Notes sur le Massif de l'Argentera (Alpes Maritimes)

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

( Alpes Maritimes. )

Extraites des mémoires d' un amoureux de la montagne. Par Barthélémy Asquasciati.

« Le Massif de l' Argentera s' élève souverain sur les Alpes Maritimes. » Le Massif de l' Argentera, le groupe central en même temps que le plus élevé des Alpes Maritimes, est dirigé du sud au nord, et possède de hauts sommets et des parois aux pentes très abruptes.

Le versant occidental est une imposante paroi rocheuse, haute en moyenne de plus de 800 mètres et longue de plus d' un kilomètre; le versant oriental se termine en une douce déclivité dans la combe riante Plaine du Chiotas, non loin de laquelle dort le lac de Brocan ( 2015 m .) aux beaux reflets verts.

L' aspect du versant occidental offre un spectacle éminemment suggestif. C' est une immense paroi coupée de couloirs vertigineux et d' épouvantables gorges, avec, au-dessus, comme suspendu dans les airs, un névé abondant; ce sont des sommets très élevés, de la belle couleur rosée du gneiss, se profilant dans le bleu du ciel pur; c' est une étendue triste et désolée de blocs gigantesques et de détritus, tombés des pics et des parois.

Le spectacle que le Massif de l' Argentera offre du côté oriental est vraiment magnifique: les cimes très élevées dominent les monts plus bas, qui semblent lui faire un garde d' honneur, et ses névés considérables lui donnent l' aspect imposant de la haute montagne.

La haute arête de l' Argentera présente quatre cimes principales, bien marquées: le Mont Stella ( 3261 m .), la Pointe du Gelàs de Lourousa ( 3261 m .), la Cime Nord ( 3288 m .), la Cime Sud ( 3290 m .) de l' Argentera. Cette dernière est le sommet le plus élevé de toutes les Alpes Maritimes.

Entre ces quatre cimes principales s' ouvrent trois passages: l' Echancrure de l' Argentera ( 3240 m .), entre la haute Cime Sud et la Cime Nord, caractérisée par une arête très mince aux parois abruptes; le Petit Col Günther ( 3190 m .), entre la Cime Nord et la Pointe du Gelàs de Lourousa — c' est ici que se termine le grand Couloir Günther qui coupe le versant occidental de la montagne; le Petit Col Coolidge ( 3220 m .), entre la Pointe du Gelàs de Lourousa et le Mont Stella — c' est de ce col que part le grand couloir vertigineux de Lourousa.

Le Mont Stella ( 3261 m .) marque la limite au nord du Massif de l' Argen. Des contreforts nord-ouest de la Pointe du Gelàs de Lourousa ( 3261 m .) part le dangereux Corno Stella ( 3053 m .) et de ceux du Mont Stella et du Gelàs de Lourousa se précipite le grand Couloir de Lourousa, saisissante coulée de glace, dont la hauteur est de 800 mètres et l' inclinaison moyenne du 50% et qui est une des plus belles et des plus imposantes des Alpes.

Le couloir très escarpé, la paroi nord presque verticale du Corno Stella et la côte abrupte du Mont Stella donnent à la grande Vallée de Lourousa un aspect d' un grandiose singulier.

Après quelques tentatives d' ascension à la Cime de l' Argenterà de M. César Isaia, qui monta pour la première fois, le 11 juillet 1871, au Mont Stella tout le long du versant sud-est, et de M. Douglas W. Freshfield, qui, le 27 septembre 1878, traversa le Petit Col qui porte son nom ( 2820 m .), lors de sa première escalade à la Cime de Nasta ( 3108 m .), ce fut le Révérend W. A. B. Coolidge, accompagné de ses fidèles guides Christian Aimer et fils, qui, le 18 août 1879, eut l' honneur de gravir, le premier, le point culminant des Alpes Maritimes par le grand Couloir de Lourousa et par l' arête qui marque la ligne de partage des eaux.

Les regards des trois hardis grimpeurs furent, sans aucun doute, frappés par la beauté du panorama, vraiment poétique, qui s' étend tout autour du massif: au nord, les hautes Alpes au delà de la plaine piémontaise; au sud la mer, formant un vif contraste avec la neige et les rochers majestueux.

Trois ans plus tard, le 16 août 1882, notre collègue, le professeur Jean Dellepiane, auteur du guide apprécié Alpes et Apennins Liguriens, eut le mérite d' effectuer la première ascension italienne à la Cime Sud de l' Ar, gravissant, le premier, le veisant est.

Au nombre des autres alpinistes qui triomphèrent de cette montagne, je veux rappeler les noms des frères Günther, de MM. Bondemann, Purtscheller, Maubert, Lee Brossé, Verani, Ghigliotti, Ponta, Bozano, Frisoni, etc. Tout dernièrement, le nouvel itinéraire au Corno Stella, l' escalade la plus difficile des Alpes Maritimes, digne d' être comparée à celle d' autres sommets plus célèbres, a été découvert par nos collègues de la section de Coni du Club Alpin Italien, MM. Giuliano et Ellena; citons surtout les deux ascensions, sans guides, du vaillant alpiniste le baron Guillaume Kleudgen, de la sous-section Alpes Liguriennes de Sanremo du C.A.I., dont la fin tragique et prématurée, le 9 juin 1929, à l' Arête Saragat, unissant le Roc de l' Abîme ( 2755 m .) à la Pointe de Peirafica ( 2661 m. ), Alpes Maritimes, est encore présente à notre esprit.

Mais, celui qui occupe la première place, comme explorateur, est le comte chevalier Victor Spitalieri de Cessole, le président bien connu de la section Alpes Maritimes du Club Alpin Français et membre honoraire du Club Alpin Italien, qui ouvrit nombre de nouvelles voies dans ce massif, et, avec MM. Pie Paganini, Félix Mondini, Fritz Mader, Louis Maubert, Charles Lee Brossé, etc., fixa les noms et l' altitude des sommets les plus élevés, des passages, des échancrures.

Des refuges facilitent les ascensions dans le Massif de l' Argentera:

Le refuge Gênes, dans la haute Vallée des Ruines, au Plan du Chiotas, près du Giàs du Monighet, à 1970 mètres, à 4 h. 15 d' Entraque; à 4 h. 45 des Thermes de Vaudier par le Col du Chiapous et à 6 h. 30 de la Madone de Fenestre. Il appartient à la section Ligurienne de Gênes du Club Alpin Italien et fut inauguré le 15 août 1898. Il est dans une situation ravissante; il est très confortable et facilite les ascensions du côté oriental du Massif de l' Argentera et à la Cime de Nasta ( 3108 m .); à la Cime du Bans ( 3067 m .); au Bastione ou Cime des Lauses ( 3042 m .); à la Cime de Brocan ( 3054 m .); à la Balma Ghilié ( 3010 m .), de laquelle se détache, vers le nord, le Massif de l' Argentera.

Le confortable refuge Laurent Boxano est construit dans la haute Vallée de l' Argentera, au pied des massives parois sud du Corno Stella et ouest de l' Argentera, à 2650 m ., à 5 heures de Sainte-Anne de Vaudier et à 4 heures des Thermes de Vaudier. Il appartient à la même section que le précédent et fut inauguré le 15 août 1921. Il facilite les ascensions du côté ouest du Massif de l' Argentera et au Corno Stella ( 3053 m .); à l' Echancrure du Corno Stella; aux Pointes Ghigo ( 2800 m. ), Piacenza ( 2772 m. ), Plent ( 2747 m. ), Stella ( 2567 m .); à la Cime du Souffi ( 2616 m .), tous contreforts du Corno Stella; à la Mère de Dieu ( Cime Est 2795 m. Cime Ouest 2802 m .); à la Cime Maubert ( 2868 m .); à la Cime de Cessole ( Pointe Ouest 2880 m. Pointe Est 2915 m .); à la Cime des Chamois ( 2860 m. ).

On peut encore, de ce refuge, entreprendre d' autres ascensions, si l'on traverse les cols qui conduisent dans les grandes vallées latérales: du Vallon de l' Argentera à celui de Nasta, par le Petit Col Freshfield ( 2820 m .); le Petit Col de Cessole ( 2760 m .) et le Petit Col Mère de Dieu ( 2720 m.du Vallon de l' Argentera à celui de Lourousa par l' Echancrure du Ciat ( 2740 m .), surnom du guide Barthélemy Piacenza, et par l' Echancrure du Lup ( 2750 m .), surnom du guide André Ghigo.

La même section a installé au Baus un bivouac-fixe très utile à ceux qui désirent escalader les Cimes de l' Argentera, peu éloignées, et de celles-ci atteindre d' autres pointes du massif. L' endroit où on l' a placé est appelé par les guides la Balcunera de l' Argentera et est à l' altitude d' environ 2650 m. Il fut inauguré le 30 juin 1929. Du refuge Gênes on parvient au bivouac-fixe du Baus en suivant pendant un quart d' heure le chemin qui conduit au Col du Chiapous; puis, tournant à gauche, celui du Pas des Liscelles.

De semblables bivouacs-fixes sont d' une utilité indéniable pour les alpinistes et nous souhaitons que l'on puisse en installer encore en grand nombre.

Un troisième refuge, qui complétera les deux autres, a été édifié par l' active section de Coni du Club Alpin Italien. Il s' élève à l' altitude d' environ 2125 mètres à mi-chemin entre le Col du Chiapous et le Lagarot, à l' endroit où le chemin de montagne du Petit Col de Lourousa ou de Latous se sépare de celui du Col du Chiapous. Il porte le nom du vaillant alpiniste Constant Morelli, tombé au Balze di Cesare dans la région du Mont Viso. Il est à 2 h. 30 du refuge Gênes, avec lequel il est en communication directe par le Col du Chiapous; à 6 h. 45 d' Entraque et à 4 h. environ des Thermes de Vaudier. Il est pourvu de tout le confort désirable. Ce splendide refuge facilitera les ascensions de la paroi Nord-Est du Mont Stella, haute de 900 m ., la plus vertigineuse des Alpes Maritimes; de la Cime du Chiapous ( 2816 m .); du Roc Barbis ( 2754 m .); de la Cime de l' Oriol ou Pointe du Latous ou Cervin des Maritimes ( 2940 m.de la Cime Mondini ( 2900 m.des Cimes Nord ( 2945 m .) et Sud ( 2950 m.de l' Asta Soprana; de la Cime de l' Asta Sottana ( 2871 m.de la Cime Dragonet ( 2762 m .) et rendra en outre plus accessibles les sommets du Massif de l' Argentera des côtés occidental et oriental. La Cime de l' Oriol et les Cimes Mondini, de l' Asta Soprana, de l' Asta Sottana et celle du Dragonet séparent la grande Vallée de Lourousa de celle de la Vagliotta, qui toutes deux aboutissent au Gesso de la Valletta.

Les principaux itinéraires aux cimes du Massif de l' Argentera sont: à l' ouest, le Grand Couloir de Lourousa; le Grand Couloir Günther; la Cime Nord de l' Argenterà ( 3288 m. carte Paganini — 3301 m. cote Maubert ), par le chemin de l' Echancrure, le plus difficile du massif après celui du Corno Stella; les nombreux passages sur la paroi Ouest de la Cime Sud de l' Ar ( 3290 m. carte Paganini — 3297 m. carte Institut Géographique Militaire — 3317 m. cote Maubert ); à l' est, le chemin oriental, aisé, aux deux Cimes de l' Argentera; par d' autres versants aussi ( paroi sud-est; versant est; arête nord de la Cime Sud; arête sud; versant nord-est; arête nord-est de la Cime Nord ), bien moins difficiles que les versants ouest.

Pour les ascensions, ayant comme point de départ le refuge Gênes, il faut 4 ou 5 heures de marche à la montée et 3 ou 4 heures à la descente. Si l'on vient, au contraire, des Thermes de Vaudier, 7 ou 8 heures sont en tout cas nécessaires, parce que le versant ouest du Massif de l' Argenterà est bien plus difficile que le versant est.

Le Col du Chiapous ( 2520 m. 2536 m. carte Paganini ) est une remarquable dépression, qui circonscrit au nord-est le Massif de l' Argenterà et le détache de la chaîne de l' Oriol.

Quels beaux tableaux offrent tous ces lieux! Quelle riche moisson de souvenirs tantôt doux, tantôt tristes, remplis tantôt de crainte, tantôt d' es, se présente à ma mérroire...

« La montée et la descente du Grand Couloir de Lourousa », le 30 juin 1912 1 ) et le 1er juin 1923 2la « première ascension italienne du Corno Stella », le 14 juillet 1912 3la « première descente du versant occidental de l' Argenterà », le 20 août 1913 4la « première ascension italienne de la paroi Nord-Est du Mont Stella », le 3 septembre 1914 51'« Echancrure du Corno Stella»le Petit Col Günther»les Deux Cimes ( Nord et Sud ) de l' Argentera », escaladées de presque tous les côtés et tant d' autres sommets encore de ce superbe massif.

Et ces souvenirs me rappellent les vers du poète:

« Chantez, oiseaux, ruisseaux, coulez!

Croissez feuillages!

Ceux que vous oubliez ne vous oublieront pas. » 1 ) Voir Revue Mensuelle du Club Alpin Italien, année 1919, pages 92 à 94; Revue Alpine de la Section Lyonnaise du Club Alpin Français, premier trimestre 1921, pages 11 à 17.

2Revue Mensuelle du C. A. /., 1924, page 174, rubrique « Ascensions variées "; Revue Mensuelle de l' Union Ligurienne Excursionniste de Gênes, 1924, pages 3 à 7; Revue Alpine Section Lyonnaise du C.A.F., 3e trimestre 1924, pages 107 à 112.

3Revue Mensuelle du C. A. /., 1912, pages 368 à 371. 4 ) Revue Mensuelle du C. A. /., 1914, pages 233 à 237. 5 ) Revue Mensuelle du C.A. 1., 1916, pages 110 à 111.

Erratum.

Feedback