Selun

Le toponyme «Selun», dans la chaîne des Churfirsten, est encore un témoin du territoire qu’occupaient autrefois les Rhéto-roman­ches. Il vient à la base du mot latin sol, dont résulte, après ajout d’un suffixe, le mot rhéto-romanche sulam,sulom, «cour, terrain, terres, sol». La deuxième voyelle s’est mutée en -u dans le toponyme, tandis que la première, peu accentuée, a été atténuée après le changement de langue: «Salun» ou «Silun» est mentionné depuis 1433 pour désigner l’alpage en dessous du sommet, et l’on retrouve la même étymologie pour «Salums», un nom que portent un hameau à Laax, un mayen à Bonaduz et une ferme au-dessus de Schuders, dans le Prättigau. L’alpage de Selun se trouve effectivement sur un replat très marqué du terrain, au-dessus de la très raide forêt de Chemeten. On comprend donc mieux la dénomination «terrain». Plus tard, le lieu est devenu éponyme non seulement pour le sommet, mais également pour le plus célèbre enfant trouvé de Suisse: Johannes Seluner, retrouvé sur l’alpage en 1844.

Feedback