Souffle nouveau sur le Caucase du Sud Essor de la randonnée à skis en Arménie

Meurtrie par les fléaux naturels ou politiques, la petite Arménie s’éveille aux amateurs de belles pentes. Vingt ans après l’indépendance, on peut faire du beau ski à la rencontre d’une nouvelle génération d’alpinistes.

Mars 2012, toute l’Arménie est sous la neige. Une lumière douce inonde ce haut plateau d’où émerge une multitude de volcans émoussés. Bousculés par le vent, nous parvenons avec peine au sommet du mont Arai Lehr (Mont d’Ara), pour admirer le géant de la région: le mont Ararat (5165 m) s’élève au-dessus des brumes de Yerevan, dont il semble si proche. Ce décor étourdissant nous plonge dans une histoire douloureuse. Gravi pour la première fois le 27 septembre 1829 par le poète arménien Khatchatour Abovian et le médecin russe Friedrich Parrot, l’Ararat est aujourd’hui situé du côté turc de la frontière, fixée entre les troupes kémalistes et soviétiques en 1921. La «Montagne de Noé», symbole du peuple arménien établi depuis plusieurs millénaires entre Méditerranée et Caucase, lui est devenue inaccessible après la Première Guerre mondiale, marquée par le génocide de 1915.

A l’abri du vent, la neige restée poudreuse permet de tracer de belles courbes face au mont Aragats (4090 m), le point culminant du pays. A la même latitude que la Sardaigne, le climat continental entretient des températures négatives en hiver. Hors des chaînes du Petit Caucase au nord et du Zangezur à l’est, l’essentiel du pays est occupé par un plateau situé à plus de 1000 mètres d’altitude et parsemé de volcans. Les 200 sommets de plus de 3000 mètres et des pentes peu abruptes se prêtent particulièrement au ski de randonnée. Toutefois, l’exploration demeure restreinte par le faible nombre d’accès routiers.

Des clubs alpins soviétiques

Dans les dernières pentes de l’Arai Lehr, on traverse un curieux village fantôme. Conçu pour les résidences secondaires des salariés de l’Institut de physique, il semble abandonné aujourd’hui. Selon la division du travail soviétique, l’Arménie occupait une place de choix dans la recherche scientifique et l’informatique. Avant 1991, on trouvait des clubs alpins dans toutes les grandes villes ou les grandes entreprises. Les plus actifs étaient ceux de l’Institut de physique et de l’Institut polytechnique de Yerevan. De nombreux alpinistes arméniens comme Aghvan Chatinian, Haoutyun Yesian, Nalson Tamanian ou Aram Kosakian participaient aux camps d’alpinisme dans le Caucase et aux expéditions dans le Pamir ou le Tian Shan. A deux reprises, au début des années 1980, les Championnats d’escalade de l’URSS ont eu lieu en Arménie, dans les gorges de Noravank, puis celles de Bjni.

Avec l’effondrement de l’Union soviétique, les clubs ont perdu leurs subventions, la possibilité de voyager ou de renouveler leur matériel technique. Le chaos économique des années 1990 n’a plus guère laissé aux grimpeurs de temps pour les loisirs. A l’anéantissement du système économique et social se sont ajoutés le coût de la guerre du Haut-Karabagh, et les conséquences du tremblement de terre du 7 décembre 1988 (plus de 25 000 morts).

L’équipe de secours de Spitak

Pour rejoindre Spitak, il faut franchir un joli col dans un paysage sans arbres qui, aux couleurs du couchant, rappelle l’Arctique. L’ambiance s’assombrit en descendant vers la ville encore en bonne partie en ruine. Cet épicentre du séisme est devenu le berceau du renouveau de l’alpinisme. Dès les premières heures du drame, fin 1988, les clubistes de l’Institut de physique viennent au secours des victimes. En travaillant avec les sauveteurs étrangers, ils découvrent un savoir-faire. En juillet 1989, Valéry Vardanian, de l’Institut de physique, et Gerhard Maier, du Secours en montagne allemand (Croix-Rouge), décident d’organiser un centre de secours. Devenu «l’Equipe de secours de Spitak», ce centre est aujourd’hui connu dans toute la Transcaucasie. Des collaborations avec divers sauveteurs européens ont permis de former un groupe rodé aux missions d’urgence délicates.

Le ciment de l’équipe reste la montagne, comme l’explique Mkhitar Mkhitarian, 32 ans, qui nous accompagne dans ce voyage: «Nous sommes unis par cette passion. Jusqu’en 1996, notre équipe de Spitak était la seule équipe d’urgence. Depuis, le gouvernement a constitué des équipes publiques, mais nous restons les seuls compétents pour le secours en montagne.» En août 2012, l’un des leurs, Andranik Miribian, 35 ans, s’est retrouvé coincé en altitude lors d’une tentative en solo de l’Ouchba (4710 m, Géorgie), surnommé le «Cervin du Caucase». Rapidement, ses amis ont rejoint Mestia en Svanétie, pour aider les secouristes géorgiens. Il a pu finalement s’en sortir seul après quatre nuits sans nourriture et sans matériel de descente.

Les Arméniens connaissaient déjà le ski alpin, qu’ils pratiquent dans les deux petites stations de Jermuk et Tsaghkadzor. Mais le ski de randonnée était inconnu jusqu’à la fin des années 1990. Jugeant le potentiel du pays fabuleux, des sauveteurs allemands sont venus avec des skis. Puis, ils ont équipé et formé l’équipe de Spitak, tant aux techniques de descente qu’à la gestion du risque d’avalanches.

La génération du renouveau

Adeptes des grandes courbes et des belles pentes sauvages qu’ils ne peuvent trouver en station, Mkhitar et ses amis sortent les peaux de phoques dès les premières neiges. Ils mettent désormais leurs connaissances des montagnes arméniennes au service des visiteurs étrangers, soit pour le compte d’agences, soit à leur propre compte. Le principal obstacle à la diffusion de la pratique locale reste l’équipement, introuvable ou importé à grand frais. Mais les Arméniens ont appris la débrouille. En l’absence de bonnes cartes, ils sont ainsi devenus champions dans la recherche de nouveaux itinéraires sur Google Earth…

Pour transmettre leur passion de la grimpe et du ski de randonnée, Mkhitar et Andranik ont monté en 2008 le club «Up The Rock». Chaque printemps, ils organisent un festival d’escalade pour faire connaître la discipline et ouvrir de nouveaux itinéraires. Le pays ne compte aujourd’hui qu’environ 120 voies répertoriées, mais la communauté grandit vite. Les équipeurs ont déjà une charte d’éthique pour respecter au mieux des sites tout à fait exceptionnels. Dans les gorges de Garni par exemple, des orgues de basaltes verticaux sur plus de 100 mètres de haut dessinent des lignes étonnantes. L’ancien champion d’escalade Alex Chabot est venu y tourner un film qui a fait le tour du monde, et un reportage en «couverture» de la revue américaine Rock and Ice.

Comme près de la moitié des Arméniens, la plupart des alpinistes arméniens habitent la capitale Yerevan. Andranik, lui, s’est réfugié dans les hauteurs du petit village de Hovk, où il a construit un gîte, non loin de Goshavank, l’un des fabuleux monastères médiévaux à visiter absolument lorsque l’on voyage en Arménie.

Pendant dix jours, le vent n’a cessé de souffler. Il nous a privés de quelques sommets. Mais pour le dernier jour, il a nettoyé le ciel au-dessus du lac Sevan. Mkhitar et un autre ancien de Spitak, Vahé, 30 ans, ont repéré un chemin d’accès au Tchakhkouniask. Le voyage s’achève donc par une journée magique. L’horizon s’éloigne à chaque pas et dévoile de toutes parts de nouvelles pentes vierges. On se promet de revenir.

Feedback