Alpinistes et héros

A propos de l' article « L' Everest Event 2006 », Les Alpes 6/2006 L' auteur du compte rendu de l'« Everest-Event 2006 », organisé à l' occasion du 50 e anniversaire de l' ascension de l' Eve, utilise les termes de « sympathiques héros » pour décrire les membres encore vivants des expéditions suisses de 1952 et 1956. Or, le concept d' héroïsme est inadéquat dans ce contexte; hélas, il est très souvent employé à tort dans la littérature traitant d' alpinisme. L' alpinisme, même dans les conditions les plus dures et les plus dangereuses, ne relève en effet qu' exceptionnellement de l' héroïsme. Car un héros, au sens où le mot est généralement compris, est quelqu'un qui, au péril de sa vie, porte secours à une personne en danger. Un héros se distingue donc par un engagement direct et personnel en faveur de son prochain; le fait de se mettre lui-même en danger est, pour le héros, un acte d' une nécessité évidente qui ne mérite pas d' être mis en relief. Ces femmes et ces hommes courageux qui affrontent le danger pour sauver d' autres personnes, notamment en montagne, sont sans aucun doute des héros. Malheureusement, l' actuel alpinisme commercial se distingue par une incroyable indifférence aux autres alpinistes. Chaque année, on apprend par les médias que des alpinistes en détresse, voire en danger de mort, ont été abandonnés à eux-mêmes. Je suis fermement convaincu qu' un pareil comportement aurait été inconcevable de la part des membres des expéditions suisses de 1952 et 1956 à l' Everest. Raison de plus d' accorder à ces alpinistes, valeureux autant que tenaces, notre plus profond respect et notre considération. a

Feedback