Noyer les derniers paysages tranquilles

A propos de l’article «Barrage dans la région de Trift: le CAS dit oui», paru dans «Les Alpes» 11/2017

Les Forces motrices de l’Oberhasli (KWO) veulent construire un barrage dans le bassin encore intact du Triftgletscher, dans l’Oberland bernois, et le CAS titre: «Le CAS dit oui». Quelle honte! «Le CAS est en principe contre de tels projets dans des régions encore vierges»: quelle hypocrisie!

Dans ses statuts, le CAS s’engage pour la sauvegarde du monde alpin. Dans le cas du Triftgletscher, il accepte qu’un paysage naturel se mue en paysage industriel. Plus grave encore, il dit expressément oui. Comme si ses statuts contenaient une obligation de contribuer au tournant énergétique. Comment le CAS en arrive-t-il à s’exprimer à ce sujet? Après n’avoir pas respecté ses propres statuts, pourquoi donc encore le proclamer? Le CAS souhaite ensuite pieusement qu’on renonce aux petites centrales hydroélectriques. Pour une organisation de cette taille et de cette importance, ce sont des attentes naïves et consternantes.

Le tournant énergétique a lieu, que l’on exploite les dernières eaux intactes ou non. Les problèmes ne sont pas résolus, mais tout au plus repoussés. Si l’on construit un barrage dans le bassin du Triftgletscher, les derniers paysages tranquilles seront noyés.

Un oui qui fait grincer des dents

Le CAS est conscient qu’il s’agit là d’une importante atteinte au paysage. Cependant, la centrale doit produire 145 GWh d’électricité. Pour le CAS, il est clair que Trift ne doit pas être considéré comme un projet isolé, mais plutôt comme un élément capital de toute une stratégie énergétique. Il y a conflit entre le tournant énergétique et la protection du paysage, mais le CAS pourrait vivre avec le résultat des discussions du groupe d’accompagnement, même si c’est en grinçant des dents. Fondamentalement, il continue de désapprouver la construction d’installations dans des zones non aménagées. En même temps, un examen individuel est nécessaire, comme dans le cas de Trift.

Rédaction

Feedback