Championnats du monde d'escalade sportive 2001. Un grand retentissement

Championnats du monde d' escalade sportive 2001

Un grand retentissement

Les championnats du monde d' esca, qui se sont déroulés dans les halles Sulzer, à Winterthour, ont soulevé l' enthousiasme et ont trouvé un large écho dans la presse, comme l' espéraient les participants. Sur le plan sportif, il s' est avéré que le niveau des sportifs d' élite avait fortement augmenté au cours de ces dernières années. Pour le clan suisse, les compétitions se sont déroulées avec succès, bien qu' aucune médaille n' ait été remportée.

Le calme avant la tempête Contrairement à la règle unanimement suivie qui veut qu' un échauffement précède toute performance sportive, les bénévoles ont été réquisitionnés pour l' enregistrement du début à la fin de la compétition: le mercredi après-midi, à 16 h 30 précises, les coaches des différentes équipes étaient massés devant le bureau pour inscrire leurs athlètes aux compétitions. Néo-Zélandais, Russes, Américains, Français et Italiens faisaient la queue pour recevoir les maillots officiels de la compétition ainsi que leur dossard. C' est à ce moment que les compétiteurs ont vraiment réalisé que les choses sérieuses commençaient.

Escalade de difficultés – des jeans à la scène En raison du grand nombre de participants inscrits en escalade de difficultés, catégorie hommes, les quarts de finale, premier tour des qualifications, se sont déroulés sur deux voies, les différents athlètes ne devant en escalader qu' une. Les treize meilleurs d' entre eux se sont qualifiés pour la demi-finale, ce qu' ont réussi quatre des cinq grimpeurs suisses inscrits. Chez les dames, trois des quatre Suissesses arrivaient à se hisser jusqu' au prochain tour éliminatoire – en bref, le prélude était à la hauteur des attentes. Les demi-finales ont montré que le niveau général ainsi que les performances exigées des athlètes n' avaient cessé de croître ces dernières années. Des athlètes de pointe au bénéfice d' une solide expérience, à l' image de François Legrand ( France ) ou de Andreas Bindhammer ( Allemagne ), mais aussi de jeunes talents découverts en Coupe d' Europe cadets et juniors, comme les Slovènes Nastja Guzzi et Natalija Gros, ont donné le meilleur d' eux sur ces voies exigeantes, pour finalement être éliminés de la compétition. Malgré de remarquables performances, les grimpeurs suisses ont subi le même sort. Thomas Achermann, de Saint-Gall, a créé la surprise en occupant une excellente 17 e place au classement final. Autre démonstration remarquable, celle de la Genevoise Stéphanie Louis, qui s' est battue infatigablement, prise après prise, pour atterrir en fin de compte à la 18 e place. La seule Suissesse qualifiée pour la finale était la Bernoise Annatina Schultz: en regard de sa performance souveraine lors des deux précédents tours de qualification, la finale s' annon pleine de suspens.

Le samedi, les athlètes qualifiés pour la finale ont pu bénéficier du soutien enthousiaste d' un public venu nombreux des quatre coins de la Suisse et des pays limitrophes. Autre fait remarquable, les journalistes chargés de couvrir les championnats du monde sont parfois revenus

Martina Cufar ( SLO ) est parvenue, avec beaucoup d' habileté et de créativité dans ses mouvements, jusqu' au « stalactite » à la fin du toit, s' assurant ainsi le titre de championne du monde en escalade de difficultés Muriel Sarkany, une habituée des compétitions, a bataillé avec l' angle du toit avant de continuer à progresser avec une extrême concentration. qu' elle a achevé la voie, elle était vice-championne du monde LES ALPES 10/2001

aux halles Sulzer pendant leur temps libre, fascinés par l' escalade sportive. Pour la première fois, les championnats du monde, comme événement, et l' esca, comme sport de compétition, ont trouvé un retentissement au-delà du cercle des initiés. La Slovène Martina Cufar et le Français Gérôme Pouvreau ont devancé les favoris et ont remporté le titre bien mérité de champions du monde. Annatina Schultz, 24 ans, qui a disputé la finale sous les cris enflammés d' un public qui lui tenait les pouces, s' est classée au 10 e rang.

Escalade de blocs: une première Les spécialistes du bouldering ont défilé les uns après les autres le long des blocs des halles Sulzer, luttant contre la pesanteur à la recherche des mouvements permettant de résoudre la difficulté proposée par les passages. Les athlètes qui ont connu le plus de réussite étaient Myriam Motteau ( France ) et Mauro Calibani ( Italie ), le seul à avoir maîtrisé les six passages de la finale. Le cri de joie qu' il a laissé échapper, en agrippant la dernière prise du bloc final, s' est entendu jusqu' au recoin le plus éloigné de cet ancien hangar d' usine temporairement reconverti en halle sportive. Le spécialiste suisse du bloc, Mathias Müller ( Oberland bernois ), a manqué de peu sa qualification en finale. Mais le clan suisse avait quand même un représentant en finale: avec son 17 e rang, le Jurassien Raphaël Lachat a prouvé qu' il fallait, à l' avenir, s' attendre avec l' un ou l' autre excellent résultat.

Vitesse – attention, prêts, partez! En regard de l' enthousiasme soulevé par l' escalade de difficultés, le mur où se déroulait l' escalade de vitesse paraissait

Simon Wandeler, de l' équipe suisse, s' est arrogé de haute lutte la 14 e place en ayant parfois manqué de chance. Mais en regard de la concurrence internationale, sa performance est considérable Bernardino Lagni ( ITA ), champion du monde en 1999, n' a pas réussi à reconduire son exploit: il a terminé la compétition à la 8 e place On attendait une bonne performance, sans plus, de Gérôme Pouvreau. Le Français a surpris tout le monde en devançant les favoris et en s' adjugeant le titre de champion du monde Pho to s:

Ra ine r Ed er LES ALPES 10/2001

presque terne. Mais grâce aux fantastiques performances des athlètes, celles des Ukrainiens et des Russes notamment, la compétition de vitesse s' est transformée en un véritable spectacle. Tous ceux qui, jeudi, lors des qualifications, doutaient encore que les grimpeurs atteindraient le sommet de la voie en moins de neuf secondes, ont été détrompés samedi, lors d' une finale qui a vu plusieurs athlètes réussir cet exploit. Les titres de grimpeurs les plus rapides du monde sont, sans surprise, revenus aux Ukrainiens Maxim Stenkovoi et Elena Repko. Contre les grimpeurs des pays de l' Est, supérieurs en force, ni Urs Schönenberger, de Schaffhouse, ni les deux frères romands, Cédric et Raphaël Lachat, n' ont réussi à créer la surprise. Mais mentionnons tout de même que, dans cette discipline, les Suisses ne s' entraî pas avec le même enthousiasme que les favoris. a

Christian Blaser, responsable administratif du secteur Sports de compétition, CAS ( trad. )

Forum

Feedback