Un team d’expédition du CAS est-il encore au goût du jour?

A propos de l’article «Teams d’expédition au Kirghizistan et sur l’île de Baffin» paru dans «Les Alpes» 2/2019

En suivant le modèle allemand, le CAS a mis sur pied, il y a quelques années, une équipe d’expédition, avec pour objectif de raviver l’intérêt des jeunes pour l’alpinisme. La promotion officielle des jeunes talents va sans doute mettre en avant de jeunes exemples pour l’alpinisme classique et créera une certaine émulation chez les jeunes. Toutefois, je me demande s’il est au goût du jour de copier le modèle allemand. La topographie de la Suisse est tout autre que celle de nos voisins du nord, et nous n’avons pas besoin de voyager loin pour faire de belles courses d’alpinisme, et même des premières. Comme le prouve l’actuel courant de grève mondial des élèves pour le climat, l’avenir de notre espace vital préoccupe les jeunes. Prendre l’avion pour aller en montagne devrait être simplement hors de question dans un pays alpin comme la Suisse. Lors de la prochaine édition du projet d’équipe d’expédition, j’espère qu’on réfléchira à ce que doit être exactement un modèle actuel. Notre pays possède tant de recoins oubliés et de lieux isolés qui offrent un terrain fantastique pour une formation passionnante et aventureuse des jeunes alpinistes de talent et qui leur suffiraient, vu de leur expérience en montagne forcément encore modeste. Les sujets tels que la mobilité, les habitudes de consommation et la gestion durable des ressources devraient être évidemment abordés, en particulier en lien avec l’équipement haut de gamme. Je plaide pour un cadre d’alpinisme du CAS plutôt qu’un cadre d’expédition du CAS, sur la base de l’idée de centres régionaux d’alpinisme.

Prise de position de Silvan Schüpbach,

responsable Sport des jeunes et des adultes au CAS

En fait, ces considérations ont déjà été faites par le team d’expédition actuel. Si l’idée d’envisager un projet final dans les Alpes a été avancée, les participants paient et décident eux-mêmes de leur projet final. Les objectifs de l’expédition correspondent donc aux souhaits des participants. Personnellement, je suis d’accord qu’il est plus conforme au CAS de s’efforcer d’aboutir à un projet final dans les Alpes. J’entrevois, moi aussi, le potentiel d’une aventure sur le pas de la porte. En même temps, je peux comprendre ce besoin des jeunes de découvrir le monde. L’aménagement croissant de voies d’alpinisme et d’escalade dans les Alpes est certainement l’une des raisons pour lesquelles les jeunes alpinistes préfèrent partir à l’aventure en dehors des Alpes.

Feedback