Les deux visages de la Sierra de Gredos. Randonnées parmi les bouquetins

Randonnées parmi les bouquetins

Les deux visages de la Sierra de Gredos

La cordillère ibérique, avec en son centre la Sierra de Gredos, domine les grandes plaines de l' Estrémadure. Non loin de la trépidante métropole madrilène, ce massif sauvage, domaine des bouquetins, est un paradis pour les randonneurs.

Difficile de trouver un meilleur endroit pour l' observation des bouquetins. Après avoir failli en disparaître au début du XX e siècle pour cause de chasse intensive, ces agiles grimpeurs ont reconquis les montagnes de Gredos. Des mesures de protection strictes leur ont permis de se multiplier. Aujourd'hui, il est presque impossible de ne pas en croiser durant une randonnée dans la région.

Les maîtres de la Sierra de Gredos

En montant au Puerto del Peón, nous observons une douzaine de ces magnifiques animaux; occupés à brouter l' herbe grasse au bord d' un champ de genêts, ils ne se laissent pas déranger. Dans la lumière matinale, nous faisons une pause pour les admirer avant de franchir les derniers mètres de la montée. Au col, une sculpture surréaliste en blocs de rochers semble avoir été soigneusement érigée par la main d' un géant. Ce monumental cairn naturel marque le vieux point de passage des troupeaux entre les versants nord et sud du massif. La montée depuis Hoyos del Espino se fait en pente douce, dans une ancienne vallée glaciaire; au contraire, le versant sud du col conduit à El Hornillo par une raide sente aux multiples lacets.

Le contraste des versants

A voir les escarpements vertigineux de la Cuerda de los Galayos, la chaîne des Cyclopes, au sud-ouest du massif, on se demande comment un tel contraste est possible entre les deux versants. Il est né d' un « accident » tectonique lors de la formation de la Sierra de Gredos. Pendant que le pli du massif se formait, son bord sud se tassa, provoquant la rupture d' énormes masses rocheuses, alors que le versant nord continuait à prendre forme régulièrement. C' est pourquoi on dénote une différence d' altitude marquée entre les deux bords du massif. La vallée du Río Tormes, au nord, se trouve à 1400 mètres d' altitude, alors que celle du Río Tietar, au sud, est plus basse de 400 mètres. Une différence qui se reporte aussi sur les températures; ce n' est pas pour rien si le sud est surnommé l'« Andalousie de Gredos ». A Candeleda, on peut passer de longues soirées de printemps sur la place centrale ornée de palmiers, sans avoir froid.

Cheminements sur les crêtes

Cette brusque rupture du relief constitue le cadre de longues randonnées panoramiques. Du Puerto del Péon, un chemin conduit au sommet de La Mira, d' où toute la Sierra de Gredos est présentée comme sur un plateau. A peine arrivés sur la tour en pierre qui marque le sommet, nous sommes déjà rejoints par des bouquetins curieux. D' ici, le coup d' œil sur la cassure du versant sud et sur la Cuerda de los Galayos, entrecoupée de brèches profondes, est encore plus saisissant que depuis le Un bouquetin curieux sur le sommet panoramique de La Mira.

Photo: R oger Büdeler col. Un raide sentier tire ses lacets dans le versant sud, passant par le Refugio Victory pour arriver à Nogal del Barranco. Le randonneur qui veut gravir La Mira par son versant sud doit franchir près de 1300 mètres de dénivelé, contre 850 pour le versant nord.

Au cœur de la Sierra de Gredos

Le point culminant de la Sierra de Gredos est l' Almanzor ( 2600 m ), entouré des sommets du Circo de Gredos. Cette cuvette glaciaire parsemée de lacs offre un but de randonnée de tout premier ordre. La voie normale de La Plataforma au Refugio Elola au pied de cet amphithéâtre rocheux s' apparente à une promenade Le long des chemins de transhumance, on trouve des cabanons de bergers couverts de bran chages.

Photos: R oger Büdeler Jeunes bouquetins sur leur rocher d' escalade.

La vallée du Río Tormes, sous le versant nord du massif, dominé par le sommet pointu de l' Almanzor. Des trouvailles archéologiques datant de l' époque romaine prouvent que la région fut habitée dès l' Antiquité.

de santé. Nous décidons de corser un peu l' affaire en passant par le Puerto de Candeleda et le Morezón, à l' est, avant de descendre dans le Circo de Gredos. La vue depuis le sommet du Morezón est pour le moins spectaculaire. Loin en contrebas, on voit scintiller l' eau de la Laguna Grande. Devant nous, une ribambelle de sommets escarpés dominés par la silhouette élancée de l' Almanzor, orné de quelques névés. Au sud s' étend la grande plaine cultivée.

La descente du Morezón par un raide vallon du versant ouest exige toute notre concentration; dans les coins d' ombre, il reste de la neige. 400 mètres plus bas, nous voilà au bord du lac, pour admirer cet impressionnant cirque rocheux. Plusieurs chemins solitaires mènent au cœur de la Sierra de Gredos, comme par exemple celui reliant Navalperal de Tormes au Circo de Cinco Lagunas par la Garganta del Pinar. Ce cirque, plus petit, est séparé du Circo de Gredos par deux crêtes abruptes, mais un sentier permet de traverser, puis de rejoindre la Garganta de Gredos. Cette randonnée de deux jours, avec un refuge idéalement placé, est un des itinéraires les plus impressionnants de la chaîne centrale.

Sommets secondaires

Il serait pourtant dommage de négliger les chemins de traverse de la Sierra de Gredos, qui offrent des vues insolites sur le massif. Par exemple, le sommet du Torozo, à l' extrême est, coupé de la partie centrale du massif par le Puerto del Pico. Cette montagne ne paie pas de mine, et la montée vers l' avant n' est pas très inspirante. Mais il vaut la peine de continuer: la dernière crête qui mène au sommet en pente douce s' avance comme une rampe dans les larges paysages du centre du massif. Les yeux rivés sur le lointain, nous oublions ce qui nous entoure. Mais ensuite, impossible de ne pas voir les étranges sculptures rocheuses qui déploient leurs cercles, leurs quilles et leurs cubes directement sous nos yeux. Ces bizarres formations géologiques sont suspendues dans les parois ou empilées sur les flancs de la montagne, paraissant en équilibre instable. Aux côtés des bouquetins, ces Les randonnées sur les crêtes offrent d' impressionnants points de vue sur la plaine en contrebas. Ici, on aperçoit les lacs artificiels du sud du massif.

Photos: R oger Büdeler Informations générales Cartes et topos 1: 25 000 Parque Regional de Sierra de Gredos ( Mapas Topográficos Excursionistas ), Adrados Ediciones; Carlos Frías, Gredos: Guía de Ascensiones y Excursiones, guide en espagnol décrivant 50 randonnées Accès Depuis Madrid, suivre la E90 en direction de Plasencia; après Talave-ra de la Reina, prendre la 502 pour Arenas de San Piedro ( versant sud ) ou continuer par le Puerto del Pico jusqu' à la route 940, indiquée ( versant nord ). La localité principale est Hoyos del Espino ( possibilités d' achats ).

Meilleure période Mai à octobre; en été, il fait extrêmement chaud sur le versant sud. En hiver, le versant nord avec ses pentes vallonnées se prête bien au ski de randonnée et à la ra quette.

Hébergement Nombreux gîtes et appartements de vacances ruraux sur le site www.casasgredos.com. Parador à Navarredonda de Gredos Equipement Equipement standard de randonnée Difficulté Les itinéraires décrits ici vont de T2 à T4.

étranges monuments naturels semblent être les habitants permanents de ces contrées, même dans les parties cultivées.

Deux propositions de courses

Puerto del Peón ( 2032 m)–La Mira ( 2341 m ) Cette randonnée circulaire avec une longue portion de crête bénéficie d' une vue splendide. Le retour se fait sans chemin marqué, sens de l' orientation indispensable.

Longueur et difficulté: environ 5 h, 850 mètres de dénivelé, T3

Point de départ et d' arrivée: au kilomètre 6 de la route menant de Hoyos del Espino à La Plataforma; un panneau d' information avec le numéro du chemin, PR-AV 18, indique le départ.

Itinéraire: suivre le chemin à travers la vallée de la Garganta de la Covacha jus qu' au col du Puerto del Peón ( 2032 mprendre la crête vers la droite jusqu' au Refugio Arenas, abandonné, et au sommet de La Mira ( 2341 m ). Retour par la vallée de la Garganta de los Conventos, qui commence sur le flanc nord de La Mira; suivre de préférence la rive droite du cours d' eau. On garde toujours la vue d' ensemble sur la vallée, franchissant facilement une zone de blocs et des gradins rocheux. Finalement, on rejoint la rivière de la Garganta de la Covacha et le chemin de montée, sur l' autre rive, qu' on suit vers la gauche pour revenir au point de départ. Circo de Cinco Lagunas ( 2105 m ) Randonnée en aller-retour dans un magnifique paysage, traversant la vallée de la Garganta del Pinar pour atteindre les cinq lacs du Circo de Gredos

Longueur et difficulté: environ 8 h, 830 mètres de dénivelé, T3

Point de départ et d' arrivée: Navalperal de Tormes; descendre par une piste asphaltée jusqu' au Río Tormes et rejoindre le parking de l' autre côté. Panneau indicateur et début du sentier

Itinéraire: suivre d' abord une piste forestière, puis prendre le chemin qui franchit le ruisseau. En remonter la rive droite orographique, en passant par la cabane de bergers de Chozo de la Barranca ( 1636 m ) et le lac de Laguna Majalaescoba ( 1830 m ), entouré de sommets. Plus haut, franchir un cours d' eau latéral qui descend à gauche entre les rochers, venant des lacs situés en amont. Ensuite, le sentier se faufile dans le rocher raide; on monte près du ruisseau pour arriver dans le vallon aux cinq lacs. a Roger Büdeler, Hambourg ( trad. ) Noble et immobile: un digne représentant des bouquetins du Gredos.

Au printemps, la Sierra de Gredos resplendit de fleurs. Ici, la haute vallée de la Garganta de los Caballeros

Science et montagne

Scienza e mondo alpino

Feedback