Moins d’accidents mortels Statistiques 2014 des accidents en montagne

2456 personnes se sont trouvées en situation de détresse dans les Alpes suisses ou dans le Jura en 2014 et ont dû avoir recours aux services du secours en montagne. 96 personnes ont perdu la vie dans la pratique des sports de montagne, soit 11% de moins que l’année précédente.

Le début de l’année 2014 a été caractérisé par une situation marquée de barrage par le sud. Selon Météosuisse, le flanc sud des Alpes a reçu durant l’hiver la plus grande quantité de précipitations depuis le début des mesures voici 151 ans. Les montagnes tessinoises ont été régulièrement recouvertes d’épaisses couches de neige. Au nord par contre, c’est la persistance d’une faible couche de neige ancienne qui a caractérisé une saison plutôt pauvre en précipitations. Le temps a été plutôt doux par la suite et la neige a disparu en juin déjà jusque dans les hautes altitudes, contrairement à l’année précédente. Mais à fin juin, un premier front froid s’est accompagné de fortes précipitations, et la limite des chutes de neige s’est abaissée jusque dans les hautes vallées alpines. Des précipitations fréquentes et abondantes se sont produites au cours des mois de juillet et d’août, qui ont été marqués par un temps fréquemment hivernal en haute altitude. En revanche, l’automne a été plus chaud que la moyenne, et il a plu abondamment sur le flanc sud des Alpes durant de longues périodes de barrage par le sud. Ainsi, on a enregistré à Lugano le mois de novembre le plus arrosé avec 587 mm de précipitations, un record depuis le début des mesures en 1864. Au nord par contre, il a fait nettement trop sec et la neige tant désirée n’est arrivée qu’à la fin de l’année avec une limite descendant jusqu’en plaine.

Davantage de morts par suite de maladie

Les sorties en montagne ont été limitées, principalement en raison du mauvais temps estival. Cela se reflète aussi dans le nombre de situations de détresse et d’accidents1. Les secours en montagne ont été sollicités par 2456 personnes dans les Alpes et le Jura suisses, soit 97 personnes ou 4% de moins que l’année précédente. Le nombre d’accidents mortels a pourtant augmenté à 162 (150 l’année précédente), le surcroît surtout pour cause de maladies (problèmes cardio-vasculaires principalement), qui ont coûté la vie à 38 personnes (26 l’année précédente).

96 personnes ont perdu la vie lors de 86 accidents dans la pratique des sports de montagne au sens strict2 (10% de moins que l’année précédente). Il y a eu davantage de morts en escalade (3), en freeride et descente hors-piste (9), moins en ski-alpinisme (17), en randonnée à raquettes (1) et en courses de haute montagne (17). Le nombre de victimes d’accidents mortels en randonnée pédestre (39) n’a pas changé par rapport à l’année précédente.

Nettement moins d’accidents en haute montagne

Les activités ont été limitées en raison du mauvais temps fréquent. Elles se sont concentrées surtout sur les courses de glacier et de neige. Un large créneau de temps stable en automne a créé de bonnes conditions pour les grandes courses difficiles en haute montagne. Ainsi, la classique paroi nord du Cervin a été escaladée plusieurs fois. A fin octobre, on y a vu parfois plus de 10 cordées en même temps!

En 2014, c’est un total de 348 personnes qui ont dû être sauvées ou délivrées d’une situation de détresse, soit presque 4% de moins que l’année précédente. En revanche, les situations de blocage ont nettement augmenté: 161 alpinistes se trouvant dans une situation sans issue ont pu en être libérés, indemnes pour la plupart. Le nombre d’alpinistes victimes d’accidents mortels (17) a été nettement plus bas (27 en 2013). 11 alpinistes ont perdu la vie dans une chute. 8 d’entre eux n’étaient pas encordés. 5 participants à des grandes courses ont été emportés par des avalanches et ont succombé à leurs blessures lors de 3 accidents survenus en juillet et août aux Pointes de Mourti, au Zinalrothorn et à la Pointe de Zinal. Lors d’un autre accident, la première de cordée a perdu un crampon lors de l’ascension du Mont Dolent et est partie en glissade, emportant son compagnon de cordée. Leur dévalement s’est terminé dans une crevasse. La femme s’en est tirée avec des blessures légères, mais son camarade a perdu la vie.

Stabilité du nombre d’interventions en escalade

En escalade sur rocher (parois écoles, voies de plusieurs longueurs, terrain alpin), 113 personnes se sont trouvées en situation de détresse ou ont été victimes d’un accident (117 en 2013). La répartition s’établit à 39 grimpeurs dans des voies de plusieurs longueurs bien équipées (escalade plaisir), 51 dans des grandes courses alpines, 19 dans des parois écoles et 4 dans de l’escalade extrême. Une bonne moitié des personnes concernées ont pu être mises en sécurité saines et sauves, ou blessées seulement légèrement. Les causes les plus fréquentes des situations de détresse ont été le blocage de cordes lors de descentes en rappel, la tombée de la nuit, la dégradation des conditions météorologiques ou l’égarement à la descente. 37 personnes ont été blessées lors d’une chute encordée. La plupart d’entre elles ont dû être conduites chez un médecin ou à l’hôpital en raison de leurs blessures, qui se sont révélées graves chez 9 d’entre elles. Les deux accidents d’escalade ayant entraîné 3 morts ont eu des causes différentes. Dans le premier cas, deux grimpeurs encordés escaladaient une arête peu fréquentée, délitée et partiellement gazonnée. L’accident est vraisemblablement dû à l’entraînement de l’un par l’autre, car les deux ont perdu la vie. Dans le deuxième cas, un grimpeur a chuté en préparant sa descente en rappel. Il n’était pas assuré au relais.

Maigre année de ski et de snowboard

Si on la compare sur la base des quantités de neige et de la durée de la saison de l’année précédente, 2014 a été de loin la plus avare d’occasions d’entreprendre des excursions à skis et à snowboard. Au début de l’année, la neige était plutôt rare au nord, alors que la structure du manteau neigeux dans les régions du sud des Alpes comportait un très grand danger de glissement de plaques. Par la suite, des périodes de précipitations ont apporté suffisamment de neige au nord aussi, mais elles étaient souvent accompagnées de vents tempétueux. Dès la mi-février, les conditions ont été souvent très favorables à l’organisation de courses de haute montagne. Du début du printemps et jusqu’à Noël, les coteaux des Préalpes orientés au sud ont été largement découverts jusqu’à la limite des forêts, et la neige tant désirée n’est arrivée qu’à la fin de l’année à la faveur d’un front froid.

Dans l’ensemble, la brièveté de la saison des courses à skis et à snowboard s’est traduite par un nombre réduit de victimes de situations de détresse ou d’accidents (314 pour 348 l’année précédente). Les avalanches ont emporté 29 personnes (48 de moins que l’année précédente), impliquant un nombre de décès nettement diminué (7 lors de 4 accidents) par rapport à l’année précédente (15 décès). 3 accidents se sont produits par degré prononcé de risque d’avalanches, et 1 par danger modéré.

L’ensevelissement en avalanche est toujours au centre des préoccupations dans les excursions à skis. Il ne faut pourtant pas oublier que les accidents liés à des chutes ou à des dévalements sont nettement plus fréquents. En 2014, ils ont concerné 154 participants à des excursions (140 en 2013), dont 141 ont subi des blessures légères à moyennement graves et ont dû être soignés par un médecin ou hospitalisés. 8 ont subi des blessures graves, 5 ont trouvé la mort dans une chute ou un dévalement. Ces accidents ont eu des causes diverses: un dévalement à la descente en terrain escarpé, une chute due à la rupture d’une corniche, un dévalement à la descente à pied d’un sommet et un dévalement consécutif à une perte d’équilibre lors du chaussage de fixations pour la descente.

La couche de neige recouvrant les glaciers était apparemment moins stable qu’au cours de l’année précédente, ce qui a augmenté le risque de chutes en crevasses. Il s’est matérialisé pour 24 skieurs (12 en 2013). La plupart d’entre eux ont pu être libérés de leur situation délicate sains et saufs ou avec des blessures légères, surtout lorsqu’ils étaient encordés. En revanche, 2 personnes étaient mortes lorsqu’elles ont pu être dégagées. Dans les deux cas, elles n’étaient pas encordées.

En descente hors-piste, 161 personnes au total ont été victimes d’accidents ou se sont trouvées en situation de détresse (222 l’année précédente). En freeride, la chute ou le dévalement ont été comme précédemment les causes les plus fréquentes d’accidents. Ceux-ci ont concerné 15 snowboardeurs et 73 skieurs. 3 de ces derniers ont trouvé la mort, et autant parmi les 12 qui ont été ensevelis sous des avalanches. Un accident survenu en héliski appartient aussi à cette catégorie. Une corniche s’est détachée, surprenant les 3 skieurs sortis de l’hélicoptère et prêts pour la descente. Elle a emporté 2 personnes qui ont été ensevelies sous l’avalanche consécutive. Elles ont été mortellement blessées.

Mille randonneurs alpins en situation de détresse

Le mauvais temps de l’été a également été très défavorable à la randonnée alpine. En revanche, au début de l’été et surtout à l’automne, les bonnes conditions ont favorisé un haut niveau d’activité. Au total, 1007 randonneurs se sont trouvés en situation de détresse (presque 1% de plus que l’année précédente). Les causes d’accident les plus fréquentes ont été les chutes ou les dévalements (427 personnes touchées). Parmi celles-ci, 104 ont pu être traitées ambulatoirement, 290 ont dû être hospitalisées, dont 239 pour blessures de gravité moyenne et 51 pour blessures graves. Les dévalements ont coûté la vie à 33 randonneurs, quatre de moins que l’année précédente. La plupart de ces accidents se sont produits en terrain dépourvu de sentiers, vraisemblablement parce que les personnes en cause s’étaient égarées. Les personnes décédées par suite de dévalement ont été 9 sur des sentiers alpins balisés, 6 sur des sentiers de randonnée, 4 sur des sentiers non balisés et 2 sur des sentiers de randonnée alpine balisés blanc-bleu-blanc. Souvent, des randonneurs alpins se sont trouvés en situation de détresse pour s’être égarés ou pour avoir été bloqués en raison d’une situation inattendue. La plupart d’entre eux ont pu être sauvés indemnes ou légèrement blessés, mais les secours sont arrivés trop tard pour 2 d’entre eux. 1 personne est morte sous une chute de pierres et 1 autre sous une avalanche. 2 randonneurs ont disparu en montagne.

Avec 165 personnes concernées, la morbidité a été nettement plus importante en randonnée que dans les autres activités de sports de montagne. Les secours ont été alarmés souvent pour des états nauséeux, des détresses respiratoires, des crampes aux jambes et autres problèmes médicaux. Dans de nombreux cas, la situation n’impliquait heureusement pas d’enjeu vital, et les personnes ont pu être traitées ambulatoirement. En revanche, 27 randonneurs en montagne (dont 1 femme) sont morts, la plupart des conséquences d’un problème cardio-vasculaire.

Vol libre et vélo de montagne

Les incidents intervenus dans la pratique du parapente, du deltaplane et du vélo de montagne sont les plus fréquents dans la rubrique «Autres sports de montagne». En parapente et deltaplane, 140 personnes ont été concernées. Un tiers environ d’entre elles ont pu être sauvées indemnes ou légèrement blessées seulement, généralement après un atterrissage malheureux dans un arbre ou après avoir heurté un obstacle. 9 parapentistes et 1 vélideltiste ont fait une chute mortelle. Les accidents à VTT (176 personnes) ont été nettement plus nombreux que l’année précédente (155). 9 personnes s’étaient égarées ou étaient bloquées en terrain difficile. Des 157 personnes blessées lors d’une chute, 135 ont dû être hospitalisées et 3 ont été blessées mortellement. 7 cyclistes ont présenté une urgence médicale, et 2 d’entre eux ont succombé aux conséquences de problèmes cardio-vasculaires. Des 3 personnes impliquées dans une collision, 1 est morte des suites de ses blessures.

D’autres situations d’urgence sont survenues en canyoning (17 personnes), base jump (28), randonnée à raquettes (48), via ferrata (22), chasse (31), champignonnage (17) et «autres» (33).

Conclusion

Meilleur que celui des années précédentes, le bilan des accidents et situations de détresse est attribuable pour une grande part à la diminution des sorties en montagne durant cet été pluvieux. De nombreux alpinistes ont probablement eu assez de bon sens pour adapter leurs courses aux conditions du moment. En revanche, beaucoup de randonneurs se sont trouvés en situation de détresse, bloqués ou égarés à cause du mauvais temps ou des conditions défavorables. Dans la plupart des cas, les secours ont pu libérer indemnes de leur mauvaise situation les personnes en détresse. Malheureusement, un sauveteur a fait une chute mortelle lors d’une telle intervention.

Provenance des données et des informations

Les compilations et analyses de ce rapport se basent sur les données et la collaboration fournies par les ­personnes et institutions suivantes: Elisabeth Müller et Andres Bardill, Secours alpin suisse; François Hochstrasser, Daniel Breitenmoser et Mario Tissi, REGA; Pierre-Alain Magnin, KWRO; Bruno Jelk, Bergrettung Zermatt; Giannina Bianchi et Monique Walter, bpa; Marco Salis, Bergrettung Südbünden; Bruno Durrer, Bergrettung Air-Glaciers Lauterbrunnen et Société de la médecine de montagne; Adrian Deuschle, Rettungsstation Interlaken; Felix Mauerhofer, Rettungsstation Thun; Christina Altherr, Kapo Graubünden; Corinna Schön, Institut de médecine légale, Université de Berne.

Feedback