Sur la Grande Muraille de Chine. Balade dans des lieux historiques

Sur la Grande Muraille de Chine

Rendez-vous sur la Grande Muraille de Chine, près de Pékin, pour vivre une expérience unique et passionnante sur l' une des plus grandioses œuvres architecturales du monde, qui court de crêtes escarpées aux points de vue splendides à d' étroites vallées intensément cultivées!

Avec la montagne sacrée de Tai Shan, la Grande Muraille se range parmi les destinations touristiques les plus recherchées de Chine. Aux alentours de Pékin, la foule des visiteurs se concentre sur les parties facilement accessibles du mur, en particulier celles de Mutianyu et de Badaling. Kiosques à souvenirs, téléphériques, parcs de loisirs, toute cette foire laisse un souvenir mitigé. Pourtant, à l' écart des quelques points où se cristallise l' animation touristique, cette œuvre architecturale unique invite à la randonnée à travers un dédale de montagnes solitaires et impressionnantes, offrant de splendides points de vue et d' étonnantes découvertes.

Le « Mur sauvage »

Nous laissons Badaling derrière nous et nous dirigeons plein ouest, vers une portion « sauvage » du mur qui délimite les provinces de Pékin et de Hebei. On ne découvre ici encore aucune gigantesque affiche vantant la Grande Muraille. Nous longeons une étroite vallée fluviale abritant de petits villages aux habitations rurales compactes. Partout où la topographie laisse un espace suffisant, on cultive des champs de maïs et de légumes, en complément des poissons élevés dans des viviers installés au bord de la rivière. Dans cette région montagneuse à l' habitat clairsemé, rien ne trahit la proximité de la Grande Muraille qu' au moment où se dévoile, épousant les formes du relief, un large ruban de couleur claire, régulièrement ponctué de massives tours carrées. Après avoir atteint le sommet d' un col avec notre minibus, nous continuons à pied. Nous traversons une chaîne de collines, puis cheminons dans une gorge, le long du lit asséché d' un ruisseau, jusqu' à une cluse étroite dont la muraille suit les flancs escarpés.

Attrait des saisons

Venant de la Mongolie intérieure, un vent tempétueux du nord traverse les montagnes et son souffle glacial nous Land art à la perfection: on est étonné à la fois par la symbiose et par le contraste entre montagne et constructions En hiver, les sections restaurées de la muraille, comme Mutianyu, sont beaucoup moins fréquentées qu' à d' autres moments de l' année Les innombrables tours de guet ne servaient pas seulement à surveiller et à donner l' alarme. On y entreposait aussi des armes et des provisions et les équipes de guet y passaient la nuit Photos: R oger Büdeler donne l' impression d' une température de –15° C. En revanche, le ciel est d' un bleu profond et la visibilité excellente. Lorsqu' on se balade sur la muraille en plein été, la chaleur peut être vraiment torride, alors que chaque autre saison présente ses attraits particuliers. Au printemps et en automne, les versants des montagnes, recouverts d' une végétation luxuriante où croissent même abricotiers, pêchers et poiriers, se parent de somptueuses couleurs. En hiver, la neige souligne les formes accidentées du terrain et les terrasses construites sur les pentes, tandis que le majestueux boulevard de la Muraille de Chine, avec ses créneaux, ses chemins de ronde et ses tours de guet s' insère mollement dans le paysage.

d' œuvre de Land art

Aujourd'hui, une mince couche de neige poudreuse crisse sous nos semelles. Nous avons gravi les marches délabrées de la première section du mur. Le regard erre librement de tous côtés, sur les horizons successifs des chaînes de montagnes aux pentes déchiquetées. D' altitudes comprises entre 1000 et 1500 mètres, les flancs montagneux s' abaissent comme les plis d' un vêtement, forme de relief qui n' a rien de commun avec les moyennes montagnes de nos latitudes. D' innom terrasses occupent les entailles de toutes les vallées. Une retenue d' eau scintille au loin dans la vaste dépression de Guanting. S' abaissant et remontant doucement, la Grande Muraille s' étire sur les crêtes en décrivant de larges arcs de cercle, puis chemine à travers le relief en obliquant brusquement, puis en revenant tout aussi inopinément sur elle-même. Surplombant le sol de huit mètres, voire plus, notre itinéraire s' adapte au mouvement naturel de la ligne de crête en épousant ses pentes, ses changements de direction et ses ensellements. Avec ses tours massives, la muraille de pierre s' intègre dans ce paysage de montagnes à la manière d' un Photos: R oger Büdeler Il n' y a que peu de pentes que la Grande Muraille ne franchit pas. Vue plongeante sur la section non restaurée de Mutianyu Les coulisses de cette monumentale construction sont souvent fascinantes, à l' image de ces crêtes fissurées et raides près d' une section « sauvage » vers Mutianyu Paysage d' hiver dans le district de Huanghua. Les cuvettes entre les chaînes de montagne sont typiques de la région.

fascinant d' œuvre de Land art; sa dégradation naturelle lui confère un aspect d' authenticité beaucoup plus impressionnant que celui de la section rénovée de la Grande Muraille, proche de Badaling.

Ouvrage fortifié unique au monde

C' est un problème stratégique de défense qui se trouve à la base de la construction de cette muraille. En effet, Pékin ressentait la nécessité d' une protection systématique s' appuyant sur les montagnes sises au nord de la capitale chinoise. Durant des siècles, on n' avait organisé que de manière sporadique et rudimentaire l' opposition aux attaques des « barbares » venus de Mongolie et de Mandchourie. Ce n' est que sous la dynastie des Ming ( 1386–1644 ) que l'on a accéléré l' édifica d' une véritable muraille fortifiée, protégeant l' Empire du Milieu. Les premières longues sections qui s' étendent du fleuve Jaune, dans la région de la boucle d' Ordo, en direction de l' est, étaient constituées de parois de pisé. Au XVI e siècle, on a prolongé le mur dans les zones montagneuses. Suivant la frontière le long des crêtes de cette ré- La Grande Muraille traverse plusieurs régions de montagne quasiment intactes. La large cuvette de Guanting s' étend devant une impressionnante coulisse Un pan de mur délabré vers Shengtanyu. Sur les sections qui n' ont pas été restaurées, la prudence est de mise lorsqu' il y a de petites montées raides gion très accidentée, ponctué de milliers de tours de guet construites en des endroits escarpés et parfois vertigineux, ce mur devait représenter un obstacle inexpugnable. La roche naturelle a été utilisée comme matériau de construction pour les fondations et le remplissage, tandis que des briques de terre cuite servaient à l' édification des chemins de ronde et des tours. On peut en admirer l' architecture à chaque pas dans les sections non restaurées de la Grande Muraille. Mais ce d' œuvre n' a pas empêché les Mand-chous de le franchir et de s' emparer de Pékin. Au milieu du XVII e siècle, ils y instaurèrent la dynastie des Qing et le mur, perdant toute utilité, fut livré à une lente dégradation.

Parcours audacieux de la Grande Muraille

Parfois, la manière dont la Grande Muraille se confond avec le relief montagneux fait douter de sa réalité. Dans le secteur de Jiankou, par exemple, même des falaises rocheuses et des pointes escarpées n' ont pas constitué d' obstacle. Les constructeurs sont parvenus à ériger des tours sur ces paliers et promontoires. La randonnée sur les sections exposées n' est certainement pas sans danger et, même en des endroits plus faciles d' ac, les parties ruinées et les pentes extrêmes requièrent une prudence particulière voire nécessitent un détour.

La tour de guet de Wangjinglou, près de Simatai, en est un fort bel exemple. On prétend que, de son sommet, on peut distinguer les lumières de Pékin. Avec une déclivité époustouflante, le mur escalade d' étroites arêtes rocheuses et les derniers mètres avant la tour demandent des connaissances en varappe. Au nord-est de Pékin, le secteur plutôt peu fréquenté entre Jinshanling et Simatai se range parmi l' une des plus belles parties de la Grande Muraille. Elle a été restaurée avec des matériaux d' origine. Toutefois, des brèches assez importantes subsistent encore, car l' état de dégradation était déjà bien avancé, les habitants des villages environnants ayant emporté des pierres pour la construction de leurs maisons.

Informations pratiques

Excursions: comme les circuits organisés n' accordent généralement que deux heures pour la visite de la Grande Muraille, nous conseillons l' utilisation de minibus pour se rendre aux secteurs les mieux connus de Jinshanling et de Simatai, ou de Mutianyu. On dispose ainsi de suffisamment de temps pour se promener sur le mur. Hôtels et offices de tourisme s' occupent de la réservation des places; prix: 100 à 150 yuans ( janvier 2005 ) 1. Pour les personnes parlant le chinois, il existe la possibilité de louer, par les mêmes intermédiaires, un minibus de 6 à 8 places avec chauffeur pour la journée entière; prix: 400 à 450 yuans. Les randonnées sur les sections non touristiques de la muraille sont organisées par les « Beijing Hikers ». Contact par Internet: www.beijinghikers.com. Cartes: extrêmement lacunaire, la documentation topographique n' est pas axée sur le tourisme étranger. Pour une première approche, on peut consulter la Beijing Tourist Map qui fournit une vue d' ensemble sur la province de Pékin. Actuellement, les cartes plus détaillées n' existent qu' en écriture chinoise. Guide: Hiking around Beijing, édité par Foreign Languages Press, Pékin 2003. Cette brochure contient des propositions de tours sur la Grande Muraille, ainsi que des excursions dans les environs de Pékin. En vente à la Foreign Language Bookstore, Wangfujing Dajie, Pékin. a Roger Büdeler, Hambourg ( trad. ) 1 1 yuan = 0,14 ct. ( 1. 2005 ) Photo: R oger Büdeler De Jinshanling à Simatai, on marche pendant quatre heures sur l' une des plus belles parties du mur, à la frontière de la province de Hebei, à 120 km de Pékin

Feedback