Un supplément corona qui fait parler de lui

A propos de la majoration de 10 francs du prix d’une nuitée en cabane

Récemment, nous avons passé un merveilleux séjour de randonnée à skis dans la région de Forno. A la cabane, nous étions tantôt seuls, tantôt accompagnés de deux ou trois autres personnes. L’accueil était chaleureux et les repas super.

J’ai été surpris de voir figurer un supplément corona de 10 francs par personne et par nuit sur la facture de mon groupe. La demi-pension coûtait ainsi 80 francs au lieu de 70. Le gardien m’a expliqué que ce surcoût servait à compenser la baisse de revenus due au coronavirus. Il a précisé que le site Internet le mentionnait, ce que je n’avais pas vu, ayant réservé par téléphone. J’ai bien sûr payé le montant immédiatement.

Les membres de mon groupe ont eux aussi débattu du sens de tels suppléments. Si une telle majoration est presque anodine pour une personne seule, cela représente un montant conséquent pour une famille.

En tant que gardien d’une petite cabane privée, je n’aurais jamais envisagé un supplément coronavirus. Je pense que des responsables de sections du CAS éclairés devraient trouver d’autres solutions, par exemple en adaptant momentanément les contrats de bail. Cela permettrait de garantir le revenu des gardiens sans recourir à ces majorations, que je trouve superflues. Pour ce qu’elles rapportent, elles suscitent moult débats inutiles parmi les clients et autour des tables. Cela trouble les magnifiques expériences que sont les courses et les séjours en cabane, ainsi que les souvenirs qu’on ramène chez soi. C’est dommage que ce soit cela qui reste en tête plutôt que de jolis récits. Dédommageons plutôt les gardiens pourla charge de travail supplémentaire en consommant plus généreusement que d’habitude. Je préfère payer une dernière tournée de schnaps le soir pour que les gens discutent des courses en montagne passées et futures, plutôt qu’ils s’emportent le lendemain, sur le sens des suppléments coronavirus.

Feedback