Une réserve naturelle aux charmes secrets. Randonnées à raquettes entre Linthal et Elm

C' est bien la plus ancienne réserve naturelle d' Europe qui s' étend entre les vallées glaronaises de la Sernft et de la Linth, dans les douces collines du Freiberg Kärpf. Un terrain idéal pour une excursion à raquettes.

Vastes plaines entre rochers et forêts, vallons et collines, grottes et ruisseaux: rien d' étonnant à ce que le Freiberg Kärpf, enserré dans un pays glaronais plutôt étroit, soit depuis toujours un paradis pour la vie sauvage. C' est pourquoi, en La neige soufflée mouillée colle aux raquettes.

1548 déjà, l' avoyer Joachim Bäldi dut mettre une limite aux entreprises cynégétiques immodérées de ses sujets, dans les régions proches et facilement accessibles entourant le Gross Chärpf. La seule exception tolérée était la chasse au chamois, plus précisément aux « chamois de mariage »: à Glaris, un mariage célébré entre le 25 juillet et le 11 novembre donnait droit à deux bêtes. L' hon commandait d' en profiter, et le festin matrimonial de civet de chamois était apprécié de tous ceux qui avaient quelque chose à dire dans le canton confédéré de Glaris. Surtout s' ils pouvaient être de quelque utilité au jeune couple. Le tireur avait pour salaire la peau, les entrailles et la graisse des chamois ainsi qu' un montant de 225 schillings. Le problème est que les mariages se multipliaient alors que les chamois se faisaient de plus en plus rares. Il s' ensui, en 1792, une interdiction totale de la chasse. Pourtant, l' existence des chamois n' en fut pas beaucoup facilitée. A l' époque, les Glaronais que la faim n' avait pas chassés vers l' Amérique ( suite à l' arrivée du mildiou de la pomme de terre ) avaient la gâchette facile pour contribuer à nourrir leur famille. Et maintenant, des foules d' adeptes des sports d' hiver troublent la paix de la région durant les beaux jours d' hiver.

Ce n' est pourtant pas inévitable. Malgré le statut de réserve fédérale de chasse du Freiberg Kärpf, il y a suffisamment d' itinéraires intéressants ouverts aux randonneurs à raquettes et à skis. Alors que ces derniers se pressent pour la plupart dans la benne rouge menant de Chies au lac artificiel de Garichti, la randonnée de 800 mètres de dénivelé menant au Rüfihorn peut déjà commencer à la station de départ. La paisible montée sur une large route d' alpage permet de s' échauffer progressivement en devisant côte à côte. On ne chausse les raquettes qu' une fois parvenu à l' alpage d' Aueren, où la plus ou moins épaisse couche de neige le justifie. De là, on fait sa trace en direction du plateau d' Änetseeben, jusqu' au Schünaufurggelen. C' est l' occa de faire quelque halte pour observer les chamois du Freiberg, mais il faudra généralement se contenter d' en voir les traces dans la neige. Au terme du raidillon marquant la fin de l' ascension, on sera surpris de découvrir, ouvert sur l' immensité du ciel, un vaste plateau invitant à une pause méditative. De son extrémité ouest représentée par le Rüfihorn, le panorama est particulièrement impressionnant: le regard plonge vers la plaine de la Linth, derrière laquelle s' étend la chaîne complète du Glärnisch, à laquelle succède le Klausenpass, puis le Gemsfairenstock et le Tödi. On se fera ensuite un honneur de suivre la même trace à la descente, afin de laisser à la faune sauvage l' exclusivité du séduisant plateau d' Änetseeben.

L' accès au Freiberg au départ d' Elm convient également bien à la randonnée à raquettes. C' est un itinéraire solitaire au caractère franchement alpin, dont la principale difficulté se trouve précisément au départ: à gauche au-dessus de la station terminale du télésiège d' Ämpä, l' escalade d' un court mais raide couloir ouvre sur les vastes solitudes d' un paysage hivernal à la pente accueillante. Montant vers le Mittlere Blistock, on domine peu à peu les vagues successives de collines et de vallons secrets des Freiberge glaronaises. Les chamois seuls manquent au tableau, repoussés à la saison froide vers les forêts protectrices. L' itinéraire des raquettes conduit en pente douce jusqu' à l' extré de Hinter Matt, d' où il suit le raide vallon menant de la Leglerhütte au lac artificiel de Garichti. La piste d' accès à la cabane est toujours bien tassée et l'on a le choix: monter vers celle-ci, récemment tavillonnée et agrandie d' un audacieux cube noir, ou descendre vers l' au d' altitude de Mettmen beim Stausee. Rien que pour le coup d' œil sur les montagnes glaronaises, il vaut la peine de passer la nuit à la Leglerhütte. Le lendemain, les raquetteurs suivront en général le chemin d' accès à la cabane pour regagner le télésiège vers Garichti. En effet, l' ascension du Chli Chärpf n' est recommandée que par bonnes conditions. Celles-ci doivent même être optimales pour permettre d' atteindre le Rüfihorn par Ängi et le Steinstossfurggeli, et de là regagner Chies. Si l'on n' est pas sûr de pouvoir s' y risquer, on ne regrettera pas de passer la nuit à l' auberge de Mettmen, d' où l'on pourra suivre le jour suivant une charmante piste de raquettes balisée. On y sera peut-être salué par une harde de chamois errant dans les pentes buissonneuses. 

Feedback