Présentation, éclairage et restauration des reliefs

Les reliefs utilisés dans l' enseignement, maquettes scolaires, reliefs petits et maniables ou modèles en gradins, ne nécessitent habituellement pas la protection d' une vitrine ou un emplacement particulier d' exposition. On peut les conserver dans une armoire et, au besoin, les poser sur une table pour qu' ils puissent être regardés et touchés de tous côtés.

Il n' en est pas de même des reliefs très élaborés, grands et lourds, souvent composés de plusieurs blocs. Pour la plupart, il s' agit de pièces présentées dans des musées ou des locaux publics. En raison de leurs dimensions et des difficultés de transport, on leur assigne, en règle générale, un emplacement fixe, dont le choix et l' équipement ont une grande importance.

Un alpiniste ( sinon un favori des dieuxqui, par ciel couvert, se trouve devant une paroi de rochers ne voit qu' un mur gris et informe. Si le soleil éclaire, soudain, de biais cette paroi, un monde merveilleux de formes plastiques se révèle brusquement à son regard étonné. Il en est de même pour les maquettes topographiques de montagnes. Les artistes, les architectes, les conservateurs de musées et les amateurs d' art le savent bien, puisqu' ils placent toujours leurs œuvres préférées dans la « bonne lumière ». Malheureusement, de nombreuses personnes semblent ignorer ces notions fondamentales. Pourquoi le Cervin, une des plus belles montagnes du monde, devrait-il être traité avec moins d' égards que la statue d' une déesse grecque? Les reliefs de montagnes, surtout ceux réalisés à grande échelle et d' un aspect monumental, ne doivent pas être éclairés par une lumière diffusée de tous côtés ou d' en haut, ni plongés dans la pénombre, comme ce fut le cas pour le relief de l' Oberland bernois de Simon, exposé durant des années dans le hall grisâtre et triste de la gare principale de Zurich. La lumière d' une fenêtre ou d' un projecteur, venant d' un seul côté, doit frapper de biais les aspérités des parois de rochers.

Ces considérations revêtent moins d' impor pour les maquettes plates et de grandes surfaces. Leur effet est surtout fonction de leurs couleurs.

Les grands reliefs nécessitent une installation spéciale. Les avis divergent parfois quant à la bonne hauteur de leurs tables. En cas de doute, il convient de choisir la hauteur normale d' une table. Des reliefs très grands et assez plats doivent être facilement visibles de tous côtés. Il est donc recommandé de les placer à une hauteur un peu inférieure. Pour les reliefs monumentaux réalisés à grande échelle et comportant des cimes escarpées ,'43 il faut les fixer un peu plus haut que le plateau d' une table, car, vue légèrement d' en bas, la silhouette d' une montagne apparaît sous un meilleur aspect.

On peut aussi se poser la question suivante: doit-on protéger la maquette d' une montagne par une vitrineCela n' a aucun sens pour les petits reliefs scolaires, et c' est même un désagrément. En effet, tous les élèves doivent pouvoir apprendre la montagne par le toucher, sens qui n' est pas réserve qu' aux aveugles.

En revanche, les grandes maquettes, les pièces importantes exposées dans les musées, les objets de facture remarquable ou présentant une valeur historique particulière et dont l' emplacement est fixe, doivent, dans la mesure du possible, être protégés par une cage de verre de la poussière, des nettoyeuses, des doigts et des cannes des visiteurs. N' oublions pas que le plâtre n' est ni du marbre, ni du granite, mais une matière assez tendre, friable et facilement endommageable. Un jour, il arriva qu' un jeune écervelé s' assit sur la Brunnialp d' un moulage de la Windgällen. Tout l' alpage s' effon, plus brusquement que par le plus catastrophique des tremblements de terre! Durant l' Ex nationale de Zurich en 1939, j' ai vu de dignes alpinistes raconter au public leurs hauts faits de varappeurs en grattant avec leur canne la paroi de la maquette de la Windgällen. Dans les locaux très fréquentés, l'«érosion culturelle » peut transformer, en vingt ans au maximum, le plus beau relief en un bloc usé, gris et laid.

Malheureusement, les vitrines de protection sont très chères et leurs reflets ne facilitent pas la contemplation, mais elles demeurent indispensables pour les objets de valeur.

L' entretien, le dépoussiérage et le nettoyage de la surface des maquettes ne doit se faire qu' avec de grandes précautions. On tamponne les parties sales avec un peu d' ouate légèrement humidifiée ou avec une éponge naturelle, en évitant tout frottement intempestif. Les couleurs à l' huile sont plus résistantes que l' aquarelle. On peut les nettoyer en les lavant soigneusement avec une éponge et, 102 Fragment du grand relief du Sœntis au i :500, construit par Albert Heim et Carl Meili de i8g8 à igoj. Vue prise de l' est en direction du Hundstein et du Sœntis Différents musées. Musée alpin suisse de Berne. Photo Markus Liechti, Liebefeld 103 Fragment du relief du canton de Glaris au i: 50000, légèrement surhaussé, construit par Jakob Oberholzer en igi i. Vue prise du sud-est en direction du Gliernisch et des montagnes bordant le Wagilal Nombreuses écoles glan kus Liechti, Liebcfeld lises et Musée alpil éventuellement, au moyen d' une solution de savon noir.

Les travaux de restauration requièrent des soins particuliers. Une remise en état des parties défectueuses, des pointes et des cimes brisées ne peut être confiée à n' importe quel apprenti, mais exige l' habileté d' un constructeur de reliefs, connaissant bien les formes des montagnes, des roches et des glaciers.

Plus d' une maquette de montagnes de bonne qualité a été abîmée au fil des ans par de nouvelles couches de peinture, imprécises, trop épaisses et trop sombres. Même certains détails, lors de la réfection, prennent une importance primordiale, ainsi la délimitation par la forme et la teinte entre les névés et les cailloux, la représentation de restes de neige dans des couloirs, au pied des parois ou sur des cônes d' éboulis. Une imprécision, même légère, dans ces petits riens, diminue de façon décisive le caractère naturel et la beauté d' un relief de montagnes.

La fabrication de ceux-ci est une activité peu rémunératrice qui nécessite une grande et coûteuse exactitude, ainsi que beaucoup de persévérance. Mais c' est aussi une entreprise créatrice et enrichissante. C' est le meilleur moyen de connaître toute la variété et la beauté des formes du monde alpin. Rien de bon ne peut réussir sans amour, sans travail et sans don de soi.

Trad. C. Aubert

Feedback