Les Hohe Tauern, paradis des amateurs de minéraux

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Hasso Lutz Gehrmann, Eggenfelden ( Allemagne ) Les Hohe Tauern sont une perle dans l' arc alpin. Bastions de glace et de roches primitives d' une certaine altitude, elles présentent dans plu- sieurs massifs, par exemple ceux du Grossglockner et du Venediger, des dimensions ouest-alpines, et sont flanquées de massifs calcaires de moindre altitude. Tout alpiniste rêve d' en gravir au moins les sommets principaux.

Le Grossglockner, la Dreiherrenspitze, le Grosses Wiesbachhorn, le Grossvenediger, le Hoher Eichham et la Zsigmondy-Spitze sont les grands nomsdesAlpesorientales. Cependant il ne sera pas question ici des divers sommets des Hohe Tauern, mais de leurs gisements de minéraux encore riches qui en ont fait un paradis des chercheurs et collectionneurs. Ces gisements, connus dès le Moyen Age, furent exploités jusqu' à l' époque moderne. Mentionnons, par exemple, les mines d' or et d' ar de la Vallée de Rauris ou du Radhausberg près de Badgastein. L' exploitation de l' émeraude dans le Habachtal devint célèbre dès 1862. Les sociétés minières anglaises Forster et Esmerald de Londres en retirèrent par exemple, en 1903, 32000 carats ( 1 carat = Vs g ). L' exploitation artisanale a été suspendue par manque de rentabilité. Ce qui demeure, c' est le désir des hommes de trouver et de posséder de belles pierres. C' est un désir bien compréhensible quand on connaît toute la diversité et la beauté des minéraux. Malheureusement, au cours des dernières années, la rage de posséder des joyaux a conduit à des actes de vandalisme qu' on ne peut plus accepter, à une exploitation sans scrupule des gisements ( par exemple dans les vallées de Rauris et du Habach ) et souvent à leur épuisement complet. Ce sont spécialement les cristalliers de l' endroit ( les « Strahler » ) qui se sont « distingués » dans ce genre d' opéra: tous les moyens, même l' utilisation d' explo, leur étaient bons pour arracher les minéraux commercialisables, source pour eux de revenus.

Voici un petit inventaire des lieux où l'on peut encore trouver des minéraux dans les Hohe Tauern.

I. MASSIF DE L ANKOGEL Principaux types de roches: gneiss, hornblende 146 et micaschiste. Bien que le Weisseck ( 2711 m ) fasse déjà partie des Radstädter Tauern, on peut tout de même le mentionner ici, car il est relié au Grossarltal et donc au massif de l' Ankogel par le Murtörl ( 2262 m ); dans la région sommitale se trouvent de jolis cristaux et échantillons de fluorine. A l' Ankogel ( 3246 m ) se trouvent du cristal de roche, de l' apatite, de la phosphorite et du rutile, aux cols de Radeck ( 2874 m ) et de Gruben-kar ( 2982 m ) près de l' Ankogel du rutile, de l' apa et de la phosphorite et aux Gesselköpfen ( 2876-2982 m ) de la steatite, de la magnesite et de la serpentine. Au Radhausberg ( 2613 m ), gisement d' or bien connu depuis longtemps, on trouve de beaux cristaux de roche. La célèbre Romatespitze ( 2695 m ) et l' Ebeneck voisin ( 2528 m ) offrent des quarz fumés d' une grandeur rare.

2. MASSIF DU GOLDBERG Les types de roches principaux sont le gneiss et le micaschiste calcaire. Autrefois, on y exploitait l' or et l' argent; on a des chances d' y découvrir des cristaux.

Sur le flanc sud du Herzog Ernst ( 2933 m ), au-dessus du Glacier de Wurten et près de la Fra-granter Scharte ( 2753 m ), on trouve du cristal de roche et de l' améthyste, cette dernière de moindre qualité.

Le Sonnblick ( 3105 m ) recèle de beaux échantillons de cristal de roche, surtout dans la paroi nord et les cuvettes situées à son pied; la prudence y est cependant requise à cause des glaciers suspendus du Keestrachter et du Pilatuskees dans la paroi nord du Sonnblick ( chute de séracs !).

Le long de la difficile arête qui relie la Gruberspitze ( 3086 m ) au Roter Mann ( 3095 m,III),on trouve du cristal de roche. La montagne la plus riche en minéraux de tout ce massif est probablement le Ritterkopf ( 3006 m ), une pyramide rocheuse difficile à gravir. Il y a de nombreux gisements de cristal de roche et defeldspath,surtout à la Goldlakkenschneid ( arête sud du Ritterkopf ) et au Ritterkar ( point le plus haus 2288 m ), audessus de la maison en ruine des mineurs ainsi qu' aux alentours de l' alpage de Grieswies ( 1560 m ). Tous ces endroits sont faciles à atteindre de la maison Boden, située à 1236 m sur la route Rauris—Kolm-Saigurn ou de Kolm-Saigurn ( 1000 m ) dans la Vallée de Rauris. Au nord de la Gorge de Lachegg près de Kolm-Saigurn, on découvre également de beaux cristaux. Cette gorge est facile à atteindre par le « chemin d' Erfurt » presque abandonné. La Vallée de Rauris est connue depuis longtemps pour sa richesse en minéraux. L' enca de la porte de la « ferme d' Ammerer » à Saigurn ( 1650 m, ancien bâtiment de mines ), fait en pierres de la vallée, est particulièrement digne d' intérêt, de même que la collection de minéraux de la nouvelle cabane TVN ( 2175 m ) et celle de la maison TVN de Kolm-Saigurn ( vente de minéraux ). Ces trois lieux conviennent particulièrement bien comme points de départ pour les chercheurs, car les gisements peuvent être atteints de là en un temps assez court. En 1962, Josef Oschin-ger découvrit dans la Vallée de Hüttenwinkel, à environ 2400 mètres d' altitude, une grotte qui contenait plus de 250 kg de cristaux de roche. La grotte fut photographiée et mesurée, puis reconstituée à partir de ces données, avec les cristaux originaux, au musée de la « Maison de la nature » à Salzbourg. Le Kälbergrat ( 2959 m ), au nord du restaurant « Alter Pocher », dans le Kleinen Fleisstal, est également connu pour ses cristaux. Dans le restaurant se trouve une collection de minéraux qui mérite une visite.

Guides et cartes: Petit guide des massif de l' Anko et du Goldberg de Hüttig/Buchenauer; carte de l' AV Sonnblick, au 1:25000; carte de l' Autriche N° 155 au 1:5oooo.

3. MASSIF DU GLOCKNER Les types de roches principaux sont le schiste à chlorite avec veines de schiste vert, le micaschiste à gneiss et à calcaire. Le massif du Glockner recelait autrefois des trésors tels que l' or, l' argent, l' étainet le cuivre. Aux XVe et XVIe siècles, ce fut la grande époque des mines d' or. Dans le Fuscher-tal ( Hiezbach ), l' extraction de l' or ne fut abandonnée qu' en 1805. La fonderie et le martelage de Döllach restèrent en service jusqu' en 1879. Au Kloben ( 2936 m ), Anton de Ruthner découvrit en 1859 une mine qui fut autrefois la plus haute d' Au. Au Höchtor ( 2506 m ), point le plus élevé de la route alpine du Grossglockner, on trouve de la zoïsite, et dans les moraines du Pasterzenboden inférieur, des cristaux. Dans les moraines du Riffl-kees inférieur se trouvent de l' olivine, de la trémo-lite, de la chlorite, de la diopside, de l' apatite et de la phosphorite, au Totenkopf enfin ( 3173 m ), du grenat ( almandin ). Les « Nasse Wände » au Mooserboden sont riches en cristal de roche et les moraines du Glacier de l' Odenwinkel contiennent aussi du cristal dans leurs rochers; ces échantillons sont cependant souvent endommagés. Les quatre derniers gisements cités peuvent être atteints aussi bien du lac artificiel de Mooserboden, près de Kaprun, que de la cabane Rudolf au Weisssee ( 230o m ) par la Kapruner Törl ( 2639 m ). En juillet 1965, les alpinistes brambergeois Peter Meilinger et Hans Hofer découvrirent sept cristaux géants pesant en tout 1622 kg, au cours d' une excursion aux alentours de la brèche inférieure d' Odenwinkel, à environ 3000 mètres d' alti. Cette riche découverte dépasse encore de 42 kg le célèbre Morion découvert au Tiefengletscher en Suisse ( 34 cristaux séparés d' un poids total de 1580 kg ). Ces cristaux furent détachés de la paroi au moyen d' un téléphérique spécialement conçu pour cela, puis descendus par hélicoptère à Salzbourg, le 13 septembre 1966, par une unité de montagne de l' armée autrichienne. On peut admirer ces sept cristaux géants, dont le plus gros, le Meilinger, pèse 618 kg, à la Maison de la nature à Salzbourg. Le cristal de Meilinger est, jusqu' à présent, le plus gros cristal de roche trouvé dans les Alpes, par son poids, son volume, sa hauteur et sa largeur. Peter Meilinger n' a malheureusement pas vécu le sauvetage de sa découverte. Il a fait une chute mortelle, le 22 août 1965, dans les Alpes du Zillertal. Mais son souvenir demeure dans le cristal géant qui porte son nom. Il paraît qu' on aurait trouvé, il y a plusieurs années, dans la région du Grimsel, un cristal pesant environ 400 kg, mais la trace s' en est perdue.

Guides et cartes: Guide de l' AV des massifs du Glockner et de la Granatspitze de Lienbacher/ Peterka; carte de l' AV du massif du Glockner ( Kompass-Wanderkarte ) au 1:50000.

4. MASSIF DU SCHOBER Les roches principales sont le gneiss schisteux et le micaschiste. Le massif du Schober est pauvre en minéraux, contrairement à ses voisins; cependant il y a des grenats de moindre qualité et isolés sur le versant nord de la vallée de Debant, tout en amont ( à partir de la Cabane Lienzer, 1977 m ) à la Mirnitz Schneid. Dans la région de Petzeck ( 3283 m),on trouve de la serpentine; près d' Alkus et Staniska de la pyrite en très beaux échantillons.

Guides et cartes: Guide de l' AV, massif du Schober de Walter Mair; carte de l' AV, massif du Schober; carte F & B N° 181 au 1:5000c, Lienz-Hei-ligenblut-massif du Schober.

5. MASSIF DE LA GRANATSPITZE Comme roches principales, il faut mentionner le schiste vert, le micaschiste et le gneiss. Ce massif passe également pour pauvre en minéraux. A la Granatspitze ( 3086 m ) au-dessus de la Rudolfshütte, au Weisssee ( ÖAV Austria, Vienne ), se trouvent isolément des grenats rouge pâle et, sur le flanc nord-ouest du Hochgasser ( 2922 m ), des cristaux à coloration jaune laiteuse. La traversée de Hintersee ( 1313 m ) à Felbertauern présente, dans la région des Schrankleiten, des cristaux, des adu-lares, du quarz fumé et de l' améthyste, et les rochers, aux environs de la cabane des Allemands Sudètes ( 2658 m ), offrent de riches possibilités de découvertes minéralogiques.

Guides et cartes: Guide de l' AV du massif du Glockner et de la Granatspitze de V. Lienbacher et H. Peterka; carte de l' AV, massif de la Granatspitze ( syntosil ).

6. MASSIF DU VENEDIGER Ici, les types principaux de roche sont le gneiss central, le schiste à blende de grenat et à hornblende qui sont particulièrement riches en minéraux, ainsi que du schiste à chlorite et du micaschiste à serpentine et calcaire. Aucune autre région alpine orientale ne compte autant de gisements de minéraux. Des régions de mines, tels la paroi des mineurs dans la vallée inférieure du Sulzbach, le Söllgraben et les mines du Graukogel ( 2834 m ) dans la Vallée d' Habach ont acquis une célébrité mondiale et les vallées du nord, particulièrement, se caractérisent aujourd'hui encore par leur grande richesse en minéraux.

Dans toute la vallée du Hollersbach ( point de départ: nouvelle cabane Further, 2201 m ) on trouve du quarz fumé, de la pyrite ( cristaux spécialement beaux au Lärmkar ), du grenat, enfin de la fluorine en beaux cristaux, près de l' alpage d' Achsel.

La Vallée de Habach ( point de départ: restaurant »Alpenrose », 1383 m, ancien bâtiment de mines à l' entrée de la vallée ou nouvelle cabane Thüringer, 2240 m, au bout de la vallée sur l' alpe de Weid ) est un eldorado pour l' amateur de minéraux! Le restaurant Alpenrose au bord du ruisseau abrite une exposition permanente de minéraux avec vente. C' est le lieu de transbordement des minéraux de la vallée et l' ancien point de ralliement des cristalliers; avec les restaurants Enzian et Klause, c' est le point de départ habituel pour atteindre les gisements d' émeraude: Gorge du Legbach, un affluent du Habach, situé à l' est ( région comprise entre le restaurant et la mine ) -région du canal supérieur du Legbach, Gorge du Legbach. La recherche des émeraudes dans le Legbach se fait par lavage, l' eau étant amenée sur un crible par des tuyaux de plastique. Une galerie des émeraudes au Graukogel ( 2834 m ) au-dessus de l' Alpage de Moar ( 1410 m ), ainsi qu' au Sedi, livrait autrefois les émeraudes de Habach devenues célèbres dans le monde en tier. Une émeraude de 42 carats se trouve dans le trésor de la couronne anglaise. Dans la Vallée du Habach, des minéraux splendides ont été extraits encore tout récemment et systématiquement, à côté des découvertes fortuites, par l' ancien major Zieger, par exemple l' émeraude la lanterne qui fut déposée dans sa tombe à sa mort. Presque chaque année nous parviennent des informations concernant d' importantes découvertes de minéraux dans cette vallée: émeraudes, cristal, pyrite ( très beaux cristaux ), quartz fumé, actinote, adulare^ériclinejapatite^itanite^alcitejchlorite, chabasie, feldspath et prehnite. Dans la région som-mitaleduLienzinger ( 2952 m ) se trouve du sphène.

Dans la Vallée inférieure du Sulzbach ( point de départ: Alpage d' Abichtel ou celui d' Ascham ) se trouvent les célèbres gisements d' épidote, découverts dans la paroi des mineurs, au-dessus du barrage, par le cordonnier Wurnitsch du Habachtal, qui entra dans la légende de son vivant encore. Le pasteur Lahnsteiner de Hollersbach y fit aussi des découvertes extraordinaire. Aujourd'hui encore, on trouve de l' épidote ( surtout dans les rochers, en contrebas de la paroi des mineurs ), du byssolithe à long rayonnement, de l' albite, de la calcite, du bé-ryl, de l' apatite, des adulares, delà péricline, de la chabasie, du feldspath et de l' actinote. Les environs de l' alpe de Stocker ( 1265 m ) présentent le seul gisement de topaze des Alpes. Dans la vallée, à l' ancienne mine de cuivre, de belles découvertes de minéraux sont possibles sur les longs versants d' éboulis.

La Vallée supérieure du Sulzbach ( point de départ: alpes de Kampriesen, de Berndl, de Post ou cabane Kürsinger, 2543 m ) recèle une île de prehnite au col de Seekar ( 2682 m ) ainsi que de l' épi et du quartz fumé sur le flanc est du Hiittels-kopf(2962 m ).

Au Col de Seebach et sur le flanc nord-ouest du Gamseck, on peut trouver heulandite, hématite, albite et apatite. Le Söllenkarkopf ( 2876 m ), au-dessus du Lac de Seebach, peut aussi être désigné comme montagne à minéraux.

La paroi de Gösles ( 2912 m ) ( au Lasörling-kamm ) était autrefois connue pour ses minéraux: elle est magnifiquement située au bord du Lac Böden, près de la nouvelle cabane Reichenberger ( 2586 m ). On y trouvait soi-disant plus de 60 minéraux différents. Ces gisements sont d' hui en grande partie épuisés, mais il reste des formations rocheuses étranges, extrêmement intéressantes pour le géologue et le connaisseur. D' après les informations du gardien de la cabane, elles attirent les amateurs de nombreux pays.

Dans le flanc nord de la Finsterkarspitze voisine ( 3028 m ), on peut découvrir des cristaux de roche de coloration laiteuse. On découvre encore d' au cristaux dans la paroi nord de la Hohe Achsel ( 3161 m ) et aux environs de la cabane Johannis ( 2121 m ), sur le versant sud du massif du Venediger. Au sud du Col de Galten ( 2,882 m ), passage entre la cabane Bonn-Matreier et la cabane Badener, se trouvent des cristaux et du grenat. Ces cristaux se distinguent par leur grande pureté. Dans la Vallée d' Umbal, dans l' ouest du massif, entre la cabane Essener en ruine ( abri de secours, 2692 m ) etl' Umbaltörl antérieure ( 2928 m ), la découverte d' adulares, de chlorite, axinite et géothite en jolis échantillons cubiques peut combler les chercheurs.

En 1972, l' auteur de cet article fit une importante découverte de cristaux dans la paroi sud du Hoher Eichham ( 3371 m ). C' était une plaque de quartz pesant 54 kg, ornée d' environ deux cents cristaux clairs d' une longueur atteignant jusqu' à 8 centimètres, ainsi qu' une autre plaque de quartz de 9 kg, présentant environ 60 cristaux. Le Eichhamstock, au-dessus de la cabane Bonn-Matreier ( 2 750 m ) passe aujourd'hui encore pour extraordinairement riche en minéraux et ménage de belles surprises. Les parois rocheuses encerclant le Glacier de Hexenkees sont riches en cristaux; de même les alentours de la cabane Badener ( 2608 m ).

Voilà pour les principaux gisements de minéraux des Hohe Tauern. Mentionnons en passant que la préparation pratique de l' inventaire cidessus s' est étendue sur plusieurs années et a nécessité d' innombrables visites des divers lieux de la région décrite. Beaucoup de gisements se sont révélés surexploités et épuisés. Le recensement n' en a pas été fait dans le cadre de cet article. Nous avons examiné d' autres gisements en vue d' y déceler la présence de minéraux et d' y rechercher la possibilité de les approcher par un travail parfois pénible et long. J' ai aussi été confronté avec des informations imprécises ou volontairement fausses, données par des alpinistes, des gardiens de cabanes, des amateurs de minéraux, et qui ont demandé à être vérifiées. Mon but était d' établir un inventaire aussi complet que possible des gisements de minéraux des Hohe Tauern. Il ne me reste plus qu' à souhaiter qu' il permette à l' alpi ou au collectionneur intéressé d' y faire de découvertes qui lui procureront une grande joie. Les gisements indiqués sont faciles à trouver à l' aide du matériel cité, guides et cartes, qui peuvent être commandés auprès des éditions de montagne Rudolf Rother, D-8 Munich ig, case postale 67. Tous les noms de lieux et de sommets, ainsi que les cotes d' altitudes que j' ai donnés, sont ceux des cartes respectives de l' Alpenverein.

Traduit de l' allemand par Annelise Rigo

Feedback