Activités de sauvetage du CAS en 1995.

Depuis 1992, le CAS tient la statistique de tous les cas d' urgence en montagne ayant nécessité un sauvetage organisé par voie aérienne ou terrestre, ainsi que de tous les cas où ont été engagées des colonnes de secours du CAS.

On dispose maintenant de chiffres sur les quatre dernières années écoulées. Ces statistiques permettent d' optimiser l' instruc et l' équipement des sauveteurs du CAS; en outre, elles contribuent à une formation mieux ciblée des membres de notre club, contribution essentielle à la prévention des accidents. Comme l' année dernière. Les Alpes présente d' abord le rapport concernant les activités de sauvetage du CAS. L' analyse des urgences en montagne survenues en 1995, comprenant une statistique détaillée des cas mortels, paraîtra dans le prochain numéro.

Les sauvetages en terrain difficile exigent l' intervention de spécialistes, que le CAS recrute et forme ( guides, conducteurs de chiens d' avalanches, médecins, équipes de secours du CAS ). Ils se répartissent dans 147 stations de secours disséminées dans tout le pays et, lorsque le temps se prête au vol, se tiennent à la disposition des organisations régionales de secours aérien ( REGA, Air-Glaciers, Air-Zermatt ). Par mauvais temps, ils sont prêts à intervenir par voie de terre.

Les activités de sauvetage du CAS en 1995 En 1995, les secouristes du CAS ont accompli 496 actions de sauvetage, impliquant 667 personnes. Ces chiffres sont de 30 % inférieurs à ceux de l' année précédente ( cf. graphique 1 ). Cette baisse est certainement due au mauvais temps de la seconde moitié de l' été et aux excellentes conditions météorologiques qui ont prévalu pendant les périodes de beau temps.

Tout comme les trois années précédentes, les interventions des équipes de secours du CAS ont été déclenchées dans 70 % des cas par des urgences en montagne classiques ( randonnées pédestres, courses de haute montagne, escalades, excursions à ski, ski hors piste, parapente et aile delta ). Mais 30% des personnes sauvées étaient à nouveau étrangères aux sports de montagne, provenant de domaines tels que circulation routière, ski de piste, travail, chasse, aviation ou autres sports. Cette proportion d' un tiers semble devoir rester constante à l' avenir ( cf. graphique 2 ).

Comme pour les trois années antérieures, les interventions de sauvetage du CAS se sont déroulées à raison de 20 % par voie uniquement terrestre et de 80% en collaboration avec les organisations de sauvetage aérien. Les équipes de secours du CAS ont fourni au total 8259 heures ( 12525 heures en 1994 ), dont plus de 70 % consacrées à des recherches de disparus.

Dégagement de victimes d' un accident de montagne au Mönch Graphique 1: Sauvetages du CAS 1992-1995 1992 1993 1994 1995 Les interventions de recherche ont à nouveau représenté juste 40% des interventions du CAS, et 80 % des disparus ont été retrouvés. En moyenne, une intervention de sauvetage du CAS a coûté 1400fr. en 1995 ( 1500fr. en 1994 ). La nationalité des 667 personnes concernées se répartit de manière assez analogue à celle de l' année précédente ( cf. graphique 3 ).

Sauvetages du CAS en montagne Comme l' année précédente, le 65% des personnes concernées par des urgences en montagne classiques ont pu être secourues par voie aérienne sans intervention du CAS. Pour 27 % des personnes, nos secouristes sont intervenus en collaboration avec un hélicoptère et 8 % ont été sauvées par une intervention exclusivement terrestre du CAS ( cf. graphique 4 ).

Exemples Avalanche sur une piste de ski Ce cas est un exemple d' accident étranger aux sports de montagne. Un skieur de piste traverse une pente escarpée à 50 mètres environ du domaine skiable et déclenche une avalanche de plaque de neige qui envahit une partie de la piste. Les témoins oculaires ne décèlent aucune trace de skis sortant de l' avalanche. Avec la collaboration du poste de secours local du CAS et une organisation de secours aérien, le service de sécurité de la piste ordonne l' engage de conducteurs de chiens d' ava et d' équipes de sondeurs. Au Personnes impliquées Interventions des secours Sécurité, médecine, sauvetage Graphique 2:

Activités de sauvetage du CAS en 1992, 1993, 1994, 199 S 19921993 Urgences en montagne 19941995 Autres cas d' urgence bout de trois heures de recherches intensives, le skieur responsable s' annonce et l' action de secours est interrompue.

Recherche terrestre d' un randonneur disparu On signale depuis plusieurs jours la disparition d' un randonneur d' un certain âge, car sa voiture semble abandonnée sur une place de parc. On ne possède aucune indication précise sur le but de son excursion. Les membres du poste de secours local explorent les uns après les autres tous les itinéraires de randonnée de la région concernée. Au bout de plusieurs jours de recherches, ils découvrent des vêtements dans un couloir de forêt. Les secouristes du CAS localisent finalement le cadavre du disparu sur une vire rocheuse difficilement accessible.

Sauvetage par hélicoptère avec le concours de spécialistes du CAS Assez tard dans la soirée, on aperçoit des signaux lumineux dans une paroi de rochers impraticable, au-des-sous d' un surplomb. Au moyen d' un hélicoptère, on dépose au treuil, à la tombée de la nuit, deux spécialistes du sauvetage du CAS sur un nez rocheux. Après une courte traversée, ils atteignent l' endroit où se sont réfugiés six jeunes gens inexpérimentés, après s' être égarés dans un terrain dangereux en raison de chutes de pierres et de risques de glissade. Ils ne sont absolument pas équipés pour une telle randonnée, ni pour passer la nuit à la belle étoile. Un par un, ils sont transférés et mis en sécurité sur le nez rocheux, d' où ils sont évacués 400 350 300 250 200 150 100 50 370 -31- -29- 20 13 -32-

j°,, n

H, 11, ri

CHD Graphique 3: Sauvetages du CAS 1995. Nationalité des personnes concernées.

GB E Autres grâce au treuil de l' hélicoptère. Cet engagement se termine à 23 h 30.

Résumé et commentaire En 1995, le nombre des interventions de sauvetage du CAS ( 500 ), ainsi que celui des personnes secourues ( 670 environ ), a baissé de 30% par rapport à l' année précédente. Cette diminution est due au mauvais temps de la seconde moitié de l' été et à la stabilité des périodes de beau temps. Plus de 70% de ces interventions ont concerné des recherches de personnes disparues, couronnées de succès pour 80% d' entre elles.

Les sauveteurs du CAS peuvent s' attendre à devoir continuer de s' occuper chaque année d' accidents étrangers aux sports de montagne, à raison d' un tiers des cas ( ski de piste, circulation routière, travail, aviation ). Ce pourcentage, en effet, a été constant ces quatre dernières années. Une part importante de l' activité de sauvetage du CAS est donc d' intérêt public. Ce fait devra être pris en compte à sa juste valeur lors des négociations sur le financement du sauvetage du CAS, car un système étatisé offrant les mêmes services coûterait certainement beaucoup plus cher!

Environ 65 % des accidents de montagne peuvent être traités par les organisations de sauvetage aérien sans l' aide du CAS. Le travail du CAS avec ses partenaires ( REGA, Air-Gla-ciers, Air-Zermatt, SOS-pistes de ski ) se déroule dans un bon esprit de collaboration. Lorsqu' il y a incertitude quant à la compétence, les responsables de l' intervention doivent donner la priorité absolue à l' intérêt de la personne ayant besoin d' aide, qui est Sauvetage dans une crevasse étroite ( région de la Jungfrau ) Graphique 4:

Urgences en montagne classiques - sauvetages 0100200300400500600700 B Terrestre CASK Hélicoptère avec CASHélicoptère sans CAS d' être secourue le plus vite et le mieux possible.

L' analyse des accidents de montagne de 1992 à 1995 confirme la nécessité de disposer de spécialistes du sauvetage CAS qui soient bien formés et de médecins capables d' agir sur le terrain. On aura toujours besoin des compétences spécialisées des secouristes du CAS pour des sauvetages en cas de mauvais temps, des recherches en forêt, des interventions en haute montagne, des accidents d' avalanche ou de crevasse, ou encore pour venir en aide à des parapentistes accidentés en terrain difficile. Le fait que le travail du CAS dans le domaine du sauvetage s' est déroulé ces dernières années sans accident témoigne de la qualité de la formation de nos gens. Notre organisation est un maillon important de la chaîne suisse de sauvetage, un complément nécessaire des engagements par voie aérienne et une condition indispensable à l' efficacité des interventions dans le terrain.

Commission de secours en montagne du CAS, groupe de travail « Statistiques »:

B. Dürrer, R. Hassler, H. Jacomet, U. Mosimann ( trad.

Feedback