Choucas

Remarque : Cet article est disponible dans une langue uniquement. Auparavant, les bulletins annuels n'étaient pas traduits.

Par Gabriel Mützenberg

Les oiseaux noirs sont revenus Et le ciel bleu a pris son voile, Les arbres gourds, les arbres nus Tendent leurs bras vers les étoiles.

Les ailes sombres se dessinent Sur le fond gris des lourds brouillards: Les oiseaux volent lents, hagards Vers l' hiver blanc qui les fascine.

En vol serré ils sont venus

Des infinis énigmatiques

— Mon cœur sombre dans l' inconnu

Comme eux en courbes fantastiques.

Les oiseaux noirs en escadrilles Croisent au ciel de mon destin... Mais dans les brumes du matin L' amour sourit et l' azur brille.

Feedback