Plus d'opérations de sauvetage à cause du coronavirus Moins de situations d'urgence dans les sports de neige, mais plus d'accidents dans la randonnée en montagne

L'année 2020 marquée par le coronavirus a aussi laissé de profondes traces dans les sports de montagne : il y a eu plus d'accidents. Au cours des neuf premiers mois, il a fallu secourir presque autant d'adeptes de sports de montagne que durant l'ensemble de l'année précédente. On a enregistré nettement moins de situations d'urgence dans les sports de neige. Les opérations de sauvetage ont été plus nombreuses dans les domaines de la randonnée en montagne, de la via ferrata et du VTT.

Conformément aux recommandations du Conseil fédéral, le CAS a, lui aussi, déconseillé les activités alpines exigeantes durant le semi-confinement de ce printemps. Cela se reflète dans les chiffres des accidents : Bien que les conditions de ski de randonnée en mars et avril n’aient jamais été aussi bonnes depuis des décennies, de nombreux adeptes de sports de montagne ont apparemment suivi les recommandations. La baisse du nombre de situations d'urgence et d'accidents le montre de manière explicite. Après les assouplissements du mois de mai, l'activité a été intense, ce qui s’est clairement traduit par une augmentation du nombre d'opérations de sauvetage en montagne. Ainsi, jusqu'au troisième trimestre 2020 inclus, c’est un total de 2 893 adeptes de sports de montagne qui a dû être secouru ou dégagé, soit presque autant que pour l'ensemble de l'année précédente.

 

Conformément aux attentes, la proportion d'alpinistes suisses concernés était plus élevée que celle des hôtes étrangers: en 2019, le chiffre pour les ressortissant·e·s suisses était de 63 %, en 2020 de 73 %.

Nettement plus de situations d'urgence dans les via ferrata et en VTT

En raison du semi-confinement, le nombre de situations d'urgence et d'accidents liés aux activités dans tous les sports de neige s'est avéré inférieur à celui de l'année précédente. Pour toutes les autres activités de sports de montagne, les chiffres sont en revanche en partie nettement plus élevés (voir graphique no 2). Les changements relatifs s'avèrent toutefois plus intéressants que les chiffres absolus : La randonnée en montagne a connu une augmentation des accidents de plus de 40 %, l'escalade une croissance de 29 % et le VTT une hausse de 61 %. Affichant une augmentation de 138 %, ce sont les accidents de via ferrata qui enregistrent la progression la plus forte.  

Il est difficile de donner une interprétation générale des chiffres. On peut supposer que divers novices ambitieux ont sous-estimé les exigences spécifiques, surtout dans le domaine du VTT et de la via ferrata. Le CAS continue de recommander de bien se préparer et d'évaluer correctement ses propres ressources. Les passionnés de nature qui effectuent leurs premiers pas en montagne ne devraient pas s’y rendre seuls, mais se joindre à des adeptes de sports de montagne expérimentés ou suivre un cours de formation

Neige et endroits verglacés jusqu’à basse altitude

Avec la grisaille en plaine et le bleu en hauteur, la fin de l'automne 2020 et son été indien devraient aussi inciter à faire de la randonnée en montagne. Alors que cela était encore possible à plus de 2000 m en T-shirt jusqu'à la mi-novembre, les conditions ont brusquement changé avec l'arrivée de précipitations et de températures basses. A 1200 m déjà, on peut s'attendre à trouver de la neige. A l'ombre, il peut y avoir des endroits verglacés jusqu'à basse altitude. Nous recommandons de bonnes chaussures et des vêtements chauds, même pour les randonnées en montagne plus faciles. Une planification de course minutieuse s'impose.

Feedback