Tour du Grand Chavalard Une classique hors saison

Le tour du Grand Chavalard ( 2497 mfier bastion visible depuis Sion – est une course très courue, tant en hiver, à peaux de phoques, qu' en été, sur un ou deux jours. En automne toutefois, les hordes de promeneurs sont rentrées depuis longtemps. Il est alors possible de goûter pleinement aux paysages, juste avant que la montagne ne s' endorme.

A peine après avoir quitté L' Erié ( 1788 m ), le point de départ du tour, nous nous engageons dans le passage des Gueules. Ce sentier en balcon, impressionnant de hauteur, surplombe de plus de 1000 mètres la vallée du Rhône. Jamais les automobilistes lancés sur l' autoroute de la vallée n' imagineraient qu' un sentier puisse se frayer un passage dans ces éboulis, d' apparence si instable. Pourtant, nous nous sentons en sécurité sur ce chemin étonnamment large, où nous pouvons admirer la formidable vue sur Martigny et le reste de la vallée.

Mais le sentier en lui-même est également digne d' intérêt. Thierry Basset, guide de montagne et géologue-volcano-logue, connaît bien la région car il y organise des excursions à thèmes géologiques et botaniques. Tout au long du chemin, il attire notre attention sur des petites choses qui ne nous auraient probablement pas fait sourciller. Morceaux choisis: le promeneur évoluant sur le passage des Gueules peut, en levant les yeux, observer des zones verdâtres dans les éboulis. Du vert qui n' a rien de végétal puisqu' il s' agit de marbre. Un marbre mondialement réputé, celui de Saillon, primé lors de l' Exposition universelle de 1878 à Paris. Exporté dans toute l' Europe ainsi qu' à New York, il orne des édifices réputés tels que l' Opéra Garnier de Paris, le British Museum de Londres, la basilique Saint-Marc de Venise ou le Palais fédéral de Berne. Son exploitation a débuté en 1875 pour se terminer durant la Seconde Guerre mondiale. Une entreprise de la région a tenté d' exploiter à nouveau le site, profitant d' une nouvelle technique permettant de broyer le marbre avant de le reconstituer à l' aide de liant. Une affaire qui n' a malheureusement pas survécu à l' apparition du marbre de contrefaçon, bien meilleur marché.

« La deuxième curiosité géologique du tour relève d' une interprétation tout à fait libre et personnelle! » prévient Thierry Basset. Qui s' explique: « A peu près à mi-chemin entre L' Erié et le lac inférieur de Fully, on peut apercevoir une petite dépression qui ressemble à trois doigts. Le long du sentier, on trouve des couches de sables consolidés vieux de 230 millions d' années. Des couches identiques à celles d' Emosson, où sont figées les fameuses traces de dinosaures... D' après moi, ces trois doigts, qui ressemblent à ceux d' Emosson, appartenaient La vallée du Rhône vue depuis Les Gueules.

Saviez-vous qu' une montagne d' appa tout à fait normale peut être « à l' envers »? Le Grand Chavalard en est l' un des rares exemples. Le géologue nous explique que la partie supérieure du Chavalard est constituée de calcaire formé dans une mer de l' ère secondaire il y a plus de 65 millions d' années. La roche sédimentaire se constitue dans une mer par accumulation de sédiments ( particules dans l' eau ). Tout commence par des couches de boue qui se font ensevelir et forment des empilements de plusieurs mètres d' épaisseur. La formation du relief a lieu après quelques dizaines de millions d' années. Les Alpes résultent de la collision entre les continents européen et africain. Les roches se sont pliées et ont été déplacées vers le nord. Mais pourquoi parle-t-on de montagne à l' envers? « Le Chavalard s' est pris dans un énorme pli de plusieurs kilomètres. Puis l' érosion à travaillé. Il faut savoir que les roches sédimentaires se forment en couches: d' habitude, les couches les plus vieilles se trouvent en bas et les jeunes, en haut. Or, dans la partie supérieure du Chavalard, c' est exactement l' inverse », explique Thierry Basset. Nous laissons derrière nous le passage des Gueules, son marbre et ses empreintes de dinosaures pour rejoindre le lac inférieur de Fully, un havre de paix au caractère imperturbable. Le contraste évident entre ces deux univers laisse présager un parcours varié ponctué de multiples haltes aussi diverses qu' inté... a Anne Onidi, Lausanne Passage du col de Fénestral à 2453 m, la neige s' établit pour l' hiver.

Feedback