Accidents de montagne de l'été 1997 et leur reflet dans les médias (Les-)

Les accidents de montagne de l' été 1997 et leur reflet dans les médias

II suffit d' une période d' augmen du nombre des accidents mortels en montagne pour que l' alpinisme, dont les médias ne s' occupent guère d' ordinaire, retienne soudain leur intérêt et -nécessités de l' actualité obligent -suscitent des commentaires immédiats. Les articles qui en résultent pèchent parfois par manque de vision d' ensemble et méconnaissance des domaines abordés.

Les accidents de montagne et le nombre de victimes qu' ils font au cours d' une saison dépendent de nombreux facteurs extérieurs: conditions de la montagne, temps, période de vacances etc., ces facteurs influant eux-mêmes en permanence l' un sur l' au.

Lorsque, au terme d' une assez longue période de mauvais temps - surtout si elle tombe pendant la principale période de vacances - on annonce des journées de beau, il est bien compréhensible qu' un besoin de « se rattraper » se soit développé. Les activités alpines ( courses à ski en fin d' hiver et au printemps, courses de haute montagne en été ), déjà fortement dépendantes de la saison par leur nature même, se voient alors confinées dans un laps de temps encore plus comprimé et elles se concentrent doublement: par l' augmenta du nombre des alpinistes qui partent en course et par la réduction du temps disponible pour la pratique de leur activité. Ainsi, ne serait-ce que pour des raisons statistiques, cette augmentation du nombre de gens en montagne au cours d' une brève période ne peut conduire qu' à une augmentation du nombre des accidents. Cette augmentation momentanée attire l' attention des médias incomparablement plus qu' un accroissement plus important mais considéré sur une On sous-estime souvent les exigences que la montagne pose à l' être humain... ce plus longue période, par exemple sur une année.

La cause principale des accidents Dans de très nombreux cas, les accidents sont la conséquence d' erreurs d' estimation. Celles-ci peuvent se rapporter à des facteurs extérieurs, c'est-à-dire aux conditions de la montagne, ou alors aux dispositions propres à l' alpiniste: expérience, capacités, résistance etc. Ces deux sources de mauvaises estimations, naturellement, se conditionnent et s' influencent réciproquement, pour aboutir en fin de compte à un résultat toujours identique: une situation dans laquelle l' al est dépassé par les événements.

Il n' est pas simple de lutter contre cet état de faits par une prévention efficace des accidents. Le principal problème réside en ce que les exigences posées par une course en haute montagne sont souvent sous-estimées; et cela surtout lorsque les conditions ne sont pas optimales ou qu' elles se détériorent durant la 150 100 50 1991 1992 1993 Nombre de victimes qui accroît d' autant le danger d' accident. ( Sur l' arête E du Doldenhorn ) course. La conviction d' être à la hauteur de la situation est souvent inébranlable chez les personnes qui ne sont pas membres du CAS et qui ne sont pas régulièrement confrontées à ce genre de questions. Et lorsqu' on a peu d' expérience, on se laisse d' au moins détourner de son projet par des mises en garde contre la surestimation de soi. On ne se sent tout simplement pas concerné. Ce sont ces alpinistes qui sont les victimes de la grande majorité des accidents de montagne ( voir graphique ). " " .1.

Garder le sens des proportions II est certain que le besoin croissant de sports de nature et les possibilités toujours plus grandes de les « consommer » facilement ont quelque' Pour les activités de sauvetage du CAS en 1996, voir Les Alpes 5/97, pp. 18-20. Pour les urgences en montagne en Suisse en 1996 ( y compris les accidents mortels ), voir Les Alpes 6/97, pp. 15-17.

!

ì 1

1

Accidents mortels dans les montagnes suisses 1991-1996 1994 1995 1996 Membres CAS Editorial peu troublé la perception de leurs dangers. Ce boom a également provoqué une réduction de la durée du processus de maturation entre l' initia et la pratique maîtrisée de toutes les formes de ces sports, qui peuvent comporter certains dangers. Mais par ailleurs, on accorde aujourd'hui beaucoup plus de poids à une information complète, une bonne formation et un équipement adéquat. Les organisations de sauvetage, les associations alpines et les guides fournissent en permanence un important travail d' expli. Bien sûr, tout accident est un accident de trop et représente une tragédie particulière. Cependant, les sports de montagne impliquent inévitablement une certaine dose de risque. Et on constate néanmoins que, malgré une affluence croissante en montagne, le nombre des accidents mortels ne montre aucune tendance générale à l' augmentation, mais plutôt une tendance à la diminution - ce que confirme la statistique ( cf. graphique p. 15 ).

De la qualité des comptes rendus des médias Les journaux quotidiens et d' autres médias sont assez fréquemment dépassés lorsqu' ils doivent rapporter sur des sujets soudain actuels et avec lesquels ils ne sont guère familiers. La solution, dans ces cas, consiste à se mettre à la recherche d' experts. Sur qui va-t-on tomber? Cela dépend souvent de hasards, et celui qui ne connaît pas le sujet ne peut guère juger de la compétence de l' expert. C' est ainsi que les prises de position publiées peuvent être de qualité très variable.

Lorsque sont interviewées des personnes appartenant aux institutions et organisations qui s' occupent quotidiennement de sauvetage et ayant en même temps une vue d' ensemble de l' évolution de ces questions sur plusieurs années2, les articles qui en résultent font généralement preuve de l' objectivité nécessaire. En revanche, les médias friands de provocation et de sensationnel sont conduits à faire appel à des porte-parole des sports de montagne connus pour leurs prises de position tranchées - même si elles n' ont rien à voir avec les secours en montagne suisses. Ces personnages -en été 1997, Reinhold Messner n' utilisent que trop volontiers ce porte-voix pour présenter au public leurs convictions personnelles, en l' oc passablement élitaires ( mélangées d' ailleurs à des considérations pertinentes ), et se faire ainsi un peu de publicité. Les charges de hussard lancées cet été par Messner contre les associations alpines doivent donc être mises au compte de ce genre d' exer et ne pas être prises trop au sérieux.

eg ( trad.. " " .En particulier les spécialistes du sauvetage de la Rega, d' Air, d' Air Zermatt et du CAS.

En pleine saison d' été, une période de mauvais temps assez longue, suivie de la perspective d' une amélioration attendue avec impatience, provoque une forte affluence en montagne. ( Grand Cornier, à droite, et Dent Blanche, à gauche, du chemin de la cabane du Mountet ) Courrier des lecteurs

4

.a posta dei lettori

I

.eserbriefe

Des transports publics attrayants?

Changement bus-train problématique à Airolo En raison du temps beaucoup trop court, défiant tout sens commun, laissé aux voyageurs pour passer du bus au train à Airolo, on perd régulièrement une heure. Ce problème devrait concerner d' autres membres du CAS car, de fait, la Léventine serait très propice à l' utilisation des transports publics par les alpinistes.

Depuis quelque temps, sur la ligne du Gothard, un bus remplace le train régional. Cependant, lorsqu' on a embarqué dans ce bus en direction d' Ai, on constate bientôt que la correspondance avec l' express à Airolo ( direction Zurich/Bâle ) n' est pas fiable. Le temps de transbordement à Airolo est de 4 minutes et comme, apparemment, le bus a en général du retard, on rate l' express et on doit donc attendre le suivant, qui ne passe qu' une heure plus tard. On pourrait imaginer que le train attende 1 ou 2 minutes, ce qui n' est cependant pas le cas. Les utilisateurs du bus doivent ainsi s' attendre à une longue et ennuyeuse attente, ce qui ne contribue certainement pas à l' attrait des transports publics. Les instances compétentes auraient tout de même pu se rendre compte depuis longtemps que ces 4 minutes ne suffisent pas pour passer du bus au train. A Erstfeld, le temps de changement est de 8 min, et il semble qu' ainsi tout va bien. Ma requête, en conclusion: un temps de changement plus long ( minimum 8 min ) à Airolo également. Hans Wehrli, Dietikon ZH ( trad.. " " .M

Importance de WC hygiéniques dans les cabanes du CAS

Nous avons passé, ma femme et moi, quatre semaines en montagne cet été. Nous étions d' abord en Autriche dans les Lechtaler Alpen avec la sec- tion des Diablerets, allant de cabane en cabane pendant huit jours. Puis nous nous sommes déplacés en Engadine, pour terminer enfin nos vacances dans les Alpes vaudoises. Le contraste quant à l' hygiène des toilettes n' aurait pu être plus saisissant! En Autriche: WC dans les cabanes, avec eau courante et chasse d' eau. En Suisse: des cabanons extérieurs avec des trous puants, sans eau. Plusieurs des personnes rencontrées en Autriche nous ont fait part de leur répugnance à l' égard des WC de la plupart des cabanes suisses.

Les expériences positives de la section de Berne1 ( et d' autres sections qui ont aussi attaqué le problème ) sont donc vraiment très importantes: le meilleur marketing n' aura que peu d' effet auprès de la nouvelle clientèle recherchée ( étrangers et familles ) tant que la question de l' hygiène dans nos cabanes n' aura pas été mieux résolue.

Jean-Marc Suter, Renens VD

our l' alpiniste, le skieur jet le randonneur

er l' alpinista, lo datore e l' escursionista

Für Skitourenfahrer, Berg-teiger und -wanderer

Nouveautés dans la prévision des avalanches

le bulletin national paraîtra plus tôt L' Institut fédéral pour l' étude de la neige et des avalanches ( ENA ), à Davos, introduit cet hiver trois nouveautés dans le domaine de la prévision des avalanches, qui répondent à des vœux souvent exprimés:

- le bulletin national des avalanches sera diffusé à l' avenir dès 17 h environ ( version allemande ) et sous une nouvelle formeà 7 h paraîtra un bulletin des avalanches régional pour le nord et le centre des Grisonsun numéro de téléphone et de télécopie gratuit sera à disposition pour les informations en retour telles qu' observations dans le terrain, annonces d' accidents etc.

« Images du Rhin » au lac de Tuma

Cf. Les Alpes 9/97, p. 46 J' ai parcouru moi aussi cette région et je suis tombé sur ces tableaux. Mais mon impression a été tout autre que celle de l' auteur de l' article. Ces peintures abstraites, avec leurs couleurs vives, auront pu plaire aux amateurs d' art abstrait. Mais dans l' envi sauvage de ce lac, elles n' étaient pas « bien intégrées au paysage par leur discrétion ». Elles ne créaient pas « un certain contraste par leurs teintes d' affiches », mais étaient tout bonnement inappropriées et per-turbaient les lieux. Je me rendrai à nouveau l' an prochain au Lai da Tuma et j' espère donc le retrouver tel que la nature l' a créé.

Karl Huwyler, Zoug ( trad.. " " .M Cf. Les Alpes 8/97, p. 24.

Par ces nouveautés, l' ENA entend donner à la prévision des avalanches de nouvelles impulsions et fournir une contribution supplémentaire essentielle à la prévention des accidents.

Par son bulletin des avalanches, l' ENA informe le public depuis plus de 50 ans sur l' état de la neige et le danger d' avalanches dans les Alpes suisses. Ce bulletin est destiné à toutes les personnes qui, dans leurs loisirs ou leur profession, peuvent se trouver exposées à un danger d' ava. Les différentes catégories d' utilisateurs ( skieurs, surfeurs, randonneurs à ski, guides de montagne, instructeurs et moniteurs de ski, responsables de services de sécurité et commissions « Avalanches » ) ont des exigences diverses. De plus, le niveau de connaissances et de formation de chaque utilisateur varie beaucoup.

L' ENA a l' intention de servir de manière plus ciblée les différents groupes d' utilisateurs en leur proposant des « produits » différenciés et, d' autre part, de satisfaire au vœu exprimé depuis des années par toutes les personnes qui aimeraient disposer d' informations plus actuelles sur l' état de la neige et la situation dans le do- 17 Par son bulletin des avalanches, l' ENA informe le public depuis plus de 50 ans sur l' état de la neige et le danger d' ava dans les Alpes suisses. Il s' adresse ainsi à diverses catégories d' utilisateurs, parmi lesquels les skieurs de randon- Pour l' alpiniste, le skieur et le randonneur maine des avalanches. Par les nouveautés proposées, l' ENA franchit un S pas important dans cette direction.

Z, Le soir: bulletin national des a avalanchesJusqu' ici, le bulletin des avalanchesconsistait en une description de l' état ^h de la neige et de la situation avalan- 18 cheuse, il paraissait environ trois fois par semaine et sa première diffusion n' avait lieu qu' à 9 h du matin. Les personnes déjà en route à cette heure-là ne pouvaient donc guère profiter des nouveaux bulletins. Et les skieurs qui, le soir, préparaient une randonnée pour le lendemain ne disposaient ainsi que du bulletin du matin de la veille de la course.

Le matin: bulletin régional Après un essai positif effectué l' hi passé, l' ENA introduira cet hiver dans le centre et le nord des Grisons un bulletin des avalanches régional qui paraîtra le matin à 7 h. Il se fonde sur l' estimation du danger faite le matin même par le service des avalanches grâce aux données fournies par des stations de mesure automatiques. Son affichage dans les locaux Le nouveau bulletin des avalanches informe le skieur sur la situation prévisible le lendemain et lui permet ainsi de préparer sa course en conséquence. ( Fissure de décrochement d' une plaque de neige sous le Blinnenhorn ) des remontées mécaniques, les syndicats d' initiative, offices du tourisme, écoles de ski etc. le rendra accessible à un large public. Un court texte contiendra l' essentiel de la situation concernant les avalanches ou des indications quant au comportement à adopter dans le terrain. Ce texte sera suivi d' une carte sur laquelle seront présentées graphiquement la répartition régionale des degrés de danger d' avalanche, les altitudes et les expositions concernées. Dans une partie « Tendances », des pictogrammes et un bref texte décriront l' évolution du danger d' avalanche et du temps. Enfin, un tableau indiquera les valeurs mesurées par quelques stations automatiques. Une feuille annexée contiendra un résumé des degrés de danger.

Numéros gratuits pour les annonces Les responsables de la prévision des avalanches souhaitent développer leurs liens avec la pratique. L' un des moyens en est les annonces transmises à l' ENA par des personnes dans le terrain - dont c' est une partie du travail quotidien. Ces annonces peuvent contribuer à améliorer la prévision des avalanches. A cette fin, l' ENA a mis sur pied deux numéros gratuits. Les questionnaires AD ( cf. Les Alpes 11/96, p.29ss ), qui servent à l' annonce d' observations dans le terrain, de l' estimation personnelle du danger d' avalanche, ainsi que de l' observa d' avalanches avec ou sans dommages matériels ou corporels, peuvent être transmis gratuitement à l' ENA par le numéro de télécopie 0800 800 188. Les annonces téléphoniques sur bande enregistreuse peuvent être faites au numéro de téléphone 0800800 187. La campagne de diffusion des questionnaires réalisée durant l' hiver 1996/97 s' est déroulée de manière réjouissante.

Aide-mémoire Les nouveautés décrites ci-dessus font l' objet de la feuille aide-mé-moire reproduite ci-contre, qu' on peut obtenir ( en allemand ou en français ) auprès de ll' ENA Il comprend par ailleurs les numéros de télécopie auxquels on peut demander les bulletins national et régional ainsi que les informations complémentaire diffusées par l' Institut, de même que les numéros gratuits et l' adresse Internet de l' ENA.

Perspectives Au cours des prochaines années, l' ENA améliorera continuellement la prévision des avalanches. L' introduc du bulletin régional des avalanches sera au centre de cet effort. Le bulletin national des avalanches couvre l' ensemble de l' espace alpin suisse de manière générale et, sous sa nouvelle forme, contient la prévision pour la journée à venir. Les bulletins régionaux paraissant le matin tôt contiennent des informations d' ac Eidgenössisches Institut für Schnee- und Lawinenforschung Institut Fédéral pour l' Etude de la Neige et des Avalanches Jstituîo federale per lo Studio della Neve e delle Valanghe Institut Federal per la Perse rutaziun da la Naiv e da las Lavinas 1 Institut fédéral pour l' étude de la neige et des avalanches ( ENA ), Flûelastr. 11, 7260 Davos-Dorf, tél. 081/417 01 11, fax 081/417 01 10.

tualité sur l' état de la neige, le temps et la situation des avalanches dans les diverses régions concernées. Ces deux « produits » doivent se compléter de façon optimale. Des informations complémentaires, sous forme de résultats de mesures et de modèles de prévision devront être mis à la disposition des responsables locaux de la sécurité ( surveillance des pistes, sauvetage, services communaux des avalanches etc. ). Ainsi l' ENA entend-il informer au mieux, par des moyens adaptés à notre époque, ses divers utilisateurs, afin de prévenir les accidents.

Thomas Stucki, ENA01 Q.

SLF ENA SNV PNL Renseignements sur les nouveautés dans le service d' avalanches L' Institut Fédéral pour L' Etude de la Neige et des Avalanches présente plusieurs nouveautés dès l' hiver 1997/98:

Le bulletin d' avalanche national en allemand apparaîtra quotidiennement à 17.00h ( ainsi qu' à 10h, si nécessaire ). Les traductions en français et en italien apparaîtront jusqu' à 19.00h.

- Téléphone187 ( Bulletin d' avalanche nationalTélétextepage 197 - Abonnement fax, à commander à l' ENA, adresse ci-dessous - Fax ( Polling ) 157 33 871 ( Bulletin d' avalanche national en allemand, Fr. 1.49/minuteFax(Polling). " " .157 33 872 ( Bulletin d' avalanche national en français, Fr. 1.49/ minuteFax(Polling). " " .15733 873 ( Bulletin d' avalanche national en italien, Fr. 1.49/minuteFax(Polling). " " .157 33 874 ( Carte des dangers, Fr. 1.49/minute ) Les produits supplémentaires, tels que la carte de neige nouvelle, la carte des hauteurs de neige, et la carte de l' état du manteau neigeux apparaissent toujours le matin à 1O.00h.

SFax ( Polling ) 157 33 875 ( carte des hauteurs de neige, lors de changement marqué, Fr. 1.49 / minuteFax ( Polling ) 157 33 877 ( carte de neige nouvelle quotidiennement, Fr. 1.49 / minuteFax ( Polling ) 157 33 878 ( carte de l' état du manteau neigeux, deux fois par mois, Fr. 1.49/minute ) Le bulletin regional sera émis chaque jour à 07.00h pour le Nord et le Centre des Grisons, avec une validité de 24 heures. De tels bulletins seront aussi établis progressivement pour les autres régions des Alpes suisses dans le futur.

- Fax ( Polling ) 15733876(Fr. 1.49/minuteAbonnement fax, à commander à l' ENA, adresse ci-dessous Numero de fax gratuit. Les questionnaires A à D sont disponibles pour tout signalement sur la situation neigeuse et avalancheuse ( à commander à l' ENA, adresse ci-dessous ). Ces questionnaires peuvent maintenant être retournés à l' ENA avec un numéro de fax gratuit: 0800 800 188. Les questionnaires sont aussi à disposition sur Internet.

Numero de telephone gratuit. Les informations concernant l' état du manteau neigeux et la situation avalancheuse peuvent être communiquées à l' ENA sur une bande magnétique: 0800 800 187. Nous vous prions de structurer ces informations de la même manière que les questionnaires A à D.

Internet. Les informations les plus actuelles et beaucoup plus vous sont mis à disposition sur notre Homepage sur Internet: http://www.slf.ch/slf.html- Bienvenue!

Institut Fédéral pour l' Etude de la Neige et des Avalanches ( ENA ) Davos, Flûelastr. 11, 7260 Davos-Dorf Téléfone: 081 / 417 01 11 Fax: 081 / 417 01 10 - Internet: http://www.slf.ch/slf.html - E-Mail: lwp(at)slf.ch

Sécurité, médecine, sauvetage

»icurezza, medicina, soccorso in montagna

Sicherheit, Medizin, lettungswesen

Oedème du poumon II est connu depuis assez longtemps que le manque d' oxygène conduit à une augmentation de la résistance à la circulation sanguine dans les vaisseaux des poumons, provoquant des fuites dans les vaisseaux les plus fins et ainsi le passage de liquide dans les alvéoles pulmonaires. Normalement, divers mécanismes assurent la réabsorption d' une partie de ce liquide par les parois cellulaires. Or, les résultats de recherches récentes indiquent que le manque d' oxygène en altitude paralyse ce « pompage » et favorise donc l' accumulation d' eau dans les poumons ( Gibbs, Eldridge, Bartsch ).

Mal aigu des montagnes et oedème du cerveau On ne sait toujours pas clairement si ces deux affections ne sont que des degrés différents de la même maladie ou si elles résultent de causes différentes. Il est vraisemblable que la capacité de réagir au manque d' oxy par une hyperventilation appropriée ( augmentation de l' activité respiratoire ) joue un rôle. De plus, à haute altitude, le manque d' oxygène influe sur les fonctions rénales. Chez les montagnards souffrant des symptômes du mal aigu des montagnes ( maux de tête, perte d' appétit, nausées, vomissements, vertiges ), la production d' urine est réduite ( Milledge, Richalet, Hornbein ).

montagne à Interlaken

Feedback