Quinzième compte rendu du Comité central du C. A. S.

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Il. Quinzième compte-rendu du

Comité central du Club alpin snisse.

L' année 1878, d' après les rapports annuels des Comités de quelques sections, n' a pas été brillante pour plusieurs d' entr, par suite de la stagnation des affaires, de l' exposition universelle de Paris, qui a attiré de nombreux alpinistes, négociants, industriels et amateurs, absorbé leur temps et fondu leur argent, par suite' aussi des longs casernements et des rassemblements de troupes, et surtout du temps déplorable qui, presque tout l' été, a contrarié tant de projets d' ex et d' ascensionnistes. C' est pour ces divers motifs que l' un des présidents de section appelle le précédent exercice une année blanche: Espérons avec lui que le nouveau sera couleur de rose.

Du reste, sans vouloir trop contredire la réalité des motifs ci-dessus et la conséquence négative signalée, nous croyons néanmoins pouvoir dire en toute vérité, sans illusion ni exagération, ayant continué à suivre pas à pas la marche du Club durant les 12 derniers mois de nos fonctions présidentielles, et après lecture consciencieuse « des rapports des 23 sections, que l' année 1878 a été bonne: le champ des études et des communications des membres travailleurs de notre société s' est en effet notablement étendu et l' acti ascensionniste s' est aussi par moments très-heureuse-ment déployée. Pour légitimer notre assertion, nous signalerons ici, quoique très-brièvement, les traits les plus saillants de la vitalité du C.A.S. pendant l' année écoulée et, pour plus de détails, nous renverrons le lecteur au chapitre spécial des sections et surtout à plusieurs des articles de ce volume.

Au 31 décembre le Club comptait 2106 membres actifs, plus 8 honoraires dont deux nouveaux, MM. les professeurs E. Desor et Alph. Favre, nommés par l' assemblée générale d' Interlaken ( voir plus haut le protocole de cette assemblée ). Comme d' habitude il y a eu dans le courant de l' année quelques décès et démissions, mais par contre il y a eu 209 entrées nouvelles et ce chiffre, à ce que nous apprenons, s' est encore notablement accru depuis janvier. Le nombre des sections s' est élevé à 23, par suite de la formation, depuis longtemps désirée, de celle du Wildhorn, dans le Berner-Simmenthal, et l'on nous informe qu' une 24 me s' est constituée ce printemps à Berthoud, près de Berne, et qu' elle compte déjà 28 membres.

Voici comment se répartissait, fin décembre, entre les 23 sections, ce chiffre de 2106 membres:

SectionsMembres Argovie ( Aargau)23 « ( Zofingue)45 Appenzell Eh. Ext. ( Sentis ).. 47 Bâle 106 -Berne164 « ( Blümlisalp)37 « ( Oberland)61 « ( Wildhorn)11 Fribourg ( Moléson ) 85 Genève304 Glaris ( Tödi)100 SectionsMembres Grisons ( Rhätia)102 Lucerne ( Pilatus)84 Neuchâte171 gt-Ga11104 « ( Toggenbourg ) 21 ( Alvier)28 Schwytz ( Mythen ) 25' Unterwaiden ( Titlis ) 14 Valais ( Monte-Rosa ) 103 Vaud ( Diablerets)237 Zurich ( üto)275 ( Bachtel)59 Les dépenses se sont élevées, en 1878, à fr. 13,839.. 70 ct ., et les recettes à fr. 13,412. 60 et. Le Comité central en retraite a remis, le 18 janvier, à son successeur, à Berne, le capital complet du Club, s' élevant à fr. 24,882. 95, plus, au crédit spécial des héritiers d' Eu Imfanger, d' Engelberg, une somme de fr. 1736. 30. MM. Ch. Carrard, banquier, à Lausanne, et Brunner, commandant, à Berne, nommés vérificateurs de la comptabilité du dernier exercice, en proposeront l' appro à la prochaine Conférence des délégués. La veuve Imfanger étant décédée, le Comité central sera probablement appelé à répartir entre ses enfants, déjà en âge de gagner leur vie, mais avec l' agrément de leur tuteur, la somme ci-dessus capitalisée à leur intention.

Les fr. 28,449 recueillis par souscription, en Suisse et à l' étranger, en faveur des veuves et des orphelins des guides Knubel, ont été placés de la manière la plus avantageuse pour assurer une honnête aisance à ces malheureux.

Le nombre de nos cabanes est aujourd'hui de 26. Celles de Mortel et de Boval, dans les Grisons, ont été inaugurées fin juillet. M. Binet-Hentsch, vice-prési- dent du Comité central d' alors, a pris part à la cérémonie. La section du Wildhorn, à peine constituée, a mis aussitôt la main à l' œuvre pour élever une catane au pied de cette montagne; elle a été déjà inaugurée en septembre. La caisse centrale a fourni un subside, la Société des bains de la Lenk a donné le bois nécessaire. La cabane du Weisshorn a été achetée par le Comité de la section Monte-Rosa, moyennant Tine somme de 600 fr. de la caisse centrale payée à la veuve et aux enfants de Schaller, de Randa, qui l' avait construite en 1876. Le projet de construction d' une cabane sur le Bietschhorn est pour le moment en suspens; par contre la cabane du Hohsaas, dans la vallée du Simplon, sera terminée au commencement de l' été. Le Comité projette aussi l' érection d' une cabane au pied du Mont-Rose et le transfert de celle du Cervin, mal placée et trop petite, au pied même de la pyramide, un peu au-dessus du Hœrnli.

Le Comité central a contribué par le vote de quelques subsides à d' urgentes réparations et à des améliorations à apporter aux cabanes du Grünhorn, de l' Alvier, d' Orny, de la Concordia, du Dündengrat. Plusieurs sections ont aussi procédé à l' amélioration nécessaire de quelques sentiers, en particulier celle du Sentis sur les flancs vertigineux de son patron et celle de l' Alvier sur les Grauen-Hörner.

Un règlement spécial d' ordre et de propreté dans les cabanes, complément nécessaire du règlement général voté par la conférence de Glaris, a été élaboré par les sections des Grisons et du Valais, traduit en plusieurs langues, et il sera affiché dans chacune de; leurs cabanes ainsi que dans les hôtels et les auberges des localités voisines; la caisse centrale a coopéré aux frais d' impression de ce règlement. Nous sollicitons les sections qui n' ont pas encore fait un semblable règlement, de le faire au plus tôt, avant la saison des courses.

38 i L»594Chronique.

La plupart des bibliothèques des sections, de même que leurs collections scientifiques et artistiques, se sont considérablement enrichies. Plusieurs ont fait faire des panoramas, d' autres des reliefs de leurs massifs-les plus rapprochés. Celle de Bàie a ouvert un album de dessins, pour conserver le souvenir des paysages-les plus appréciés dans les courses de section. Des-thermomètres minima ont été placés sur plusieurs, hautes sommités. Les clubistes jurassiens de Ste-Croix, ont établi une table d' orientation à la Roche-Ronde, la section des Diablerets s' y est pécuniairement intéressée; celle de Neuchâtel a décidé d' en établir une à Chaumont.

L' entreprise scientifique de notre savant collègue,. M. le prof. Albert Heim, de Zurich, qu' annonçait notre précédente chronique, a été heureusement mise à exécution par lui. Il s' agit du problème de la mensuration de l' ablation des montagnes par l' érosion des. cours d' eau. M. Heim avait choisi, pour champ de travail, le bassin de la Reuss et le Delta de dépôts qu' elle a peu à peu formé à son embouchure dans le lac des Quatre-Cantons. A l' aide de M. Fr. Becker, de Linthal, ingénieur, les observations et les calculs-ont pu être faits l' été dernier. On en lira l' exposé détaillé et plein d' intérêt dans ce volume, plans et profils s' y trouvent aussi annexés. Notre Comité central a été heureux de s' associer par un subside à cette utile entreprise.

Les sections Rhätia et Berne-Oberland se sont sérieusement préoccupées de la réacclimatation du. bouquetin dans leur domaine alpestre. Cette dernière cherche actuellement les meilleures mesures à prendre pour arrêter la destruction de plus en plus regrettable et vénale des Edelweiss. Elle a aussi organisé, l' hiver dernier, sur l' initiative du Département de l' Intérieur du canton de Berne, qui a pour chef notre collègue M. Ed. von Steiger, un enseignement théorique des- tiné aux jeunes gens des districts de l' Oberland qui se proposent d' obtenir la patente de guides. .'Treize d' entr en ont profité avec succès.

Une meilleure organisation des corporations de guides a été étudiée par certaines sections. Celle de Monte-Rosa, par suite de plaintes réitérées contre les procédés abusifs des guides de Louèche-les-Bains, a provoqué, à l' aide des autorités cantonales et municipales, d' utiles modifications au règlement de cette corporation.

Le Comité central a fait tirer, l' année dernière, à destination du Jahrbuch, 1760 exemplaires des quatre feuilles du précédent champ officiel d' excursion dans le canton de Glaris; il a fait tirer aussi 600 exemplaires des cinq feuilles du champ actuel d' ex dans les Grisons et les a réparties entre les sections au prorata du nombre de leurs membres. Grâce à ces cartes et à l' excellent itinéraire élaboré par M. Binet-Hentsch et publié dans les deux langues par le Comité central, les clubistes ont déjà pu faire l' an dernier quelques heureuses explorations dans ce champ d' excursion; et comme il demeure le même pour 1879, espérons que les circonstances atmosphériques seront plus propices cette année et permettront à un plus grand nombre d' entr de le visiter et de l' é avec soin.

Quant au champ officiel pour 1880 et 1881, nous avions espéré, ainsi que le vœu en avait été généralement exprimé, qu' il aurait pour objectif le massif de la Dent du Midi et de la Tour Salière; mais le bureau topographique fédéral n' ayant pu interrompre la marche régulière de son travail de révision qui Ta conduit dans le Tessin, ne pourra, à notre grand regret, nous livrer la carte d' excursion valaisanne tant désirée. Le Comité central actuel a dû s' entendre avec le chef du bureau pour faire à la prochaine Conférence des délégués de nouvelles propositions à ce sujet.

Dans le courant de l' été dernier nous avons publié la liste des cartes des précédents champs d' excursion que les clubistes peuvent se procurer, à prix réduit, chez le dépositaire officiel du Club, M. C. Prell, libraire à Lucerne; et, en réponse à la demande qui nous avait été adressée de divers côtés, nous avons fait tirer cent exemplaires de chacune des feuilles de la partie méridionale du Valais, depuis quelque temps entièrement épuisées.

Au printemps de 1878 nous avons fait paraître un nouveau catalogue complet de tous les membres, en l' accompagnant de notices historiques sur le Club en général et sur chacune de ses sections.

La convention entre le C.A.S. et l' éditeur du Jahrbuch étant arrivée à son ternie avec la fin du dernier exercice, le Comité central en retraite, d' accord avec son successeur, a renouvelé cette convention pour un nouveau cycle de trois ans, moyennant quelques modifications de peu d' importance. Le Comité central a également renouvelé les engagements qui le lient à M. Wäber-Lindt, le rédacteur du Jahrbuch, auquel il n' a que des remerciements à adresser. Grâce à la latitude pécuniaire que donne au Comité' central l' ar final de la convention susmentionnée, le volume de 1-878 a été, quant à la variété des articles et surtout quant à la partie artistique, bien supérieur à ses devanciers: de tous côtés, de la Suisse et de l' étran, nous en avons reçu le précieux et encourageant témoignage. Nous ne doutons pas que le volume actuel ne mérite les mêmes éloges.

UEcho des Alpes, partiellement subventionné par la Caisse centrale, a poursuivi sa tâche avec persévérance, et, nous ajouterons, avec succès. Cette publication contribue toujours plus, surtout dans les contrées de langue française, à faire apprécier le noble mandat que se proposent les Clubs alpins, au double point de vue de l' étude et de l' agrément. Elle comptait, fin décembfe, 1093 abonnés.

Pour ce qui concerne les tractanda de la Conférence des délégués et de l' assemblée générale de l' année dernière, nous renvoyons le lecteur aux deux protocoles qui précèdent ce chapitre. Nous relèverons ici seulement deux décisions qui ont provoqué de longs débats: la réduction de la contribution fédérale et le retour à la coutume du C.A.S. d' avoir une fête toutes les années..

Quant à la réduction, elle a été demandée par quelques sections en vue de diminuer d' autant les charges cantonales qui leur incombent, soit à cause du loyer du local de leurs séances, soit à cause, des dépenses qu' elles ont à faire pour alimenter leurs bibliothèques et leurs collections, pour établir des tables d' orientation et pour l' entretien de leurs cabanes respectives; et les sections auraient voulu, pour que cette réduction valût la peine, qu' elle fût de 2 francs sur 5, mais cette demande a été repoussée: une proposition de conciliation, abaissant la contribution à 4 fr., a été adoptée.

Quant à la reprise de la fête toutes les années, sollicitée par la majorité des sections et par nombre de clubistes d' autres sections, le Comité central genevois a cru de son devoir de l' appuyer. Nos fêtes ont un caractère simple et intime, sans bruit ni apparat extérieur, et elles sont pour la plupart des clubistes la seule occasion, et une occasion précieuse, de se rencontrer un jour ou deux avec leurs chers Confédérés des autres cantons. Aussi espérons-nous que la prochaine fête, qui aura lieu les premiers jours d' août à Genève, nous procurera la joie de voir accourir au milieu de nous un très grand nombre d' entr. Nos rapports réciproques ne seront jamais trop fréquents ni trop étroits.

Chronique.

C' est bien le moment de dire ici que tous ceux qui ont assisté à la fête d' Interlaken en ont rap brté les plus agréables souvenirs. Le programme avait été très-heureusement combiné et, grâce au dévouement du Comité et de tous les membres de la section Berne Oberland, grâce aussi au privilège subit d' un temps des plus propices, tout a admirablement réussi: soirée musicale au milieu des bosquets, illumination féerique d' Interlaken, brillant banquet, représentation dramatique composée et exécutée par des clubistes, promenade pittoresque à Unspunnen, splendides journées sur le Männlichen et à Mürren, le tout assaisonné de la plus cordiale et sympathique réception.

Ceci nous amène à dire aussi quelques mots de nos relations avec les Clubs alpins étrangers. L' année dernière nous nous félicitions de les avoir vues se resserrer aux congrès de Gressoney, de Grenoble et d' Auronzo; cette fois nous avons lieu de nous réjouir bien davantage du rapprochement plus intime encore qu' ont amené, à côté déjà d' une correspondance plus fréquente, les congrès d' Ivrée, d' Ischi et de Paris. Male doyen Heim, de Gais, a représenté le C.A.S. à Ischi auprès du Club alpin allemand et autrichien; nous avons eu l' honneur de le représenter à Ivrée, et plus tard aussi à Paris avec trois autres collègues de Genève, MM. Binet-Hentsch, Briquet et Goëgg.

C' est dans le sein de ces deux derniers îongrès que, par suite de l' initiative prise par la direction centrale du Club alpin italien, initiative dont il ne put être fait mention que d' une manière très-rapide aux assemblées d' Interlaken, les deux propositions que voici furent mises en délibération et votées à l' una des membres présents.

Il y a avantage réel et sérieux à généraliser et à régulariser l' institution des congrès alpins internationaux. Ils peuvent rendre de grands services, car Chronique.599s il y a des sujets, des questions importantes qui les intéressent tous. Les opinions varient avec les nationalités, et du choc des idées jaillit la lumière. Il faut néanmoins limiter le nombre de ces congrès: un seul par année, peut-être même un tous les deux ans, serait suffisant. Du reste ces congrès ne doivent porter aucune atteinte à l' indépendance complète de chaque Club alpin, ni quant à ses réunions annuelles réglementaires, ni sous aucun autre rapport. Ces assemblées ne pourront en tout cas jamais voter que des recommandations, des desiderata.

La seconde proposition consista à demander au Comité central du C.A.S. qu' il voulût bien, à l' occasion de sa fête fédérale de cette année à Genève, organiser en même temps une conférence internationale entre représentants des divers Clubs alpins; elle aurait lieu immédiatement avant cette fête. Ce dernier vœu, transmis à qui de droit, a été de suite agréé avec empressement par le précédent Comité central et par la section genevoise, et le Comité central actuel, sans se lier pour l' avenir, a donné également son adhésion, tout en remettant, avec pleine et entière confiance, au Comité genevois de la prochaine fête, le soin et la responsabilité de l' organisation de cette conférence.

A ce propos nous pensons, pour l' édification de tous nos lecteurs, devoir indiquer ici, quoique très-tommairement, les travaux et les sujets de discussion qui ont occupé les congrès d' Ivrée et de Paris: De l' alpinisme sous ses divers points de vue; des meilleurs moyens de contribuer à instruire les populations encore si ignorantes et arriérées de certaines contrées alpestres; de la créations d' écoles de guides, de leur organisation en corporations et réglementation de leurs tarifs des prix des excursions et ascensions; comment faire pour recommander les bons guides et signaler les mauvais; de la bonne tenue des hôtels et des auberges, comment rendre publiques les plaintes contre les maisons mal tenues et celles qui exploitent les voyageurs; de la nomenîlature et de la cartographie alpine; des devoirs de la presse vis-à-vis de l' alpinisme, des qu' elle pourrait et devrait lui rendre dans l' intérêt général des populations; de la géographie des montagnes,, de l' urgence d' une scrupuleuse exactitude dans les. cartes géographiques et de la nécessité d' apprendre à. la jeunesse à les bien connaître; des caravanes scolaires; de l' emploi des baromètres et des instruments-de précision dans les montagnes; de la centralisation des observations météorologiques; de la structure géologique des principales montagnes; des moraines glaciaires; de la conservation des blocs erratiques; de la construction intelligente et solide des cabanes-re-fuges et de leur entretien; du passage des Alpes par Annibal; des congrès alpins internationaux, de leur rôle, de leur utilité; des démarches à faire pour obtenir des compagnies de bateaux à vapeur et de chemins de fer une réduction de prix en faveur des groupes d' alpinistes et des caravanes scolaires, etc., etc. Dans le courant de l' année dernière, le Comité central dont les fonctions approchaient de leur terme triennal, appela démocratiquement toutes les sections du C.A.S. à s' occuper de la question du choix de son successeur, à se mettre sur les rangs ou à proposer à la Conférence des délégués telle ou telle section. Aucune proposition, ni directe ni indirecte, ne nous ayant été soumise, nous avons fait auprès de la section de Berne, qui n' avait encore été qu' une fois, et pendant une année seulement, le siège du Comité central, lors de la fondation du Club, en 1863, des-démarches qui ont heureusement abouti. M. Rod. Lindtr alpiniste distingué sous tous les rapports, finit par céder à nos instances et à celles de ses collègues de la section de Berne dont il était depuis longtemps le président: il fut nommé par l' assemblée d' Interlakenr à l' unanimité des suffrages, président central, et bien- Ç«fî"'.«"3WH7,tôt il réussit à s' associer six collègues dévoués et des plus compétents, qui constitueront avec lui le Comité central jusqu' au 1er janvier 1882. Entre leurs mains le C.A.S. ne manquera pas de prendre un nouvel .élan et de faire de sérieux progrès.

Quant à nous et à nos collègues de l' ex central genevois, nous devons, en terminant ces pages de notre troisième compte-rendu annuel, remercier*bien sincèrement les Comités de toutes nos sections et en même temps tous les alpinistes suisses et étrangers, du concours empressé et sympathique qu' ils nous ont prêté dans l' accomplissement de notre tâche, et prendre officiellement congé d' eux en nous écriant: Vive le Club alpin suisse! Salut cordial et fraternel à tous les Clubs alpins! Au revoir très-prochainement à la fête de Genève!

Genève, le 20 avril 1879.

L' ex central: Albert Freundler, pasteur.

Feedback