Les glaciers des Alpes suisses en 1969-1970

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Peler Kasser, Zurich

Extrait1 dugie rapport de la Commission des glaciers de la SHSN Laboratoires de recherches hydrauliques, hydrologiques et glaciologiques annexés à l' EPF Zurich ( VAW ) LES CONDITIONS CLIMATIQUES ET L ENNEIGEMENT DU Ier OCTOBRE I969 AU 3OSEP-TEMBRE I97O Le caractère du temps de l' année envisagée est représenté graphiquement aux pages 234 35 grâce aux indications tirées des Annales de VInstitut suisse de météorologie ( ISM ) et de V Office fédéral de i' économie hydraulique ( A +W ). En ce qui concerne l' insolation, les précipitations et l' écoule, on a comparé le rapport des valeurs de cette année aux valeurs moyennes; pour la température, on donne l' écart à la moyenne. Les 1 Le 91e rapport complet sera édité par la Commission des glaciers de la SHSN au printemps 1972, on pourra obtenir cette publication à la Voltastrasse 24, 8044 Zurich.

indications sur les sommes de températures du tableau i sont extraites de l' étude de A. Lemans Der Firnzuwachs pro igßgjjo in einigen schweizerischen Firngebieten, 57. Bericht; celles qui concernent la couche de neige du tableau 4 ont été fournies en partie par l' Institut fédéral pour l' étude de la neige et des avalanches au Weissfluhjoch sur Davos ( SLF ), en partie par les VAW de l' EPF de Zurich. Le rapport sur Neige et avalanches dans l' hiver 1969jjo est dû à M. Schild ( SLF ); pour des indications plus détaillées, nous renvoyons au rapport annuel de SLF. Nous remercions ces institutions et leurs collaborateurs de leur aide.

a ) L' hiver ( re' octobre au 30 avril ) A un mois d' octobre, partout trop sec et trop chaud, succède un mois de novembre presque partout normal; seules les précipitations en Engadine furent nettement plus élevées que la normale. Entre le 5 et le 17 novembre, la période d' ablation prit fin, puisque tous les glaciers se recouvrirent de neige. La mince couche de neige subsista en décembre ( très froid ) et en janvier ( relativement doux ); ce n' est qu' en février et en avril que tombèrent de fortes quantités de neige, sauf au sud des Alpes et en Engadine, où l' accroissement du manteau dépassa de justesse la hauteur normale. Durant les mois trop froids de mars et d' avril, les Alpes et le Jura restèrent enneigés jusqu' à 1000 mètres environ. L' hiver fut partout trop froid, alors que les précipitations dépassaient un peu la moyenne au nord des Alpes et assez fortement au cœur de ces dernières. En Engadine, elles furent normales, mais au sud, par endroits, déficitaires.

b ) L' été ( 1 " mai au 30 septembre ) Les mois de mai, juin et juillet ont eu partout des précipitations normales ou un peu trop faibles. Comme le mois de mai fut nettement trop froid, surtout au cœur des Alpes, et qu' au début de juin la température n' atteignit pas la moyenne, la fonte de la neige sur les langues glaciaires s' amorça lentement; d' après le débit de certains torrents glaciaires, la fonte ne se produisit vraiment qu' à partir de la deuxième décade de juin. Le mois de juillet fut également plutôt défavorable pour les glaciers, tandis qu' août, dont la température fut normale, accusa d' abondantes précipitations, sauf en Valais et au sud des Alpes où elles furent normales. En septembre, l' ablation fut supérieure à la moyenne, surtout en Valais et au nord des Alpes par pluies relativement pauvres. La période d' ablation de l' été 1970 prit fin avec le changement de temps survenu le 30 septembre. Les températures estivales des stations considérées n' ont que peu dévié des valeurs normales, à l' exception de Zermatt et Bever où il fit nettement trop froid. Les précipitations estivales furent déficitaires en Valais et sur le versant sud des Alpes, et à peu près normales dans les autres régions.

c ) L' année hydrologique ( 1 " octobre au 30 septembre ) Sur le versant sud des Alpes, comme dans certains bassins soumis à l' influence du régime méridional, tels que ceux de Gries et de Mattmark, les totaux de précipitations de l' année sont restés en partie considérablement au-des-sous de la moyenne. Dans le reste des Alpes suisses, cette moyenne fut atteinte et même dépassée; à Coire et à Davos, il y eut même un excédent notable. La température fut normale au Tessin, nettement trop basse en Valais et en Engadine, légèrement inférieure à la moyenne dans le reste du pays. La température de l' été, légèrement inférieure à la normale en Valais et en Engadine, fut conforme à la norme dans les autres régions.

NEIGE ET AVALANCHES PENDANT L HIVER I969,7O Si l'on désigne par hivers catastrophiques ceux où des avalanches exceptionnelles sont descendues, causant au moins loo cas de dégâts ou plus de 50 victimes, cet hiver-là répond incontestablement à la définition. Avec 254 cas de dégâts et 56 victimes et comparé aux quatre hivers catastrophiques survenus depuis 1940, il a provoqué un nombre élevé de morts d' horn, de gros dégâts aux forêts ( env. 41000 m3 ) et, en revanche, relativement peu de dégâts aux habitations ou de morts d' animaux ( resp. 137 et3)- Jusqu' au début de février, presque toutes les régions ont accusé une très faible hauteur de neige; puis la situation changea radicalement. Les chutes de neige cumulées ont atteint pour le mois et par endroits plus de 4 mètres, souvent accompagnées de vent violent, de sorte que la hauteur du manteau a présenté, en certaines régions, un nouveau maximum absolu; en maints endroits d' énormes avalanches sont descendues dans les vallées. En mars et en avril, on enregistra encore de fortes chutes de neige. Quant à la température, elle resta jusqu' en mai inférieure à la moyenne. Aussi les Alpes ont-elles connu une fin d' hiver extrêmement riche en neige et un printemps extraordinairement tardif.

Le plus grand nombre d' avalanches provoquant des dégâts se déclenchèrent au moment des chutes de neige et des tempêtes de février. Le 24 se produisit la coulée la plus meurtrière depuis 1827 à Reckingen: 48 personnes furent surprises de nuit dans leurs demeures, et 30 d' entre elles trouvèrent la mort. D' autres coulées de la même période n' eurent heureusement pas de suites graves par suite des mesures de prudence adoptées. A part le cas de travailleurs surpris au Pilate ( 20 avril, 4 morts ), tous les autres cas mortels concernèrent des skieurs ou des touristes. L' un seulement de ces 14 accidents ayant causé au total 22 morts s' est produit dans une région à forte quantité de neige fraîche; tous les autres ont eu lieu dans des régions et périodes de petites quantités de neige.

Dans plusieurs cas, on réussit à sauver les personnes enfouies sous la neige; l' esprit de camaraderie s' est manifesté avec succès dans ces circonstances. On entreprit un sauvetage particulièrement spectaculaire près de Stechelberg, dans l' Oberland bernois, où l'on put dégager un paysan âgé de 70 ans, enseveli sous une avalanche de printemps; le rescapé avait séjourné 7 h et demie sous 3 mètres de neige et avait été repéré par des chiens.

CHRONIQUE DES GLACIERS a ) Activité et faits saillants Comme prévu pour chaque an née, les vols de contrôle ont eu lieu en automne 1970 au-dessus des glaciers du Rhône, d' Aletsch et de Basodino, au-dessus des dix glaciers abrupts mentionnés dans le goe rapport ainsi qu' au de quelques fronts glaciaires d' accès difficile ou dangereux, tels que ceux du Trift dans le Gadmental, du Rosenlaui, de Grindelwald supérieur et inférieur et de la Blümlisalp. Les vols effectués au-dessus des glaciers de Lang, de la Bella-Tola, de Stein, de Bresciana et du Val Torta ont servi à contrôler les repères. Les prises de vue aux glaciers de Steinlimmi et de la Scaletta ont été faites en relation avec des tâches particulières de la décennie hydrologique. Toutes ces photographies aériennes, comme celles des glaciers de Fee nord, du Sex Rouge, de Prapio, de Pierredar, de Stein, de Lenta, de Paradies et de Cavagnoli ont été prises par le Service topographique fédéral ( L+T ) de manière très obligeante. Le problème des « glaciers dangereux » a fait l' objet des vols de L +T à Pierredar et de ceux de la Direction fédérale du Cadastre ( V + D ) aux glaciers de l' Allalin et de Giétro. Le programme de mesures entrepris par les Glacier supérieur de Grindelwald, en crue, le 13 août 1970. Détail de la prise de vue verticale No 605 du Service topographique fédéral. Le passage à échelles installé, en été 1970, devant le glacier, visible sur le cliché et aboutissant en E, au sommet du rocher, est devenu entre-temps impraticable, parce que le glacier surmontant la crête de ce rocher menace de s' écrouler en ce point. Mais l' avance principale de la langue se produit dans la gorge dans laquelle la glace a atteint le point F. A l' angle inférieur droit du cliché, on distingue le restaurant Milchbach d' où a été prise la photo 5.

2Glacier du Rhône. Détail de la prise de vue verticale No 1452 du Service topographique fédéral du 18 septembre 1970. Dans le cercle No I au bas du cliché, derrière l' hôtel Seiler de Gletsch, se trouve une source thermale. En 1777, Henri Besson a mesuré de ce point une distance de 300 toises ( ou 585 mètres ) jusqu' au front du glacier. Des moraines très nettes témoignent des états ancien du glacier. La ligne traitillée No 2 montre l' extension maximum du glacier du début du XVIIe et du XVIIIe siècle. Les talus morainiques de la plaine datent de l' année 1602; plus en amont, les deux maxima sont pratiquement confondus. La ligne 3 correspond à la moraine frontale de 1818, la ligne 4 à celles de 1826 et de 1856. Les deux cercles indiquent la position de deux cairns portant les dates respectives de 1818 et 1856. jusqu' en igi2, le glacier s' est retiré jusqu' à la base du grand versant rocheux et progressa, jusqu' en 1921, de 122 mètres pour former la moraine frontale 5. jusqu' en 1932, il regagna sa position de 1912, et, en 1944, le dernier lambeau de glace de la rive droite se retira de la plaine de Gletsch. Le bord du glacier au moment de la prise de vue est indiqué par la ligne 6. Depuis l' allongement maximum de 1818, le front glaciaire s' est retiré d' environ 2200 mètres jusqu' au voisinage de l' hôtel Belvédère.

3Glacier du Rhône, le 18 août 1848. Reproduction d' une lithographie de Henri Hogard, dessinée depuis le versant gauche près de Gletsch. Cette gravure est tirée de l' ouvrage « Mensurations au glacier du Rhône 1874-1915 », Nouveaux Mémoires de la Société helvétique des sciences naturelles, vol. LU, 1916. Les chiffres ont la même signification que sur la photo 2. Les restes morainiques désignés par 2, datant de 1602 et relevés par Hogard, ont depuis lors été utilisés en partie pour les besoins de la construction et ont entièrement disparu sur la rive gauche du Rhône.

4Le glacier du Rhône, le 22 septembre 1970, vu sensiblement du même point que sur la lithographie de Hogard de 1848. Les lignes et chiffres dessinés sont expliqués dans la légende de la photo 2.

Cliché Marcus Aellen, VAW/ETH, Zurich 5Glacier supérieur de Grindelwald, le 31 octobre 1970, vu du restaurant Milchbach. En E, on reconnaît l' extrémité supérieure du passage à échelles; la langue terminale a atteint la crête de ce rocher bordant la gorge et tend à le recouvrir. La plus grande partie de la glace s' écoule encore dans la gorge même en se dirigeant vers le spectateur; en F se trouve le front au moment de la prise de vue. En hiver 1970/71, le glacier a rempli toute la gorge et commence à progresser dans la vaste tombe en aval de ce passage étroit. Les photos du 86e rapport pour 1964165 que Hans Boss avait prises depuis le rocher en question montrent le début de la phase de crue qui se poursuit actuellement.

Cliché Hans Boss, Zweilütschinen Forces motrices de l' Oberhasli SA aux deux glaciers de l' Aar fut poursuivi; les clichés pris par V + D furent de nouveau dépouillés par le bureau A. Flotron à Meiringen. Il faut enfin mentionner un manuscrit intéressant dans lequel F. Juvalta traite de l' histoire du glacier du Paradies durant ces cent dernières années.

Le glacier de Gruben, au-dessus de Saas Balen, a cause quelques soucis. Malgré les tentatives obstinées de donner issue à l' eau en temps opportun par des forages et des dynamitages, le niveau du lac s' est élevé de plus en plus jusqu' à ce que la vidange se produisît le 8 juillet 1970, analogue à celle du 2 juillet 1968 dont il fut question dans notre 89e rapport; une crue subite enfla le Fällbach jusqu' au village. Une galerie percée pendant l' hiver 1970/71 à travers la glace a banni tout danger pour l' été 1971.

Plusieurs collaborateurs de la Commission des glaciers sont décédés au cours de l' année. L' an forestier Alfred Tscherrig qui, pendant des années, a contrôlé les glaciers de Brunegg, de Tourtemagne et de la Bella-Tola s' est éteint à l' âge de 78 ans, le 20 janvier 1970, à Oberems. M. Tscherrig a laissé une documentation complète et excellente concernant les glaciers de Tourtemagne et de la Bella-Tola. Au printemps, M. Jean Penis, qui, comme géomètre, collaborait depuis quelques années au contrôle du glacier du Trient, a été emporté par la maladie. Le 12 avril mourait d' une crise cardiaque dans sa chère montagne M. Bernardo Pohl, ing. forestier, qui contrôla avec beaucoup de zèle le glacier de Basodino. Peu après, le 5 juillet 1970, son plus jeune fils, Paolo, était victime d' un accident de montagne dans la région de Basodino; père et fils avaient travaillé très activement pour la Commission des glaciers. Le 6 juillet 1970, M. Andreas Gasser, ing. forestier, qui avait souvent collaboré aux mesures de glaciers dans les Alpes uranaises, a trouvé la mort en montagne.

Nous adressons nos pensées de sympathie aux parents et aux collègues de tous ces collaborateurs.

b ) Bilans annuels Le tableau 3 contient le bilan de masse de 4 glaciers pour les années 1967/68, 1968/69 et 1969/70. Les nombres de la colonne Ba indiquent l' accroissement ou la diminution de masse du glacier en une année, en unités de 1000 m3 de glace. Si l'on convertit ces variations en eau répartie sur toute la surface glaciaire, la hauteur de cette lame liquide est ce que nous appelons le bilan spécifique en m' ou, ce qui revient au même, en millimètres d' eau; ces valeurs figurent au tableau et elles sont directement comparables pour des glaciers de grandeur différente.

Au cours de l' année 1969/70, la masse du glacier de la Silvretta est restée pratiquement constante avec -f 72 mm seulement; aux glaciers de Limmern ( —158 mm ) et d' Aletsch ( —129 mm ) on constate une perte très modeste. Le glacier de Gries est plus fortement déficitaire avec —519 mm, ce que l'on doit attribuer en partie à la fusion de la langue noyée dans le lac artificiel, mais surtout à l' insuffisance des précipitations, restées inférieures à la normale dans cette région soumise à l' influence du régime du sud des Alpes; un déficit pluvial analogue s' observe dans la région de Mattmark, où les conditions climatiques sont semblables.

En ce qui concerne les glaciers de l' Oberaar et de PUnteraar, les mesures de A. Flotron indiquent une faible valeur négative du bilan spécifique.

c ) Variations de longueur des glaciers ( tableaux 2 et 6 ) La variation moyenne de longueur de tous les glaciers contrôlés a été de —1,26 m en 1969/70 contre —7,18 m l' année précédente. Bien qu' en 1969/70 98 glaciers au lieu de 103 aient été mesurés, le nombre des avances s' est accru de 3 unités sur 31. Parmi ces 31, les 16 glaciers suivants sont en crue depuis au moins trois ans; ce sont:

PRECIPITATIONS, TEMPERATURES, DUREE D' INSOLATION ET ECOULEMENT Valeurs mensuelles saisonnières et annuelles de L' année 1969/70 relatives aux valeurs moyennes de la période 1931 1960 [ exceptions voir 10,. 9 mois d' octobre 1969 à septembre 1970 H = hiver= octobre à avril E = été = mai à septembre A e année = octobre à septembre 1 ) Exceptions; No Station Temperature □urée d' nsolation Déb t 2 4 6 10 11 51 55 Jungfraujoch Sion Testa Grigia Locamo - Monti St.Gallen Massa / Massaboden Hinterrhein / Hinterrhein 1936/39 - 63/64 1931/32 1941 U2 T 60/61 T 63/64 1952/53-1935/36- 63/64 63/64 1931/32 1956/57 r 60/61 - 63/64 1931/32 -1945/46 - 60/61 63/64 Données météorologiques * Précipitation Température Durée d' insolation

T

AP Valeur moyenne ATcart de la moyenne AE Écart de la moyenne ~EValeur moyenne Stations météorologiques No Station m s.m.

1 Bern 672 2 Jungfraujoch 3576 3 Montreux 408 4 Sion 549 5 Zermatt 1610 6 Testa Grigia 3486 7 Zürich MZA 569 6 Engelberg .10 18 □ ebits Mesure des débits ^ AOcart de la moyenne DValeur moyenne Stations de jaugeage- B a s sin versant No RIVIÈRE / Station m s.m.

Superficie totale Altitude moyenne Aires englacées S en km2 m.s.m.

en " / » de S 51 MASSA/ Blatten bei Naters 667 195 2946 66.6 52 VISPA/ Visp 650 778 2660 33 1 53 RHÔNE/ Porte du Scex 374 5220 2130 16 2 54 LUTSCHINE/Gsteig 562 379 2050 19.6 65 HINTERRHEIN/ Hinterrhein 1581 55 2390 21.6 56 RHEIN / Rheinfetden ?58 34550 1085 1 6

fol -1.

1,.

-1- " L vT I23

5 7«, HE A 56 1.0- rf05 3"5"7"9HEA Écart de la moyenne No Station m.s.m.

9 Airolo 1167 10 Locamo - Monti 3 79 11 St.Gallen 664 12 Säntis 2500 13 Chur 586 14 Davos 1561 15 Bever 1712 16 Brusio 840 17 Grand- St - Bernard 2479 53 AD,

„ " Hfl

ViViViHiA 52 depuis 16 ans: Fee nord depuis g ans: Trient depuis 8 ans: Grindelwald supérieur depuis 6 ans: Giétro, Rosenlaui et Sulz depuis 5 ans: Allalin, Gamchi, Rotfirn et Cambrena depuis 4 ans: Boveyre, Saleina et Eiger depuis 3 ans: Valsorey, Chelen et Tschierva.

Toutes ces langues glaciaires doivent se trouver dans une phase d' extension véritable, et il convient de rechercher la cause pour chacune d' elles dans leur temps de réponse au passé climatique récent. La crue des glaciers de Fee et d' Allalin a été déclenchée par suite d' événe Variations de la position des fronts de glacier dans les Alpes Suisses

1891/92-1969/70

Nombre des glaciers en I00 s« c ü' C 5 Année — m o a ( A a> en vu v. > .o a> « - 150 100 50 0- ments qui les ont privés de leur extrémité. En effet, la langue terminale nord du glacier de Fee a été recouverte en 1954 par un éboulement de rochers; celle du glacier d' Allalin s' est effondrée le 30 août 1965. Les deux glaciers tendent dès lors à recouvrer le terrain perdu. En automne 1970, le glacier d' Allalin s' avançait à peu près aussi loin qu' avant la chute; la crue de 1969/70 comportant 173,2 mètres est particulièrement imposante. Au glacier supérieur de Grindelwald, l' avance est de 100 mètres. A l' Allalin, la progression provient du fait que la langue terminale s' est soudée aux cônes de débris qui.se sont accumulés sur les vires devant le front. Le glacier supérieur de Grindelwald a passé la crue et en décrue, en pour-cent du nombre total des glaciers observés ( 7 ) Q O ( D 3 CL rc S« Année 150 100500 gorge étroite et commence à s' élargir dans le vaste fond du vallon. En ce qui concerne les 15 glaciers dont la crue n' a commence qu' au cours des deux années écoulées, on peut s' attendre à une poursuite de l' avance, surtout aux glaciers de Palü, de la Blümlisalp, de Stein et de Moming; elle semble être possible au Biferten, à Mutt, à Tsanfleuron et à Wallenbur.

La représentation graphique Variations de la position des fronts de glaciers dans les Alpes suisses donne une vue d' ensemble des variations survenues depuis 80 ans. Les bâtonnets au bas du tableau indiquent pour chaque année, de 1891/92 à 1969/70, le nombre de glaciers contrôlés. Dans la partie supérieure, la surface Tableau 1' Somme des températures journalières positivesZC, mai à septembre Station Altitude mètres sur mer a ) Station d' observation Gütsch 2287 Säntis22500 Weissfluhjoch2667 Jungfraujoch ( Sphinx ) 3578 Payerne ( 700 mb)33100 München ( 700 mb)33100 Mailand ( 700 mb)33100 b ) Extrapolations pour les névés de Clariden4 2700 Clariden42900 Silvrettas2750 Jungfraufirn ( P3)63350 1 Extrait de A. Lemans, « Der Firnzuwachs 1969/70 in einigen schweizerischen Firngebieten », 57. Bericht, Zurich, 1971.

2 Valeurs corrigées par A. Lemans, qui sont comparables avec les longues séries d' avant i960.

3 Observations de températures dans l' atmosphère libre, faites au moyen de radiosondages au niveau 700 mb = hachurée représente la proportion du nombre de glaciers en crue en pour-cent du nombre total de glaciers; la surface pointillée, les glaciers en décrue, avec échelle de haut en bas. La surface claire entre les deux plages comprend les glaciers restés stationnaires. On reconnaît très nettement la période de crue d' avant 1920 pendant laquelle presque les 3/4 des glaciers contrôlés ont progressé. Depuis 1964/65, 23 à 38% des glaciers sont de nouveau en crue; il est difficile de dire ce qui se passera ces prochaines années.

mai/sept. 1968 mai /sept. 1969 °C«G mai/sept. 1970 686 837 849 505 694 649 461 611 599 52 94 78 185 293 322 270 231 254 338 406 383 530 544 264 399 411 409 553 546 90 173 155 environ 3100 mètres sur mer ( valeurs moyennes des sondages de 1 heure et 13 heures, calculées par G, Gensler ).

4 Valeurs extrapolées d' après Gütsch.

5 Valeurs extrapolées d' après Weissfluhjoch.

6 Valeurs extrapolées d' après Jungfraujoch-Sphinx.

Tableau 2 Variations de longueur de glaciers 1967/68 à 1969/70 Récapitulation 1967/68 Réseau d' observation Nombre de glaciers 105 105 105 Non observés Nombre de glaciers 6 0 71 Observés Nombre de glaciers 99 105 98 Incertains Nombre de glaciers 1 2 0 En régime connu Nombre98 ( 100,0 ) 103 ( 100,0 ) 98 ( 100,0 ) En crue Nombre35 ( 35,7 ) 28 ( 27-2 ) 3i2 ( 31,6 ) Stationnaires Nombre6 ( 6,0 6 ( 5,8 ) 63 ( 6,1 ) En décrue Nombre57 ( 58,2 ) 69 ( 67,o ) 614 ( 62,3 ) Variation moyenne de longueur Mètres/glacier — 0,35 -7,18 — 1,26 ( nombre ) ( 89 ) ( 92 ) ( 89Remarques: Les notes 1 à 5 se réfèrent aux glaciers qui ( au tableau 6 ) ont les numéros suivants:

1 46 53 72 73 75 89 91 2 a 11 13 21 23 30 33 37 39 41 42 43 44 45 47 48 53 56 57 59 61 64 68 69 71 77 79 80 93 99 100 3 1 6 25 40 81 96 43 4 5 7 8 g 10 12 14 15 16 17 18 19 ao 22 24 26 27 28 2g 31 32 34 35 36 38 49 50 51 54 55 58 60 6a 63 65 66 67 70 74 76 78 82 83 84 85 86 87 88 90 92 94 95 97 98 101 102 103 104 105 s Pour le calcul de la variation moyenne de longueur, on n' a pas tenu compte des résultats de 9 glaciers. Ils ont été éliminés pour les raisons suivantes:

Contact avec un lac d' accumulation: 3 50 51 Valeur pour 15 ans: 44 Non chiffré: 49 55 56 58 64 Tableau 3 Bilans annuels de masse de quelques glaciers Glaciers années de bilan 3Gries 13. 10. 67-11.

u. 10. 68- 7. 11. 10. 69- 7.

5et6Aletsch 1. 10. 67-30.

1. 10. 68-30. 1. 10. 69-30.

78 Limmern 17. 9. 67- 9.

9. 9. 68- 5.

59- 69- 6.

90 Silvretta 29. 9. 67-24.

24. 9. 68-25.

25. 9. 69-26.

1968/69 1969/70 SurfacesBilans BabaLigne d' équilibre glaciaires1 o3 m3 de glace' kg mètres sur mer 10.68 6,383 + 2354 + 332 2 710 10. 69 6,383 + « 907 + 269 2 74° 10. 70 6,383 — 36781 — 5«94 3040 9.68 124,00 s + 97 « 34 + 705 9-69 123,716 + 44 « 25 + 321 9- 70 123,2617 696 — 129 9.68 3,29s + « 45« + 397 2530 9. 69 3,29s — 512 — 140 2 74° 9- 70 3,29s — 5784 — 1584 2 820 9.68 3,33« 687 + 456 2645 9-6g 3,331088 — 294 2 800 9- 70 3,332664 + 724 2 730 1 En admettant une densité de glace de o,g g/cm3.

2 i kg/m2 correspond à I mm d' eau.

3 Surface du 1.9.67.

Calculé par zones d' égal bilan spécifique. Les valeurs pour 1967/68 et 1968/69 ont été obtenues en admettant une relation empirique entre l' accumulation et l' ablation respectivement et l' altitude. D' après cette méthode on obtient pour l' année 1969/70 les nombres suivants:

Ba io3 m3ba kg/m2 glace Gries —3332470 Limmern — 728199 Silvretta -f- 27875 Tableau 4 Enneigement de l' hiver 1969/70 Colonne1Date du commencement de l' enneigement continu 2Date de la fin de l' enneigement continu 3Durée de l' enneigement continu ( jours ) 4Hauteur maximale de la couche de neige ( cm ) 5Date de la hauteur maximale de la neige 6Valeur en eau de la couche de neige totale ( mm ), valeur maximale mesurée 7Date de la détermination de la valeur en eau Station Weissfluhjoch 2540 Davos Platz1560 Klosters1200 Berninahäuser2050 Pontresina1840 Maloja1820 Barberine1820 Saas Fee1775 Zermatt1600 Bourg-St-Pierre1650 Grimsel 1970 Grindelwald-Bort1570 Trübsee1800 Andermatt1440' Valeur interpolée.

5 Surface estimée pour le 15.9.69.

6 Surface estimée pour le 13.9.69 ( et non pas 30.9.69, indiqué par erreur dans le 90e rapport. Dans la ligne correspondante du tableau, il faut corriger la date pour l' an de bilan de la façon suivante: 1.10.68-13.9.69 au lieu de 30.9.68-13.9.69 ).

7 Surface estimée pour le 11.9.70.

8 Surface du 11.9.59. » Surface du 2.10.56.

Altitude i mètres sur mer IO. II.

25-7- 258 321 2- 5- 1259 1.6.

14. II.

23-5- 191 178 25. 2.

407 15- 4- 14. 11.

3°-5- 198 255 25. 2.

666 15-4- 15. II.

I7-5- 184 140 10. 4.

14. II.

4-5- 172 89 12. 3.

15. II.

26. 5.

193 191 8.4.

497 14.4.

8. 11.

8.6.* 213* 390 14.4.

1401 15- 4-, 15. 11.

1- 5- 174 120 14.4.

309 15-4- 14. 11.

5-5- 173 136 24. 2.

320 15- 4136 4-3- 355 4-3- 5. 11.

11. 7.

249 690 3-517. 11.

2.6.

198 230 20. 3.

714 15-4- 5. 11.

26.6.

234 371 14.4.

1474 4-5- 14. 11.

1.6.

200 224 20. 3./14. 4.

754 14.4.

Tableau 6 Variations de longueur des glaciers 1969/70 N° Glacier Ct.

Variations en mètres Mètres sur Jour et mois de l'observation a b 1968/69 1969/70 c c mer 1970 d 1968 1969 1970 Bassin du Rhône ( H ) 1 e Rhone VS 2e MuttVS 3e Gries ( Aegina)VS 4e FiescherVS 5e Grosser AletschVS 6e OberaletschVS 7KaltwasserVS 8e TällibodenVS 9e OfentalVS 10e SchwarzbergVS 11 e Allalin VS 12KessjenVS 13e Fee ( langue nord ) VS 14Gorner VS 15e Z'MuttVS 16FindelenVS 17RiedVS 18e LangVS 19e Turtmann-West VS 20 e Turtmann-Ost ( Brunegg ) VS 21 e Bella TolaVS 22ZinalVS 23 MorningVS 24 MoiryVS 25e FerpècleVS 26e Mont MinéVS 27Bas d'ArollaVS 28Tsidjiore NouveVS 29CheillonVS 30e L'En DarreyVS 31Grand DésertVS 32 Mont FortVS 33TsanfleuronVS 34e OtemmaVS 35e Mont DurandVS 36e Breney VS 37e GiétroVS 38Corbassière VS 39e ValsoreyVS 40Tseudet VS + 6,3 + 0,5 2125 "

.'5- 9- 21. 9.

20. g.

+',9 + 2,0 2626«!

16. 9.

21. 9.

27. 8.

—'7,8 — 25,5 2373 12. 10.

17. 10.

18. 10.

— 23,i — 11,2 1643,5 14. 9.

12. 9.

10. g.

— 16,4 — 25,2 2' 5 9-'3- 9- 11. g.

— 5,2 st.

2129,4 3. 10.

.'7- 9- 12. 9.

— 6,o — 10,0 2650e8 18. 10.

6. 10.

15. 10.

— 2,7 2629,6 30- 9- 29- 9- 25- 9- st.

— 9,3 2628 30- 9- 30. 9.

28. 9.

+ o,9 — 5 ,'2660 1. 10.

26. 9.

29. 96,4 + 173,2 2325' 3 9- 19. 8.

24. g.

+ o,8 - 6,i 2849,0 25- 9- 23- 9- 22. 9.

+ io,o + 20,8 2033 14. 10.

17. 10.

27. 10.

— 33,28,3 2057,5 11. 10.

15. 10.

23. 10.

—'9.4 — 19,0 2231 26. 8.

20. 8.

25. 8.

+ 3,0 — 4,0 261' 9 11. 10.

12. 10.

—'5,5 - 4,8 2044 2. 10.

1. 10.

30. 9.

—'4,o7,0 201061 24. 10.

24. 10.

25. 10.

- 5,8 - 7,8 2262e8 14. g.

17. 10.

26. 9.

+'0,8 — 21,2 2456 14. g.

17. 10.

26. 9, 2,4 + 3,9 2763e7 18. g.

16. 10.

30. 9.

— 29,0 — 0' 995' 4 9- 7. 10.

7. 10.

+'5,° ca.

+'5>o 2315 14. 9.

7. 10.

7. 10.

— I7,o — 3,o 243867 11. 10.

26. g.

9. 10.

— 2,1 — 4' 990 "

26. 10.

13. 10.

7. 10.

— 4,o — 7,o 196555 26. 10.

13. 10.

7. 10.

— 2,0 — 3,o 2130s » 10. 10.

25- 9- 28. 9.

— 2,0 — 2,0 2251s » 10. 10.

25. g.

28. 9.

- 8,7 - 8,5 262064 4. 10.

4. 10.

10. 10.

— 2,3 + 16,0 244561 5. 10.

3. 10.

9. 10.

—'7,52a — 20,0 28006 "

n 25- 9- 26. g.

— 1,02a — 2,0 274067 n 25- 9- 5. 10.

— 16,0 + 6,0 242061 19. 10.

25- 9- 10. 10.

— 60,0 — 66,5 2408e3 28. 9.

27- 9- 27- 9107,0 — 2,0 226560 28. g.

27- 9- 26. 9.

—'0,3 — 30,0 2570e5 28. g.

27- 9- 26. 9.

+ 6,2 + 8,6 2496' 3 9- 12. g.

7- 9.

— 3,o — 9,o 2189' 9 16. 10.

15. 10.

+ I0.8,0 2395 15. 10.

9. 10.

13. 10.

— 24,0 st 2422 15. 10.

g. 10.

13. 10.

N° Glacier Ct. Variations en mètresMètres sur 7omer' 970

becd

41 e Boveyre VS1,5 42e SaleinaVS6,5 43e TrientVS15.1 44e PaneyrosseVDx"a 45e Grand Plan NévéVD1,0 46e MartinetsVD

47e Sex RougeVDst 48e Prapio VDx 49e Pierredar VDst Bassin de VAar ( la ) 50e OberaarBE13,7 51e Unteraar BE12,7 52Gauli BE7,0 53e SteinBE0,8 54e SteinlimmiBE5,0 55e TriftBEx?

56e RosenlauiBE7,o 57 e Oberer GrindelwaldBE60,0 58 e Unterer GrindelwaldBEst 59e EigerBE10,0 ca 6oe TschingelBE3,5 61 e Gamchi BE4,5 ca 62 e SchwarzBE1,0 63e LämmernBE13,0 64e Blümlisalp BEx 65RätzliBE7,3 Bassin de la Reuss ( Ib ) 66e TiefenUR 67e St.AnnaUR 68e Chelen UR 6ge Rotfirn UR 70 e DammaUR 71 e WallenburUR 72Brunni UR.

Jour et mois de l' observation 1968 1970 14,0 2606 16. 10.

9- 10.

3- 10 7.5 1735.5 17. 10.

7- 10.

13- 10 25.0 1770 21. IO.

12.

10.

3«- 10 25,8I5a — n 20.

8.

14.

10 27,1 234563 3. 10.

2.

10.

15.

10 — n 29- 9- n 6,2 2660 ca 7. n.

15.

IO.

2.

8 13.3 2387 1. 11.

>5- 10.

2.

8 X 2415 1. 11.

11.

9- 9- 9 — 18,8 2296,0 30- 7- 23- 9- 18. g, 7.0 1908,0 1.

8.

23- 9- 18. g.

n — 24.

9- 5- 9- n

+

7.0 1938 ca 28.

9- 20. 9.

19- 9

0,8 2092 28.

9- 20. 9.

19- 9

X n 12. 9.

18. g.

+

X 1900 ca 27- 9- 4. 10.

26. g,

+

100,0 ca 7- 10.

19. io.

30. 10,

X — 18.

10.

21. 10.

30. 10,

+

10,0 ca 2050 ca 8.

9- 18. 9.

27. 8,

6,0 ca 2170 ca 20.

9- >3- 9- ig. g,

+

10,2 1990 28.

9- 11. 10.

19- 9

1,1 2220 20.

9- 3. io.

8. 10.

13,0 2490 21.

9- 4. io.

g. 10,

+

X — 27- 9- II. 9.

21. 9

3.1 2316 4- 10.

29- 9- 17. 10,12,8 — 9.5 2492 + 12,7 — 21,0 2592 + 17,0 + 9.3 2131 + 9.3.5 2031 0,0 — 10,2 2044 - 5,8 + 2,0 2240 — 7.3 n — 3- 10.

27- 9- 20.

9 25- 10.

24.

9- 25- 9 25.

10.

26.

9- 21.

9 25.

10.

26.

9- 21.

9 27.

9- 28.

9- 16.

9 20.

9- 30.

9- 28.

9 22.

10.

2.

10.

N° Glacier 73 Hüfi

74e Griess ( Unterschächen ) 75Firnälpli

76 e Griessen ( Obwalden )

Bassin de la Limmat ( le ) 77e Biferten GL 78e LimmernGL 79e Sulz GL 80e GlärnischGL 81 e PizolSG Bassin du Rhin ( Id ) 82e LavazGR 83 Punteglias GR 84e LentaGR 85e VorabGR 86e ParadiesGR 87e SurettaGR 88e PorchabellaGR 89 VerstanklaGR 90e SilvrettaGR 91 SardonaSG Bassin de l'Inn ( V ) 92e RosegGR 93e'TschiervaGR 94e MorteratschGR 95e CalderasGR 96e TiatschaGR 97e Sesvenna GR 98e Lischana GR Bassin de l'Adda ( IV ) 99e CambrenaGR 100e Palü GR 101 e ParadisinoGR 102 e FornoGR Bassin du Tessin ( III ) 103 e BrescianaTI 104e Basodino TI 105e RossbodenVS — 30,7 — 17,5 2170 + 16,9 + 15,5 2160 — 8,2 — 24,0 2000 — 12,3 — 15,5 2670 — 2,0 st17,8 - 6,7 2742 — 20,4 — 3,3 3800 Ct.

Variations en mètres Mètres sur Jour et mois de 1 observation 1968/69 1969/70 mer 1970 1968 196 9 1970 b c c d UR — 86,0 n33. IO.

28.

9- n UR — 16,0 — 2,0 2208 II. 9.

2.

IO.

27- 8.

OW — I3>° n — 28. 9.

24.

9- n OW - 6,0 — 12,0 2500 ca 21. IO.

23- 9- 23- 9- o,9 + 3,8 955,4 14. io.

29- 9- 26.

9- 8,0 — 0,6 2236,2 11. 9.

7- 9- 2.

9- 1,5 + 1.7 1800 22. IO.

1.

IO.

« 4- IO.

5.8 + i,3 2288 12. IO.

25- 9- 28.

9- 6,6 st 2500 II. IO.

25- 9- 13- IO.

— 36,8 — 10,2 — 5. io.

26.

9- 28.

95.8 - 8,2 2330 14. 9.

20.

9- 19- 97.2 — 24,0 2275 9. io.

8.

IO.

30.

978,0 » — 15.5 — 31. IO.

16.

9- 30.

910,0 — 14,0 2358 21. IO.

4- IO.

25- 938,0 — 27,0 2205,1 22. IO.

23- 9- 7- IO.

—'7,5 — 10,5 2586 5. io.

24.

9- 34.

98,5 n — 22. IO.

22.

9- n — 12,6 — 4,0 2450 27- 9- 27- 9- 24.

91.0 n — 30. 9- 26.

9- n 9. io.

18. io.

15. io.

9. io.

18. io.

15. io.

8. io.

IO. IO.

14. io.

19. io.

13. io.

i8. io.

6. io.

14. 9.

21. io.

25. io.

8. io.

21. 9.

23. io.

IO. IO.

25- 91,0 + 6,5 2494 6. io.

21.

9- 20.

9 — 3,72a + 18,5 2360 ca n 6.

IO.

30.

9 — 2,0 — 4,° 2805 37. 8.

26.

8.

19- IO — 35,2 — 27,3 2310 18. io.

20.

IO.

16.

IO — 1,4 ca — 33,0 2570«'17- IO.

14.

IO.

29- IO.

+ 2,0 - 3,6 25206 » 3- IO.

2.

IO.

13- IO.

— 3,o — 4,7 1945 "

IO.

IO.

8.

IO.

12.

IO.

Remarques valables pour tout le tableau ou au moins pour plusieurs glaciers.

a Les numéros de ce tableau correspondent aux numéros du graphique 2 du rapport 1963/1964.

b Si un glacier s' étend sur le territoire de plusieurs cantons, nous mentionnons celui dans lequel se trouve la langue terminale mesurée, c Si la valeur de la variation est valable pour une période de plusieurs années, on a noté le nombre d' années comme il suit; Exemple: —I3,63a = recul de 13,6 mètres en 3 ans. d Altitude en mètres ( au-dessus du niveau de la mer ) de la langue terminale mesurée. Dans tous les cas où l' altitude n' a pas été déterminée dans l' année indiquée en tête de colonne, on a noté l' année des mensurations comme il suit:

Exemple: 2220s8 = altitude de 2220 mètres sur mer déterminée en 1958. e Cf. note explicative avec le numéro de ce glacier.

nNon observé snSous neigeEn crue stStationnaire

Feedback