Traces historiques dans les Alpes glaronnaises Du Schilt au Gufelstock

Traces historiques dans les Alpes glaronnaises

La traversée de Mullern à Obstalden en passant par le Schilt et l' Alpbigli: une course qui, depuis plus de cent ans, n' est jamais passée de mode.

Il y a 114 ans, le 8 janvier 1893, les Glaronnais Christoph Iselin et Jacques Jenny atteignirent le sommet du Schilt, à 2299 mètres d' altitude. D' aprè Daniel Anker, historien et collaborateur régulier aux Alpes, il s' agit de la première ascension à ski d' un sommet des Alpes suisses. Bien avant la construction du téléski, qui amena le point de départ à Mittler Stafel ( 1584 m ), ces deux pionniers étaient venus directement de Glarus, en passant par Fronalp, et ce en cinq heures seulement.

A l' époque de la construction du téléski du Schilt, ce sommet était déjà un but de course apprécié. De nombreux randonneurs à ski venaient de la plaine, attirés par l' accè rapide, les larges pentes, et la vue depuis le sommet, qui embrasse toute la vallée de la Linth jusqu' au Tödi, une attirance qui ne s' est jamais démentie. Le sommet est également une étape sur le circuit ralliant l' alpe d' Ober Mürtschen en passant par le Schilt et le Rotärd, une des courses les plus classiques des Préalpes glaronnaises. Depuis Ober Mürtschen, on profite d' une courte descente avant la remontée brève mais fatigante vers Robmen – d' où on rejoint ensuite Obstalden. On peut aussi poursuivre la montée jusqu' à l' Alpbigligenstöckli ( 1958 m ), puis descendre sur Mühlehorn.

« Parsenn à cinq francs »

L' histoire de cet itinéraire est presque aussi vieille que celle du Schilt lui-même. Le circuit connut son heure de gloire pendant et après la Seconde Guerre mondiale sous le sobriquet de « Parsenn à cinq francs », en référence à la fameuse montagne des Grisons. Pour environ cinq francs, on pouvait prendre le train de Zurich à Näfels, franchir 2000 mètres de dénivelé sur environ 11 kilomètres de distance jusqu' à Robmen puis, par Hüttenberge, se laisser glisser jusqu' à Obstalden, où l'on remontait dans le train. Le succès enregistré par les CFF avec ce circuit ne craint pas la comparaison avec certains chiffres actuels: d' aprè les récits Le terminus du téléski du Schilt Démarrage en douceur sur les premiers mètres de la montée Photos: David Coulin de Hans Grob, de Kerenzerberg, on aurait compté jusqu' à 1800 skieurs certains dimanches de beau temps. C' est en véritable procession que ces foules montaient au Schilt, puis se déversaient dans la vallée de Mürtschen, avant d' atteindre Robmen par la remontée mentionnée ci-dessus. A la descente, de dangereux embouteillages se formaient dans les coupées étroites de la forêt près d' Alt Stafel, au-dessus d' Obstalden. Le ravitaillement à l' alpage de Mürtschen était un passage obligé: chez le barbu Noldi Grob, surnommé « le sauvage », le thé était gratuit pour les indigènes, tandis que les étrangers payaient dix centimes. Toujours d' aprè Hans Grob, il n' y eut qu' un jour où Noldi attendit en vain ses clients: le Rotärd étant pris dans le brouillard, les premiers qui y arrivèrent prirent la fausse direction. Ayant bifurqué trop tôt, ils descendirent à Spannegg et au lac de Talalp. Tous les suivants se fiè-rent à leurs traces... Le déferlement hebdomadaire des skieurs réveillait également le sens des affaires des indigènes sur l' autre versant de la montagne, au-dessus de Mollis. Un certain Schaaggi montait chaque samedi à raquettes de Ennenda à la cabane d' En, pour être prêt à accueillir les premiers ascensionnistes assoiffés le dimanche matin à Mittler Stafel, l' actuelle arrivée du téléski.

Schilt–Gufelstock: un paradis de descentes variées

Mais ce serait faire injure à la diversité de la région du Schilt que de la réduire à un seul circuit. Un skibus circule maintenant entre Mollis et le départ du téléski, permettant bien des circuits aux randonneurs à ski endurants ( voir carte p. 24 ). Après l' ascension du Schilt, ils peuvent par exemple remonter depuis Ober Mürtschen à l' Etscherzapfen, ou alors traverser par le Schwarzstöckli jusqu' au Gufelstock, d' où une descente alpine, réalisable par très bonnes conditions seulement, rejoint la vallée du Mülibach par la cabane Widersteiner Hüttli. En général, on peut dire que le versant sud du massif offre ce qu' on cherchera en vain sur son versant nord: un caractère sauvage et solitaire. D' ici, le regard passe du Widersteiner Furggel aux lacs de Murg, situés dans une zone de protection de la faune interdite d' accè en hiver. Avec un peu de chance, on croi-sera un chamois dans les flancs du Bützistock. Si vous voulez être à l' écart des Avant la descente du Rotärd dans la vallée de Mürtschen: nos ombres s' étirent sur le sol en direction du Mürtschenstock Montée au Rotärd. Au fond, le Ruchen ( Mürtschenstock ) Vu de Rotärd, le Schilt apparaît comme une simple colline Noldi Grob et ses hôtes devant la cabane de Mürtschen. Photo prise en 1948 Photo: ar chiv es Skiclub Obstalden Photo: ar chiv es Skiclub Obstalden foules, évitez les points de départ comme la maison des Amis de la nature de Fronalp ou le restaurant Hüttenberge, au-dessus d' Obstalden; il vaut mieux, par exemple, monter au Heustock ou au Bützistock depuis Engi, en passant par la cabane de Mülibachtal. Ou encore suivre les traces de Kaspar Hösli ( à ski ), J. J. Schiesser et Karl Kollmus ( à raquettes ), et Jacques Trümpy-Heer ( à pied ), quatre hommes courageux qui, le 31 mars 1893, parcoururent ensemble un itinéraire de vingt kilomètres de long, passant par Magerrain, Erdisgulmen et Sächsmoor pour arriver à Unterterzen.

Randonnées à ski autour du Schilt, en bref

Points de départ – Téléski du Schilt, départ au-dessus de Mollis ( arrivée à Mittler Stafel, 1584 m ) En transports publics: en train par Ziegelbrücke jusqu' à Mollis, puis en skibus jusqu' à Mullern ( réservation indispensable, tél. 079 693 49 49 ). Horaires 900, 736 En voiture: autoroute jusqu' à Ziegelbrücke, puis route cantonale pour Mollis. Dans le village, la route de montagne pour Mullern est signalée. Attention: route raide et nombreux virages en épingle, équipement d' hiver souvent indispensable. « Parsenn à cinq francs »: laisser sa voiture à la gare de Mollis et prendre le skibus. Possibilités d' hébergement: maison des Amis de la nature de Fronalp, située sur une terrasse panoramique en bordure du domaine skiable de Mullern, 60 places, tél. 055 612 10 12, www.fronalp.ch. Plus d' informations et d' hébergements sur www.mollis.ch/schilt – Restaurant Hüttenberge, au-dessus d' Obstalden ( 1018 m ) En transports publics: train pour Mühlehorn, car postal jusqu' à Obstalden ( horaires 900, 736.10 ). Montée à ski qu' à Hüttenberge ( 45 min ) En voiture: emprunter l' autoroute jusqu' à Mühlehorn, puis la route de Kerenzerberg jusqu' à Obstalden. Bifurcation pour Hüttenberge au centre du village ( route de montagne souvent étroite et raide, équipement d' hiver nécessaire ). Peu de possibilités de parking au Restaurant Hüttenberge; si possible, laisser la voiture à Obstalden – Engi, Sernftal ( 770 m ) En transports publics: train par Ziegelbrücke jusqu' à Schwanden, puis car postal ( destination Elm ) jusqu' à Engi. Horaires 736, 736.70 En voiture: de Ziegelbrücke par la route cantonale jusqu' à Schwanden, puis en direction de Elm, en s' arrêtant à Engi. Places de stationnement près de l' an usine à l' entrée de la vallée de Mülibach Itinéraires – « Parsenn à cinq francs », version light, 1050 m de montée, 5 h, PD De la gare de Mollis, prenez le skibus pour Mullern. Du haut du téléski de Schilt, rejoindre le sommet du même nom, en passant sous le Färistock et Siwellen ( 700 m, 2 h ). Descendre entre Schiltplanggen et Schiwellen jusqu' au Rotärd, puis par Glotel ou Chüetal qu' à Ober Mürtschen. Dans la vallée de Mürtschenboden, passer sous le Mürtschenstock ( environ 1 h ). Remonter vers Le Rotärd ( terre rouge ) porte bien son nom: les rochers rouges pointent sous la neige Depuis Obstalden: au-dessus d' Amden s' élève le Mattstock Sous le sommet de l' Alpbigligenstöckli. A l' arrière, la vallée de Mürtschen et le Mürtschenstock la gauche à Robmen et au P. 1958, Alp-bigligenstöckli ( 350 m, 1 h ). Descente par Meerenboden et Alt Stafel jusqu' au restaurant Hüttenberge et à Obstalden ( environ 1 h ). De là, car postal pour Mollis. Variante: descendre du Rotärd par Glotel, remontée de Unter Glotel au Etscherzapfen ( 400 m, 1 h ). Descente raide sur Ober Mürtschen – Gufelstock, descente du versant est, 200 m, 1–2 h, D Du Rotärd, traverser par Wiss-chamm, Schwarzstöckli et Walenfessis jusqu' au Gufelstock. Descente raide par Chüebuch et Widersteiner Hüttli, dans la vallée de Mülibach. Possible seulement par conditions stables – Heustock, 1620 m de dénivellé, ou Bützistock, 1550 m de montée, 7–8 h chacun, AD+ De Engi, monter la vallée de Mülibach jusqu' à Gams. De là, un sentier raide conduit à la cabane de Mülibachtal ( cabane privée, tél. 055 644 16 92 ). Puis monter direction nord au Heustock ( raide sur la fin ) ou tirer légèrement à gauche jusqu' à la crête où la vue s' ouvre sur le Widersteiner Furggel. Emprunter cette crête jusqu' au Bützistock, à pied à la fin. Descente par le même itinéraire, ou au nord par le Widersteiner Furggel, si les conditions sont sûres

Cartes/Topos

CN 1: 50 000, feuille 237 S Walenstadt ( préférer la nouvelle édition, qui indique les zones de protection de la faune ). CN 1: 25 000, feuilles 1134 Walensee, 1154 Spitzmeilen Topo: Marcel Kraaz/Thomas Wälti, Skitouren Glarus–St. Gallen–Appenzell, Editions du CAS 2005, 4 e édition, Berne 2005 a David Coulin, Horw ( trad. ) Le restaurant Hüttenberge fait face aux Churfirsten Par beau temps, la vue qu' on a depuis le Schilt porte très loin Photos: David Coulin Outre la classique « Parsenn à cinq francs », la région du Schilt offre de nombreuses possibilités de courses moins fréquentées Repr oduit av ec l' autorisation de swisstopo ( BA068317 ) 1« Parsenn à cinq francs » light 2 Descente est du Gufelstock 3 Heustock ou Bützistock Extrait de la CN 1: 50 000 feuille 237 S Walenstadt Les itinéraires indiqués sur les cartes donnent une vue d' ensemble des courses présentées. Le choix de l' itinéraire, la progression sur le terrain et l' appréciation des risques ressortent de la responsabilité de chacun.

Sécurité, médecine, sauvetage

Sicurezza, medicina, soccorso in montagna

Sicherheit, Medizin, Rettungswesen

Feedback