Qu’en est-il des jeunes?

A propos de l’article «Des ‹suites› dans les cabanes du CAS?» paru dans «Les Alpes» 2/2019

Une employée de la Monte-Rosa-Hütte SAC (2882 m) m’a raconté qu’une personne avait téléphoné pour savoir quand la dernière cabine redescendait. Quand on regarde l’évolution du monde autour de nous, ce n’est pas étonnant. Par contre, ce qui m’étonne, c’est que des responsables du CAS tolèrent cela. Dernier exemple en date: un article pour ou contre les suites dans les cabanes du CAS. De pareils textes favorisent autant les appels comme celui mentionné plus haut que les vols en hélicoptères et compagnie. Non seulement cela dévalorise la montagne, mais le CAS deviendra obsolète tôt ou tard. A ce moment, j’aurai rendu l’âme. Mais qu’en est-il de la jeunesse, qui n’apprécie sûrement pas une telle évolution? J’ai poursuivi mes réflexions après la lecture de la dernière page de courrier de lecteurs. Suis-je seul à penser ainsi ou est-ce qu’une communauté d’idéalistes doit se charger de la question?

Feedback