Chercheurs suisses dans les Andes boliviennes. Vivre sous manque d'oxygène

Sécurité, médecine, sauvetage

Sicurezza, medicina, soccorso in montagna

Sicherheit, Medizin, Rettungswesen

Vivre sous manque d' oxygène

Chercheurs suisses dans les Andes boliviennes

Des études menées par des spécialistes suisses de médecine d' altitude ont démontré qu' un manque d' oxy juste après la naissance pouvait provoquer des dommages irréversibles et prédisposait, à l' âge adulte, à certaines réactions pathologiques. La suite de ces premières études effectuées à la cabane Margherita a lieu sur les hauts plateaux boliviens, où des millions de personnes vivent au quotidien sous manque chronique d' oxygène.

Les hautes altitudes constituent un laboratoire naturel passionnant pour la recherche médicale. Les premiers qui s' y sont intéressés, vers la fin du XIX e siècle, étaient des physiologistes qui voulaient comprendre les mécanismes d' adapta du système respiratoire et circulatoire à la baisse de la pression d' oxygène. Avec l' apparition du tourisme de masse dans les régions de montagne, des médecins alpinistes ont commencé à chercher de nouveaux traitements contre les maladies de haute altitude. Les alpinistes qui participent à de telles études permettent non seulement de mieux comprendre les affections survenant en altitude, mais ils aident aussi à mieux traiter certaines maladies survenant chez des patients qui vivent en plaine. Une étude que nous avons menée récemment à la cabane Margherita ( 4559 m ) illustre ce propos.

Manque d' oxygène à la naissance A la naissance, la transition entre les échanges gazeux par l' intermédiaire du placenta à ceux s' effectuant par le biais des poumons entraîne des modifications majeures dans les vaisseaux pulmonaires. Pendant cette période, ces derniers sont particulièrement sensibles aux stimuli nocifs. Des expériences ont montré que, chez le rat, une hypoxie pendant les premiers jours de la vie provoquait des dégâts irréversibles dans les vaisseaux pulmonaires. Ces dégâts prédisposent les animaux adultes à une contraction exagérée des vaisseaux des poumons lors d' une nouvelle exposition à un manque d' oxygène. Afin de savoir si ce phénomène se retrouve également chez l' homme, nous avons mesuré, à la cabane Margherita ( 4559 m ), la pression dans les artères pulmonaires d' un groupe de jeunes adultes qui avaient souffert d' un manque d' oxygène à la naissance et d' un groupe témoin qui n' avait eu aucune complication périnatale. Les pressions pulmonaires étaient beaucoup plus élevées chez le groupe qui avait souffert d' une hypoxie à la naissance que chez le groupe témoin. L' importance de cette étude dépasse de loin le seul domaine de la médecine d' altitude; elle montre en effet qu' un manque temporaire d' oxygène après la naissance laisse des séquelles qui prédisposent, à l' âge adulte, à des réactions anormales. Bolivie – un manque d' oxygène permanent Des laboratoires de recherche tels que la cabane Margherita se prêtent bien à l' étude des mécanismes rapides d' adap à la haute altitude et des maladies qui y sont associées. Pour le médecin, la compréhension de l' adaptation à la haute altitude est tout aussi importante, car un manque chronique d' oxygène se retrouve dans plusieurs maladies survenant chez des patients vivant en plaine.

Transport de matériel vers la cabane Margherita dans le massif du Mont Rose. Les études qui s' y déroulent exigent le transport de plusieurs tonnes de matériel et d' équipement médical La Paz et son million d' habi s' approprient peu à peu les flancs les plus escarpés de la vallée. De graves intempéries font régulièrement des victimes, car d' énormes masses d' eau et de boue se mettent en mouvement sur ces versants érodés et non protégés, entraînant sur leur passage habitations et habitants Pho to s:

Gille s W eb er ,CE MC AC LES ALPES 6/2004

Pour mener ces études à bien, les chercheurs installés en Suisse doivent se déplacer dans des pays lointains. Notre groupe a choisi les hauts plateaux andins. Dans la région de la capitale de la Bolivie, La Paz, vivent en effet en permanence des millions de personnes à une altitude située entre 3500 et 4500 m. En collaboration avec l'«Instituto Boliviano de Biologia de Altura », à La Paz, nous avons mené au cours des dernières années plusieurs études. Pour ce qui concerne l' utilisation des moyens techniques, nous nous sommes limités à ceux accessibles habituellement dans un pays du tiers monde.

« edema pulmonar de re-entrada » Un certain nombre d' habitants des hauts plateaux souffre d' une forme particulière d' œdème pulmonaire que l'on appelle en espagnol « edema pulmonar de re-entrada ». Il survient chez ces personnes au moment où elles reviennent en haute altitude après un séjour à basse altitude de plus d' une semaine en général. La cause de cette forme particulière d' œdème pulmonaire, qui touche spécialement les enfants et les adolescents, reste inconnue. Sur la base de nos études menées à la cabane Margherita, nous savions que la forme classique de l' œdème pulmonaire des alpinistes survenait à cause d' une hausse trop importante de la pression dans les artères pulmonaires. Pour cette raison, nous nous sommes demandé si les habitants des hauts plateaux concernés par l' œdème pulmonaire de re-entrada avaient aussi une sensibilité accrue des artères pulmonaires aux stimuli vasoconstricteurs. Pour vérifier notre hypothèse, nous avons mesuré par échographie cardiaque la pression dans les artères pulmonaires d' habitants de la Paz sujets à l' œdème pulmonaire et d' habitants résistant à cette affection. Chez les sujets qui avaient déjà souffert d' un ou de plusieurs œdèmes, la pression dans les artères pulmonaires était presque deux fois plus élevée que chez les sujets qui n' avaient jamais eu d' œdème. Que signifie tout cela? Le diagnostic d'«edema pulmonar de re-entrada » permet de définir de manière relativement simple un groupe d' habitants qui souffre d' hyper pulmonaire chronique – et qui pourrait éventuellement avoir besoin de soins médicaux. Par ailleurs, nous supposons que chez les personnes sujettes à l' œdème, la pression dans les artères pulmonaires atteint des valeurs encore plus élevées au moment du retour en haute altitude et – comme dans l' œdème d' al classique – contribue à l' extrava de liquide dans les alvéoles pulmonaires. Si cette hypothèse se confirme, la prise préventive de médicaments faisant baisser la pression dans les artères pulmonaires devrait éviter l'«edema pulmonar de re-entrada ». Pour le chercheur, il s' agit aussi de déterminer quels mécanismes prédisposent certains habitants à cette forme particulière d' œdème. Certains indices laissent à penser qu' un manque d' oxygène à la naissance pourrait être l' un de ces facteurs. La boucle amorcée par notre étude à la cabane Margherita serait ainsi bouclée.

Disponibilité et « mañana » La conduite de telles études doit se faire en étroite collaboration avec les patients et les chercheurs locaux. La disponibilité des mères boliviennes est admirable: souvent, elles doivent partir à l' aube de leur domicile et faire à pied de longues distances avec leurs enfants pour les amener à la consultation. L' idée de ponctualité ne correspond toutefois pas nécessairement aux critères helvétiques et le légendaire « mañana » ( demain !) conserve toute son actualité. Les longs moments d' attente imprévus font partie du quotidien des chercheurs boliviens. Les chercheurs suisses continuellement sous tension peuvent, pour leur part, y trouver une magnifique occasion de ralentir un peu leur rythme. a

Urs Scherrer et Claudio Sartori, Lausanne 1 ( trad. ) 1 Les auteurs travaillent au Botnar Center for Clinical Research et au Département de médecine interne du Centre Hospitalier Universitaire Vaudois, CHUV, Lausanne. En collaboration avec le D r Yves Allemann du Centre cardiovasculaire suisse de l' Hôpital de l' Ile, à Berne, ils ont mené de nombreuses études de médecine d' altitude à la cabane Margherita. Depuis trois ans, ils étudient en étroite collaboration avec des chercheurs de l' Insti Boliviano de Biologia de Altura, à La Paz, les effets à long terme sur le corps humain d' un manque chronique d' oxygène. Cette collaboration vise également à promouvoir une recherche indépendante des médecins boliviens. Les études ont été notamment soutenues par le Fonds national de la recherche scientifique ( FNRS ).

La nouvelle ville d' El Alto avec son million d' habitants s' étend autour de l' aéroport de La Paz, sur le haut plateau, à 4000 m d' altitude. Le manque chronique d' oxygène y est important et le climat beaucoup plus rude que dans la cuvette protégée de La Paz, 3600 m. A l' arrière, le Huayna Potosì, 6000 m Mesure de la pression artérielle des poumons d' un jeune habitant des hauts plateaux. Cette mesure, indolore et non invasive, avec échographie du cœur peut aussi être utilisée pour les enfants

Feedback