Loin au-dessus de Kandersteg Innere et Üssere Fisistock

Les Fisistöcke ne comptent pas parmi les grands sommets de l' Oberland bernois. Pourtant, ils offrent des randonnées intéressantes et une vue plongeante à couper le souffle.

Le randonneur qui prépare une course aux Fisistöcke a l' impression que ces deux sommets, qui dominent Kandersteg, ne désirent pas de visites. Il ne trouvera ni itinéraires connus, ni informations écrites sérieuses, ni légende – telle que celle de la Blüemlisalp – dont il pourrait suivre les traces. Les personnes qu' il interrogera au village ou à Fisialp hausseront les épaules. C' est que la concurrence est rude: d' une part, les cimes très prisées ne manquent pas dans les alentours: Doldenhorn, Fründenhorn et Blüemlis alp à l' est, Balmhorn et Altels au sud. D' autre part, l' Oeschinensee, le Daubensee et le Gasterental sont plus faciles à atteindre.

Ce n' est toutefois pas une raison pour renoncer aux Fisistöcke. Car les efforts du randonneur seront récompensés par une vue spectaculaire, qu' elle soit proche, lointaine ou plongeante, et par un calme quasi absolu. Une nuitée dans la Doldenhornhütte permet de répartir le dénivelé sur deux jours. Depuis la cabane, le début de l' itinéraire, balisé en bleu-blanc, est le même pour les deux sommets. Malgré une échelle et un câble, les passages les plus délicats sollicitent l' éveil complet de qui serait encore un peu endormi à ces heures matinales. Dans l' unique chalet de la Fisialp, la vie renaît avec les premiers rayons du soleil, qui enveloppent l' alpage d' une luminosité qu' il ne retrouvera plus de toute la journée.

Pour gravir l' Innere Fisistock ( 2787 m ), nous suivons le sentier menant à Jegertosse. D' ici à ce que nous ayons atteint ce point, le train qu' on entend dans la vallée aura passé sous le Balmhorn, emmenant des voyageurs qui sont peut-être encore dans les bras de Morphée. La vue dont nous jouissons depuis ici nous donne un avant-goût de ce qu' elle sera au sommet, mais il nous faudra d' abord monter d' environ 500 mètres sur une arête dont le dernier tiers accuse une pente de près de 40 %. Très occupés à trouver notre chemin, nous en oublions presque l' effort physique... Vient ensuite un replat qui débouche sur un épaulement. Des chaussures rigides, un bon équilibre et l' usage du piolet sont encore nécessaires dans la dernière partie du versant nord du sommet. La beauté du paysage nous dédommage de notre sueur: au sud, nous surplombons le Gasterental, alimenté par des torrents qui jaillissent de falaises verticales. Sur le fl anc opposé de la vallée, on aperçoit la Balmhornhütte et, suspendu à l' arête qui relie le Balmhorn et l' Altels, le glacier scintillant sous le soleil de midi.

Arrivé à la Fisialp, le randonneur qui opte pour l' Üssere Fisistock ( 2945 m ) s' engagera dans le Brünnlital. Si la « vallée de la fontaine » n' a pas d' eau, elle abonde de pierres de toutes les formes et tailles possibles et imaginables. Cette caillasse, qui recouvre la majeure partie du sentier, masque même certains cairns jusqu' au dernier moment. A environ 2650 mètres d' altitude, une vague trace mène à une vire qui, vue d' en bas, semble plus diffi cile à franchir qu' en réalité. Nous profi tons du replat qui suit, « Bim Sparre », pour nous désaltérer avant d' at la montée finale. Au sommet, c' est à plat ventre que nous contemplons, au bord de l' arête de la paroi verticale, le décor qui s' offre à nos yeux. Au nord-ouest, la Doldenhornhütte, au nord-est, l' Oeschinensee sous un angle inhabituel et à l' est, le Doldenhorn et deux alpinistes qui en redescendent.

Notre sommet peut aussi se gravir depuis le Gasterental. On part alors de l' Hôtel Waldhaus ( 1358 m ) et on remonte légèrement la vallée jusqu' au P. 1368. Là, il faut chercher le début de la montée puis suivre les traces et les marques jusqu' au P. 1694. L' itinéraire passe ensuite par Im Halpi, longe le pied de la falaise jusqu' a Bim Sparre et mène, depuis là, au sommet.

Durant les deux jours de notre excursion, les Fisistöcke nous appartiennent. Pas un seul bruit – téléphone portable, voix ou hélicoptère – ne vient troubler le silence. Au sommet, même le vent s' est complètement calmé, comme pour nous laisser le temps de savourer pleinement le fruit de nos efforts. La magnifique vue dont nous jouissons suscite de nouvelles envies en nous: là-haut, le Balmhorn nous invite à une belle partie de grimpe, tandis qu' au fond de la vallée, c' est la piscine de Kandersteg qui nous fait un petit clin d' œil.

Feedback