Question d’incompatibilité Le natel perturbe le DVA

Presque tout le monde porte son mobile sur lui. Ce que l’on sait moins, c’est que ses ondes électromagnétiques représentent une source de danger. Elles peuvent perturber le fonctionnement du détecteur de victimes d’avalanche (DVA).

Natel, appareil de photo, GPS, DVA, etc. Tous ces appareils font de plus en plus partie de l’équipement des adeptes des sports de montagne. Certains appartiennent plutôt à la catégorie «nice to have». D’autres en revanche, comme le DVA, sont des composants essentiels de l’équipement en matière de sécurité.

Beaucoup de ces appareils produisent des champs électriques et magnétiques. C’est pourquoi une question refait régulièrement surface lors des courses hivernales: les natels allumés peuvent-ils nuire au bon fonctionnement des DVA en cas d’urgence, et cela jusqu’à quel point?

 

Proximité délicate

De fait, on aborde ici le domaine complexe de la «compatibilité électromagnétique» des appareils électroniques. Il est important de savoir que tous les DVA réagissent de manière sensible aux interférences électriques et magnétiques, ne serait-ce qu’en raison de leur configuration matérielle. Si une source de dérangement, comme un natel, se trouve à proximité directe, soit à quelques centimètres de distance, les fonctions émettrices et de recherche du DVA peuvent en être perturbées.

 

Une question de distance

C’est pourquoi il est important de ne pas porter son natel, ainsi que tout autre appareil à composants magnétiques ou électromagnétiques à proximité immédiate de son DVA durant une course! Bien que les fabricants de DVA donnent toutes sortes d’indications différentes, voire pas du tout, il est plus sûr de porter son DVA dans son support près du corps et de ranger son natel dans la poche supérieure du sac à dos.

Nombre de personnes ne savent pas non plus que les objets métalliques comme les couteaux de poche, les clés de voiture ou les fermetures éclair de vestes et de gants peuvent aussi influencer le DVA. De ce fait, il faut également maintenir ce dernier à une distance minimale de 20 centimètres de tels objets!

 

DVA contre smartphone

Depuis quelque temps, on propose pour ces natels des app au moyen desquelles on peut déclencher une alarme en cas d’urgence et localiser des person-nes portées disparues. En cas d’ensevelissement par avalanche, cela ne fonctionne pas de manière fiable et ne remplace en aucun cas le DVA. De plus, enclenchées, ces fonctions (GPS, Wi-Fi, etc.) utilisent beaucoup d’énergie. C’est pourquoi il est vivement conseillé de mettre les smartphones en «mode avion» durant une course. Cela permet en cas d’urgence de ne pas se retrouver avec les piles à plat et de pouvoir solliciter de l’aide si le taux de réception est suffisant.

DVA: entretenir et s’exercer

•N’employer que les piles recommandées par le fabricant (les rechargeables ne conviennent pas).

• Retirer les piles en cas de non-utilisation de longue durée.

• Contrôler la bonne position et la propreté des contacts lors du changement de piles.

• Faire contrôler et effectuer régulièrement les mises à jour des pilotes auprès de votre magasin spécialisé.

• Respecter les intervalles de service (généralement tous les trois ans).

• Enfin, «last but not least»: même si vous disposez d’une grande expérience dans le maniement des DVA modernes, de précieuses minutes peuvent être perdues en cas d’urgence si vous ne vous exercez pas régulièrement.

Feedback