Varappes autour d'Engelberg (III)

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Avec 4 illustrations et 1 croquis.

Par Alfred Amsfad.

III.

Bien cher ami, Je te remercie de ta lettre qui, à ma grande satisfaction, m' informe que tu as enfin résolu de passer tes vacances en Suisse centrale. Quelle heureuse inspiration Il va de soi que je t' y rejoindrai pour un ou deux jours. Quelle joie ce sera de nous trouver, une fois de plus, attachés à la même corde! D' ailleurs les préparatifs théoriques ont déjà commencé. Tu ne m' en La paroi sud du Grand Sättelistock.

voudras pas de n' avoir pu réprimer un sourire en me représentant comment, à l' aide du dictionnaire, tu as fouillé le guide d' Uri et des Préalpes.

Les montagnes des environs d' Engelberg te captiveront. Le programme que tu as élaboré pour la première semaine est excellent. Je n' ai fait qu' y ajouter quelques annotations. Or, maintenant, tu me demandes d' établir le projet de courses pour ta deuxième semaine.Vieux gourmand que tu es, tu voudrais que je te cite quelques friandises en fait de varappe. Alors note tout d' abord la paroi sud du Grand Sättelistock ( 2644 m .); elle est pour les Rigidalstöcke ce que l' arête nord du Badile représente pour le Val de Bregaglia, c'est-à-dire l' itinéraire sinon le plus difficile du moins le plus beau de la région. De fait, celui qui n' est pas bien équipé et entraîné qualifiera cette route de « paroi décevante ». Mais pour toi qui es bien en forme, elle ne peut que t' enchanter au plus haut degré. Ci-dessus un croquis du parcours. Le point d' attaque, vu de la cabane du Ruckhubel, se trouve dans la ligne verticale du sommet. Dès le début, tu grimpes par une paroi verticale et, plus haut, tu t' élèves par de petits ressauts. La roche est très solide. L' escarpement continu t' impressionnera profondément. Le coup d' œil dans l' abîme devient de plus en plus imposant. A la partie inférieure de la paroi il n' y a pour ainsi dire aucun moyen naturel pour assurer l' avance. La partie moyenne est un peu moins abrupte et partant plus facile. Les rochers du sommet la surplombent de façon d' autant plus angoissante. Qui sait combien de temps il faudrait consacrer à vaincre ce dernier rempart, si une profonde cheminée de 40 à 50 mètres de haut ne le traversait? Surtout, n' oublie pas de mettre un vêtement chaud avant d' attaquer la cheminée; tu peux t' offrir ta célèbre et unique gorgée de Dôle à ce moment-là. Dans les parties exposées de cette paroi sud, tu seras en quelque sorte cuit par le soleil; tu n' en ressentiras que davantage le froid à l' intérieur de la cheminée où, jusqu' à l' automne, un reste de neige et de glace se tient accroché. Cette cheminée s' enfonce de façon incroyable dans les profondeurs de la montagne. Par moments l' obscurité y est quasi complète. Ce ne serait certes pas un luxe que quelque « acrobate » y installât l' éclairage électrique; tu en serais moins offusqué que s' il apposait sur un passage difficile son assortiment de pitons! Pour la descente tu choisiras l' arête est; elle est loin d' être aussi rébarbative qu' elle en a l' air sur le croquis du Guide Préalpin et tu peux presque toujours la suivre gentiment. Puis tu reviendras au point d' attaque de la paroi sud où tu auras déposé tes souliers le matin.

Et voici un autre itinéraire: le pilier sud de la tour du Ruchstock avec passage direct au Ruchstock ( 2815 m. ).

En regardant de loin, on a l' impression que la montée sera très agréable; mais, en réalité, tu éprouveras une déception à cause de la mauvaise qualité du rocher. Toutefois, on a quelque chance, au moins à l' endroit le plus difficile du pilier, de trouver une bonne roche. Ce qui est dur, c' est le passage de la tour, au sommet principal du Ruchstock. La montée abrupte n' a que 40 m. de haut et, à deux, on peut arriver à la vaincre en deux heures environ. Le rocher est également peu sûr; mais, après tout, une mauvaise roche constitue la meilleure école pour varappeurs.

Je puis te recommander quelque chose de mieux encore: la paroi sud du Scheieggstock ( 2568 m. ).

Quel nom rébarbatif pour un Welche, n' est pas? C' est un vrai joyau que cette paroi. Elle n' est pas aussi formidable que la paroi sud de son voisin de l' est, le Granq^ Sättelistock; mais elle permet de faire diverses ascensions dans une roche généralement excellente. Pour la descente, longer sur une certaine distance l' arête ouest, puis redescendre par la paroi sud. Là tu trouveras un véritable, régal à ton goût! C' est l' endroit où l'on descend sur le gros mamelon. Au début on doit s' appuyer des pieds contre la paroi; puis, soudain, la paroi se penche en arrière. Une énorme fente bâille au-dessous de toi et tu atterris sur la lèvre extérieure, c'est-à-dire sur le mamelon. ( Voir la photographie n° 127. ) Tu pourras alors faire une glissade sur cette bosse jusqu' à proximité de la Scheieggliicke. Cette paroi est petite, mais merveilleuse!

A l' ouest de cette route tu trouveras la paroi sud du Spitzmann ( 2581 m. ).

C' est en partant de la cabane Brunni que ce tour se fait le plus facilement. Un couloir rocheux et raide sert de point d' attaque. Il faut y être aux premières lueurs du jour. Des pierres y tombent avec fracas et sifflent sans cesse. Tout à fait à gauche tu trouveras un abri précaire. Plus haut tu traverseras le couloir le plus rapidement possible, puis tu escala-deras le pilier rocheux, à droite. Tu atteindras ainsi, au-dessus du premier échelon de la paroi, une vire gazonnée, large par endroits et très praticable. Cette belle paroi sud, plutôt facile, est traître; toutes les vires montent vers la droite et si l'on n' y prend garde, on se trouve soudain sur l' arête est. Nous avons dû rebrousser chemin deux fois avant de découvrir la montée directe vers le signal de la cime. Assis là-haut, nous avons pu nous amuser à suivre des yeux les sauts élégants d' un chamois qui, à travers les dalles du flanc ouest du Sättelistock s' élançait vers les profondeurs du Sätteli.

Je tâcherai de me libérer un des derniers jours de tes vacances, de façon à pouvoir t' accompagner dans la partie la plus risquée de la région et faire avec toi l' ascension de la paroi nord du Spitzmann.

La veille du jour où mon frère et moi avons attaqué cette paroi, de gros orages s' étaient abattus sur la contrée et les rares rayons du soleil pénétrant sur cette paroi nord étaient impuissants à sécher suffisamment le rocher. Les grandes difficultés se trouvent à la partie inférieure de la paroi que nous escaladâmes en traversant une dalle plutôt lisse. L' entreprise ne réussit que grâce à une très délicate manœuvre de la corde. D' après notre idée « arriérée » en matière d' alpinisme, idée que tu partages du reste avec nous, cette paroi n' a pas encore été « faite » au point de vue alpiniste; elle peut cependant être faite sans manœuvre de la corde lorsque le rocher est sec. Veux-tu m' aider à prendre ma revanche et te mettre à la tète de cette expédition? Cette grimpée serait une jouissance pour moi, même si je suis ton second.

Cher ami, es-tu satisfait de mon menu touristique? Si cela ne te suffit pas, nous avons encore bien d' autres courses intéressantes en perspective dans les environs. D' ailleurs, sur toutes les routes que je viens de t' indiquer tu ne rencontreras pas la foule et, pour le moment du moins, tu n' y verras même pas de pitons que tu puisses t' offrir sans bourse délier.

Là-dessus reçois, cher ami, les cordiales salutations ^1e ton copain de cordée.

Alfred.

Feedback