Un parfum de liberté

A propos des images de couverture des «Alpes».

J’aimerais vous féliciter pour la beauté des couvertures de votre revue, qui a trouvé aujourd’hui une résonance toute particulière et me pousse à vous écrire.

J’interviens avec une équipe de jeunes bénévoles en prison pour proposer divers ateliers aux détenus. L’objectif du jour étant la fabrication de cadeaux de Noël, nous avions amené une grande variété de matériel, récupéré chez nous pour la plupart. J’y avais ainsi glissé trois exemplaires (lus de fond en comble) des «Alpes», qui pourraient être découpés pour créer des photophores. Un quart d’heure plus tard, je découvris qu’un détenu était attelé à découper avec un soin infini la couverture de l’édition du mois d’octobre. Il s’appliqua à la coller sous un cadre, puis à y apposer son portrait préalablement découpé, en petit au bas de l’image, comme s’il se trouvait lui-même devant ce paysage montagnard. C’était un cadeau pour sa fille de 4 ans, et il s’en est montré extrêmement fier.

Chez moi, les couvertures des «Alpes» me transmettent un parfum de liberté. Et il est beau qu’elles le fassent même en milieu carcéral, à un point tel qu’elles soient considérées comme un cadeau de père en fille.

Feedback