée à ski se lit dans la façon dont les fabricants d' articles de sport se sont emparés de ce marché promis à un bel avenir. Autrefois les besoins du randonneur étaient négligés par l' industrie, tandis qu' aujourd on trouve tout à coup des skis spécialement conçus pour la randonnée, des fixations de marche, des chaussures et des vêtements adéquats. Les alpinistes passionnés ne sont pas les derniers à apprécier ce progrès, eux qui ont dû se contenter longtemps d' un équipement peu adapté.

Un autre facteur encore intervient ici, qui est d' ordre social: le raccourcissement du temps de travail et la part toujours plus grande faite aux vacances et aux loisirs, en particulier les congés prolongés du carnaval, de Pâques, de l' Ascension, de Pentecôte, de Noël et du Nouvel An. La majorité de ces skieurs-là ne sont d' ailleurs pas formés de Confédérés ( trop travailleurs !) mais de ressortissants des pays voisins très peuplés, qui ont des horaires de travail « progressistes ». Cette tendance s' allie à la mobilité toujours croissante et presque illimitée dont nous jouissons aujourd'hui grâce aux véhicules privés et à l' ensemble des transports modernes. Le résultat est incontestable: les buts de course à ski les plus appréciés, déjà très courus le samedi et le dimanche, sont également pris d' assaut désormais durant la semaine, alors qu' aupara la faune retrouvait le calme pendant cette période.

Si les quartiers d' hiver des animaux et les lieux d' où l' homme est absent deviennent toujours plus rares, c' est aussi à cause de la large diffusion des détecteurs de victimes d' ava et de la publication de nouvelles cartes et guides descriptifs des courses à ski. Ce sont ici les organismes traditionnels ( l' ar, les ski-clubs et le CAS ) qui cherchent à les diffuser. Sans aucun doute, ces auxiliaires correspondent à une préoccupation humanitaire authentique, qui vise à améliorer la sécurité des skieurs - et je ne voudrais pas critiquer leur diffusion. Il s' agit simplement de rappeler que, dans les années soixante, il n' y avait pas encore de détecteurs et peu de cartes d' itinéraires à ski ( la première date de 1951 ), ni de guides-manuels, si bien qu' on hésitait à pénétrer en terrain inconnu. Grâce à ces cartes et guides excellents, il existe toujours plus de groupes qui, sans connaître la région, se lancent dans des combes et sur des pentes isolées ou choisissent des variantes aux itinéraires classiques, sans chef de course ni guide de montagne. Et les appareils détecteurs ont visiblement accentué la tendance qu' ont aujourd'hui les skieurs à se disperser sur une plus grande surface, le long des itinéraires proprement dits. C' est une tendance qui comble le désir de parcourir des pentes vierges, mais qui ne s' appuie que rarement sur de réelles connaissances de l' état de la neige et de la formation des avalanches.

La course à ski: un sport de masse?

A-t-on donc voulu trop bien faire en publiant des cartes et des guides d' itinéraires à ski? Ou bien les livres présentant les plus belles courses et les descriptions détaillées qui paraissent dans toutes les revues alpines -surtout à l' étranger - ont-ils hâté cette évolution? La question peut se poser.

Quoi qu' il en soit, on peut comprendre la réaction de certains alpinistes indigènes ou particulièrement connaisseurs d' une région, lorsqu' ils cherchent à préserver d' une « découverte » leurs derniers sommets ou arêtes, isolés et inconnus de la grande foule, mais qui n' en sont pas moins des buts intéressants pour une randonnée à ski.

En effet, pour ceux qui ont une relation profonde et étroite avec la nature et avec la montagne et qui considèrent cet espace autrement que comme un terrain de jeu et de sport, il est d' une importance quasi vitale de trouver encore quelques endroits retirés dans notre paysage hivernal surexploité. Cela est valable pour la survie de l' homme comme pour celle de la nature, tant il est vrai que pour un « biotope du silence » il y a une différence énorme entre un paysage hivernal parcouru par un petit groupe de randonneurs avertis et une région à la mode, envahie par la foule des skieurs.

Les amis de la nature qui adoptent cette attitude se voient souvent reprocher leur égoïsme. Mais, en réalité, quelqu'un qui ne signale pas au grand public un endroit de pays encore inconnu ne peut interdire non plus à quiconque de se rendre dans son coin. On ne saurait donc reprocher à celui qui cherche le calme et la détente d' annexer un territoire!

Dès lors, il nous faut considérer plutôt l' autre extrême du tourisme d' hiver et tourner nos regards vers les régions équipées et investies totalement, là où des massifs entiers sont touchés, où l' ami de la nature n' a plus envie de faire une seule course, où les skilifts et les chenillettes ont conquis même les glaciers, où les skieurs de piste se pressent sur des pentes autrefois réservées aux randonneurs, où des quatre mille sont rabaissés au rang de buts d' excursion d' une demi-journée. En de tels lieux, l' alpiniste est chassé de son domaine traditionnel, non pas de jure mais de facto.

A la fin d' une semaine de courses entre Saas-Fee et Zermatt ( durant laquelle mon fils a pu gravir son premier quatre mille ), nous nous sommes reposés un long moment sur le dôme glaciaire du Rimpfischhorn. C' était le samedi de Pâques 1987. Le temps était superbe. Nous avons admiré aux jumelles ce décor de haute montagne. Certes, c' était un « jour de pointe », et nous avons ainsi pu voir un exemple significatif du phénomène « ski de piste des années quatre-vingt ». Cinquante téléphériques et skilifts environ tendent leurs câbles, telles des mains géantes, des deux stations de sport d' hiver jusqu' aux glaciers. Les pentes ne sont que pistes bosselées où s' ébat une foule de skieurs. Et là où les téléphériques ne montent plus, on va par la voie des airs. Des hélicoptères se succèdent, déposant à près de quatre mille mètres d' alti des groupes de « sportifs » aux portefeuilles bien garnis, les uns sur le Feekopf, les autres sur la Cima di Jazzi ( depuis l' Italie ), ou encore sur le dôme glaciaire, au pied de la Pointe Dufour! Pendant ce temps, une équipe d' environ cent vingt alpinistes remontent le glacier jusqu' au dépôt des skis, puis forment des cordées qui se pressent sur l' arête étroite vers ce but de rêve: le Mont Rose.

Par l' Adlerpass vers le nord et le Col de Valpelline vers l' ouest s' écoule le flot des amateurs de la Haute-Route, et leurs traces dessinent de nouvelles pistes qui conduisent aux cabanes de Schönbiel, Monte-Rosa et Britannia. Et chacun d' eux utilise évidemment un ou plusieurs moyens de remontée mécaniques. Non, le Disneyland des Alpes n' est plus de la musique d' avenir. Dans les grandes stations de la transhumance des skieurs, entre Chamonix et Cortina d' Ampezzo, c' est déjà ( presque ) le présent!

L' alpiniste et l' évolution actuelle Ce mouvement touristique lié au ski prend une telle importance que la « confrérie » des alpinistes et des randonneurs à ski est obligatoirement concernée par cette situation. Si on observe et écoute les gens côtoyés dans les téléphériques, dans les cabanes ou sur les sommets, on prend conscience du changement qui est survenu dans l' alpinisme. Le temps est révolu où les alpinistes étaient une communauté d' amis de la montagne au comportement discret. Certes, chacun cherche aujourd'hui le contact avec la nature, mais trop souvent la devise qui a cours est: « le retour à la nature, d' accord, mais le plus vite possible, sans effort et avec tout le confort »!

Dans une publicité pour la plus grande école d' alpinisme et de ski ( qui n' est pas de nationalité suisse ), la « route du ski grisonne », Chenillette traînant des skieurs sur le glacier de Fee par exemple, est décrite en ces termes: « Des courses pour les amateurs de poudreuse qui s' ennuient sur les pistes. » Ce sont bien des excursions à ski, même si les montées jusqu' aux sommets ou aux glaciers sont en général très courtes et jouent un rôle secondaire. Pour jouir de belles descentes, on utilise tous les moyens qui peuvent raccourcir la montée. Il n' y a que trois montées en tout, dont deux de trente minutes et une de deux heures et demie. Tout le reste n' est que descente: quinze à trente kilomètres par jour, cent quarante-deux kilomètres en six jours, avec au moins 21 800 mètres de dénivellation.

S' agit d' une instruction alpine pour les skieurs ou bien avant tout d' une incitation à la consommation de la nature?

Rien d' étonnant dès lors que tant de gens désirent gagner un espace encore intact en montagne, mais utilisent sans scrupule des moyens de remontée mécaniques pour s' y rendre. De nombreux groupes de skieurs-ran-donneurs suivent aujourd'hui cette mode, gagnant en train et en téléphérique le point le plus élevé possible, faisant une première descente, puis remontant, si possible pas plus de trois heures, pour faire finalement la grande descente jusqu' à leur point de départ, ou encore enchaînant une dernière montée et une dernière descente... De telles randonnées « tout confort » constituent déjà une part importante ( environ 30 à 40% ) du programme d' hiver des sections du CAS, comme l' a révélé un examen de 50 programmes de courses consultés à la Bibliothèque centrale.

Et qu' est devenue maintenant, pour bien des touristes, la Haute-Route, cette traversée des Alpes Pennines qui représentait autrefois une sérieuse et longue entrepriseUn galop entre Zermatt et Chamonix! On évite volontiers la partie médiane du massif des Combins qui est assez pénible. De la cabane des Dix, on passe par la Rosablanche pour profiter encore des moyens de remontée mécaniques du cirque blanc de Verbier, puis on fait vite encore la dernière étape dans la région du Trient. Ou alors, par le glacier d' Otemma, on va sur le Valpelline, puis on remonte le Val d' Aoste en taxi jusqu' à Courmayeur, avant d' atteindre le refuge Torino en téléphérique et finalement leDans les séracs du Tödi glacier du Géant et la Vallée Blanche! Est-ce qu' on a simplement « fait » la Haute-Route ou est-ce qu' on a vécu quelque chose? Qu' est qui est ici au premier plan? La joie d' être là, en haute montagne, ou l' esprit que prône notre civilisation, c'est-à-dire avaler autant de choses que possible et aussi vite que possible?

Il est incontestable que, en tant qu' alpi aussi, nous sommes un reflet de notre société, de notre culture. Marqués par l' agita de cette époque, bien des gens ne sont plus capables, même en montagne, de trouver cette forme de repos qui nous permet d' ob, d' attendre, d' écouter et de réfléchir, d' interroger la nature et de s' interroger soi-même. Habitués à un flot interrompu de sti-mulations et au bruit quotidien, beaucoup ne supportent plus le silence ( aux rares endroits où il est encore possible de le trouver ). Au deuxième jour de mauvais temps d' une semaine d' excursion, les participants perdent patience: on file au sud ou on retourne à la maison et au boulot!

Mais est-il vraiment possible de vivre cinq jours par semaine dans le confort d' un appartement moderne, de travailler dans un environnement technique et électronique sophistiqué et ensuite, après des kilomètres d' auto à grande vitesse ( ou d' attente à cause des bouchons ) de passer deux jours en harmonie avec la nature, de la comprendre, de la sentir vivre, d' en deviner les secrets? Qui est encore en mesure de le faire? Peut-être les personnes qui vivent à l' écart et travaillent en forêt ou en montagne? Ou bien seulement les poètes, les peintres, les penseurs et les rêveurs?

Conclusion Voilà donc quelques réflexions personnelles sur le ski de haute montagne qui ne sauraient être considérées comme des jugements définitifs. Dans cet article, j' ai voulu faire part de mes impressions, sentiments et observations, tout en relatant des expériences vécues au cours d' un quart de siècle d' excursions à ski.

Les contacts étroits que j' entretiens avec mes camarades et les participants aux courses de section me permettent d' affirmer qu' il existe ( notamment au CAS ) encore beaucoup d' enthousiastes de la montagne très attachés à la nature. On trouve toujours des alpinistes qui escaladent les sommets en parfaite communion d' âme et d' esprit avec la montagne, mais ils ne sont plus les seuls représentants d' une activité exercée sous des formes si diverses qu' elles paraissent parfois douteuses et contradictoires.

Ne songeons pas seulement aux bienfaits que nous vaut une existence en pleine nature, mais veillons à conserver intacts des sites souvent recherchés pour des compétitions sportives ( rencontres et courses en altitude, marathons et triathlons alpins, etc. ) et ne craignons pas de formuler des critiques sur les objectifs de ces manifestations organisées en haute montagne!

On peut bien faire des recommandations, mais, en précisant la bonne manière de faire de l' alpinisme, on court le risque de paraître dogmatique et de ne pas être suivi. Aussi aimerais-je plutôt inviter le lecteur à observer le comportement des hommes dans la nature, à examiner les incidences de l' alpinisme et du ski sur l' environnement et à suggérer des solutions.

Pour mieux comprendre notre relation avec la montagne et le ski dans le contexte d' un système social et économique à dominante matérialiste et technocrate, il serait sensé de prendre exemple non seulement sur les alpinistes célèbres contemporains, mais aussi sur les grands penseurs et observateurs de notre époque, par exemple Eric Fromm, qui définit ainsi dans Avoir ou être la structure de pensée qui devrait être celle de l' homme nouveau:

« - la disponibilité à renoncer à toutes les formes de la possession pour être totalement.

- la capacité d' être totalement présent, où qu' on soit, de se sentir uni ä tout ce qui vit et de renoncer ainsi au projet de conquérir la nature, de la soumettre, de l' exploiter, de la vio-lenter et de la détruire. Essayer donc de comprendre la nature et de coopérer avec elle ».

« Etre dans la nature plutôt que chercher à la posséder », ce pourrait être un défi humaniste également pour le skieur et l' alpiniste du temps présent, un défi qui pourrait aussi indiquer la voie nouvelle, si nécessaire à tout le courant touristique lié au ski.

Traduction d' Annelise Rigo

courses au CAS

Ulrich Mosimann, Utzingen ( be ) Sur l' arête Gallet ( Doldenhorn ) La position du Club Lorsque le CAS a été fondé, voilà 125 ans, la plupart des grands sommets des Alpes avaient déjà été gravis. Ce sont surtout des membres du Club alpin anglais, fondé deux ans plus tôt, qui avaient marqué de leur esprit sportif et de leur soif d' aventures cet « âge d' or » de l' alpinisme. Mais l' ambition sportive n' était pas absente non plus du milieu alpinistique suisse, qui ne voulait pas rester inactif devant l' évolution future: la fondation du CAS permettait aux forces de s' unir et à l' alpinisme suisse de progresser.

Le but de ces efforts était une exploration approfondie des Alpes, tant scientifique que touristique, et celle-ci devait être menée systématiquement, entre autres grâce aux courses du CAS. C' est ainsi que, dès l' origine, le secteur des courses eut une importance décisive au CAS. Le Règlement des excursions, édité déjà par le premier Comité central, comportait une liste de régions officielles où on allait faire des courses pour récolter des informations supplémentaires et des données pour les cartes topographiques et pour les guides-manuels en cours de rédaction.

En août de l' année de la fondation, une semaine clubistique groupant 19 participants fut, déjà, organisée sous la direction du premier président central, dans la région du Tödi. Mais le résultat de cette entreprise ne fut pas en tous points satisfaisant. Aussi, au cours des années suivantes, laissa-t-on aux diverses sections l' initiative des courses, encore que les Comités centraux aient continué à exercer un contrôle constant sur l' activité des sections.

Lorsque, au début de ce siècle, les travaux de cartographie de l' Atlas Siegfried furent achevés, l' Assemblée des délégués du CAS renonça à désigner des régions d' excursion officielles ( 1903 ). Par là, les sections reçurent formellement une large autonomie dans l' organi et la réalisation des courses. Les structures nettement fédéralistes du CAS se sont maintenues jusqu' à nos jours, particulièrement dans le secteur des courses. Contrairement à certaines associations alpines des pays voisins, le Club dans son sensemble ( représenté par le Comité central ou CC, élu tous les trois ans ) ne put ou ne voulut exercer qu' une influence modeste sur l' évolution de l' alpinisme suisse. Ainsi, par exemple, l' idée d' un engagement officiel du CAS dans des expéditions lointaines ne se concrétisa jamais vraiment, bien que l' expédition dans les Andes de 1963, la seule expédition financée en partie par le Club dans son ensemble, ait été un succès extraordinaire. Au contraire, dans le domaine de l' alpinisme comme « sport populaire », le Club dans son ensemble offre des services aux sections et remplit ainsi des fonctions importantes. Une des tâches essentielles des commissions du CC Alpinisme d' été et Alpinisme d' hiver reste la formation et le recyclage de chefs de courses qui, dans leurs sections respectives, sont responsables des courses proposées. Durant ces dernières années, le besoin d' une formation s' est fait sentir toujours davantage et a suscité le désir de disposer de lieux plus appropriés à l' instruc. C' est ainsi que la création d' un véritable centre de formation alpine a été à plusieurs reprises l' occasion de discussions nourries aux Assemblées des délégués.

Après une première tentative malheureuse, on a finalement renoncé à une solution centralisée. Depuis l' été 1986, des locaux financés par le CC sont à disposition des membres pour des cours de formation à la cabane Forno et à la cabane à' Orny.

L' évolution au sein des sections Après cette brève esquisse concernant le Club dans son ensemble, il faut nous tourner maintenant vers les sections si nous voulons mieux cerner l' évolution des courses du CAS.

Une activité lente à démarrer Bien que la plupart des sections aient préparé déjà dès leur création leur propre programme d' excursions, cette activité ne se développa que très lentement au cours des premières décennies. D' une part, les forces étaient sollicitées en bien des endroits par les grandes tâches liées à l' infrastructure ( construction de cabanes ), d' autre part les possibilités de la plupart des membres du Club étaient incomparablement plus réduites qu' aujourd quant à leurs loisirs et à leur mobilité. Pourtant cela n' empêcha pas les sections de soutenir sans réserve l' initiative privée des alpinistes de pointe qui, faisant œuvre de pionniers, donnaient enfin à l' alpi suisse un puissant élan.

Mais avec le développement du ski de randonnée, au début de ce siècle, une tendance nettement plus conservatrice commença à se manifester au sein du CAS. Ainsi, les courses hivernales des premiers alpinistes-skieurs furent accueillies dans bien des sections avec scepticisme, et cette nouveauté fut même parfois taxée d' amusement sans valeur. Au bout de quelques années cependant, l' impor du ski pour l' alpinisme d' hiver fut tout de même reconnue. Et dans les programmes des sections apparurent les premiers cours et les premières courses à ski où parfois, au début tout au moins, des alpinistes à pied et à ski partaient ensemble.

Au cours des décennies suivantes, l' aug du nombre de membres et la demande toujours plus forte de courses clubistiques entraînèrent un constant développement de l' offre de courses. Aussi les sections se mi-rent-elles à organiser certaines courses qui auparavant, du temps de la génération des fondateurs, étaient réservées à l' initiative privée.

Prise de position critique et conservatrice à propos de « l' alpinisme extrême » Tandis qu' au cours des années trente l' alpi extrême prenait un grand essor dans les pays alpins voisins - surtout dans les Alpes calcaires du nord et dans les Dolomites -, ce n' est qu' après la Seconde Guerre mondiale qu' il s' implanta vraiment en Suisse. Mais au sein du CAS, on critiquait cette forme d' alpi en bien des endroits; c' est ainsi, par exemple, que le fait d' ouvrir de nouvelles voies en cherchant la difficulté et en trouvant là sa motivation, plutôt que dans la conquête du sommet, était considéré comme incompatible avec les objectifs du CAS. Cette attitude négative du Club fut l' une des raisons qui poussa l' élite des grimpeurs, au cours des années cinquante et soixante, à se retrouver dans des clubs de varappeurs. Sans aucun doute, cette scission a contribué par la suite au fait que les courses du CAS, en nombre certes croissant, sont restées longtemps cantonnées dans des voies plutôt tranquilles, et que finalement le Club entier a été taxé de « société de vieux messieurs ».

Importance des nouvelles formes de sport alpin Au cours des dix ou quinze dernières années, la grande popularité de l' alpinisme en général et le développement proprement stupéfiant de l' alpinisme de pointe en particulier, ont passé sur le CAS, non sans laisser des traces.

Bien que, pour la plupart des sections, l' ac continue d' être mis sur des courses dites « classiques », on décèle chez les participants aux courses un intérêt croissant pour des formes nouvelles de sport alpin. La palette s' élargissant, une spécialisation toujours plus grande commence à intervenir et par conséquent, on rencontre moins fréquemment l' al du type « tous terrains ». En même temps, l' éventail des capacités techniques s' est élargi: tandis que de nombreux membres du Club mettent au premier plan les randonnées et les ascensions simples, il existe d' autre part une demande accrue d' activités techniquement exigeantes, telles que celles qui ont fait reculer les limites du possible il y a quelques années seulement. Bien que les ascensions en groupe, offertes par le CAS, ne touchent qu' une partie des membres, les sections doivent faire face à des exigences et des demandes toujours plus diverses. Dans les grandes sections urbaines du Plateau surtout, on atteint bientôt la limite des charges supportables quant à la structure, l' organisation et les services du secteur des courses.

En même temps on voit de nouveau surgir, ici ou là, des conflits d' idées qui sont comparables aux confrontations du passé sur le ski de randonnée et sur l' alpinisme extrême. Ainsi nous voyons actuellement se heurter au CAS les tenants des valeurs traditionnelles et ceux d' une conception moderne de l' alpinisme au sujet de l' escalade libre. Il est difficile de savoir dès maintenant jusqu' à quel point les chemins de l' alpinisme « conventionnel » et ceux de l' escalade libre vont diverger ou se compléter à l' avenir. Les bases d' une cohabitation raisonnable existent, même s' il faut encore écarter des préjugés, d' un côté comme de l' autre.

Evolution générale des activités alpines La question de l' extension respective du sport et de l' alpinisme, si actuelle soit-elle, ne doit pas nous faire oublier que les autres formes d' alpinisme, moins spectaculaires peut-être, sont, elles aussi, touchées par une rapide évolution: ainsi l' attrait des loisirs en montagne fait que les régions alpines sont Sur le chemin de la cabane du Rothorn de Zinal toujours plus sollicitées, au point que les cabanes sont surexploitées et que l' environne est malmené. Cette évolution est accélérée par des intérêts commerciaux toujours plus importants et par une présence toujours accrue des médias sur le terrain des sports de montagne. Dans ce contexte, seule une réflexion globale et une action à long terme permettront au CAS de maintenir sa fonction « d' association faîtière » des alpinistes et de remplir à l' avenir ses tâches et ses responsabilités au service des alpinistes et du monde alpin.

Traduction d' Annelise Rigo Au-dessous du Windjoch ( Mischabel )

Feedback