Une meilleure formation est synonyme de plus de sécurité

Un alpiniste organise pour ses collègues de travail une sortie de bureau. Lors d’une randonnée à raquettes,
il veut leur donner l’occasion de vivre une expérience ­inédite. Ce qui de prime abord ressemble à une idée sympathique et devrait à coup sûr renforcer les liens au sein du groupe peut toutefois se terminer en fiasco.
Si un ­accident d’avalanche se produit lors de la course, l’alpiniste peut se voir accusé d’homicide par négligence ou de lésions corporelles graves. En effet, aux yeux de la loi, il peut être considéré comme un guide de fait, car il dispose d’une expérience de la montagne nettement plus grande que ses collègues de bureau, qui lui font confiance et suivent ses instructions (p. 44).

Il est cependant faux de déduire de cet exemple que le même sort guette automatiquement le chef de courses CAS à chaque excursion entreprise à titre privé. Quand deux amis de niveau semblable font régulièrement des courses ensemble et prennent les décisions en commun, on ne devrait pas être dans le cas de figure du guide de fait. Rien ne change non plus si l’un des deux suit un cours de chef de courses et le réussit. Après un accident, ce sont les circonstances du cas particulier qui sont décisives.

On ne devrait en aucun cas renoncer à des cours de ­formation et de perfectionnement par crainte de conséquences juridiques. En effet, indépendamment de la manière dont les juges peuvent trancher dans le pire des cas, une meilleure formation est toujours synonyme de plus de sécurité sur le terrain. Les juges savent aussi apprécier la formation à sa juste valeur. En revanche, il n’est pas recommandé de mettre artificiellement en veilleuse son savoir et ses compétences. Celui ou celle qui entreprend une course avec des personnes inexpérimentées sans disposer des compétences nécessaires viole le devoir de diligence. Il risque ainsi une condamnation pour négligence.

Pour revenir à l’exemple du début, il est important de retenir que tout alpiniste doit décider consciencieu­sement quelle course il veut entreprendre avec quel compagnon moins expérimenté que lui.