Vivre l'aventure à Wiwanni. Richesses du Haut-Valais

Proposte di gite

Tourentipp

Richesses du Haut-Valais

Vivre l' aventure à Wiwanni

Dans le prolongement de l' arête sud du Bietschhorn, entre le Bietschtal et le Baltschiedertal, s' étend un cirque rocheux surmonté par le Wiwannihorn et l' Öugstchummuhorn 1. Ce site grandiose offre de nombreuses voies d' escalade sportive dans une am - bi ance résolument alpine. La Wiwannihütte est un point de départ idéal pour explorer les alentours.

L' aventure commence dès la montée à la cabane. Le chemin qui part de Fuxtritt ( 1 h 30 de montée ) est agréable, traversant des forêts de mélèzes et des alpages. Mais depuis quelques années, une via ferrata mène directement à la cabane depuis le Baltschiedertal. Nous commençons par longer le bisse de Niwärch, construit au XIV e siècle ( cf. Les Alpes, 4/2008 ). Ce sentier exposé nous permet d' accéder au Baltschiedertal, l' une des plus jolies vallées de l' envers des Alpes bernoises. Ensuite, l' itinéraire chemine dans la vallée et nous avons tout loisir d' admirer le paysage. Sur les pentes est, nous discernons les traces des mines de molybdène exploitées pendant les deux guerres mondiales; devant nous s' élèvent les Stockhorntürme. Des gypaètes et des aigles planent sans un bruit le long des parois ensoleillées; sur les rochers, des lézards verts prennent le soleil. Après les chalets de Üssers Senntum, nous apercevons le large couloir qui descend en ligne droite de la Wiwannihütte au Baltschiedertal. Près d' un bloc erratique muni d' un marquage, le chemin bifurque vers l' ouest et s' élève à travers des prés et des rochers jusqu' au départ de la via ferrata ( marquage blanc-bleu-blanc ). Celle-ci franchit 700 m de dénivelé et mène tout droit à la cabane sans une seule interruption dans l' assurage. Pendant trois heures, nous grimpons, déplaçant nos mousquetons le long du câble et nous arrêtant de temps à autre pour nous émerveiller du paysage, admirer les fleurs de toutes les couleurs ou photographier les passages aériens sur le grand pilier. Depuis la sortie de la via ferrata, une brève traversée nous mène à la cabane et nous nous installons sur la terrasse pour une collation bien méritée.

De nombreuses voies pour les grimpeurs amateurs

Dans son enfance, Egon Feller, d' Ausser, menait paître ses moutons entre l' Alp Raaft et les falaises du Wiwanni- Deux grimpeurs dans un passage exposé de la ferrata. Pour enjamber l' abîme d' un grand pas, une concentration absolue est de mise 1 Un seul sommet porte le nom d' Öugst chum-mu horn sur la carte nationale. C' est celui que la population locale, et certains topos, appellent le Kleines Öugstchummuhorn ( 2881 m ). Le P. 2924 est connu sous le nom de Grosses Öugstchum mu-horn.

Photo: Y vonne Schmoker horn en rêvant à des escalades vertigineuses. Du temps où l' escalade s' est popularisée en Suisse, l' idée lui est venue de doter ce site d' un refuge et de voies équipées. Avec l' insouciance de la jeunesse, il s' est adressé directement aux autorités qui, à sa propre surprise, lui ont accordé une parcelle de terrain constructible au pied du Wiwannihorn. C' est en 1989 que la Wiwannihütte a ouvert ses portes; depuis 2001, elle se trouve en plein dans la région Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn, classée patrimoine mondial par l' Unesco. Ayant beaucoup grimpé à l' étranger, Egon Feller, devenu guide de montagne, gardien de cabane et viticulteur, est revenu en Suisse la tête pleine de bonnes idées. Il a cherché conseil auprès de Jürg von Känel, le célèbre auteur des topos « Plaisir », afin d' équiper au mieux les voies qu' il ouvrait. Dans les années 1990, avec ses amis, il a équipé des longues voies de niveau 4 à 6 dans l' excellent gneiss du Wiwannihorn et des Öugst-chummuhörner, et plus de 70 longueurs dans différentes écoles d' escalade autour de la cabane. Le cadre grandiose et ses voies d' escalade impeccablement équipées ont drainé depuis d' innombrables groupes d' amis, des familles, des sections du CAS et des écoles.

La classique du coin, et sans doute la plus ancienne des voies de cette zone, est la Steinadlerroute, au Wiwannihorn ( 5a obl. ). Ses douze longueurs alternant entre parois et dalles sont exigeantes autant Egon Gfeller, guide de montagne, prend le petit déjeuner en compagnie d' une hôte dans « sa » cabane Un chemin aventureux nous conduit du Trosibode à un labyrinthe de galeries baptisé « narines » Le début de la ferrata reste visible longtemps. Ici, les ferratistes se sont rapprochés pour prendre la pose. Mais ils s' espaceront durant l' ascen du point de vue physique que mental. Un jour de beau temps, on a peu de chances de s' y trouver seuls mais l' affluence sera toujours moins grande que dans les secteurs faciles d' accès. Comme autre voie du côté Baltschieder, mentionnons l' arête est, bien équipée ( 4 c obl. ): une épreuve d' endurance avec ses dix-sept longueurs qui débouchent sur le sommet est. Plutôt que d' escalade sportive, il s' agit d' une course alpine qu' on parcourt nez à nez avec le Bietschhorn, avec des bouquets d' edelweiss et un petit mélèze à 2985 m. Autant la Steinadlerroute que l' arête est se terminent par une escalade facile menant au sommet du Wiwannihorn ( 3001 m ), coiffé d' une croix. L' azur semble à portée de main alors qu' à l' ouest, des précipices guident le regard jusqu' au fond du Bietschtal, qu' au nord s' élève la pyramide colossale du Bietschhorn et qu' à l' est, loin en bas, le Baltschiedertal Derrière la Wiwannihütte, les nuages s' accumulent au-dessus des sommets de la région du Simplon: le Bortelhorn, le Hillehorn, le Wasenhorn, le Monte Leone et le Breithorn, tous accessibles à ski Un dernier regard sur le Balt schiedertal et le Stockhorn avant la bifurcation indiquée sur une grosse pierre, où un chemin part vers l' ouest et donne l' accès à la via ferrata Photos: Y vonne Schmoker s' étire pour rejoindre la vallée du Rhône. De l' est au sud-ouest, le panorama s' étend de la vallée de Conches par les grands sommets du Valais et jusqu' au Mont-Blanc. Après une brève descente à l' ouest d' un grand pierrier, deux possibilités: soit un parcours assez facile en rocher par l' arête ouest, avec deux rappels à la fin, soit la descente par la voie normale ( spitée mais pas équipée en rappels ) en plein dans la face sud-ouest. Quelle que soit la variante choisie, c' est une descente qui exige un certain savoir-faire et de l' expérience des terrains alpins. Deux heures plus tard, nous revoilà sur la terrasse de la cabane, savourant la vue sur la vallée du Rhône, le Fletschhorn, le Lagginhorn et les Mischabel. Et si l'on a les mains à vif à force de s' accrocher aux prises dans le gneiss, il y a bien d' autres aventures à vivre dans la région de Wiwanni.

Trous de nez et parcours aventure

Pour descendre de la cabane dans le Bietschtal, il existe une variante – cette fois par l' intérieur de la montagne. Sur la gauche de la vallée, dans une pente raide, nous nous engouffrons dans un labyrinthe de galeries appelé « Nasulecher », ou trous de nez. On se croirait dans un monde imaginaire: nous progressons dans la « narine » de gauche, qui s' élargit peu à peu jusqu' à déboucher sur un lac souterrain où flottent les vestiges en bois d' une ancienne canalisation. C' est par l'« oreille » que nous revenons à la lumière du jour pour poursuivre notre randonnée dans un terrain escarpé, profitant parfois des points ou des cordelettes posés par d' autres pour nous assurer. Nous rejoignons le Bietschtal et descendons jusqu' à Ausserberg ( 5 h 30 ). Près du dernier vieux pont qui traverse le Bietschbach en amont du pont ferroviaire, se trouve le début du parcours aventure des gorges du Bietschtal. Pour des habitués de la ferrata, disposant d' un équipement complet avec longe et poulies et d' une corde de 70 m pour freiner dans les tyroliennes, ce parcours est accessible en autonomie. Quant aux amateurs de sensations fortes qui n' ont pas suffisamment d' expérience de la montagne, ils peuvent demander un guide. Descentes vertigineuses, pendules à la Tarzan, grottes mystérieuses et longues tyroliennes qui vous amènent de l' autre côté de la vallée: le parcours est très attrayant, dans un cadre sauvage avec des points de vue surprenants. Plus tard, en cheminant le long de la rampe sud du Lötschberg pour revenir à Ausserberg, nous redeve-nons les paisibles randonneurs que nous étions. Lorsqu' on escalade l' arête est, le majestueux Bietschorn apparaît pendant la troisième longueur. Sur les autres voies du Wiwannihorn, il faut attendre d' être sur l' arête pour l' admirer Thomas Belz dans la cinquième longueur de la Steinadlerroute. Cette voie variée et impeccablement équipée, dans du gneiss abrasif, s' achève sur une arête facile aboutissant à la croix sommitale du Wiwannihorn La région de Wiwanni est trop riche pour n' y passer qu' un seul jour. La cabane, les écoles d' escalade, la ferrata, les « trous de nez », les gorges sont autant d' éléments qui méritent qu' on consacre du temps à les découvrir...

Renseignements pratiques

Accès: se rendre à Ausserberg en voiture ou en transports publics. Ensuite, voiture ou taxi pour monter à l' alpage de Fuxtritt ( 1851 m, route taxée ). La ferrata est atteignable à pied depuis la gare d' Ausserberg.

Voies d' escalade: secteur du bas: 13 voies, niveaux 3 à 6, adapté pour grimper avec des enfants. Le secteur « Wandfuss », bien équipé, 5 c à 7b surplombant, s' adresse aux bons grimpeurs. Kleines Öugstchummuhorn: belles voies de plusieurs longueurs, p. ex. Salamander, 5a ( 4 c obl .), très appréciée. Grosses Öugstchummuhorn: Südwandplatte, 6a ( 5b obl. ). Wiwannihorn: Steinadlerroute et arête est ( cf. texte ), et Gemstritt, 4b, dans la face sud-ouest Via ferrata: K3. Longe, casque et bonnes chaussures obligatoires. Parcours très exigeant du fait de sa longueur. Compter 5 heures pour 1300 m de dénivelé, ce qui exige une très bonne condition physique. Course à n' entreprendre que par temps stable: lorsque le terrain est mouillé, risque de glissades et de chutes de pierres « Nasulecher »: les « trous de nez », variante pour la descente de la Wiwannihütte à Ausserberg ( 5 h 30 ). Se renseigner à la cabane: le niveau de grimpe n' est pas élevé mais l' itinéraire est exposé et il n' est pas évident à trouver. Matériel: lampe frontale, éventuellement une corde de 20 m et quelques mousquetons ou dégaines recommandés pour l' assurage intermédiaire Parcours aventure de Bietschtalbrücke: KS 4-0. Longe de via ferrata, casque, frontale, corde, poulie. Egalement accessible en hiver. Départ d' Ausserberg ou de Rarnerchumma. Accès près du pont ( « Naturbrücke » sur CN ) qui franchit le Bietschtal en amont du pont ferroviaire – attention, il n' est pas facile à trouver! Durée 1-2 h Hébergement: Wiwannihütte ( 2470 m ), 30 places. Réservations au 027 946 74 78 ou info(at)wiwanni.ch Cartes: CN 1: 50 000, feuille 274 T Visp; 1: 25 000, feuille 1288 Raron Guides/Topos ( en allemand ): Christoph Blum, Clubführer Berner Alpen Band 3, éd. du CAS, Berne 1994; Egon Feller, Kletterführer Wiwanni, 2005 ( y compris description ferrata et « Nasulecher »Jürg von Känel, Plaisir West, éd. Filidor, 2004; Iris Kürschner, Klettersteige Schweiz, Bergverlag Rother, 2004; Eugen H. Hüsler/Daniel Anker, Wandern vertikal, éd. AT, 2004; Gertrud Oester/ Alex andra Barp-Oester, Wanni, der Berggeist, Gwunderfitz Verlag, 2005 Autres informations: office du tourisme d' Ausserberg, tél. 027 946 45 27; Hotel Bahnhof, tél. 027 946 22 59 a Yvonne Schmoker, Reichenbach ( trad. ) Photos: Y vonne Schmoker

Feedback